Chapitre 27 : Déjà vu

Chapitre 27 : Déjà vu

« Pfiou ! Dire que ça va progresser bien plus vite que prévu, si ce n’est pas une bonne nouvelle, ça. Heureusement que ce village avait ce qu’il fallait et nous a proposé ses services, tu ne crois pas, Royan ? »

« Ils ont été un peu prompts à accepter mais j’imagine qu’ils n’ont pas vraiment pensé qu’ils avaient le choix en nous regardant. »

« Pourtant, je me suis présentée comme la princesse Elise. Cela a sûrement joué un peu quand même sur leur décision, non ? »

Il hocha la tête, comme si cela sonnait une évidence. Le souci, c’est qu’il avait considéré la décision d’Elise d’un peu trop dangereuse à son goût/. Et sauf qu’il n’avait pas réussi à le lui dire. À partir de là, il était maintenant un peu tard pour revenir en arrière.

« Espérons juste que tout se passe bien, c’est tout ce que je désire. »

Il chuchotait ça pour lui-même, évitant que quelqu’un ne l’entende. Avec leurs discussions de ces derniers jours et tout le reste, il n’avait pas l’esprit tranquille. Et cela le taraudait plus qu’il ne le pensait. Il voulait bien en parler à Elen mais il y aurait un petit risque qu’elle en discute ensuite avec Elise et il ne voulait pas qu’elle soit froissée qu’il ait gardé ça pour lui. Les sentiments amoureux des femmes, c’était vraiment compliqué.

Pour autant, ce n’était pas pour cela qu’il devait la prendre avec des pincettes. Le jeune homme aux cheveux bleus retourne auprès d’Elise, prenant une profonde respiration avant de placer ses mains sur ses épaules.

« Elise, je voulais te dire quelque chose d’assez important. »

« Hmm ? Oui ? Je t’écoute, Royan. Pourquoi tu as cet air si peiné en me regardant ? »

« C’est juste que… je ne veux pas que tu sois vexée mais, je tenais à te dire que tu as peut-être faire une idiotie en parlant au village. »

« Hein ? Idiotie ? Mais comment ça ? Je veux bien que tu dises ça mais seulement si tu me donnes des explications, Royan ! Car là, je vois pas de quoi tu parles ! »

« Tu as clairement annoncé à tous et à toutes que la princesse Elise était en vie… mais surtout non-loin du village. Plus nous descendons, plus nous nous rapprochons de la capitale, c’est bien ce que tu as dit, n’est-ce pas ? »

« Oui oui, c’est exact mais… où veux-tu en venir ? »

« Tout le monde dans le village ne veut pas forcément que la princesse Elise soit en vie. »

« MINCE ! Tu crois vraiment qu’il y aurait des gens qui… » commença à dire Elise alors que Royan hochait la tête positivement. Elle déglutit, regardant Royan, bien plus inquiète maintenant. Elle n’arrivait pas à croire qu’elle avait commis une erreur aussi grossière sans même y faire attention. Elle… Elle venait peut-être de tous les condamner.

« Tu n’as pas à t’en faire, Elise. Nous pouvons régler cela. »

« Qu’est-ce que tu racontes, Royan ? Ils ne sont même pas au courant qu’ils vont peut-être tous mourir par ma faute d’ici les prochaines heures ou les prochains jours ! »

« Personne ne viendra décéder tant qu’ils sont sous ma protection. Et surtout pas à cause de certains démons qui veulent nous mettre des bâtons dans les roues, compris ? »

« Co… Compris, Royan. Je suis… Je suis vraiment désolée. »

À force d’être trop enjouée avec son idée, elle en avait totalement oublié les règles de sécurité élémentaires. Et voici où ils en étaient maintenant ! Tout ça parce qu’elle n’avait pas pris ses précautions ! Ah… Non, elle ne devait pas pleurer. Mais pourquoi est-ce qu’elle craquerait maintenant et pas avant ?

« Elise, va donc voir Elen pour te calmer. Cela sera beaucoup mieux que de traîner sur place, comme un chien en cage. »

« Tu n’es pas obligé de me parler, comme ça, Royan ! »

« Hein ? Mais, je ne t’ai pas crié dessus, Elise. Allons, Elise. Tu n’as pas à t’en faire, je t’ai promis que j’allais te protéger, je tiens toujours mes promesses, tu le sais non ? »

Elle n’ose pas lui répondre verbalement. Elle n’ose pas relever son visage vers lui. Elle est juste… là. Elle pensait avoir bien fait depuis le début mais ce n’est pas le cas en fin de compte. Elle s’était trompée sur toute la longueur.

« Ce n’est pas bien de dire ça, Royan. Je pensais pas que… Je ne pensais pas que j’allais pleurer, pas comme ça. Pas devant tout le monde. »

« Eh bien, ça arrive. Je vais aller expliquer la situation. Quant à toi, va voir Elen ; »

Il finit par enfin la relâcher, la jeune femme aux cheveux auburn retournant penaude auprès d’Elen, commençant à expliquer ce qui s’était passé. Elle s’attendait à des réprimandes de la part de la demoiselle aux cheveux blonds, mais celle-ci s’occupait de son enfant, déclarant que ça arrivait à tout le monde de faire des erreurs. Elle-même n’avait clairement rien à dire à ce sujet, loin de là même.

Elle était très mal placée alors que des gaffes, elle ne pouvait plus les compter tellement elles étaient nombreuses. Et certaines avaient été très dangereuses pour le groupe. C’est pourquoi, définitivement, elle allait plutôt lui dire que tout allait s’arranger et cela malgré ses erreurs. Elle pouvait apprendre de ces dernières hein ?

« Nous allons commencer à explorer les environs. Certains sont déjà en train de creuser. Je pensais avoir compris que nous ne le ferions pas avant d’être bien installés mais on dirait qu’ils veulent faire du zèle. Je trouve ça un peu gênant de vouloir faire un tunnel alors que nous devons encore nous déplacer pour retrouver Tery et les autres. »

« Pourtant, ce n’est pas si étrange, Elen. »

Peut-être qu’elle ne l’avait pas expliqué correctement mais elle et Tery, à l’époque, alors qu’ils voyageaient et exploraient les environs de la capitale après avoir été reçus là-bas, avaient remarqué que la capitale démoniaque était au plus profond des souterrains mais aussi au centre de ces derniers. Comme une gigantesque cuve qui emmenait tout dans le fond.

Ainsi, au plus proche de la capitale, les zones n’étaient pas si élargies que ça et vu qu’ils avaient marché pendant un bon bout de temps depuis qu’ils étaient ici, même en creusant le tunnel à côté d’eux et en explorant les environs, ils devraient très vite retourner au point de départ. Elen se gratta la joue, comme légèrement embêtée, murmurant :

« Mais si vous faites cela, ça ne veut pas dire que les démons de la capitale risquent de nous trouver bien plus facilement eux aussi. »

« Non, j’y ai pensé sur le coup mais la majorité est si prétentieuse et narcissique qu’après avoir découvert les environs, il n’y a généralement aucune garde qui patrouille dans les environs. Il faut comprendre qu’ils ont un mode de vie qui est « Dévorer ou être dévoré. » Si des personnes se perdent dans les alentours, c’est triste pour eux mais les monstres ne se priveront pas de les écharper. »

« Oui mais cela veut dire que nous aussi, Elise. Et les brigands ou autres ? »

« AH ! Les Brigands, étrangement, avec Tery, nous n’en avons pas vu tant que ça. Peut-être que les monstres étaient d’anciens démons hors-la-loi qui se sont transformés ? Mais de ce côté-là, nous n’avons pas à nous en faire, la discrétion est assurée ! »

« D’accord, tant mieux, c’est plus rassurant maintenant que tu le dis ainsi. »

Elise avait retrouvé le sourire. Il lui en fallait peu à cet instant précis et elle était perplexe à l’idée que son comportement était très irrégulier ces derniers temps. Mais au moins, maintenant qu’elle avait été un peu complimentée par Elen, elle allait observer les travaux sur le tunnel. De base, il n’allait pas être très compliqué.

Les « architectes » du groupe avaient signalé comment ils allaient réaliser ce petit tour de passe-passer. De base, ils allaient tout simplement creuser en ligne droite, installer un espace assez grand pour y entreposer des outils et quelques emplacements pour les soins et autres. Puis ensuite, ils allaient commencer à creuser pour monter… puis recommencer et ainsi de suite. Cela ne servait à rien de faire un long tunnel qui allait uniquement monter jusqu’à la surface. Ceux qui voudront le traverser avaient besoin de plusieurs endroits où se reposer.

Et vu qu’ils n’allaient pas laisser la nature travailler à leur place, il fallait imaginer tout cela comme si seuls les démons et les surfaciens allaient traverser ce tunnel. Après une rapide réflexion, ils en avaient conclu que ce projet n’était pas uniquement un simple tunnel mais quelque chose de bien plus grand et important, ils étaient en train de préparer une véritable voie qui pourrait être commerciale, vivable et autres. Dans les souterrains, les villages démoniaques n’avaient aucune route qui permettrait de les faire se rejoindre entre eux. Via l’instinct, les démons savaient plus ou moins quelle route prendre pour arriver à une nouvelle destination. Ainsi, le projet qu’ils étaient en train de monter était quelque chose en son genre pour toute la race démoniaque. Avec la fusion des connaissances du monde de la surface et des démons, ils pouvaient envisager de grandes choses !

En parlant de grandes choses, cela voulait dire aussi qu’ils allaient pouvoir vraiment… créer tout ceci. Il fallait juste du temps, cela n’allait pas prendre quelques jours, c’était sûrement un projet titanesque, qui allait nécessiter des mois et des mois mais… Ah… Tiens ? Royan et Elen ne sont pas là ? Ah oui, c’est vrai ! Ils avaient dit qu’ils partaient en patrouille avec quelques soldats pour être sûr qu’ils ne soient pas dérangé pendant qu’ils travaillaient.

« J’imagine que tu ne m’as pas demandé de rester sur mes gardes juste pour le plaisir, Royan. Et surtout sans Elise, n’est-ce pas ? »

« Depuis qu’elle a prévenu par mégarde à notre sujet, je ne suis pas rassuré. Tu peux dire que c’est une mauvaise prémonition mais ainsi, je ne suis pas… enfin… »

« Pas besoin d’en dire plus. Je suis un peu rouillée, alterner entre la marche et m’occuper de mon enfants, s’il y a besoin de se battre, ça ne sera pas un problème. Mais… tu te rappelles de ce qu’Elise a dit sur les démons qui habitent les strates les plus profondes ? »

« Qu’ils sont bien plus puissants que ceux proches de la surface, oui. »

« Alors, à partir de là, tu comprendras que si nous tombons sur des démons néfastes, il ne faudra pas hésiter sur les coups. »

Il n’était pas le roi de Traslord parce qu’il était candide. Et Elen était la mieux placée pour savoir cela, non ? Elle avait été là… quand ses frères avaient été… Hmm, il secoua la tête négativement. Il n’avait aucune raison de se rappeler de ces mauvaises choses.

Oui, c’était le passé et le présent était la seule chose dont il devait se préoccuper. Mais pour ça, il fallait être sûr qu’il avait un futur qui lui serait accessible. Plongé dans ses pensées, il s’arrêta au même moment que les membres de son groupe.

« Eh bien, eh bien. Visiblement, les informations étaient fondées. »

« Dommage qu’on ait éliminé la démone qui nous a donné les dites-informations, haha. »

« Comme quoi, il est très laid de rapporter. Enfin, on ne va pas bouder notre plaisir. Cela doit être le groupe dont on parle depuis des semaines. Ils sont donc bien arrivés parmi nous. Dame Halyza se ravie que l’on fasse un peu de nettoyage. La traînée à moitié démone doit être dans les environs et… »

Le démon qui avait parlé tourna la tête juste au bon moment alors qu’une entaille ensanglantée se dessina sur sa joue, Royan ayant des lignes bleues sur son visage et sa main tendue vers le démon.

« Moins d’insultes. Il n’y a pas besoin d’imaginer pourquoi vous êtes ici. Vous venez de le dire par vous-même, non ? Alors, combattons jusqu’à ce qu’il ne reste plus… »

« Hum ? Dites, votre équipement et tout le reste, ils viennent de quel clan d’Honoros ? » coupa Elen en fronçant les sourcils. Derrière elle, quelques soldats, issus d’Honoros commencèrent à fixer les démons, clignant des yeux en remarquant que la jeune femme aux cheveux blonds disait la vérité. C’était bien ça !

« Il s’agit du clan des Slypian. Un clan connu pour faire preuve d’une grosse cruauté et manipulation pour obtenir ce qu’il désire. Nous pensions qu’il avait disparu depuis quelques mois… mais en fait, ils œuvraient pour ces démons. »

Sur le coup, Elen ne pouvait que confirmer par la pensée les propos du soldat. Elle ne connaissait pas tous les clans d’Honoros mais il était vrai qu’elle remarquait un emblème ressemblant à une tête de serpent de face, comme si l’emblème lui-même venait observer sa future victime.

« Bon, comme l’a dit dame Halyza, aucun survivant. Nous n’avons pas besoin de vous autres de toute façon, vous nous êtes inutiles. TUEZ LES TOUS ! »

Et voilà que l’assaut avait débuté. Pour autant, dès le premier démon qui fonça vers eux, une flèche dorée, teintée de lumière vint se nicher dans son crâne, la lumière prenant une tournure orange avant que la tête du démon n’explose sur le coup, le tuant net tout en repoussant ses comparses. Elen avait fait apparaître son arc, regard froncé :

« Désolée de ne pas l’être. J’ai cru entendre quelques insultes sur une amie qui m’est très chère. J’imagine que vous comprendrez que je ne pouvais pas laisser une insulte être impunie, n’est-ce pas ? Qui est le suivant ? »

Et bien entendu, aucun rire ou pointe d’amusement dans la voix. Non, elle ne semblait même pas se moquer de leurs adversaires. Ses démons n’étaient pas là pour plaisanter. Ils désiraient se battre jusqu’à la mort et elle allait leur offrir ce qu’ils désiraient. Elle observa Royan qui avait sorti lui aussi son arme ainsi que les autres soldats.

« LYNCHEZ-LES ! IL NE DOIT EN RESTER AUCUN ! OCCUPEZ-VOUS DE CETTE ARCHÈRE ! » hurla une nouvelle fois celui qui semblait être le commandant de cette petite troupe encore que dans les faits, ils étaient au moins aussi nombreux qu’eux… voire même peut-être plus vu qu’il y avait pas mal de personnes restées en arrière.

Les deux troupes se rencontrèrent, Elen reculant déjà. En tant qu’archère, cela ne servait à rien de combattre au contact. Comment elle pourrait faire pour se défendre de toute façon ? Mais elle gardait un œil sur Royan, au cas où tout tournerait plus mal que prévu. Elle ne voulait pas avoir à rapporter sa mort à Elise. Cette dernière risquerait de devenir folle et démente… comme Tery avec Clari.

« Hors de question de revivre ça une nouvelle fois. »
Elle ne permettrait pas à Tery de revivre une horreur de la sorte. Ni Tery, ni Elise, ni personne parmi ceux qu’elle aimait. Même Manelena ! Elle tira une flèche dans l’air, en direction des troupes ennemies. Si elle arrivait à abattre ce « commandant » avant les autres démons, peut-être qu’ils arrêteraient leur combat.

Non, autant ne pas se bercer d’illusions. Ces imbéciles étaient là pour un unique but : servir leur princesse Halyza et sûrement pour une belle somme d’argent vu qu’ils n’avaient aucune réticence à accomplir leur objectif.

« Mais c’est quoi cette force ?! »

Elle avait entendu un soldat crier à côté d’elle, se faisant projeter en arrière, une longue entaille ensanglantée tracée à la diagonale sur sa poitrine. L’armure avait été traversée avec une telle facilité que cela en était déconcertant. Cet équipement sur leurs adversaires ne semblait pas pourtant être des plus impressionnants.

Et pourtant, et pourtant … Il était en même temps bien plus efficace qu’il ne le serait aux mains d’un surfacien. Est-ce que les démons étaient capables d’améliorer l’équipement qu’ils portaient ? Non, si c’était le cas, cela rendrait le combat tout simplement impossible ! Ce n’était que le fruit du hasard !

« Ne vous laissez pas dominer par la peur ! Des démons, on en a déjà souvent affrontés ! De plus, nous en avons parmi nous ! Ils vous aideront à savoir combattre ceux qui veulent nous empêcher de retrouver nos compagnons ! »

Elle ne savait pas si cela allait vraiment donner du courage aux membres du groupe mais il fallait tenter un maximum. Mais plus le combat perdurait, plus elle remarquait que bon nombre des membres étaient en train de finir blessés, voire même morts pour une partie.

Comment faire pour les contrer ? Comment y arriver ? Elle-même était la seule à être vraiment efficace mais elle ne pouvait pas lutter contre une armée entière. Alors qu’elle remarquait que les démons entouraient Royan et trois soldats qui tentaient de le protéger, une vive lueur blanche traversa la zone tranchant net plusieurs démons ennemis alors qu’elle arrivait à voir la forme de cette lueur. Une hache à double lame ? Et pourquoi est-ce qu’elle sentait la puissance de Zélisia dans celle-ci ?

« Pfiou ! J’étais pas sûr que ça allait marcher mais tant mieux ! HEY ! Tu peux faire de même ! Tu vas tenter quoi ? »

« On va voir si la magie fonctionne quand on la fusionne ! »

Magie fusionnée ?! Comment ça ? Elle tourna son visage pour voir deux Mélakarmiens. C’est vrai ! Elle avait presque totalement oublié leurs existences mais ils avaient récupéré des Mékalarmiens. Ces hommes-reptiles… mais ils avaient des écailles blanches et la magie de Zélisia déferlait dans leurs corps avec une aisance certaine.

Le second Mékalarmien à côté du premier qui réceptionna sa hache, vint faire quelques signes d’une main, en direction d’un groupe de démons ennemis qui était habitué à attaquer à distance, la foudre venant s’abattre sur eux. Mais à contrario d’une foudre normale, celle-ci était imprégnée d’une magique qu’elle connaissait que trop bien.

« Une foudre… divine ? C’est possible ça ? »

Pour elle, c’était une évidence que d’utiliser ses flèches pour les imprégner de la magie de Zélisia mais même la magie, il était possible de faire ça ? Et quelle efficacité de la part des mékalarmiens, elle arriva à leur hauteur, se plaçant non-loin d’eux, arc bandé :

« Je vais me charger de votre protection ! Continuez vos attaques ! Aucun démon n’arrivera à vous approcher ! Visez ceux à distance ! »

« Vous en faites pas, c’est considéré comme déjà fait ! Euh… Par contre, on voulait pas se cacher, c’est promis ! »

« Mais de quoi vous parlez là ?! Sans vous, nous n’aurions aucune chance de pouvoir battre ces démons ! On vous doit sûrement la vie ! Mais pour ça, il faut que l’on termine ce combat et le plus vite possible ! »

« Ah ! Bon ben, euh, on s’expliquera après alors ! »

Pour des Mékalarmiens, ils étaient loin d’être prétentieux ces deux-là. C’était surprenant mais pas déplaisant. Surtout qu’ils faisaient honneur à leur race. Et cette fois-ci, la roue venait de tourner. Comme quoi, il suffisait juste d’un peu d’élan pour pouvoir permettre à leur groupe de prendre l’avantage.

Ils avaient été chanceux, chanceux d’avoir deux porteurs de Zélisia avec eux. Elle-même comprenait ce que ça voulait dire : Les démons supportaient difficilement Zélisia, étant en conflit permanent vu que tous ne pouvaient que posséder les lignes d’Alzar. Cela devait alors se faire aussi ressentir dans leur métabolisme.

Ah… Pfiou… Pfiou… Les autres membres de l’armée pouvaient souffler un peu mais hors de question pour elle et les deux Mékalarmiens d’arrêter le combat maintenant. Il fallait continuer jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien de leurs adversaires.

« ROYAN ! J’ARRIVE ! TA FEMME EST À TA RESCOUSSE ! »

« Elise ?! Mais qu’est-ce qu’elle fait ici ? Elen ! On ne l’avait pourtant pas prévenue non ? Enfin, quelqu’un est sûrement parti pendant le combat pour les prévenir ! »

Mais au point que les renforts puissent arriver ? Ils combattaient depuis combien de temps ? Et leurs adversaires semblaient infatigables ! Enfin, malgré tout, ils périssaient quand même entre leurs mains, ce qui était une bonne chose pour leur propre survie.

Et avec l’arrivée des renforts mais surtout une Elise qui est rentrée en combat comme une furie en voyant son « chouchou » blessé, l’hécatombe se fait ressentir dans les troupes adverses. En même temps, Elise n’était pas une princesse démoniaque pour rien. Elle avait passé beaucoup de temps avec Tery sous terre. Et Royan qui venait se placer à côté d’elle et des deux Mékalarmiens. Il n’avait plus besoin de combattre.

« J’ai l’impression qu’ils se sont tellement améliorés pendant qu’ils étaient seuls. »

« Ce n’est pas le moment d’être jalouse, Elen. Disons plutôt que pour survivre à deux, dans un tel endroit, on devrait plutôt être heureux qu’ils soient devenus bien plus forts. »

« Oui, enfin, dans les faits, on va dire que sur le coup, tu serais complètement à la ramasse si un jour, elle décide de se mettre en colère. D’ailleurs, tu as pas remarqué qu’elle avait un comportement un peu trop… expressif ces derniers jours ? »

Hmmm ? Elle aussi l’avait remarqué ? Il pensait être le seul à avoir vu ce genre de petit changement chez Elise. Si elle avait une explication, il était prêt à l’entendre mais pour ça, il fallait d’abord en terminer avec ce combat.

Laisser un commentaire