Chapitre 8 : Première expédition

Chapitre 8  : Première expédition

« C’est vraiment dommage. »

« Oui, Royan. Malheureusement, c’est impossible pour nous de profiter de l’avant-poste que Tery et les autres avaient installé. C’est dommage car c’était une bonne place pour nous installer et permettre l’exploration de la grotte. »

« Mais entre la bataille qui a eu lieu et les dégâts occasionnés, autant dire que c’est malheureusement impossible d’en faire quelque chose. »

« C’est bien pour cela que nous avons pris un autre chemin, n’est-ce pas ? »

Royan répondit avec un petit sourire. Ils étaient peut-être mille au grand maximum. Bien entendu, dans une grotte, ça semblait vraiment être trop important comme chiffre mais les grottes faites par les démons étaient tout sauf petites. C’est pourquoi il n’y avait pas à s’inquiéter par rapport à l’armée qu’ils avaient prise avec eux.

« Le plus important, c’est que les démons sont d’accord pour nous emmener. De toute façon, ils sont heureux de pouvoir guider leur princesse. »

« Elise, princesse des démons. Je reste toujours étonné de ce titre. »

« Pourquoi ? Car il ne me colle pas du tout à la peau, c’est ça ? » demanda t-elle d’une voix un peu amusée alors que Royan semblait déjà chercher ses mots, un peu perdu et confus.

« Hein ? Mais non, mais non, ce n’est pas du tout ça ! C’est tout le contraire ! Je veux dire que… enfin, ce n’est pas ça du tout ! »

« Rooooh ! On dirait que tu vas marcher sur des œufs. Je tiens à te rappeler que je sais à quel point tu as du mal à exprimer tes sentiments et tes émotions. »

« Oui, oui, enfin bon… à ce point quand même. Enfin, ce n’est pas aussi simple que ça. Tu le sais hein ? Enfin… tu le sais bien, non ? »

Et maintenant, il était vraiment confus et gêné. Dire qu’à leur première rencontre, il en avait été de rien. Le jeune homme aux cheveux bleus avait tellement changé depuis cet instant. Oh et elle aussi d’ailleurs ! Tout ça grâce à Tery, Elen et les autres. Oui, d’ailleurs, au sujet d’Elen, cette fois-ci, elle avait décidé de les accompagner mais avec son enfant dans les bras. Et il n’y avait pas qu’elle, la mère de Tery était aussi avec eux.

« Madame Vanian, vous êtes certaine que ce n’est pas trop fatiguant pour vous ? »

« Tu penses vraiment que j’ai l’air d’une femme oisive, Royan ? J’ai passé des années à m’occuper de Tery et même lorsqu’il est parti, je n’ai pas lésiné sur les efforts. »

« En même temps, madame Vanian, d’après ce que Tery a dit, vous l’attendiez de pied fermer pour le punir comme il se doit. »

« Mon fils me connaît si bien… mais vu que j’étais la seule à faire son éducation… »

« Et puis, de ce que vous avez dit et aussi de la part de ses grands-parents, vous étiez apte à lui apprendre l’écriture, la lecture et tout… »

« J’ai eu une éducation assez poussée en tant que fille de nobles d’Omnosmos. Même si je me suis enfuie pour fonder une famille, je n’ai jamais voulu oublier mes racines et tout ce que j’ai appris dans ma jeunesse. Il fallait bien que je puisse transmettre ça à mon fils. »

« Dommage qu’il n’était pas doué pour comprendre qu’Elen était une femme avant que ça ne soit collé sous son nez. » déclara Elise en rigolant, Elen ayant tourné la tête vers eux en entendant son prénom, demandant :

« Oui ? Il y a un souci avec moi ? J’ai cru que l’on parlait de moi. »

« Non, non, Elen. Enfin si. On disait que Tery était sacrément aveugle pour ne pas avoir deviné que tu étais une femme avant que tu le lui dises. »

« Oh, tu sais, tout le monde ne l’a pas remarqué, Elise. » répliqua la femme aux cheveux blonds, léger sourire aux lèvres en gardant son enfant dans ses bras.

« Elen. Pour tout avouer, il était aisé de le voir mais je me demandais si c’était une fantaisie de la part des porteurs des lignes de Zélisia avec un masque. Ne voulant pas paraître médisant à cause de mon statut de prince de l’époque, j’ai donc préféré me taire. »

« Oh… Euh, et qu’est-ce qui trahissait le fait que je sois une femme ? »

« Cela t’inquiète maintenant après tout ce temps ? Cela fait plusieurs années déjà. » déclara le roi de Traslord alors que la femme aux yeux bleus attendait la réponse.

« Eh bien, il n’est jamais trop tard pour corriger ses erreurs qui pourraient réapparaître dans le futur. Alors, si tu veux bien. »

« Eh bien, tout simplement tes réactions ? Tu étais très féminine dans celles-ci et il était vraiment difficile de se tromper. Des fois, ta cape bougeait plus que nécessaire et cela permettait de savoir que tu étais une femme aussi. Mais quand même, comment est-ce que Tery n’a rien pu voir ? » questionna une nouvelle fois Royan, se tournant vers la mère de Tery pour espérer une réponse plus détaillée.

« Après la mort de son père, Tery a été très renfermé sur lui-même. Tant qu’il écoutait mes cours, cela me convenait mais je ne l’ai jamais empêché de sortir de la demeure. Simplement, il préférait ne pas le faire. Je crois que ça a été mon erreur principale dans tout cela. Il aurait fallut que je me montre plus ferme mais aussi l’inciter à aller dehors pour se faire des amis. »

« Oh, mais maintenant, vous savez, il a plus que de simples amis. »

« C’est exact, Elen. C’est exact. Et il y est arrivé par ses propres moyens. Mais bon, toutes ces choses auraient pu être évitées si j’avais décidé de mieux m’occuper de lui et… »

« Cela ne sert à rien de penser au passé, madame Vanian. On ferait mieux de se tourner vers le futur pour que l’on puisse enfin retrouver Tery une bonne fois pour toutes. »

Surtout qu’elle avait une fille à lui présenter. LEUR fille. Elle se rapprochait inexorablement de son premier anniversaire et elle voulait montrer les boucles blondes qui se formaient déjà un peu sur son crâne ainsi que les adorables yeux verts qu’elle possédait.

« Ah. Le temps que nous retrouvions Tery, je dois vraiment imaginer un moyen de l’empêcher de se mouvoir. »

« Il y a bien une corde comme idée, Elen. Mais je ne suis pas certain que ça soit ton genre. »

« Je ne veux pas être trop attachante ou forcer le tout aux yeux de Tery. Je veux que ça vienne autant de lui que de moi dans toute cette histoire, si je peux me permettre. »

« Tu le peux, tu le peux. Et c’est normal et légitime de ta part de penser de la sorte. Mais de ce que je sais, je n’ai jamais entendu Tery se plaindre de toi. »

Elle n’allait pas en dire plus à la mère de Tery. De toute façon, cette sensation que cette conversation avait déjà été faite dans le passé lui revenait en mémoire. Elle n’avait pas été la meilleure des petites amies et Tery avait son lot de défauts. Personne n’était parfait et elle ne pouvait s’empêcher d’être légèrement anxieuse à l’idée que Manelena soit avec Tery.

En même temps, elle n’était pas stupide. Elle avait parfaitement compris les sentiments de la maréchale à l’encontre de Tery. Enfin, maréchale, reine, tout ça. Elle avait beaucoup plus de titres qu’elle et son existence était bien plus importante mais… ce n’était pas pour ça qu’elle était anxieuse. Qu’est-ce qui se passerait si Tery lui annonçait qu’il l’abandonnait, elle ?

Ou alors qu’il n’était pas certain de ses sentiments ? Oui, c’était plus cette problématique là qu’autre chose. Elle le savait parfaitement. Elle n’était pas stupide. Elle n’était pas aveugle. Tery n’avait jamais réussi à se décider réellement, malgré tout ce temps passé ensemble. Les quelques erreurs commises, les réactions qu’elle avait eu et lui. Il fallait aussi qu’elle mette les points sur les i avec Tery !

« Ah ! Pourquoi est-ce que nous nous sommes arrêtés ? »

Elle avait bien fini par voir qu’ils n’avançaient plus, Elen faisant attention à sa fille dans ses bras alors que tout devant, Elise et Royan semblaient discuter avec des démons. Oh ? L’architecture était assez basique par ici. Il y avait quelques bâtiments dans la grotte, ce qui confirmait le fait que cet endroit, s’ils étaient déjà un peu sous terre, était beaucoup plus grand que prévu. Et c’était quoi ces gigantesques portes qui semblaient creusées dans la pierre. Ca lui rappelait de mauvais souvenirs et elle commença à trembler.

« Ohla, Elen. Attention ! Je vais la prendre. Ça ne va pas ? »

Heureusement que la mère de Tery était là. Récupérant l’enfant, elle jeta un regard anxieux à Elen, celle-ci étant parcourue par quelques petits tremblements en voyant la double porte au loin. Ce n’était pas la même que celle d’Omnosmos. Il n’y avait pas de gravure étrange représentant les monstres légendaires, ni de sceaux ou autres. Rien de tout cela mais… Elle plaça une main sur son ventre, continuant de trembler.

« Elen ? Tu es vraiment pâle. Tu veux t’asseoir ? »

Encore une fois, la mère de Tery lui proposait son aide et elle préférait ne pas la refuser. Assise sur une pierre, elle cherchait à reprendre son souffle alors que la femme d’un certain âge maintenant lui demandait :

« Que se passe t’il ? Depuis que tu as vu cette double porte, tout semble aller de travers. »

« C’est juste… Omnosmos. La griffe dans le ventre… et tout le reste. »

« Oh, je vois. Du moins, je peux imaginer. C’est vrai. Cet instant-là. Cela t’a rappelé ce que Tery t’a fait alors qu’il n’était pas vraiment conscient de ses actes. »

« C’est ça. Ce n’est peut-être pas une bonne idée pour moi que d’aller dans ce monde. »

« Qu’est-ce que tu racontes donc comme bêtise ? »

« Je ne sais pas justement. Peut-être que ce n’est pas ma place. Il semblerait que les démons ne me supportent pas. Je suis… enfin, vous savez ce que je suis réellement. »

« Hmm, je pense que ça, ce n’est que ton point de vue. Ceux qui nous accompagnent depuis des jours n’ont pas l’air dérangé par ta présence, tu as remarqué ? »

« Mais pendant combien de temps il en sera ainsi ? Je ne peux pas vraiment les forcer à m’apprécier et en même temps, je… »

« Tu ne peux pas les forcer à te détester. Mais sinon, je vais garder ma petite-fille dans mes bras. Va rejoindre Royan et Elise. Peut-être qu’ils pourront te dire pourquoi est-ce que ça met autant de temps à nous laisser rentrer. »

C’est vrai. Elle avait parfaitement raison. Elle se releva, se mettant correctement debout avant de se tapoter un peu le corps. Bon, un petit bisou à sa fille qui dormait paisiblement dans les bras de sa grand-mère. Elle se savait chanceuse que sa fille soit le calme incarné. Elle était certaine que dans quelques années, elle sera une jeune demoiselle remarquable.

Mais pour l’heure, elle demandait à ce qu’on la laisse passer. Les soldats comme les démons ne se privant pas tandis qu’elle arrivait à la hauteur de Royan et Elise. Et de ce qu’elle voyait, Elise était visiblement énervée et agacée. Elen se plaça à côté de Royan qui remarqua sa présence, disant d’une voix calme avant même qu’elle ne le questionne :

« Ils ne veulent pas nous laisser passer. Elise tente d’utiliser la carte de la princesse. »

« Mais cela ne semble pas vraiment marcher en vue de ses réactions. »

« Pas vraiment, malheureusement. Je ne sais pas pourquoi ils sont si inquiets mais on dirait bien qu’ils ont l’air assez effrayés par l’armée qui nous accompagne. »

« Un mélange de différentes espèces et des démons. Même si nous ne sommes pas plusieurs dizaines de milliers, je me doute que ça doit être impressionnant. Mais de quoi ont-ils peurs ? Est-ce qu’ils ont au moins osé vous le dire ? »

« C’est ce que je voudrais bien savoir mais bon… Il suffit de tendre l’oreille pour écouter ce qu’Elise va dire. Enfin, même si ça va être assez vulgaire. »

« Elle n’est pas vraiment née princesse, hahaha. » compléta Elen en se grattant la joue alors qu’Elise tapait du pied droit sur le sol, de plus en plus agacée.

« Mais c’est quoi qui cloche avec vous ?! C’est pas la première fois pourtant ! »

« C’est une mesure de sécurité. Nous pourrions vous laisser passer mais en vue des dernières nouvelles, tout le royaume souterrain préfère prendre ses précautions. »

« Prendre ses précautions ? Mais pour quelle raison ! Expliquez-vous, bon sang de bor… »

« ELISE ! S’il te plaît, tu dois penser à ton langage ! »

Elen venait se de boucher les oreilles alors que Royan avait crié juste à côté d’elle, Elise se raidissant avant de marmonner quelques mots comme « C’est pas juste. » et « Pourquoi, moi je ne peux pas ? » Elen avait maintenant un sourire désolé alors que les démons gardant la porte jetaient un œil derrière Elise pour voir l’homme aux cheveux bleus.

« Qui est-ce donc ? Pour qu’il puisse s’exprimer de la sorte envers vous ? »

« Simplement le roi actuel de Traslord, l’une des nations situées à la surface. Oh et aussi mon futur mari même si bon, y a encore des choses pour que ça soit vraiment officiel. »

« Vo… Votre mari ?! Et qu’est-ce que… l’empereur Malark va penser de ça ? »

« Eh bien, si vous me laissez passer, peut-être que je pourrais avoir la réponse hein ? Car vous pensez que je compte voyager avec tout ce beau monde pour aller cueillir des fleurs ou quoi ? Bon, maintenant que vous savez pourquoi, on peut rentrer ? »

« Je… Euh… Qu’est-ce qu’on fait ? Les consignes sont les consignes mais… »

« En même temps, il paraîtrait que la princesse Elise était morte. Et les deux plus jeunes membres royaux aussi. Pourtant, ils… »

« Ah ! Princesse Elise, si vous êtes vraiment la princesse, où se trouvent donc votre jeune frère et votre jeune sœur ? »

« Ils sont en sécurité quelque part. J’ai commis une bêtise la première fois, elle ne se reproduira pas. Je ne compte pas laisser d’autres démons savoir où ils sont. Bon, je dois me répéter combien de fois ? »

Ce n’était pas qu’elle était impatiente mais en fait si. Et surtout, elle sentait que les démons allaient finalement les laisser passer. Il fallait juste forcer encore un peu le passage et ils obtiendraient alors la possibilité d’aller à la capitale. Bon, d’accord, ils avaient du chemin pour s’y rendre mais voilà.

« Bon, j’imagine qu’on va pouvoir vous laisser rentrer mais on doit vous mettre au courant. Les monstres sont particulièrement extatiques. »

« Bah, j’ai déjà été les affronter dans le passé. Bon, nous sommes plus nombreux, ça devrait être plus aisé mais en même temps, je suis certaine qu’il n’y a pas que ça hein ? »

« Non non, si nous agissons de la sorte, c’est bien parce que depuis quelques semaines, il y a une troupe composée de gens de la surface et de démons qui vagabonde dans les… »

« QUOI ?! QUI DONC ?! VOUS AVEZ DES NOMS ?! »

Elen avait presque bousculé Elise pour arriver à la hauteur du démon, celui-ci sursautant sur place en tremblant un peu, bredouillant :

« Lâ… Lâchez-moi ! Au secours ! Elle a le regard d’une folle ! »

« Elen ! Tu peux te calmer ?! » s’écria Elise en venant la tirer en arrière, Elen reprenant son souffle plusieurs fois, cherchant à se calmer comme réclamé.

« Pardon, je… Vous pouvez nous en dire plus ? Qui sont ces démons ? Ces gens qui les accompagnent ? Vous avez des détails ? »

« Des détails, des détails, on voudrait bien mais on garde juste cet endroit pour éviter que ça rentre et ça sorte comme du royaume démoniaque comme si de rien n’était. Nous ne sommes pas sensés avoir plus de détails. »

« A part le fait qu’il s’agit du chevalier personnel de la princesse Elise et… HEY ! Attendez un petit peu ! » s’exclama le second démon, comme si une illumination venait de lui traverser l’esprit en regardant la demoiselle aux cheveux flamboyants. « Où est votre chevalier personnel, princesse Elise ? »

« Nous avons été séparé et c’est en partie pour cela que je voudrais bien le retrouver avant qu’il ne soit trop tard justement. »

« Oh, euh, d’accord. Enfin, nous allons vous autoriser à passer mais faites vraiment attention. Si on commence comme ça, on risque de se retrouver avec un afflux de personnes venant du monde à la surface et je ne suis pas sûr que tous les démons accepteraient ça. »

« Je n’en doute pas un seul instant. Mais c’est en décidant de s’ouvrir aux autres que le peuple des démons pourra en ressortir grandi. En restant figés et ancrés dans des principes désuets et qui datent d’un ancien temps, nous n’allons pas pouvoir nous en sortir. »

Le démon signala qu’il était pas très doué pour tout ce qui était politique ou philosophique, répondant qu’il allait juste demander l’ouverture des portes. Elen était revenue auprès de la mère de Tery, récupérant sa fille pour la bercer. Royan et Elise se regardaient tendrement tous les deux alors que les portes s’ouvraient finalement.

« Enfin une bonne chose qui est faite. Nous allons pouvoir avancer. »

« Espérons simplement que les prochaines rencontres seront plus rapides et aisées. Je ne suis pas certaine de garder mon calme et… Pourquoi est-ce que tu souris, Royan ? »

« Oh pour rien, je me demandais simplement ce que c’était lorsque tu ne gardais pas ton calme, c’est tout. Rien de plus, rien de moins. »

« Oh, toi, tu vas voir ce soir comment c’est quand je m’énerve et que je m’emporte. »

Sauf que le ton employé par Elise n’était guère agressif, on pouvait même deviner que c’était tout le contraire chez la jeune femme aux cheveux auburn. Celle-ci avait plutôt un sourire enjôleur et légèrement carnassier.

« Bon les deux amoureux, on n’a pas le temps pour les câlins et tout le reste. On doit aller retrouver le groupe de Tery et Manelena au plus tôt ! »

Et cette fois, c’était Elen qui prenait les commandes de la troupe. Pour la majorité des soldats de la surface, ils savaient à quel point la femme aux cheveux blonds était importante, exécutant les consignes qu’elle donnait tandis que les démons se regardaient entre eux, cherchant à savoir s’ils devaient faire de même ou non.

« Dans tous les cas, nous devons les guider jusqu’à la capitale. Ou du moins, jusqu’à ce que nous retrouvions d’autres membres de notre armée, non ? »

« Elle va nous laisser la guider quand elle va comprendre le dédale que c’est plus bas. »

Ils n’avaient donc pas vraiment à s’en faire à ce sujet. Les démons se rassuraient de la sorte alors qu’il était enfin temps de retourner dans un endroit qu’ils connaissaient bien. Enfin, connaître tout du royaume souterrain était exagéré mais au moins, ils n’étaient pas en terre complètement inconnue contrairement à la surface.

Et d’ailleurs, dès qu’ils purent poser les pieds sur le sol rocailleux, de nombreux soupirs de soulagement se firent entendre parmi les membres de l’armée hétéroclite, tous provenant des démons qui étaient dans la dite-armée.

Aussitôt, lorsque les soldats de la surface se retrouvèrent entourés uniquement par de la roche, certains préparaient déjà quelques flammes pour éclairer les environs, les démons les prévenant qu’ils pouvaient compter sur la végétation luxuriante pour la luminosité.

« Nous allons retrouver Tery. Nous allons enfin le retrouver. »

Elen parlait à voix basse mais pas assez pour que personne ne puisse l’entendre. La mère de Tery, non-loin d’elle au cas où elle aurait à nouveau un petit « problème » haussa un sourcil avant de placer une main sur son épaule.

« Je prendrais ma petite-fille lorsque ça sera le cas. Tu pourras alors lui sauter dessus à ton aise. Qu’est-ce que tu en dis ? »

« J’en dis que je ne sais pas ce que je ferais sans vous, madame Vanian. »

« Si seulement il pouvait penser la même chose quand nous le retrouverons. »

C’était maintenant au tour d’Elen d’avoir un sourire désolé à l’encontre de la mère de Tery. Il était vrai que c’était très rare qu’une mère de famille ne parte à l’aventure pour son fils.

Laisser un commentaire