Chapitre 2 : La révolte gronde

ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 2 : La révolte gronde

« Ahem, les amis, j’ai un petit problème. »

« Ah oui ? Lequel ? » demanda Clari, s’approchant de Tery à toute allure, souriant de toutes ses dents alors que le jeune homme montrait quelque chose au loin. Des mouvements étaient présents … mais surtout bon nombre de soldats.

« Visiblement, ils ne nous accueillent pas mais ils surveillent les frontières. »

« On peut juste les ignorer, non ? » dit Elen après les propos du jeune homme, l’adolescent aux cheveux bleus répondant ensuite :

« Si cela était aussi simple, ça se saurait. Néanmoins, on peut essayer d’attendre qu’ils fassent leurs rondes … ou alors passer quelques kilomètres à côté. Il y a bien un endroit qu’ils ne doivent pas surveiller … normalement, je pense. »

« Prince Royan, ça me semble très raisonnable comme idée. » déclara Elise tout en souriant à l’adolescent, reprenant la parole : « Le royaume de Shunter ne peut pas surveiller chaque mètre non ? Faisons juste quelques mouvements pour nous déplacer jusqu’à trouver un endroit où nous pourrons nous installer normalement. »

« Ça me semble être une bonne solution. Il y a surement des auberges où les soldats ne passent pas. De toute façon, nous ne sommes pas forcément tous connus physiquement donc même si des soldats passent, ce n’est pas obligé qu’ils nous remarquent. »

Aussitôt dit, aussitôt fait. Le groupe continua sa marche, voyageant pendant une nouvelle heure jusqu’à trouver une auberge éloignée des routes, entourés par de petits monts. Un coin qui semblait être bon pour l’isolement. Rien de meilleur pour leur cas précis ! Ils pénétrèrent à l’intérieur, plusieurs têtes se tournant vers eux.
C’était assez rustique, une dizaine de tables en bois, tout en plus, la moitié à peine occupée par quelques personnes alors que Tery désignait l’une des tables les plus grandes pour qu’ils puissent tous s’y installer. A peine le temps de faire un mouvement que la tavernier, un homme à la moustache brune à contrario de son crâne chauve s’exclama :

« Ah ben, en voilà une belle troupe d’aventuriers ! Je vous sers quoi ? »

« Euh … On va y réfléchir ? J’avoue que sur le coup, je n’y ait pas pensé. »

La réplique de Tery fit rire l’homme ainsi que les rares personnes présentes, Manelena poussant un profond soupir. Il venait encore de se ridiculiser à moitié avant de s’asseoir, se tournant vers le reste du groupe avant de demander :

« Qu’est-ce que l’on prend ? Vous avez faim ? Soif ? Par contre, je ne suis pas partisan pour l’alcool pour Royan. Il est encore un peu jeune. »

« Je pense pouvoir supporter cela, Tery. » dit sèchement le prince de Traslord.

« Vous êtes sûr, prince ? On peut toujours essayer puis de toute façon, si on commande des chambres, il n’y aura rien à craindre. Nous l’emmènerons là-bas. »

« Mademoiselle Elise, je pense être capable de tenir l’alcool. »

« Je me doutes hein ? J’ai commencé plus jeune, un petit verre et … mais qu’est-ce que je raconte-moi ? » dit Elise en bredouillant, rougissant jusqu’aux oreilles par ses propos.

« Oubliez tout, s’il vous plaît ! » reprit-elle, plus que gênée alors que Clari éclata de rire :

« Ah ben, visiblement, on a une petite alcoolique parmi nous. C’est ton ancien métier ? Enfin, un petit verre, payé par les gens du coin, tout cela ? »

« Oui … Un peu comme ça, c’est … exact. »

« Bon, visiblement, comme tout le monde est partant pour cela, je vais chercher d’alcoolisé mais de tout. Manelena, tu veux aussi boire ? »

« Pourquoi est-ce que tu me poses la question si tu connais la réponse ? »

C’était une simple politesse, hey ! Il s’éloigna, regardant le visage grognon de Manelena avant de soupirer. Pourquoi est-ce qu’il s’efforçait même de chercher à converser hein ? C’était tout simplement stupide. Mais bon, au moins, pendant ce temps, il …

« Ahlala … T’as entendu les dernières nouvelles de Shunter, toi ? »

« Ouais, bien entendu, comment ça ne pourrait pas être le cas ? Ca n’arrête pas de parler de ça. Qu’est-ce que tu veux que je te dise ? »

« Je sais pas moi, ce que tu veux hein ? Je ne suis pas fait pour lire dans tes pensées ! »

Hum ? Shunter ? Qu’est-ce qu’il y avait à Shunter ? Il commanda les boissons, les mêmes pour tous, un alcool plutôt léger, il restait méfiant pour Royan. Pour le repas, il en était de même. Ils avaient l’habitude de manger tous ce qu’ils préparaient, sans se poser de questions donc bon … il voyait mal quelqu’un faire le ou la difficile maintenant.

« Tu crois que les soldats visitent les environs pourquoi ? »

« Pour les rebelles non ? Semblerait qu’il y en ait pas mal. Enfin, pas ici car on est proche d’Honoros mais dans tout Shunter. Ils veulent mettre à mal le roi, il paraitrait. »

« Il paraitrait ? Mais je te le confirme, moi ! Qu’est-ce que tu crois ? »

« Je sais pas … bref, toute façon, malgré les révoltes, le roi est toujours là à Shunter, juste que ça va continuer et qu’il pourra de moins en moins les calmer. »

« Peut-être le temps qu’il y ait un nouveau monarque. Ca ne me semble pas être une mauvaise idée entre nous. Mouaip. Ou alors, on perd le monarque et on fait comme à Traslord. »

« Le coup des princes qui sont là pour la décoration, c’est ça ? Je sais pas trop. »

Il en avait assez entendu … et vu comment ils parlaient assez forts, il n’était surement pas le seul. Lorsqu’il revint s’asseoir, le silence planait maintenant à sa table, son visage se tournant vers Manelena avant qu’il ne murmure :

« Manelena, ce ne sont que des … »

« Les rumeurs ont souvent une part de vérité. Surtout si elles sont émises à des distances aussi lointaines que celles-ci. Alors bon, arrête ton char, je ne suis pas née de la dernière pluie. »

« Manelena, je voulais juste te dire que … »

« Tery, tais-toi. Je suis là pour boire. Je vais peut-être boire juste un peu plus que d’habitude et ça passera, voilà. Maintenant, mets-la en veilleuse. »

« D’accord, d’accord, Manelena. »

Il retourna s’asseoir à côté d’Elen, semblant soucieux maintenant. Il n’y avait pas besoin d’être aussi virulente. Comme souvent, il ne pensait pas à mal mais tout de suite, elle le jugeait de la sorte, ne lui laissant même pas le temps de répondre.

« Manelena, est-ce que tu … »

« Tery, laisse-la tranquille. Elle ne veut pas parler, qu’elle ne parle pas. C’est bon, je pense que le message est bien passé, on a compris avec elle, voilà tout. »

« D’accord, d’accord, c’est bon, oui. »

Il se renfrogna à son tour, plus déçu qu’autre chose par la situation actuelle. Boire tous ensemble, cela permettrait un peu de sourire, de se décoincer, enfin … de paraître moins froid, tout ça … maintenant, il n’en était plus aussi sûr malheureusement.

C’était maussade, très maussade. Les repas furent servis avant les consommations et il mangea en silence, se concentrant uniquement sur son assiette, sans un mot. Il n’était plus motivé à faire la conversation, surtout avec les rumeurs de la sorte.
Alors, ainsi, le roi était menacé ? De ce qu’il avait compris, ça parlait de rébellion et autres. Ce n’était pas bon signe, pas bon du tout. Comment est-ce … non. Enfin, le roi, malgré ce qu’il avait dit pour Manelena, il se rappelait de quelqu’un de juste et droit, enfin presque. Pourquoi est-ce qu’il n’avait pas voulu reconnaître sa fille ?

« Tery, tu es bien plus songeur que d’habitude, qu’est-ce qui se passe ? »

« Pas grand-chose, si tu veux tout savoir, Elen. Je ne pense pas que ça soit bien important ou grave donc ne t’en fait pas le moins du monde. Continue de manger, je fais de même. »

Finalement, l’alcool arriva jusqu’à eux, permettant de s’abreuver. Il avala une simple gorgée avant de s’apprêter à terminer son repas. Vraiment ? C’était … comme ça, n’est-ce pas ? Même pendant les consommations, c’était le silence le plus total. Très joyeux, vraiment très joyeux, il adorait cela … ou presque … pfff … qu’est-ce qu’il avait fait pour mériter ça ?

« Attention, prince Royan, même si ce n’est pas très fort, buvez lentement. »

« Mademoiselle Elise, je suis parfaitement capable de m’abreuver, sachez-le ! »

« Oui mais c’est une mesure de précaution, prince Royan. Si vous buvez trop vite, l’alcool vous montera à la tête et vous serez tout simplement saoul sans même avoir pu profiter de celui-ci. Vous devriez le savoir non ? »

Tery murmura juste aux deux personnes de ne pas parler trop fort. Si les gens apprenaient qu’il y avait le prince Royan à leurs côtés, il serait alors très facile de deviner qui accompagnait ce dernier … ce qui serait alors plus que problématique pour le reste des évènements, beaucoup trop problématique même.

« Tery ? Tu veux boire un peu ? Tu n’as pas touché à ton verre. »

« Je pensais plus à comment retourner dans mon village, Elen, rien de plus, rien de moins. »

« Et … qu’est-ce que cela donne exactement, Tery ? »

« Rien de bien joyeux. » soupira le jeune homme aux yeux verts, ceux-ci posés sur son gobelet. Il fallait bien se douter qu’avec le comportement de Manelena puis ses propres problèmes, rien de tout cela n’allait être arrangé, loin de là même.

Juste revoir sa mère pour être sûr qu’elle aille bien et ensuite ? Il ne savait pas trop. Il était un peu perdu et perplexe mais à part ça … Enfin bon … comment … est-ce qu’il pouvait exactement faire ? Il n’en était pas sûr, pas sûr du tout même. Zut … de zut … Voilà qu’il était anxieux pour pas grand-chose. Il fit un petit mouvement de la main, comme pour faire fuir quelque chose avant de boire d’une traite sa consommation.

« W… Wow. Euh … Royan, évitez de faire pareil que Tery, s’il vous plaît. »

Mal au crâne. Il avait déjà plus que chaud avec ses bêtises. Il émit un gémissement de douleur, posant sa tête sur la table pour ne plus bouger. C’était tout simplement horrible ce qu’il subissait comme torture cérébrale ! Horrible !

« Tsss, en voilà un qui ne supporte pas l’alcool visiblement. C’est vraiment ridicule, Tery. »

« Parle pas si fort, Manelena. J’ai rien fait pour mériter ça, que je sache, aie aie aie. »

« Tu ne sais même pas comment déguster de l’alcool. Boire d’une traite, tu crois que ça va te faire oublier tous tes problèmes ou quoi ? »

« Je ne sais pas du tout, pas du tout même. Je vais rester couché contre la table pour une petite dizaine de minutes. Vous pouvez continuer à parler mais pas trop … »

« C’est un peu pathétique de ta part, je tiens à te le dire. » répéta une nouvelle fois Manelena alors qu’il marmonnait quelques paroles incongrues.

« C’est à cause de toi s’il est ainsi ! Tu lui causes trop de soucis ! »

« Parlez pas si fort, s’il vous plaît ! » s’écria-t-il pour qu’Elen arrête d’élever la voix. Il avait mal à la tête, elle ne comprenait pas ? Pourtant, c’était aussi simple que ça !

« Pardon, Tery. Pardon … Bon, je crois que je vais aller me coucher. Tu viens, Tery ? »

« J’arrive, Elen … J’arrive. Bonne nuit à vous tous. Et Manelena, t’es qu’une imbécile. »

« Hein ? Quoi ? Qu’est-ce que tu racontes ? Fais attention à ce que tu dis, je suis pas … »

« On est ensemble depuis tellement longtemps alors pourquoi dès qu’il y a un problème, tu vas dans ton coin en train de bouder hein ? Si t’aimes tellement pas notre présence, on te retient pas du tout ! Mais si t’as envie que je pleure, ben je vais y arriver et … »

« Tery, on va se coucher. » murmura Elen, l’aidant à se relever pour qu’il se taise, le jeune homme aux cheveux bruns reniflant avant de se laisser traîner par la femme aux cheveux blonds. Lorsqu’ils furent remontés, Elise chuchota :

« Vous voyez, prince Royan, boire d’une traite produit cet effet. Cela dépend de la personne mais ça permet de montrer ce que les gens pensent vraiment. »

« Tsss, il raconte n’importe quoi. Comme si je pensais ça de mon côté … » marmonna Manelena, tournant son doigt sur le bord du gobelet, le fixant longuement.

« Il faut dire aussi, Manelena, que tu ne fais aucun effort pour Tery hein ? »

« Qu’est-ce que tu racontes encore, toi ? Fais attention à ce que tu dis, j’ai vraiment pas envie de plaisanter à ce sujet, je ne suis pas d’humeur et … »

« Je parlais juste du fait que dès qu’il y a un problème, Tery vient te voir pour essayer de le comprendre et t’aider, toi, tu le jettes comme un moins-que-rien. Si tu continues comme ça, tu vas finir vieille fille ans même t’en rendre compte hein ? Enfin, là, je suis là pour profiter du verre, pas me compliquer la vie avec tout ça. Les problèmes, je les oublie pour la soirée. » compléta Clari avec lenteur, buvant une nouvelle gorgée.

« Je crois qu’on va vous laisser tranquilles, n’est-ce pas ? Messire Royan, je vous raccompagne à votre chambre avant de vous souhaiter la bonne nuit. »

« Hein ? Euh ? C’est déjà fini, mademoiselle Elise ? Oh … euh … »
Le prince semblait un peu perdu avant de se mettre debout, en réponse aux propos d’Elise. Il salua respectueusement Clari et Manelena, cette dernière ayant la tête soutenue par son coude posé sur la table, marmonnant quelques mots. Lorsqu’elles furent seules, Clari but une nouvelle gorgée, complétant ses paroles :

« Maintenant que nous sommes en tête à tête, tu veux pas me dire quel est ton souci avec Tery ? Ca fait des mois que ça tourne en rond. »

« J’ai rien à dire à ce sujet. Laisse-moi finir mon verre tranquille, sans que tu viennes me parasiter la vie, c’est aussi simple que ça, j’ai mieux à faire de mon existence. »

« Et à part me sortir ton baratin que même un gamin de six ans n’arriverait pas à croire ? Tu n’as pas mieux à faire justement ? Tu sais, je viens d’une maison issue de la noblesse donc bon, les petits mensonges de la sorte, je ne tombe pas dans ça. Je ne suis pas Tery. »

« Fais gaffe à ce que tu dis, je ne suis pas de bonne humeur. »

« Je m’en serai doutée toute seule pour cette nouvelle. Tu ne m’apprends rien du tout. Alors continues de parler et de vider ton sac. »

« Je n’ai rien à vider. Arrête de m’agacer, je ne suis vraiment pas d’humeur à jouer à ce genre d’enfantillages, compris ? J’en ai déjà assez. »

« Tu n’avais qu’à pas créer de problèmes si tu en as assez, c’est aussi simple que ça. Pourtant, j’ai pas l’impression que tu aies compris ce principe si particulier. »

« Créer des problèmes ? Où est-ce que je crée des problèmes hein ?! Fais gaffe ! Fais attention à ce que tu dis, Clari ! J’ai pas la tête à ça ! »

Très impressionnante, vraiment très impressionnante. Mais elle espérait faire peur à qui avec une telle réaction hum ? Clari resta parfaitement de marbre, visiblement peu inquiète par l’excitation grandissante de la femme aux cheveux argentés en face d’elle. Elle termina son gobelet, se levant à son tour avant de dire :

« Fais comme tu veux, Manelena. Tu sais, tu as de la chance de nous avoir. Tu peux même considérer que si Alzar et Zélisia existent réellement, ils t’ont laissé une chance de vivre ta vie grâce à l’acte de Tery. Tu regrettes cela ? Tu n’as qu’à mettre un terme à ta vie alors. Ca sera tout simplement du gâchis mais bon, vu ton caractère, ce n’est pas vraiment étonnant. »

« La ferme et va dormir, ça me fera des vacances. »

« Je compte bien aller me reposer, j’ai mieux à faire. Bonne nuit. »

« Oui, oui, bonne nuit, laisse-moi tranquille. Ta présence m’exaspère. »

Tant mieux, elles étaient deux dans ce cas précis alors. Clari monta à l’étage, délaissant complètement Manelena qui fut seule. Celle-ci passa un doigt le long de son gobelet, regardant le contenu qui s’était déjà bien vidé depuis le temps.

« Pfff, qu’est-ce qu’ils peuvent comprendre ? Je n’ai pas besoin de tout ça, de cet excès. »

Excès de gentillesse. Ca la rendait malade. Elle n’avait jamais eu besoin d’une telle chose. C’est eux qui avait désiré ça ! Qu’elle les accompagne et rien de plus, rien de moins ! Tsss … vraiment … elle en avait assez de toute cette troupe. Elle ferma les yeux, songeuse.

« De toute façon … qu’est-ce que j’en ai à faire de cette histoire ? C’est n’importe quoi. »

Elle valait mieux, normalement, bien mieux. Elle termina son gobelet, montant à l’étage à son tour pour aller dormir. Demain serait une autre journée … et elle était pressée de voir l’état dans lequel Tery allait se retrouver après avoir bu d’une traite son verre d’alcool.

« Aie, aie, aie … Mal de crâne. Maaaaaaal. »

Le jeune homme émit un long gémissement avant de se frotter le crâne. Ce n’était pas bon, pas bon du tout même. Il n’appréciait pas cela … pas cela. Il fut le premier debout, le tavernier le regardant en rigolant, lui demandant s’il voulait un remontant pour pallier au mal de crâne ou non. Le jeune homme signala que non, c’était sa punition et …

« Manelena ? Tu es déjà debout ? Toi aussi, tu … »

« Non, je ne suis pas aussi faible et ridicule que toi, je n’ai mal au crâne pour de telles stupidités. Installes-toi au lieu de rester debout sinon, tu risques d’avoir des vertiges. »

Il s’exécuta, ne voulant pas désobéir à celle qui fut sa supérieure il y a de cela quelques années, ça commence à remonter. Assis en face d’elle, il n’osa pas la regarder, préférant attendre que le temps passe, sans qu’il ne vienne déranger la maréchale. C’était mieux … qu’il se taise plutôt que tout le reste. Il n’avait pas envie de chercher le conflit.

« Et le bonjour habituel, tu ne me le dis pas ? Tu me fais la gueule ? »

« Hein ? Mais non, mais non ! Pas du tout ! Qu’est-ce que tu t’imagines, je … Enfin, bonjour à toi, Manelena, comment est-ce que tu vas ? »

« Je ne suis pas habituée à l’alcool donc cela me change un peu des matinées trop banales. Et bonjour à toi, Tery, comment te portes-tu ? Visiblement, pas comme un charme. »

« J’ai mal au crâne … je ne suis vraiment pas fait pour ça, pas du tout même. »

« Tu ne sais pas profiter des bonnes choses, voilà tout. Rappelle-moi de ne jamais t’inviter à aller boire un verre de vin, ça serait du gâchis, entre nous. »

« Tu m’aurais réellement invité, Manelena ? » demanda le jeune homme alors qu’elle ne lui répondait pas, ne faisant que détourner la tête pour avoir le petit-déjeuner.

« Bonjour, Tery ! Bonjour … … …. Manelena. »

La voix d’Elen le sortit de sa torpeur. Elle vint l’embrasser doucement, lui demandant s’il avait bien dormi. Il expliqua la même chose qu’à Manelena alors qu’Elen vint s’asseoir à ses côtés, un petit sourire tendre aux lèvres comme pour le rassurer.

« Nous partirons dans la journée, c’est ça, Tery ? »

« A peu de choses près, au début d’après-midi, cela ne me semble pas être une mauvaise idée. » compléta le jeune homme aux cheveux bruns.

« Il faut attendre qu’ils se réveillent tous. Je me demande comment est-ce que le prince a supporté sa première soirée de la sorte … si encore, c’était vraiment sa première fois. »

Le jeune homme ne put s’empêcher de sourire en écoutant les paroles d’Elen. Ah ça, bien entendu, il fallait attendre le réveil de Royan pour voir les résultats. Hahaha !

Laisser un commentaire