Chapitre 21 : Pensée et vérité

Chapitre 21 : Pensée et vérité

« Pfff… Sincèrement, pourquoi est-ce que je devrais en parler maintenant ? Et ici ? En quoi est-ce que cela a une importance, empereur Malark ? »

« Je veux savoir ce qu’il y a de si bien dans cette surfacienne pour que tu sois prêt à tout cela pour lui permettre de s’en sortir. Tu sais aussi bien que moi qu’elle allait sûrement se faire tuer dans les jours qui suivent si tu n’avais pas agi de la sorte, n’est-ce pas ? »

« Je… Enfin… Je… C’était la solution à laquelle je ne voulais pas penser, empereur Malark. C’est vraiment un choix auquel je ne voulais pas me résoudre. »

« Mais pourtant, c’est bien ce que tu as fait, n’est-ce pas ? »

« C’est le cas. Enfin, pour répondre à votre question, pour Manelena, c’est assez compliqué. Je la connais depuis maintenant plusieurs années. Elle est apparue toute en armure noire, j’ai été étonné mais impressionné de voir qu’une femme pouvait être maréchale dans une armée. C’est quand même le plus haut grade, j’ai cru comprendre. »

« Je ne sais pas comment fonctionne les différentes armées dans ce monde mais j’imagine que cela doit être plus ou moins le même partout. Dans notre cas précis, nous fonctionnons aussi de la sorte bien que mon conseiller militaire a aussi un rôle très important. Tu peux continuer tes propos, Tery Vanian. »

« Euh… Alors, j’en étais où ? Ah oui, euh, la différence entre Manelena et les autres, c’est qu’en rejoignant l’armée de Shunter, je me suis confronté à bon nombre de nobles qui pensaient pouvoir aisément me malmener. Elle, de son côté, ce n’était pas vraiment ça. Je veux dire, elle ne juge pas une personne sur ses origines mais ses compétences. Même si je dois avouer que j’ai eu la vie dure, je n’arrivais pas vraiment à m’en plaindre concrètement. »

Mais maintenant ? Est-ce qu’il devait encore continuer à parler ? Car vraiment, c’était un peu gênant, est-ce qu’ils s’en rendaient compte ? Surtout que Manelena était bien installée sur son dos, l’air de rien, avec un petit sourire aux lèvres.

« Il y avait autre chose de vraiment fabuleux, c’est qu’elle menait un double jeu. Enfin, fabuleux, disons que ça dépend du point de vue mais elle aimait participer directement à la bataille. Vous savez, elle n’hésitait pas à se mettre en avant, à combattre en première ligne, à participer aux missions les plus dangereuses. »

« Hmm, hmm… Mais est-ce vraiment cela qui t’a emmener à la voir de la sorte ? De ce que je peux comprendre, tu sembles plus la respecter comme une figure d’autorité que comme une femme, est-ce que tu n’es pas d’accord ? »

« Euh, je crois que c’est plus compliqué que ça, empereur Malark. Comment je pourrais vous expliquer ? Ah oui, je disais que Manelena était le genre de femmes qui aime participer directement aux conflits pour les résoudre mais elle a aussi un grand sens du devoir… et bien qu’elle se soit forgée une carapace au fil des années sous son armure noire, ce n’est pas pour autant qu’elle était complètement insensible. »

« Je ne suis pas certaine que je vais apprécier la suite de la conversation. »

C’était la femme aux cheveux argentés qui venait de couper brièvement la parole à Tery mais elle ne pouvait pas vraiment l’en empêcher. Elle avait attendu ce petit discours depuis si longtemps, maintenant, elle voulait l’entendre jusqu’au bout.

« Manelena a toujours mis son pays avant sa propre personne. Elle n’a pas hésité à se laisser donner en sacrifice pour que son armée, son père, son pays, tous ceux qui préféraient ignorer son véritable rôle et son existence, toutes ces personnes, puissent vivre alors que nous avions quatre armées qui se confrontaient à nous ! »

« Hmm ? Quatre armées ? Est-ce l’histoire de ces fameux médaillons et créatures légendaires ? Est-ce qu’il y a un rapport avec cela, Tery ? »

« C’est un peu avant l’éveil de ces créatures légendaires mais ça a un rapport avec tout ça, oui. Vous ne vous trompez pas. Néanmoins, il n’y a pas que ça. Je veux dire, quand j’ai compris qu’elle n’avait pas peur de cela, qu’elle était prête à mourir, j’ai voulu lui offrir une autre vie. C’est à ce moment que j’ai compris que je n’étais pas humain. »

« Ah oui, les cornes démoniaques, elles n’apparaissent qu’en de rares moments pour ceux qui n’y sont pas habitués et surtout qui sont des demi-démons, comme toi. »

Il hocha la tête aux propos de l’empereur. C’était ça … même s’il se demandait pourquoi est-ce que l’empereur s’amusait à lui couper la parole à chaque fois ? Encore que ce n’était pas véritablement un jeu mais bon…

« Enfin à cet instant, je ne me suis pas préoccupé de ce que j’avais en face de moi, de ce que le monde entier voulait, ma priorité était Manelena et personne d’autre. Je voulais qu’elle soit heureuse, qu’elle vive pour elle. Même si cela n’a pas été facile, je pense que j’ai réussi plus ou moins mon objectif. La voici maintenant devenue la reine de Shunter. Même si on peut aisément voir qu’être reine ne l’empêche pas de se mettre en danger sur le terrain. »

« Disons que je ne m’attendais pas à ce que les gnomolds et les mékalarmiens travaillent ensemble pour tenter de tous nous enterrer, ou du moins, les démons. »

« Mais est-ce que vous êtes satisfait de ma réponse ? Empereur Malark ? »

« Je ne pense pas. Tu dis t’être voué à cette femme mais tu en aimes une autre ? Cela est assez perturbant, tu ne crois pas ? Tu ne sais pas te décider ? »

« Ah mais non ! Euh… Enfin… C’est qu’Elen est mon premier amour. Manelena, je ne sais pas vraiment si… enfin, j’imagine que oui. Je l’aime aussi. Je ne sais pas si c’est le même genre d’amour qu’Elen vu que ce n’est pas un premier amour mais je ne veux pas qu’il lui arrive quelque chose de mal, je veux qu’elle soit heureuse, je veux être à ses côtés et qu’elle sache que je vais veiller sur elle. Je ne suis pas vraiment l’homme parfait, bien loin de là mais je veux lui faire comprendre que je suis là pour elle. »

« Et cela malgré les nombreuses fois où tu l’as abandonnée ? Comme cette Elen ? Quand tu as décidé de briser après tout ce temps le sceau qui empêchait le monde de la surface et le monde souterrain ? Est-ce que tu es certain qu’une telle promesse est légitime quand on connaît cette situation ? Qu’en dis-tu exactement, Tery Vanian ? »

« Que même si beaucoup de promesses sont brisées, l’important n’est pas la finalité mais le fait que la personne croit en cette promesse et s’y accroche. Qu’elle sache que si cette promesse trouve une fin, ce n’est pas parce que je le voulais mais que je n’ai rien pu faire pour empêcher ça. »

« Je pense que j’ai obtenu ce que j’ai désiré. Ce n’est pas à moi de décider si ces paroles conviennent ou non à la personne à laquelle elles étaient adressées. »

Ah, oui. C’était vrai. Lentement mais sûrement, le jeune homme se tourna vers Manelena pour lui faire face, attendant de voir ce qu’elle allait dire. Celle-ci avait un visage neutre bien qu’on pouvait aisément remarquer qu’elle se forçait.

« Je dirais que c’est plutôt pas mal comme déclaration. Je crois que le mieux aurait été d’allier le geste aux paroles pour la peine. »

« Je ne suis pas comme ça et je ne le serais jamais, Manelena. Tu dois t’en douter non ? »

« C’est bien pour cela que c’est assez sidérant que je puisse entendre cela de ta part. Enfin bon, c’est aussi comme ça que je t’ai toujours connu. Je ne peux pas y faire grand-chose, n’est-ce pas, Tery ? Et vous-même, empereur Malark, maintenant que vous avez entendu ma réponse, est-ce que vous êtes satisfait de celle-ci ? »

« Disons que vous êtes deux cas très problématiques… et que l’avenir vous réserve quelque chose de bien sombre et funeste. »

« Qu’est-ce que vous êtes en train de raconter là ? »

« Je ne pensais pas qu’il était déjà temps de te le signaler, Tery mais… je sais de quelle lignée démoniaque tu es issu. »

Hein ?! Il s’était aussitôt retourné vers l’empereur, les yeux grands ouverts. Est-ce qu’il avait mal entendu ou alors, l’empereur Malark lui-même venait de dire… mais…

« Je croyais que ce n’était pas le cas ! Vous disiez ne pas savoir, empereur Malark ! Comment donc… De quelle façon vous… »

« J’ai mes propres connaissances dans ce domaine et même les renifleurs royaux ne peuvent pas deviner tes origines puisque… cette odeur si particulière n’est connue de personne, sauf de chaque monarque. »

« Mais mais mais… Je veux dire pourquoi me l’avoir caché ? Qu’est-ce que vous aviez à y gagner ? Est-ce que cela risque de mettre à mal la monarchie ou quelque chose du genre ? »

« Tu ne me sembles pas être le genre de démon attiré par le pouvoir. C’est même pour cela que c’est plus inquiétant que toute autre chose. »

« Qu’est-ce que vous voulez dire par là, empereur Malark ? »

« Tout simplement que tu es très puissant, Tery. »

Euh… Manelena venait de prononcer une phrase bizarre. Lui, très puissant ? Bon d’accord, il était vrai qu’il n’était pas comme le commun des mortels mais de là à dire qu’il était très puissant ? Il ne savait pas trop. Elle lui donna une petite tape derrière le crâne avant de reprendre d’une voix un peu lasse :

« Le fait que tu sois très puissant mais non intéressé par la sphère politique, militaire ou autre fait de toi quelqu’un de libre. Et quelqu’un qui n’a aucun lien qui le retient peut devenir très dangereux s’il s’avère qu’il possède ta puissance. »

« C’était aussi son cas, il y a de cela quelques millénaires. Et plusieurs données concordent par rapport à toute cette histoire. »

« Qu’est-ce que vous voulez dire par là ? » répéta une nouvelle fois le jeune homme aux cheveux bruns, un peu abasourdi par les propos du monarque.

« Je pense que le mieux est de faire une petite marche dans mes quartiers privés. Même mes serviteurs ou les personnes les plus proches, que cela soit militaires, politiques ou liées par la famille, n’y ont accès. »

« Euh, alors, pourquoi est-ce que nous y aurions le droit ? »

« Tu poses beaucoup de questions vraiment inutiles, Tery Vanian. Tu devrais te taire quelques fois, comme le fait si bien cette jeune reine de Shunter. D’ailleurs, en vue de votre relation si spéciale et unique, tu es autorisée à nous suivre. »

« Oh je pense que là, je peux vous remercier de cet honneur, empereur Malark. »

Pour la première fois, Tery vit Manelena qui s’inclinait respectueusement. Pourquoi est-ce que le ton avait changé en si peu de temps ? Il n’était vraiment pas sûr de tout saisir. En fait, il avait surtout l’impression que les deux membres de la royauté parlaient un langage qu’eux seuls étaient capables de comprendre.

« J’ai une petite question le temps que l’on arrive jusqu’à vos quartiers, empereur Malark. »

« Hmm ? Tu peux la poser, Manelena. » déclara l’imposant démon alors qu’il se levait du trône, passant à côté d’eux pour prendre les commandes de la marche.

« Ce que vous allez révéler sur Tery, est-ce que cela risque de le chambouler au point de lui faire perdre la tête ? Car je dois avouer que je suis un peu lasse de lui remettre du plomb dans la cervelle à force. »

« Tu es là pour cela… et Tery peut donc compter sur toi. Lui, n’a pas eu cette chance à son époque. Mais trêve de bavardages, je vais vous y emmener. »

« Nous vous suivons, empereur Malark. »

D’accord, ce n’était pas qu’une impression. Il était totalement à côté de la conversation. Alors que Manelena était capable de saisir les propos de l’empereur, lui, il se demandait vraiment ce qui se passait. Et pourquoi est-ce qu’elle s’inquiétait de sa santé mentale ?

« Que personne ne vienne nous déranger. »

Une seule phrase de la part de l’empereur et les deux soldats qui gardaient les portes de la salle du trône vinrent se raidir. L’un d’entre eux signala qu’il allait passer le message, bredouillant dans ses paroles avant de se mettre à courir aussitôt.

« Ah… Cela est bon d’instaurer la peur dans chacun, cela prouve qu’ils me craignent mais il faut avouer que des fois, cela est plus ennuyeux et fatiguant que prévu. Ou alors, je commence à être las d’être l’empereur. »

« Las d’être empereur ? C’est peut-être pour cela que vous étiez heureux d’avoir Elise ? »

« Ce n’est pas le sujet de cette conversation, Tery Vanian. Continu… »

« Je voulais savoir : est-ce que chaque membre de la fratrie d’Elise est… né d’une mère différent ? Vous évoquiez le fait que les démons pouvaient être polygames, non ? »

« C’est exact. Et pour répondre à ta question, je n’arrive plus à me rappeler si je l’avais évoqué mais oui, ils sont tous nés d’une mère différente, une démone que j’ai épousée, et une démone que j’ai éliminée de mes propres mains à cause de sa soif de pouvoir. Il n’y a bien que la mère d’Elise dont je ne sais rien. Je n’ai jamais pensé à lui poser la question. »

« De ce que j’ai cru comprendre, elle est devenue orpheline. Moi-même, dans le fond, mon père n’était pas véritablement mon père. Je ne sais pas trop comment vous avez fait pour qu’il y arrive… sans faire « cela » avec ma mère mais bon… »

« Cela est un étrange concept que je pourrais t’expliquer plus tard mais… Alzar nous a permis de nous développer avec chaque autre race d’une façon ou d’une autre. Je ne suis pas certain que vous pouvez tous vous développer entre chaque race, non ? »

« Je… ne me suis jamais posé la question, je dois avouer. Manelena ? Est-ce que tu es au courant si les Mékalarmiens et autres peuvent se reproduire avec nous ? »

« On ne peut pas plutôt changer de conversation ? C’est vraiment étrange et saugrenue comme réflexion hein ? Je tenais à le signaler ! »

Pour une fois que Manelena donnait un point de vue aussi « franc » sur un tel sujet, il valait mieux s’arrêter. L’empereur leva juste un sourcil, l’air de se dire que ce n’était pas si grave que ça tandis que Tery finissait par se taire. Au final, il n’allait pas savoir la réponse de si tôt visiblement. Après quelques minutes de marche, ils passèrent diverses portes, certaines gardées, d’autres non, jusqu’à plusieurs couloirs où ils étaient les seuls à se déplacer dessus.

« C’est vraiment un endroit dont vous êtes le seul à avoir accès, empereur Malark ? »

« Ces couloirs ont plusieurs millénaires. J’imagine que certains architectes ou autres employés ont été chargé de les entretenir, comme certaines salles mais pas toutes. Ce qu’il est devenu de ces employés et architectes ? Je n’en sais rien et cela ne m’intéresse pas. »

« Oh, d’accord, d’accord. Mais il faut avouer que c’est assez sinistre. »

« C’est le but de cet endroit. S’il était accueillant, beaucoup tenteraient d’y avoir accès mais non, je ne peux pas le permettre et je ne veux pas le permettre. »

« Mais pourquoi nous y donner accès alors que même vos enfants n’y ont pas le droit ? »

« Car tu es là, Tery Vanian. Tu es de sa lignée. Cela veut dire qu’il est peut-être alors temps de régler cette histoire. Je n’ai fait que suivre l’idée des précédents empereurs. Mais je ne pensais pas que cela arriverait un jour, du moins, pendant mon règne. »

« Mais qu’est-ce qui peut me rendre plus spécial qu’un membre de la famille royale ? »

« Tu vas très vite le découvrir. Nous sommes arrivés. »

Oh ? Ce n’était qu’une simple porte en bois. Elle semblait être usée et les murs autour démontraient un très grand âge. En jetant un bref coup d’oeil autour d’eux, Tery remarquait que le couloir était sûrement le plus ancien qu’ils aient parcouru. Ouvrant la porte qui s’était mise à grincer après avoir posé la main dessus, il pénétra dans la pièce, laissant Tery et Manelena rentrer à l’intérieur.

« Oh… Mais c’est… une bibliothèque ? »

C’était la première chose qu’il pouvait remarquer et signaler. C’était une magnifique bibliothèque, oui, très ancienne, mais remplie d’innombrables ouvrages. Oh, elle n’était pas aussi grande que celle de ses grands-parents mais il y avait des livres partout. Que cela soit à gauche, à droite, en hauteur, sur un bureau, vraiment partout.

« Ces livres contiennent le savoir ancestral des empereurs et impératrices depuis des générations jusqu’à l’époque où nous étions encore reliés à vous. »

« Euh, vous voulez dire… comme genre depuis des milliers d’années, c’est bien ça ? »

« C’est exact. Moi-même, j’ai déjà écrit plusieurs livres. Il nous faut être érudits pour que nous puissions transmettre notre savoir aux futures générations. »

« Mais un savoir basé sur quoi exactement ? Est-ce que vous pouvez nous le dire ? » finit par demander Manelena alors que l’empereur avait un faible sourire :

« Sur le royaume, ses habitants, les familles nobles, leurs avancées, leurs disparitions, toutes ces choses… mais la plus importante nous prend la majorité du temps. »

« Euh… Et quelle est la donnée la plus importante du royaume démoniaque ? » demanda à son tour Tery, sur un ton un peu fébrile.

« Le Dévoreur. »

Un simple mot et Tery sentait un puissant frisson l’envahir, comme si tous les pores de sa peau venaient de se redresser. Ce n’était pas la première fois qu’il avait entendu ce nom mais, de la bouche même de l’empereur, cela avait une connotation différente, plus sinistre. Et il n’était vraiment pas rassuré par tout ça.

« Le Dévoreur ? Vous parlez de ce démon ? Enfin, j’ai cru comprendre, je sais plus… »

« Des explications sur le Dévoreur seront données, Tery. Le plus important est ce que je vais te dire à ce sujet et… »

« Empereur Malark, je vois parfaitement où vous voulez en venir alors si vous voulez bien patienter un peu. Bon sang, Tery, tu peux pas me retirer ces chaînes ? »

Elle lui avait montré ses mains toujours reliées par la chaîne en métal et les bracelets du même matériau utilisé. Tery bredouilla quelques mots, venant prendre la clé qu’il avait dans sa poche pour débarrasser Manelena de ses chaînes. Dès qu’elle eut ses mains libérées, elle vient les placer sur les épaules de Tery, le regardant droit dans les yeux.

« Tery, ce que tu vas apprendre, il faut absolument que tu l’acceptes. Qu’importe ce que cela représente, d’accord ? »

« Euh, tu es un peu effrayante sur le coup, Manelena. Pourquoi est-ce que… »

« Viens par là, toi. J’ai pas envie que tu replonges dans les abysses. Une fois mais pas deux ce foutu truc. Vous pouvez le lui dire. »

Hein mais mais mais ! Il se retrouva calfeutré contre la poitrine de Manelena, le dos de son crâne bien amorti par les doux oreillers de la femme aux cheveux d’argentés. Si elle se montrait aussi gentille, c’est que c’était assez grave, n’est-ce pas ?

« Bon, nous n’allons pas tergiverser plus longtemps, Tery. Tu es issu de la chair même du Dévoreur. Tu es donc de sa lignée. »

« Attendez un petit peu quand même. Je voulais juste dire enfin… Je… »

« Tu n’es pas réellement son enfant. Du moins, pas de cette façon à laquelle tu penses. »

« Mais attendez un peu, empereur Malark ! » s’écria le jeune homme, retenu par les bras de Manelena au niveau de son torse.

« Tu es un morceau de chair, une engeance issue du Dévoreur qui a été emmenée jusqu’à une femme de la surface pour donner naissance. Tu es la première tentative de … »

« ASSEZ ! QU’EST-CE QUE VOUS ÊTES EN TRAIN DE RACONTER ? »

« Tu es ma première tentative de chercher non pas une porteuse démoniaque mais une porteuse de la surface. Et c’est visiblement ce qui a permis de te donner naissance. »

« MAIS MERDE ! VOUS M’ÉCOUTEZ ?! »

Manelena mettait un peu plus de force dans ses bras pour retenir, le jeune homme n’ayant visiblement plus de retenue face à l’empereur en face de lui. Le monarque démoniaque attendit quelques minutes, le temps que Tery s’épuise et finisse par à peine gigoter dans les bras de Manelena. Il n’était… qu’un morceau de chair.

Laisser un commentaire