Chapitre 5 : Des trophées

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 5  : Des trophées

« C’est pas si mal comme architecture, Tery. »

« Je te l’avais pourtant dit, Manelena. Ce n’est pas si saugrenu que ça quand tu vois le tout, n’est-ce pas ? Hahaha. Par contre, je suis désolé pour toi et les autres mais, vous devez comprendre que les démons vont vous regarder de façon bizarre. C’est la première fois qu’ils verront d’autres races. »

« Moui… Je peux leur pardonner tant qu’ils ne tentent rien de dangereux ou stupide envers nous. Je ne suis pas forcément très clémente, tu le sais ? »

« Je pensais plus que tu ailles prévenir les soldats des différentes races pour qu’ils ne soient pas surpris. Ils t’écouteront plus que moi. »

Humpf ! Elle eut un petit tic, comme pour lui demander par le regard si c’était comme ça qu’il comptait se débarrasser d’elle. Néanmoins, elle ne chercha pas plus que ça la confrontation, finissant par reculer alors qu’ils avançaient peu à peu vers le village qu’ils voyaient au loin. Encore une heure ou deux de marche et ça serait parfait.

Malgré le décor rocailleux, il arrivait parfois de trouver quelques endroits couverts par de l’herbe mais surtout dégagés. Et c’était justement via l’un d’entre eux qu’ils pouvaient apercevoir le village où ils allaient se rendre. Il n’avait aucune idée exacte s’il connaissait le village où ils se rendaient. En même temps, il n’avait jamais envisagé de devoir s’il existait une carte du royaume souterrain, avec les différents chemins, strates et villages dans ces dernières. Autant dire qu’il ne s’aidait pas vraiment.

« Voilà, c’est fait, Tery. J’espère que tu es satisfait de ton côté. »

« Bien entendu mais ce n’était pas une réclamation, tu sais ? Je voulais juste que tu saches ça, rien de plus. Au moins, s’ils sont préparés… hmm, à ce sujet. Comment est-ce qu’ils ont réagit ? Je préfère demander. »

« Disons que certains y étaient préparés. On va dire qu’en même temps, déjà vivre depuis quelques jours avec les autres démons, ça leur a permis de remarquer que les démons les regardaient d’un air étrange, comme des animaux en cage. »

« Je crois que c’est exactement le terme qui colle : « animaux en cage ». Même si vous avez la liberté, disons que les démons vous regardent comme des bêtes de foire. »

« À croire qu’ils n’ont jamais vu auparavant une race de la surface. Même pas dans leurs bouquins ou quoi ? Ils savaient qu’il y avait des habitants à la surface ? »

« Sincèrement ? De ce que j’ai compris, le coup des portes démoniaques et toutes ces choses, c’est plus connu au départ par les strates inférieures, là où vivent les démons de la haute noblesse et de la petite noblesse, au service de la haute justement. C’est une élite assez cultivée qui est au courant et encore, comme les portes démoniaques et les grottes sont gardées par des avant-postes, autant dire que se renseigner dessus, c’était proche de l’impossible, Manelena. »

« Je vois le genre, une élite qui aimait bien garder son petit coin secret à elle. Un grand classique de la noblesse. Dommage qu’elle ne pouvait rien faire lorsque tu as ouvert les portes démoniaques pour empêcher cela, elle doit le regretter. Surtout qu’en y réfléchissant bien, les premiers au courant de l’ouverture étaient donc les démons dans les strates supérieures. »

« Je dois t’avouer qu’en vue de ce qui s’était passé, c’était plutôt une bonne chose et encore … Les démons proches de la surface sont bien plus amicaux. »

« Ah … Comme un peu partout. Les races diffèrent, les caractères restent. Les nobles sont tous des cons tandis que le petit peuple souffre. »

« C’est d’ailleurs une chose chez toi que j’ai toujours beaucoup aimé, Manelena. »

« Hmm ? Hein ? Euh… De quoi est-ce que tu parles exactement ? »

« Tu m’as toujours reconnu pour ce que je suis à la base, et non pour mes origines sociales. Je veux dire, tu n’as jamais tenté de me rabaisser parce que je venais d’un petit village perdu non-loin d’une montagne. »

« Je me demande si c’est les coups répétés sur le crâne que je te donnais qui commencent à faire effet quelques années plus tard. »

« Hahaha ! Peut-être ? Sûrement ? Qui sait ? Bref, tout ça pour dire que tu es bien loin des personnes prétentieuses que j’ai déjà rencontrées dans mon passé et je voulais que tu le saches vraiment, Manelena. Je suis heureux de te connaître. »

« Mouais, si tu pouvais éviter le mélodramatique, Tery. Sincèrement, ça donne presque envie de pleurer ce que tu racontes, tu sais ? »

Malgré les dires du jeune homme, elle paraissait guère perturbée par cette déclaration. Mais voilà, quand il ne la regardait pas, elle souriait presque comme une jouvencelle, visiblement heureuse d’entendre de tels propos de la part de Tery.

C’était presque guillerette qu’ils arrivèrent jusqu’au village, très démons armés et en armure se présentant à eux. Ils étaient mal équipés par rapport à l’armée et surtout, ils tremblaient grandement, signe qu’ils n’étaient guère rassurés par ce qui se trouvait en face d’eux.

« S… Stop ! Arrêtez-vous là ! Et exprimez la raison de votre venue dans notre village ! »

« Bon sang, on va se faire tuer… J’avais entendu parler de ça mais je pensais pas que ça existait encore à notre époque. »

« Je vais… Je vais aller prévenir les villageois de fuir. On tiendra autant de temps qu’il faudra mais ils seront en … »

« OHLA ! Pas besoin d’en arriver à de telles extrémités ! Nous ne sommes pas là pour ravager votre village, loin de là. Nous cherchons surtout un endroit où nous reposer. »

« Vous.. .Vous plaisantez ? Vous êtes aussi nombreux que les habitants de notre village. Je suis même pas certain que l’auberge puisse tous vous accueillir. »

« Nous ne plaisantons pas à ce sujet. Nous sommes affamés et comme vous pouvez le voir, nous sommes un groupe assez hétéroclite. »

« Hétéroquoi ? Euh, ça veut dire quoi ce mot ? » demanda le soldat en regardant Tery avec interrogation. Ah oui, rien d’étonnant. Si c’était un petit village, ça ne voulait pas forcément dire que l’éducation était la priorité chez eux.

« Comme vous le remarquerez, nous ne sommes pas que des démons. Est-ce que le nom de princesse Elise ou de Tery vous disent quelque chose ? »

« Prin… Princesse Elise ? Elle… Elle est parmi vous ? Ils, ils nous ont dit que si nous entendions parler à ce sujet, nous devions les prévenir. »

« Non, elle n’est pas parmi nous. Vous pouvez toujours chercher, vous ne la trouverez pas. »

Hmm, est-ce qu’il avait été un peu sec ou froid ? Car le soldat s’était immobilisé après ses propos, n’osant plus prendre la parole alors que le second soldat disait :

« Euh … Vous n’avez pas l’air dangereux et agressifs. Vous … promettez de ne pas causer plus de troubles que ça ? Là, le village doit déjà être en ébullition par notre faute. Vous comprenez, on voit arriver une troupe de démons de haute noblesse, accompagnés par des humanoïdes de différentes races inconnues. »

« Ne vous en faites pas, je peux vous promettre, foi de Tery, chevalier de la princesse Elise, que nous ne sommes pas là pour créer des ennuis dans votre village. Nous avons eu quelques soucis sur notre chemin et nous cherchons plus un endroit où nous repose ou alors au moins pour manger. Nous avons de quoi payer et surtout, nous avons notre propre nourriture mais parfois, avoir un toit sur la tête est plus agréable. »

« Je vois où vous voulez en venir. C’est toujours bon de rentrer à la maison après une journée de travail et de se dire qu’on a un chez soi. Je vais vous emmener dans le village. Faut juste espérer qu’ils n’ont pas provoqué une émeute. Encore qu’avec la taille de ce village, l’émeute, ça ferait plus petite foule en colère. »

Visiblement, le soldat avait retrouvé le sourire et surtout, se sentait rassuré. Pourtant, Tery n’avait pas l’impression d’avoir usé de diplomatie et de tact pour cela, haussant les épaules en souriant jusqu’à ce que Manelena lui donne un petit coup de coude dans la hanche.

« Comme quoi, y a du bon à être issu du peuple, Tery. »

« Hein ? Pourquoi est-ce que tu dis ça ? J’ai encore dit une connerie ? »

« Plutôt le contraire. Le fait que tu parles avec autant d’honnêteté, cela se ressent dans ta voix. Et tu parles aussi pour rassurer sans tenter de tergiverser ou d’en faire trop. »

« Oh, euh, d’accord, je sais pas pourquoi mais je sens que c’est un compliment donc je vais te dire merci par principe même si je ne suis pas certain. »

« Mais si, mais si, ça l’est. Et puis, ça serait bien que notre première visite soit amicale. »

Et comme convenu, la journée dans le village se passa aussi tranquillement que possible. Surtout, Tery s’était renseigné pour avoir quelques informations sur le chemin à suivre pour arriver dans d’autres villages et villes.

Il demandait aussi quelques noms de villages, par mesure de précaution, ayant retenu ces derniers pour être certain que tout se passe bien, mais surtout qu’ils tentent de passer par les dit-villages pour avancer. Ainsi, ils pourront se reposer et en même temps, en apprendre un peu plus sur la situation actuelle.

« Tery, je voulais te dire quelque chose. »

Cela faisait maintenant une bonne quinzaine de jours qu’ils marchaient dans le monde souterrain. Plus ils plongeaient en profondeur, plus les villageois regardaient les autres races que les démons avec de grands yeux intéressés.

« C’est au sujet des villageois ? Tu as entendu des rumeurs ou autres ? »

« Aucune rumeur, loin de là. Simplement, je n’aime pas être considérée comme un simple morceau de de viande par ces types. »

« Morceau de viande ? À ce point ? Comment ? Je veux bien que tu m’en dises plus. Je suis un démon donc je ne suis pas certain de voir aussi bien que toi. »

« Disons que j’ai l’impression qu’ils s’imaginent des choses à notre sujet. Comme si nous n’étions que des esclaves et rien d’autre. »

« Hmm. Si ces villageois pensent ça, ils risquent d’avoir une mauvaise surprise lorsque ça va leur tomber sur le crâne. »

« J’aurai l’autorisation de les éclater, c’est ça que tu veux me dire ? »

« Hmm, l’autorisation, je ne sais pas trop si on peut dire ça comme ça. Ça semble assez… mauvais. Disons plutôt que ça serait de la légitime défense si ça doit arriver. »

Humpf ! De la légitime défense hein ? Elle connaît ce genre de propos. Souvent, elle l’utilisait quand elle avait débuté dans l’armée de Shunter. En tant que fille du roi, mais surtout possesseur des lignes d’Alzar, autant dire que beaucoup n’appréciaient guère qu’elle progressait bien plus vite qu’eux.

« Tu es prévenu, Tery. Tu ne pourras pas dire que ce n’est pas le cas. »

« Ne t’en fait pas, le message est très bien passé, Manelena. »

« Je l’espère … pas forcément pour toi mais pour ces démons. Je n’aime pas trop que l’on me considère de la sorte et ils l’apprendront à leurs dépends. »

« Je le sais bien, Manelena. Je le sais bien. Je vais rester sur mes gardes et jauger ça. »

« Mon corps ? Ou alors la situation ? Fais attention à ce que tu vas dire. »

Et sa réponse ? Une absence de réponse. Car il est maintenant plongé dans ses réflexions. Comme s’il venait de découvrir un problème auquel il n’avait pas pensé auparavant. Pourtant, il n’était pas stupide à ce point.

Il n’oubliait pas que ces personnes au service des deux aînés de la famille royale n’hésiteront pas à chercher à l’éliminer mais pas seulement lui. S’ils arrivent à mettre la main sur Manelena, autant dire qu’ils pourront la tuer elle aussi. Et qu’avec la mort de Manelena, c’est tout simplement une nouvelle guerre qui débutera … sans aucune possibilité de revenir en arrière. Il ne pouvait pas permettre cela.

C’est pourquoi il allait tout faire pour qu’elle soit en sécurité, qu’importe la méthode pour y arriver. Un sourire se dessina sur ses lèvres, Manelena lui demandant ce qui se passait, déclarant qu’elle n’aimait pas quand il était aussi silencieux. Le jeune homme vint finalement répondre d’une voix calme :

« Rien de vraiment spécial. Je pensais juste à comment bien te protéger, c’est tout. »

« Ah oui quand même. Tu estimes que je serais incapable de me protéger moi-même ou… »

« Non, pas le moins du monde. C’est tout le contraire. Simplement, je ne veux pas que tout se passe mal alors que nous ne savons pas quand est-ce que nous pourrons revenir à la surface. »

« Quand tu dis nous, tu es bien en train de parler de toi et de moi, hein ? »

« Toi, c’est certain. Moi, j’imagine que ça va dépendre de ce que l’empereur Malark envisage à mon sujet. Rien n’est vraiment sûr, malheureusement. Et ce n’est pas très rassurant, justement, si je peux me permettre. »

« Non, tu ne peux pas te le permettre et je ne vais pas te le permettre. C’est clair, net et précis. Tu reviens avec moi, point barre. Je ne vais pas laisser un foutu empereur t’empêcher de revenir une bonne fois pour toutes. »

« Je ne suis pas certain qu’il soit d’accord avec le fait que tu t’en mêles. »

« Et alors ? S’il ne comprendra pas avec les paroles, il comprendra avec… »

« Non, non et non ! Il en est hors de question. Il ne faut pas que tu commences à utiliser la force. Surtout pas avec lui. Tu n’as donc pas écouté ce que je disais à son sujet ou quoi ? Je voudrais bien te demander si tu es stupide mais… »

« Tu sais très bien que si tu profères de telles paroles, tu devrais les regretter amèrement plus tard, non ? Est-ce que tu veux vraiment en venir à ça ? »

« Non mais si je fais rien comme si je n’avais rien entendu, tu risquerais de mourir et tu vois, Manelena, ça, je ne peux pas le permettre. »

« Tss, de bien belles paroles. » finit-elle par dire après quelques secondes de silence. Elle savait pertinemment que Tery faisait tout ça pour elle mais… ça ne l’empêchait pas qu’elle n’allait pas se la boucler si l’empereur était un enfoiré, hors de question.

Les heures s’écoulent, les journées aussi. Est-ce qu’ils ont vraiment passé deux semaines ici bas ? Il n’en sait trop rien. D’après ce qu’il avait plus ou moins compris, c’était assez équivalent de ce côté par rapport au temps à la surface.

Le souci, c’est que se fier à la lumière des cristaux non-taillés et naturels qui se trouvaient sur leur chemin, cela pouvait donner une mauvaise indication. Eh oui ! Il avait compris vite compris cela en voyant que bien que les cristaux s’illuminaient plus ou moins à des moment précis, le tout était assez disparate.

Ainsi, il était difficile de donner une heure exacte et c’était bien là le problème. Heureusement, comme ils se promenaient de village en village, de ville en ville, ils finissaient par avoir la date et l’heure exacte dans ces moments précis. Ainsi, il était enfin soulagé et il pouvait donc souffler … jusqu’à ce qu’un autre type de problèmes arrive.

« Hey, toi, tu voudrais pas te débarrasser de ton esclave ? »

Il s’était arrêté au moment même où on venait de lui poser une telle question. C’était une démon, qui devait avoir dans la trentaine d’années. D’après ses atours, il était sûrement parmi les plus riches de la petite ville dans laquelle ils venaient d’arriver. Et surtout, il sentait bien que Manelena était déjà exaspérée, prête à éclater le malandrin qui venait de s’exprimer de la sorte envers lui.

Où étaient les autres membres du groupe ? Ils s’étaient séparés pour que chacun puisse un peu profiter des lieux. Comme il avait prévenu Manelena, plus ils descendaient dans les strates, plus les villes étaient développées et maintenant, il était plus aisé de se disperser pour que chacun et chacune puisse faire ce qu’ils désiraient, tant qu’ils se retrouvaient tous le lendemain ou quelques jours après, dehors avec les autres.

« Je ne crois pas que ça va être possible, malheureusement. »

« Allons, je vais t’en donner un bon prix. J’ai entendu des rumeurs sur cette race ! C’est une … honorienne, non ? En vue de sa taille. Ah non, elle n’a pas les oreilles pointues, ce n’est pas ça. Pas du tout même. Et elle n’a pas d’ailes ou de branchies, hmm. C’est donc l’une de ces êtres basiques de ce royaume Shunter. Une shunterienne ! Mon prix est même trop haut pour une femme comme ça ! Tu devrais accepter au lieu. »

Et le démon approchait déjà une main comme pour venir toucher la marchandise mais alors que Manelena allait se préparer à le cogner, Tery empoigna le bras du démon avant de dire d’une voix douce, très douce :

« Malheureusement, je dois réitérer mes propos : elle n’est pas à vendre … et pour une seule et bonne raison : ce n’est pas une esclave. »

« Hein ? Ah bon ? Et depuis quand ? Déjà que les honoriens sont plutôt bon marché vu qu’il y en a de plus en plus, t’es sûr de ne pas vouloir la vendre ? »

« Comme ce n’est pas une esclave, il n’y a pas besoin de poser la question. Et cette femme est bien plus importante que vous ne le penser. » déclara Tery alors que Manelena avait fini par interrompre le mouvement de son poing, bien qu’il était toujours prêt.

« Ah bon ? Et de quoi est-ce qu’il s’agit ? » dit le démon sur un ton légèrement hautain, visiblement dépité qu’il ne puisse pas acquérir ce qu’il désirait.

« Il s’agit d’une personne très chère à mon coeur donc à partir de là, je termine de vous dire une bonne fois pour toutes que non, elle n’est pas à vendre. »

La plus surprise entre le démon et Manelena était bien cette dernière, celle-ci regardant Tery avec ses yeux rubis, interloquée. Le démon grommela et pesta avant de s’éloigner, plus que mécontent de la tournure des évènements.

« C’est définitif, tu es le dernier des imbéciles, Tery Vanian. »

« Euh ? Ah bon ? Et pourquoi cela ? J’ai dit pourtant la vérité. »

Elle ne chercha pas à en dire plus. Simplement, ce n’était pas cette réponse à laquelle elle se serait attendue de la part de Tery. C’était peut-être d’ailleurs pour ça qu’elle… souriait discrètement. Elle avait bien compris ce que ce noble désirait.

Un simple jouet avec laquelle s’amuser, jusqu’à le brise car pour lui, elle était issue d’une race inférieure, une race de la surface. Si Tery ne s’était pas mêlé de ça, tout aurait pu très mal finir mais ce n’était pas le cas.

« Par contre, Manelena, dès que nous retrouverons les autres, il faudra faire le point avec eux sur cette histoire, pour éviter que… ça se termine mal. Vous n’êtes pas tous des soldats. »

« Et tous les démons ne sont pas comme toi, Tery, c’est exact. »

Parfait, elle voyait donc où il voulait en venir. Une simple mesure de précaution. Si par malheur, les autres démons décidaient de « vendre » les membres de l’armée de Manelena et des autres royaumes, cela allait provoquer de graves problèmes.


Mais en même temps, il ne se faisait pas d’illusions. Il avait bien remarqué que les démons s’entendaient bien mieux par rapport au début. Ce qui voulait dire une chose : c’est qu’il était possible de résoudre cette histoire sans que cela ne dégénère.

« Quand même, qu’est-ce que tu peux être idiot, Tery Vanian. »

« Ça fait deux fois que tu me dis ça en moins de cinq minutes, Manelena. Si j’ai fait une idiotie, je préfère que tu me la dises clairement, que j’évite de la refaire plus tard ! »

« Oh non, non. J’imagine que l’idiotie doit dépendre du point de vue de chacun, voilà tout. Ce n’est pas aussi important ou grave que ça. »

« Euh, je dirais bien d’accord mais je n’ai pas l’impression que m’aies vraiment répondu. »

Héhéhé. C’est bien pour ça qu’elle ne donnait pas plus de détails à ce sujet. Elle préférait le laisser mariner et le laisser réfléchir. S’il ne voyait pas qu’une simple phrase pouvait avoir un tel effet sur une femme, c’est qu’il avait encore beaucoup à apprendre au sujet de ces dernières. Ah oui… C’est vrai. Elle l’oubliait presque. Elle était une femme.

Laisser un commentaire