Chapitre 23 : L’amour du Dévoreur

Chapitre 23 : L’amour du Dévoreur

« Je n’ai pas de père, ma mère a été un simple objet bon être fécondé, je me demande à quoi je vais réellement servir dans ce monde ? »

« Tu ne va pas commencer à désespérer non plus, Tery. Ne t’inquiète pas pour ça. »

« Manelena, je voudrais bien te voir. Est-ce que tu vois ce que ça veut dire ? Que je suis juste… je ne sais même pas ce que je suis ! »

« Tery Vanian, imbécile qui se rapproche de ces vingt-cinq ans, je crois bien. J’ai arrêté de compter à force, je ne sais pas quelel date nous sommes. Tu es peut-être plus vieux maintenant. Mais bref, tu viens du village de Leskar, tu as une mère adorable bien qu’avec un très fort caractère quand elle le décide. Tu as passé la majorité de ta vie reclus dans ta maison depuis l’attaque de ton village par les gnomolds, ainsi que la mort de ton père qui a tenté de te livrer aux gnomolds pour survivre. »

« Je n’ai pas besoin d’un cours sur mon existence, Manelena, je… »

« Non, tu n’as pas à me couper la parole. Tery, tu as été libre de décider par toi-même pendant des années. Pourquoi est-ce que ça changerait maintenant ? C’est grâce à toi si je ne suis plus simplement la maréchale Nali mais… Manelena, la reine de Shunter. Tu m’as permis d’être différente, d’envisager une autre vie. »

« Oui mais la mienne était toute tracée… et quelle trace ! C’est tellement… »

« Je vais te forcer à la boucler, Tery ! »

Et cette fois-ci, c’était à nouveau à elle d’amorcer l’attaque. Sans prévenir, elle le coucha sur le lit, collant ses lèvres sur les siennes, bloquant ses bras pour l’empêcher de se mouvoir. Il chercha à se débattre pendant quelques secondes avant de se laisser succomber à cette étreinte des plus agréables. Le baiser continua pendant une bonne minute, Manelena n’étant visiblement pas prête à le laisser respirer puisqu’elle mêlait sa langue dans la bouche de Tery, faisant une intrusion digne d’une dévergondée.

« Je crois que c’est le bon moment pour que j’ai à te le dire, Tery Vanian. »

« De… De quoi, Manelena ? » murmura le jeune homme, encore un peu hébété, la femme aux cheveux argentés essuyant la salive de ses lèvres de quelques doigts, restant au-dessus de lui.

« Alors, je veux que tu te rentres ça dans le crâne. »

Elle avait fini par relâcher ses bras, prenant son visage à deux mains, ses yeux rubis plantés dans ceux émeraude du jeune homme. Son visage était si près de celui de Tery, il pouvait sentir son souffle contre ses lèvres :

« Je t’aime. C’est compris ? Je vais pas te faire un grand discours et te donner tous les détails qui expliqueraient pourquoi je t’aime mais il que ça reste coincé dans ton esprit : je ne vais pas aimer n’importe quel homme. Je ne vais pas aimer un ersatz ou une parodie de démon ou de personne de la surface. La personne que j’aime, ce n’est pas une amourette. »

« Tu avais dit pas de longs discours, Manelena et pourtant, ce que tu… »

« Tu ne sais jamais quand tu dois te taire. Bon sang, j’avais ce poids sur la conscience. Je ne suis même pas certaine de t’avoir signalé mes sentiments dans la bibliothèque de tes grands-parents à Omnosmos. Maintenant, c’est fait. »

« Mais comment est-ce que tu peux… et avec ce que l’on a appris, je… »

« Encore une fois, je n’ai pas attendu les révélations pour décider de t’aimer. Bien entendu, si cela avait des révélations horribles comme par exemple, je ne sais pas, que tu manges des bébés mékarlarmiens, là, je crois que j’aurais décidé de de tuer de mes propres mains. »

« Mais je suis le descendant ou je ne sais quoi… du Dévoreur. C’est un démon qui a causé tellement de… »

« Le Dévoreur est le Dévoreur. Ce n’est pas parce que tu as son sang que tu es obligé de suivre sa voie. Je suis peut-être mal placée vu qu’au final, je suis devenue la reine de Shunter alors que mon père m’a renié pendant tout ce temps mais ça ne change rien du tout ! Raaaaah ! Comment est-ce que je peux expliquer tout ça à monsieur tête de veau. »

Hein ? C’était quoi cette insulte ? Il cligna des yeux, se demandant si Manelena venait vraiment de l’insulter de cette manière ? C’était juste qu’il n’avait aucune idée de ce que ça voulait dire exactement. Il était vraiment perplexe sur le coup. Surtout que c’étiat une insulte vraiment… ridicule, non ? Il ne savait pas vraiment quoi penser.

« Tery ? Dormons tous les deux. L’empereur nous a dit que nous pourrons discuter à nouveau de tout ça. Oh… Et j’ai bien précisé dormir. De toute façon, nous serons tranquilles. »

Et voilà qu’elle déposait un nouveau baiser sur ses lèvres, s’installant à côté de lui avant de le prendre dans ses bras sans aucune gêne. Avec tout ce qui s’était passé, il ne savait pas exactement sur quel pied il devait danser mais dans tous les cas, il allait accepter la proposition de Manelena.

La tête nichée contre son corps, il trouva bien plus rapidement le sommeil qu’il ne l’aurait pensé. Manelena, quant à elle, restait éveillée, l’observant dormir. Parfois, elle avait quelques spasmes nerveux, ayant du mal à contrôler la colère qui l’animait, les traits de son visage se distordant sous la colère, puis quelques secondes plus tard, elle retrouvait un visage beaucoup plus serein.

« Ah… Ce qui est fait est fait… Si je m’attardais vraiment sur ma féminité, j’aurais vraiment commencé depuis des années. »

Et puis, ça ne servait à rien de continuer à penser à ça. Si elle… cherchait vraiment une raison à ça, elle allait à nouveau se plonger dans une colère sourde et stupide, qui ne mènerait à rien. Et puis, en voyant Tery dormir de la sorte, il était le parfait exemple de l’eau qui dort. Jamais, elle n’aurait imaginé qu’il soit capable d’un tel acte. Et même si cela avait été à dessein, ce qui avait été fait avait été fait. Oui, elle se répétait mentalement ce qu’elle venait de prononcer quelques instants plus tôt. Finalement, c’était à son tour de dormir d’un sommeil plus profond qu’elle ne le pensait.

Le lendemain, Tery avait demandé à retrouver le monarque pour pouvoir à nouveau parler de cette histoire. Il voulait plus de réponse, plus de détails, plus d’informations sur le Dévoreur. Moins de trente minutes s’écoulèrent et les voilà à nouveau dans le couloir menant aux quartiers personnels du Monarque.

« Que cherches-tu exactement comme informations, Tery ? »

« Tout ! Tout ce que je peux savoir sur le Dévoreur, dans ses moindres détails ! Pourquoi il se fait appeler ainsi ? Pourquoi il est ainsi ? Toute l’histoire ! »

« Hum… Devrais-je d’abord commencer par les bases. Le Dévoreur était un démon comme tous les autres. Il était issu de la race créée par Alzar, race unique de la part de cette divinité, contrairement aux autres races créées par Zélisia. La particularité du Dévoreur, je ne connais plus son véritable prénom, ce dernier n’ayant jamais été gardé malgré les nombreux empereurs et impératrices qui se sont succédé. Hmm.. .Où j’en étais ? Ah oui, la particularité du Dévoreur était une capacité d’assimilation particulièrement impressionnante. Comme vous le savez, nous autres, démons, pour devenir plus puissants, sommes capables de nous phagocyter les uns aux autres pour progresser. Bien entendu, si la créature est trop faible, cela ne changera rien. Mais dans le cas du Dévoreur, même la plus infime créature avait son importance mais surtout, il était sensiblement différent des autres démons. »

« Cela ne veut pas me dire… pourquoi ou comment je suis né de la part d’un simple morceau de peau ! Ce n’est pas normal et… »

« C’est pourtant ainsi que naissent les démons. Nous avons la même méthode que les autres races entre nous mais pour de meilleures chances de réussite avec les autres races, celle du lambeau de peau est la plus sûre. »

« C’est tout simplement aberrant et saugrenu ! Comment est-ce même possible que ça… enfin que ça se passe comme ça ! Vous êtes en train de me dire que… »

« Je ne vois pas où tu veux en venir mais cesse donc de me couper la parole. Alzar a voulu que sa race, bien que parfaite, puisse s’accoupler avec celles de Zélisia. Je n’ai pas besoin d’expliquer la relation si unique entre lui et Zélisia, entre amour et conflit. Deux êtres totalement différents et qui pourtant cherchaient à s’aimer. Les races qui existent dans ce monde sont leurs créations, toujours prêtes à s’opposer mais pourtant aptes à s’aimer si elles le désiraient. Tout n’est qu’une question de volonté. »

« Continuez plutôt sur le Dévoreur. Je sais déjà plus ou moins au sujet des deux divinités qui ne sont pas tant que ça des divinités, juste des êtres bien plus puissants que nous. »

« Oh ? Tu le penses aussi ? Soit… Bref, le Dévoreur était un démon exceptionnel, comme signalé. Ses capacités étaient au sommet des démons. Même s’il n’était pas considéré comme l’empereur, beaucoup ne pouvaient que le considérer comme le plus puissant d’entre nous tous. Et malgré ses possibilités de dévorer autrui, il n’utilisait que très rarement cette capacité. Car oui, le Dévoreur avait un défaut, un énorme défaut aux yeux des démons, mais peut-être des races toutes entières. »

« Et quel est ce défaut ? Pour que vous le mettiez autant en avant ? »

« Trop gentil. Il était beaucoup trop gentil. Tu te doutes pertinemment qu’un démon aussi puissant que lui va attirer bon nombre de problèmes, n’est-ce pas ? »

« Oui, la question ne se pose pas vraiment. Mais à part ça ? »

« Il a été souvent obligé de combattre mais la majorité du temps, il laissait la vie sauve à ses agresseurs, les renvoyant simplement parmi les leurs en leur faisant promettre de ne pas recommencer, d’une façon ou d’une autre. »

« Hmm… De la gentillesse ou de l’imbécilité, j’imagine que ça dépend du point de vue. » déclara Manelena entre ses dents, ses yeux rubis se posant brièvement sur Tery.

« C’est ce que beaucoup pensaient de lui. Néanmoins, les faits étaient là et il n’était pas possible de prétendre le contraire en voyant le Dévoreur. »

« Alors ? Qu’est-ce qui s’est passé exactement ? Pourquoi est-ce que je suis un morceau de chair du Dévoreur ? À part le fait que vous vouliez voir s’il était possible d’obtenir un descendant de cette… chose. »

« Tout d’abord, il me faut te prévenir au sujet du Dévoreur. Ce dernier avait aussi une autre particularité. En fait, il était remplit de contradictions. Mais c’était ce qui faisait son être en détail en fin de compte. »

« Comment cela ? Qu’est-ce que ça veut dire ? »

« Qu’Alzar et Zélisia étaient bien meilleurs que ne le pensaient les différentes races de ce monde, que ça soit les démons ou celles de la surface. Le Dévoreur s’est attaché à une personne de la surface lors d’une bataille à laquelle il a été obligé de participer. »

« Attaché dans le sens… tombé amoureux ? Vous voulez dire ça ? »

« C’est exact. Ce terme était méconnu de la majorité des démons. Pour nous, il s’agissait plutôt de trouver des partenaires compatibles pour obtenir les meilleurs gênes dans nos descendances. Encore qu’aujourd’hui, cela n’a pas totalement changé. »

« Ah, il ne fallait pas trop s’en douter en vue du fait que la polygamie est autorisée chez les membres de votre race hein ? »

Manelena avait lâché cette réplique sur un ton plein d’ironie, l’empereur Malark se tournant vers elle, un sourire presque dissimulé dessiné sur ses lèvres :

« Et j’imagine que la place de l’amante ne semble pas vous déplaire, reine de Shunter. Les surfaciens ne sont pas si différents dans leurs mœurs en réalité. »

« Humpf ! Je ne peux pas donner tort à vos propos… en partie. Mais ne croyez pas que je vais me contenter de cette place que vous évoquez. »

« Je ne crois pas que je devrais me mêler de vos chamailleries royales mais… est-ce que l’on pourrait continuer sur le Dévoreur, s’il vous plaît ? »

« Hmm… Tu sauras presque tout ce que tu dois savoir à son sujet. Où en étions nous plus précisément, Tery ? »

« Vous plaisantez, non ? Nous en étions au fait que le Dévoreur aimait quelqu’un de la surface ! C’est pourtant quelque chose d’important ! Enfin, j’imagine ! »

« Tu imagines bien, oui. Le Dévoreur détestait les guerres et en vue de son amour pour cette surfacienne, tu dois te douter qu’il voulait éviter d’avoir à les combattre. Pourtant, en raison d’un certain évènement, il n’a malheureusement pas eu trop le choix et s’est alors retrouvé obligé de prendre part à cette guerre. »

« Et vous ne voulez sûrement pas nous dire pourquoi il a été obligé, non ? »

« Je pense que tu es apte à le deviner par toi-même, Tery. »

« À cause de son amour. Je ne suis pas certain que cela ait été bien vu par les démons et les êtres de la surface. Peut-être que certains ont menacé de s’en prendre à celle qu’il aimait car ils savaient que tenter de s’en prendre au Dévoreur lui-même était tout bonnement impossible. Est-ce que je me trompe ou alors, je suis proche de la vérité ? »

« Tu es bien plus proche de la vérité que tu ne le penses, Tery. C’est exact. Cet amour n’a plu à personne. Même dans la propre famille du Dévoreur, on considérait cela comme du gâchis alors qu’ils le laissaient faire tout ce qu’il désirait, chose normale en vue des ses capacités. »

« Si c’était si normal, il n’avait pas à se laisser faire. Il est en droit de faire ce qu’il désire. Surtout pour une raison qui ne le concernait que lui, sans mettre en péril les différentes races. Il avait le droit d’aimer qui il désire. »

« Tout le monde n’avait pas ce même mode de pensée, Tery Vanian. Autant Alzar et Zélisia, en vue de leurs statuts de divinité, cherchaient à ce que les gens acceptent cet amour. »

« Alzar, Zélisia… Qu’est-ce qui leur a pris d’agir de la sorte ? Depuis le début, ils se mêlent d’histoires qui ne les concernent pas. Ils font… n’importe quoi ! »

Et à tout écouter, et en se rappelant d’à peu près tout, il avait la sensation qu’ils étaient responsables de tous les malheurs qui lui étaient tombés dessus depuis ces dernières années. Oui, peut-être qu’Alzar et Zélisia avaient de « bonnes » intentions mais ces dernières étaient très problématiques.

« De ce que j’ai compris, à la surface, vous les considérez comme des divinités, mais pour nous autres démons, Zélisia et Alzar sont des êtres juste bien plus puissant que le commun des démons. Ainsi, nous pensons qu’ils sont imparfaits et sont donc aptes à commettre des erreurs. Beaucoup trop d’erreurs d’ailleurs. »

« Oui, enfin, des erreurs en vue de leur puissance, ce sont des erreurs qui peuvent causer la perte de plusieurs milliers de personnes et encore, je trouve que je suis bien gentil sur le coup. S’ils veulent si bien faire que ça, pourquoi est-ce qu’ils ne réfléchissent pas plus longtemps à leurs actes ? Pourquoi c’est si compliqué de leur part ? J’ai l’impression qu’ils font tout pour rater ou presque. Vraiment, ces deux idiots… »

« Certains des précédents monarques considéraient Alzar et Zélisia comme de gentils simplets avec de bonnes intentions et de grands pouvoirs. Le souci, c’est que des pouvoirs de la sorte, sans qu’ils n’aient conscience de ce qu’ils font, cela peut donner des résultats dramatiques. »

« Dire que nous sommes en train de parler de deux divinités comme s’il s’agissait de deux enfants turbulents. »

Manelena avait légèrement soupiré à cette idée. En même temps, tout cela avait un rapport avec le Dévoreur, ce n’était pas de la faute à Tery s’il était relié à ce dernier et qu’indirectement, Zélisia et Alzar revenaient sur le devant de la scène.

« Qu’est-ce que je peux apprendre réellement au sujet du Dévoreur, empereur Malark ? Je veux vraiment tout connaître à son sujet, son véritable nom, sa localisation, son histoire, son amour, tout… j’ai la sensation qu’il le faut. »

« Cela prendra beaucoup de temps, Tery Vanian. Trop pour que tu puisses rester ici en sécurité. Je sais parfaitement ce que tu comptes faire et d’ici peu, tu seras envoyé à nouveau en mission. Je recherche toujours ma fille pour qu’elle revienne parmi nous. De même, je vais devoir travailler à ce qui s’est passé concernant les surfaciens ne se reproduisent plus. »

« Vous pensez vraiment y arriver ? Vous m’avez pourtant dit que … cela était impossible. »

« Je n’ai pas dit impossible. J’ai signalé que cela allait prendre du temps, beaucoup de temps. Mais si ma fille s’est entichée d’un roi à la surface et que le rejeton du Dévoreur a aussi des sentiments pour des personnes de la surface, alors, je n’ai pas à m’y opposer. »

« Je tenais à vous remercier mais en même temps… »

« Une nouvelle mission à l’extérieur. Et cette fois-ci, si vous pouvez éviter d’échouer en partie, ma patience a ses limites. »

« C’est sûr qu’après tous les échecs à la suite, vous ne devez pas vraiment trouver cela très appréciable, je veux bien vous croire. »

Mais en avaient-ils fini avec le Dévoreur ? Il n’avait eu que quelques brides d’informations, ce n’était pas autant qu’il espérait. Mais peut-être que le fait que l’empereur avait détourné un peu le sujet pour justement éviter de continuer à discuter du Dévoreur ?

« Tery Vanian. Le fait que tu puisses crée des golems est une chose qui te rend unique dans ce monde. Cette femme nommée Clari, incarnée par ce golem, c’est elle la preuve que tu es issu du Dévoreur. La magie du Dévoreur était unique en soi. Il est impossible de ramener les morts à la vie, qu’importe la magie, qu’elle soit de Zélisia, d’Alzar, démoniaque ou de la surface. »

« Alors pourquoi… enfin pourquoi… Je sais bien que Clari est morte mais sous cette forme de golem, elle est presque considérée comme vivante, non ? »

« Presque est justement le terme qui différencie un être totalement mort ou non. Presque, c’est bien comme cela que tu peux définir cette femme-golem. Elle est morte et ne reviendra jamais à la vie. Presque, c’est ce que le Dévoreur ne voulait pas croire. »

« Comment ça ? Vous en avez trop dit et… »

« Reviens avec ma fille et je te conterai alors tout le reste. Cela devrait te suffire comme motivation, est-ce que je me trompe ? »

Le jeune homme aux cheveux bruns eut un léger rictus de dépit comme pour confirmer qu’il n’était pas vraiment enchanté à cette idée mais dans le fond, qu’est-ce qu’il pouvait y faire réellement hein ? Enfin, enchanté de devoir fonctionner de la sorte. Retrouver Elise, il en serait plus qu’heureux, Elen aussi d’ailleurs.

« Considérez que ça sera fait. Et par contre, pour le groupe, je vais sûrement vouloir le constituer moi-même, ça ne vous dérange pas, j’espère. »

« Je vois pourquoi tu me demandes une telle chose et tu connais aussi ma réponse à ce sujet. Vous avez la possibilité d’emporter démons et surfaciens avec vous. Peut-être allez vous devoir faire une nouvelle force, un peu plus grande que la précédente mais oui, tu peux emporter avec toi tous ceux qui étaient déjà présents auparavant. »

« Tant mieux alors. Je ne sais pas trop comment l’exprimer correctement mais je pense que c’est quelque chose de nécessaire donc… merci pour tout. »

« Tu es vraiment étrange, et plus proche du Dévoreur que tu ne veux le penser. Me remercier en vue de tout ce qui s’est passé est un concept vraiment tordu. Néanmoins, je ne suis pas dans ta tête. Pour l’histoire du Dévoreur, je vais replonger dans ces livres pendant votre absence à tous les deux. »

« Tiens, vous espérez me revoir dans un futur proche, empereur Malark ? » demanda Manelena avec une légère pointe d’ironie amusée.

« Cela me semble légitime, non ? De devoir envisager de futures rencontres avec l’une des reines surfaciennes ? Il semblerait que vous ayez encore beaucoup à apprendre sur la diplomatie, jeune reine de Shunter. »

« Hahaha ! Ah… Moi, jeune. J’ai bien trois ou quatre ans de plus que lui. » dit-elle en désignant Tery du doigt.

« Eh bien, vous n’êtes encore que des enfants à mes yeux. Et mes aînés ont bien le double voire le triple de votre âge, du moins, j’imagine. »

« Ah… Ouais, y avait ce petit détail. Tery, tu veux bien me remettre les chaînes s’il te plaît ? Il va falloir que nous ressortions tous les trois. »

« Je crois que pour beaucoup, l’inverse serait plus crédible. »

Elle rétorqua aux derniers propos de l’empereur que justement, c’était bien parce qu’elle-même n’avait pas envisagé que Tery fasse ça que ça l’avait surprise, et dans le bon sens. Alors que les gens la voient comme ça, toute penaude et enchaînée, c’était justement parfait pour l’image publique de Tery. Hmm… Quant à celle privée, c’était à elle de s’en charger… en tête à tête. Mais ça, c’était à elle de s’en occuper… et aussi à lui d’ailleurs un peu.

Laisser un commentaire