Chapitre 17 : Un long chemin

Chapitre 17 : Un long chemin

« Pfiou ! Pfiou ! Je n’arrive pas à croire que Tery et toi, vous ayez été obligés de vous battre constamment de la sorte, Elise ! »

« Je ne dirais pas que nous avons combattu tout le temps mais il est vrai que ce n’était pas du tout repos ! Et même quand on sera arrivés tout en bas, tu comprendras bien vite que ce n’était vraiment pas franchement mieux ! »

« À part les monstres, j’imagine qu’il y a aussi certains démons dont il faut se méfier ? »

« Comme partout, Royan. Comme partout ! Mais oui, tu as parfaitement compris où je voulais en venir, hahaha ! Enfin, ce n’est pas très drôle, je suis désolée ! »

Elle tentait de s’excuser mais il fit un mouvement de la main pour signaler que ce n’était pas bien grave ! Ils étaient là pour discuter… en plein combat ! Mais heureusement, avec les démons qui connaissaient déjà plus ou moins la faune et la flore environnantes mais aussi des soldats entraînés et Elen, ils étaient plutôt bien entourés.

« Je suis désolée de ne pas être aussi efficace que prévue mais vous savez, avec ma fille ! »

« De base, on n’emmène pas son bébé avec soi dans un endroit des plus dangereux et mortels, Elen ! » rétorqua Elise. « Mais bon, maintenant que c’est fait et que je sais que tu tiens absolument à ce que Tery voit son enfant, on fait avec ! »

« Hey ! J’ai envie qu’il rencontre enfin sa fille après tout ce temps ! Et je veux aussi le revoir, c’est aussi simple que ça ! Mais ne vous inquiétez pas, c’est juste que je dois faire attention à ne pas être attaquée, c’est tout ! »

Car oui, déjà qu’elle ne faisait que se battre avec son arc alors que son bébé était attaché solidement dans son dos via des lanières, l’empêchant de bouger pendant qu’elle marchait, il ne fallait pas oublier que certains ennemis étaient vraiment très problématiques car elle ne connaissait pas ou peu les créatures qu’ils affrontaient.

« Ne t’en fait pas pour ça ! Ce n’est pas un problème, ni une complainte de ma part ! Je voulais juste te dire ça comme ça ! Ne t’en fait donc pas ! On va le retrouver ton petit Tery et ensemble, vous pourrez enfin souffler un peu ! »

« Souffler un peu ? AH ! S’il ne tente pas de sauver le monde, aider un royaume, combattre des créatures mythiques, bref, toute l’histoire habituelle. »

« On dirait que tu en as gros sur le coeur alors que nous sommes en plein combat. »

« J’ai surtout envie de me dire que j’étais bien tranquille, là où nous étions la mère de Tery et moi, après cet… incident à Omnosmos ! Tranquilles, pas une personne pour nous déranger, il n’y avait pas de monstres sanguinaires, de médaillons à récupérer, de mékalarmiens complètement cinglés et le reste ! »

« Quand on retrouvera Tery, tu n’auras qu’à lui dire tout ça hein ? Je veux dire, je veux bien t’écouter te plaindre et tout le reste mais en même temps, je ne suis pas la bonne personne. »

« Je sais bien, je ne veux pas vous faire croire que je ne fais que me plaindre mais… ça me fait du bien d’extérioriser tout cela. »

« Si tu peux extérioriser le cerveau de l’animal qui fonce droit vers nous et… »

Une flèche, aussi grosse qu’un bras, passa juste à côté d’Elise qui n’avait pas eu le temps de terminer sa phrase. Quelques secondes plus tard, pénétrant dans la chair de la créature en fourrure ressemblant à un ersatz de rat géant avec un corps en partie chevalin, la flèche commença à briller avant de faire exploser le corps de la créature.

« Ne t’en fait pas, je parle beaucoup, Elise, mais ce n’est pas pour ça que je ne fais pas attention à ce que je fais ! »

« Je… vois ça. Je vais dire que c’est tant mieux en un sens, hahaha. Du moins, que c’est assez rassurant, enfin, j’espère. J’imagine que ça dépend du point de vue. »

Le rire semblait un peu forcé mais pas médisant. Elle était juste assez confuse car elle oubliait qu’Elen possédait une force… proche du divin ? Enfin, avec de tels parents, ce n’était pas vraiment étonnant à bien y réfléchir même si Elise semblait vouloir complètement ignorer ses origines. En même temps, savoir la façon dont elle est née et autre, ce n’était pas forcément des plus réjouissants.

« Pfiou ! C’est enfin terminé ! Mais comment est-ce que ça se fait qu’ils soient aussi nombreux ? Ce n’est pas normal non ? Un tel nombre… »

« Ils sont attirés par la chair des personnes de la surface. Je pense que Tery et les autres, qui sont déjà passés par là, ont eu les mêmes soucis. Il suffit que certains soldats soient morts, que les créatures de cet endroit aient décidé d’y goûter et maintenant, elles ne peuvent plus s’en passer. Comme nous arrivons en second, c’est nous qui en bavons. »

« D’accord, et comme on prend le même chemin que lui, puisque c’est toi qui nous guide, Elise, on risque de ne pas pouvoir se reposer bien souvent. »

« Hahaha, désolée… on pourrait demander aux autres démons qui sont avec nous mais de ce que j’ai compris, c’est le chemin généralement emprunté. Il y a des créatures bien plus sinistres dans le monde souterrain. Beaucoup d’espèces ne sont pas encore connues. Je crois que si on ne fait pas attention, cela pourrait très mal se finir. »

« D’accord, on va juste continuer en prenant le chemin habituel alors, Elise. »

Question de sécurité. S’ils ne savaient pas ce qui pouvait se terrer dans le monde souterrain, elle ne voulait pas mettre encore plus la vie de son enfant en danger. Encore qu’elle se considérait un peu comme une mère indigne sur le coup. Elle savait très bien qu’attendre aussi longtemps pour donner un prénom à son enfant, c’était ridicule.

Comme le fait de l’emmener ici, c’était tout simplement de la folie pure. Elle savait qu’elle n’était pas faite pour être mère… tout ça parce que Tery et elle avaient plusieurs fois fait cet acte, sans même faire attention aux conséquences. Mais elle ne regrettait rien, ni ce qu’elle avait fait avec Tery, ni l’enfant qui était né. C’est juste… qu’elle se sentait fatiguée.

Fatiguée, plus que la normale. Peut-être qu’elle en faisait trop ? Non, c’était même sûrement ça. Elle en faisait beaucoup trop… et elle veillait sur sa fille. Là, il n’y avait pas la mère de Tery. Ce n’était pas une combattante et il était hors de question d’emmener quelqu’un qui n’était pas apte sur le champ de bataille.

Elle ne pouvait que compter sur elle pour s’occuper de sa fille. Pourtant, elle ne cherchait pas à s’en plaindre. Elle avait juste fait un petit sourire amusé en regardant son enfant alors qu’ils se reposaient enfin tous ensemble. Elle était contente, elle était heureuse et ça se voyait. Elle n’allait pas se priver de ce bonheur.

C’était étrange mais… elle se sentait même mieux maintenant qu’elle veillait personnellement sur sa fille. Contrairement à auparavant, c’était elle et uniquement elle qui s’occupait de son enfant. Il n’y avait pas la mère de Tery pour l’épauler mais elle veillait à son bien-être. Elle vérifiait pourquoi est-ce que sa fille pleurait, elle reproduisait les gestes qu’elle avait si souvent vus avec la mère de Tery.

Et surtout, elle veillait à ce qu’elle dorme et vive correctement. À son grand soulagement, pour la nourriture, elle n’était pas la seule à avoir eu un enfant et les demoiselles du groupe l’épaulaient dans cette tâche. Elle n’était pas vraiment la mieux placée pour l’alimentation donc elle prenait tous les conseils, comme il le fallait.

« À son âge, toutes les dents ne sont pas encore formées, c’est pourquoi elle ne peut rien manger de consistant. Il faut faire quelques bouillies et autres. Oh, et comme on a plus ou moins l’habitude de ça dans l’armée, ne t’en fait pas, tu seras vite rodée ! »

« Mais comment savoir si ce n’est pas trop chaud ou autre ? »

« Eh bien, tu dois juste mettre un doigt dedans et tu sais si cela te brûle ou non ! »

Hmm ? Ah oui ! C’était tout ce qu’il y avait de plus logique en fin de compte ! C’était plein de bon sens ! Pourquoi est-ce qu’elle n’y avait pas pensé plus tôt ? Mais bon, maintenant, Elen était très bien intégrée dans le petit groupe et les autres soldats et démons les regardaient avec amusement. En même temps, il était rare que l’on ramène un bambin sur le terrain.

« Tery a vraiment de la chance de t’avoir. J’en connais pas beaucoup qui feraient ça pour un homme ! » déclara l’une des soldates.

« Eh bien, je crois que j’aime bien entendre de telles paroles. La prochaine fois, je vais forcer Tery à ce qu’il les dise lui-même ! »

« Mais Tery, je veux dire, y a la princesse Elise qui était toujours collée à lui, tu n’as pas peur que… enfin, c’est peut-être indiscret et… »

« Non ! Pas Elise, vous pouvez voir vous toutes qu’elle est totalement… oh. Eh bien, justement, il semblerait qu’Elise et Royan se sont absentés. Bref, je crois que Tery considère Elise comme une petite sœur, rien de plus, rien de moins ! »

« Oh, d’accord donc y a rien à craindre au final par rapport à lui, c’est bien ça ? »

« Hmm, je peux pas dire vraiment ça. » marmonna Elen avant de reprendre : « Même si Tery est la première personne que j’ai aimée… et la seule aussi, je sais qu’il y a une autre femme qui lui tourne un peu autour et dont je dois me méfier. »

« Ah bon ? Et de qui il s’agit ? Avec une femme comme toi, y a qui qui pourrait vraiment rivaliser ? J’arrive pas à voir. »

« Eh bien, vous la connaissez, c’est la reine de Shunter. »

C’était un peu difficile de ne pas médire sur Manelena mais en même temps, à voir les visages estomaqués des soldates, elle comprenait parfaitement que c’était une sacrée surprise pour elles. D’ailleurs, l’une ne put s’empêcher de dire :

« Ah oui, c’est sûr que c’est un tout autre niveau que nous. »

« Vrai qu’il faut bien une personne royale pour contrer une femme comme toi. Mais en même temps, euh, Tery, il n’a pas d’ascendant noble ou autre, non ? »

« En fait, si si, c’est le cas même si on l’a appris que « récemment ».  En quelque sorte, Tery est issue d’une famille noble d’Omnosmos. Peut-être que vous avez entendu parler de la grande bibliothèque d’Omnosmos ? »

« Euh oui, c’est vraiment un endroit pour les personnes qui sont très instruites. Y a plus de livres qu’ailleurs et pour ceux qui veulent connaître l’histoire de chaque nation et aussi plein d’autres choses, c’est l’endroit parfait mais pourquoi cette question ? »

« Eh bien, je vous laisse deviner donc à ce sujet… ce que ça veut dire exactement. »

« Euh… Tery possède la grande bibliothèque d’Omnosnos ?! » demanda l’un des soldates, les autres ouvrant leurs yeux en grand. Elen rigola légèrement avant de faire un mouvement négatif de la fin, finissant par dire :

« Non, non ! Ses grands-parents sont ceux qui s’occupent de la bibliothèque et qui la possèdent. C’est compliqué mais dans le passé, sa mère, donc leur fille, avait décidé d’abandonner sa positionner sociale pour aller épouser quelqu’un qui n’était pas vraiment à leur goût. À partir de là, eh bien, c’est compliqué ! »

« Ah oui, t’as vraiment pas choisi l’homme le plus facile à aimer ! »

« Disons que je compte sur le fait que l’amour peut braver toutes les frontières mais des fois, ça reste sensiblement assez dur, hahaha ! »

Elle tentait de prendre ça avec le sourire même si des fois, elle savait qu’elle n’était pas à la hauteur par rapport à Manelena. En même temps, elle savait que Tery n’accordait aucune importance au titre de reine de Manelena.

Non, s’il était attiré par Manelena, c’était bien parce que celle-ci vraiment différente d’elle. En terme de comportement car bon, niveau physique à cette « hauteur », elle n’avait rien à lui envier. Encore que Manelena était vraiment très grande comme femme, il fallait avouer. Oui, par rapport à elle qui était assez petite. Y avait bien trente centimètres ? Voire plus ?

« Ah ben, vous êtes de retour. On dirait que vous avez fait la course. Vous êtes très essoufflés tous les deux. »

Elen n’avait pu s’empêcher d’adresser un petit sourire en direction du couple qui était revenu. Oui, ils étaient rouges aux joues et il était difficile de ne pas savoir ce qu’ils avaient accompli. D’ailleurs, elle se releva, son enfant dans ses bras, faisant attention tout en posant une main sur l’épaule d’Elise.

« Au cas où, je tiens à te dire que ça sera quelques mois très difficiles mais ensuite… »

« Hey ! Mais euh… Je ne crois pas que… Enfin, tu sais ! Rah ! Tu es en train de te moquer de moi, Elen ! C’est très mesquin de ta part ! »

Elle ? Se moquer d’Elise ? Ce n’était pas du tout son genre ! La jeune demoiselle à la chevelure blonde avait juste un petit sourire aux lèvres, comme pour lui montrer qu’elle était juste « heureuse » de voir qu’Elise et Royan profitaient enfin de leur couple.

Elle-même en avait largement abusé dans le passé mais maintenant, c’était de l’histoire ancienne. Elle comprenait qu’en agissant de la sorte avec Tery, elle l’avait un peu étouffé. Elle avait été dans l’excès et ce n’était pas une bonne chose. Elle ne pouvait pas agir de la sorte à l’encontre de Tery et faire ensuite comme si de rien n’était.

Du moins, plutôt ne pas se remettre en question. Et puis, elle était vraiment soulagée de voir que malgré les déboires causés avec l’ouverture des portes démoniaques, Elise et Royan étaient ensembles. Ils le méritaient, vraiment.

« Pourquoi ce sourire, Elen ? Tu as une sombre idée en tête pour nous ridiculiser ? »

« Roh, tu peux éviter de dire ça comme ça, Elise ? On dirait que je vais passer pour un monstre. Non, j’étais juste en train de me dire comment tu appelleras ton premier enfant si c’est un garçon ou une fille et… »

« À ce sujet, elle devrait réfléchir à plusieurs prénoms. » corrigea Royan sur un ton des plus sérieux avant de reprendre : « Au minimum, trois enfants, je dirais. »

« WOW ! Ah oui, euh… Elise, bonne chance ! Je savais pas que Royan se projetait aussi loin et visait dans le concret ! »

« Hahaha, tu comprends pourquoi je ne suis pas si pressée pour le moment ? Que je préfère que tout soit réglé et tranquille avant d’envisager tout ça ? »

« Oh que oui, tu n’as pas besoin de me donner plus d’explications. »

Un petit mouvement de la main pour signaler qu’ils allaient changer de sujet et ils étaient tous d’accord. Le reste de la soirée se déroula tranquillement, Elen étant bien entendu interdite de tour de garde puisqu’elle avait un enfant dont elle devait s’occuper.

« Priorité à ton enfant, la question ne se pose même pas. Moi-même et Royan, nous serons aussi chargés de faire un tour de garde. Pas de raison, ici, la royauté, on s’en fiche ! »

« Tu as bien appris les leçons de Manelena, on dirait. »

« Hahaha, je l’ai souvent remarqué mais je considère Manelena et Royan comme des modèles pour la royauté. Je me trompe sûrement, surtout quand j’ai pu voir… mon père mais bon ! Au moins, je sais que je ne me trompe pas de voie. »

« Même si Manelena, c’est Manelena, je dois reconnaître que oui, en tant que reine, on fait difficilement mieux… même si elle n’a pas forcément une personnalité très facile à supporter et que certains de ses actes étaient… problématiques. »

« Oh ! Personne n’est parfait, Elen ! Si tu tentes de l’être, où est alors le bonheur de trouver des petits défauts chez l’autre ? Ce sont les défauts qui nous rendent uniques. Il suffit de voir avec Royan. Il a encore beaucoup de mal à exprimer ses sentiments ! »

« Hey ! Ce n’est pas… enfin si un peu… mais … voilà ! »

Royan tentait de s’exprimer mais ne voyait pas comment contredire Elise sur le coup. Elen rigola légèrement, signalant qu’elle allait se coucher avec sa fille et leur souhaiter de bien dormir et faire de beaux rêves.

Le lendemain matin, rien n’était venu les déranger pendant la nuit et ils pouvaient reprendre la route. Elise proposa de se rendre dans l’un des villages qu’ils connaissaient avec Tery pour refaire un peu le plein. De toute façon, ils étaient enfoncés plus profondément dans le monde souterrain donc les villages ressemblaient plus à des villes avec plus de moyens en conséquence, ce qui était parfait pour leur groupe.

« Ça me semble être une idée raisonnable. Elen ? »

« Hmm… Oh, désolée, je veillais à ce que ma fille ait bien mangé. De mon côté, je dirais que oui. Il me faut quelques objets pour elle. Qu’importe que nous soyons de races différentes, certains objets « utilitaires » sont communs à toutes les races humanoïdes, hahaha. »

« Ou presque ! Tu ne peux jamais savoir sur quoi tu vas tomber, Elen ! »

Oh ? Qu’est-ce qu’Elise avait rencontré pendant sa session souterrain avec Tery ? Cela allait être une nouvelle histoire à raconter à Royan et elle lorsqu’ils auront une pause. Mais là, ils venaient à peine de se remettre en marche pour la journée !

« Elise, tu as une petite idée de la distance pour rejoindre Tery ? »

« Tu parles de rejoindre la capitale, plutôt, non ? Eh bien, on en a encore pour quelques semaines, je dirais. Avec les monstres qui nous attaquent et autres, on mettra un peu plus de temps que prévu mais ça, on ne peut rien y faire. »

La jeune femme aux cheveux blonds hocha la tête d’un air machinal. Elle comprenait parfaitement ce qu’Elise était en train de dire. Sans ces créatures qui les dérangeaient tous les deux ou trois jours, et encore, ils iraient beaucoup plus vite.

« Enfin, on peut encore s’estimer assez chanceux sur un point. »

« Ah oui, lequel Elise ? Car je vois pas, je dois t’avouer. »

« Eh bien, disons que nous ne sommes pas encore tombés sur les troupes de mes aînés. Avec elles sur notre passage, par contre, je suis pas certaine que ça se passerait aussi bien. »

Oh. Elle marquait un point. Elle avait bien raison. Ils n’étaient pas encore prêts à les affronter. Surtout que d’après ce qu’Elise avait dit à leur sujet, l’aîné de la fratrie était un combattant aguerri, que même Tery n’avait pas réussi à affronter et à tenir tête.

Et pourtant, elle savait pertinemment que Tery n’était pas le genre à ne pas prendre un combat au sérieux. Du moins, à tout donner quand la situation l’exigeait. Et donc, comment est-ce que tout cela avait été résolu ? Car elle était certaine que ça n’allait pas être aussi simple que ça, n’est-ce pas ?

« Disons qu’heureusement que nous avons pu arrêter ce combat, je ne suis pas certaine que Tery serait encore vivant à l’heure actuelle. Une « erreur » comme il peut si souvent en arriver quand un noble ou une personne de la royauté décide d’abuser de son pouvoir. »

« Ah oui, je vois le genre. Hmm… Bon ben, récupérons vite Tery et Manelena en espérant que cette fois-ci, on n’a pas encore une raison absurde qui nous fait nous séparer. Je commence à être vraiment lasse de tout ça. »

« Elen. C’est compréhensible ton agacement. Je crois que j’ai ressenti la même chose quand j’ai été séparé d’Elise et que… »

« Euh, on va dire que tu n’étais pas agacé mais enragé, Royan. Je ne vais pas rentrer dans les détails mais c’était vraiment pas joyeux, oui. »

Royan émit un petit rictus. C’est vrai qu’il était plus enragé intérieurement qu’autre chose. Et que cela s’était un peu répercuté dans ses choix durant l’absence d’Elise. Ah, oui, c’était vraiment pas très glorieux.

« On va juste dire que… enfin… Elise me manquait terriblement. »

« Oooooh ! Mais qu’il est mignon quand il le veut, mon petit roi adoré ! » déclara Elise tout en lui pinçant la joue avec tendresse avant de venir l’embrasser tendrement là où s’était trouvé le pincement.

« S’il te plaît, Elise. C’est assez gênant si les autres nous regardent. »

« Oh ? Tiens donc ? Et depuis quand est-ce que tu te préoccupes de tout ça ? Je n’étais pas du tout au courant, Royan. »

« Euh, depuis le début, Elise ? Enfin, j’ai l’impression que tu te moques un peu de moi, est-ce que je me trompe ? »

Oooooh ! Elle le regarda avec un grand sourire, haussant les épaules pour l’air de faire croire qu’elle ne voyait pas le moins du monde de quoi il parlait. Royan leva les yeux vers le ciel ou plutôt le plafond de pierre. Elen soupira, au moins, elle était bien entourée.

Laisser un commentaire