Chapitre 5 : Simplement le destin

Chapitre 5 : Simplement le destin

« Tery ? Hum …Euh … j’ai un peu de mal à dormir, je t’avoue. »

« Je sais bien que c’est un peu serré, pardon mais … j’ai préféré laisser la chambre à ma mère. Nous n’en avions que trois mais ils ont tous préféré aller à l’auberge. Ça te convient quand même ? » dit le jeune homme aux cheveux bruns en regardant Elen dans ses bras.

« Bien sûr que oui ! Et … puis … comme ça, j’ai l’impression que tout est officiel. »

Ils étaient dans le lit de Tery, un lit qu’il n’avait pas pu honorer de sa présence depuis tellement de temps. Sauf que cette fois-ci, il n’était pas seul, le lit était trop petit pour deux personnes … et Elen était logée sur lui, dans ses bras. D’ailleurs, le fait de dormir chez lui, avec la femme de sa vie dans ses bras, cela lui donnait des idées … des plus saugrenues.

« Hiii ! Tery ! Qu’est-ce que tu fais à te frotter comme ça ? Tu … Oh … Euh … » commença à dire la jeune femme aux cheveux blonds, rougissant violemment. « Tery, nous sommes chez … ta mère. Je ne crois pas que … ça soit une bonne idée. »

« Et si je te fais taire avec un baiser, est-ce que ça marchera, tu crois ? »

« Si ce baiser dure aussi longtemps que les idées que tu as en tête pour me faire taire, je crois que je … enfin nous pouvons essayer. »

Il eut un petit rire tendre avant de chercher ses lèvres pour y coller les sienne, ses mains glissant sous les couvertures, venant caresser la femme qui était dans ses bras. Celle-ci ne fut pas en reste, déposant bon nombre de baiser sur le visage du jeune homme, son cou et ses épaules. Rapidement, les habits tombèrent au sol alors que Tery se retournait, se retrouvant sur Elen pour la contempler.

« J’espère juste qu’après toutes ces années, mon lit … ne fera pas trop de bruit. »

« Euh … oh … je crois avoir compris. »

Elle eut un petit rire tendre avant de le laisser faire, passant ses bras autour de lui pour qu’il puisse l’aimer de tout son être et toute son âme. Elle se retint de gémir, ses petits cris s’étouffant grâce aux lèvres de Tery collées sur les siennes.

Une heure plus tard, les deux personnes étaient en sueur, Elen la tête posée sur le torse de Tery. Celui-ci avait lui-même sa main droite collée sur le dos de la jeune femme, pour mieux la garder auprès de soi avant de dire :

« C’était … meilleur que les autres fois. Tu crois qu’il y a une raison ? »

« Outre le fait que toi et moi, nous commençons à cerner ce qui fait tellement plaisir à l’autre ? Je dirai … peut-être le fait que nous soyons chez toi ? Cela … peut être excitant. »

C’est vrai. C’est vrai. Surement ça. Il glissa une main sous la couette pour caresser Elen, celle-ci rigolant en lui disant qu’elle était fatiguée. Lui-même l’était mais … il voulait juste la sentir encore mieux contre lui. Ils finirent par s’endormir tous les deux après quelques temps.

Le lendemain matin, la mère de Tery ne posa pas de questions, les regardant justement brièvement tout en leur servant à déjeuner. Après quelques secondes à les voir manger l’un à côté de l’autre, elle demanda :

« Qu’est-ce que vous comptez faire de vos journées maintenant ? »

« Hein ? Euh … Nous reposer un peu même si … avec les problèmes du royaume, il vaut mieux que nous ne restions pas trop près de toi, maman, car ça risque d’être très dangereux. »

« BAH ! Qu’est-ce que cela m’importe ! Les soldats peuvent venir, je ne parlerai pas. Par contre, Tery, bizarrement, les lettres que tu m’envoyais provenaient toujours d’Omnosmos. Comment cela est possible ? Tu ne me les envoyais pas directement ? »

« Ah non non ! J’ai trouvé deux personnes très agréables à Omnosmos qui m’ont aidé pour ça. Elles servent d’intermédiaires et ça permet alors d’éviter que les soldats remontent jusqu’à moi, maman ! Ils sont vraiment très sympathiques, je te le promets. »

« Hum ? Et quels sont leurs noms ? Vraiment, Tery, tu fais confiance trop facilement. »

« Je préfère ça que de ne faire confiance à personne, maman. Euh … Alors, leurs noms ? Monsieur Périk et madame Jésiana, ce sont de vieilles personnes qui dirigent la bibliothèque d’Omnosmos. Ils ont d’énormes livres ! C’est super impressionnant ! »

« Je me doute, je me doute. Bref, d’accord. Si ce sont de vieilles personnes, tant mieux si tu leur fais confiance. Finis de manger et va donc te balader avec tes amis. »

« HEY ! Maman ! Ne me parle pas comme ça ! Ça donne l’impression que je ne suis qu’un gamin ! Je n’aime pas ça du tout ! Pas du tout ! »

« Hahaha ! Merci beaucoup madame Vanian. Nous allons y aller, Tery et moi. Allez, viens par-là, Tery. Ne perdons pas plus de temps. »

Elen s’était levée, récupérant la main de Tery pour qu’il se lève à son tour. Les deux jeunes gens saluèrent la mère de Tery, remerciant pour le petit-déjeuner avant de quitter la maisonnée. Lorsqu’ils firent quelques pas pour descendre au village, Manelena était adossée à une barrière, les bras croisés au niveau de sa poitrine.

« On fait la grasse matinée car on sent qu’on est chez soi ? Tsss. »

« Non, juste que je pensais que ça serait une bonne chose. Et toi ? Comment ça s’est passé ta première journée au calme ? Sans personne pour t’embêter ? »

« Tu rigoles, j’espère ? J’ai eu le droit à Clari qui m’a emmer… embêtée toute la soirée ! Ne commence déjà pas à me prendre la tête avec ça ! »

« Je ne te prend pas la tête. Mais je vois … tu as dû essayer de dormir avec Clari plutôt car elle est du genre très loquace pendant la nuit. » déclara Tery en soupirant, amusé.

« Et pas qu’un peu, elle parle, elle parle … et elle arrive ! » dit Elen en venant saluer Clari d’un geste de la main, Manelena soupirant à son tour mais de dépit.

« J’espère qu’elle ne va pas parler de nos discussions d’hier. » souffla-t-elle.

« AH ! Tery ! On parlait de toi hier, avec Manelena. » déclara la femme aux couettes blondes tout en émettant un petit sourire amusé.

« Ah bon ? Tiens donc ? Et à quel sujet exactement ? » demanda Tery, se laissant embrasser sur les joues par la demoiselle aux couettes blondes.

« Tu l’ouvres, je te tues, Clari. » coupa sèchement Manelena.

« Oh, bien entendu, bien entendu, les menaces, pour ne pas changer, c’est devenu une vilaine habitude, tu sais, Manelena ? » dit Clari en rigolant, le prince et Elise arrivant à leur tour. « Oh ! Ne me dites pas que vous avez dormi aussi ensemble, tous les deux ? »

« Evitez donc de proférer de telles inepties, Clari. » murmura le prince Royan en fronçant les sourcils, visiblement peu amusé par les propos de la femme.

« Oui enfin bon … Vous voudriez visiter les environs aujourd’hui, tout le monde ? » demanda Tery après quelques instants, sentant que l’ambiance devenait électrique, chose plus que problématique. Ils étaient dans son village, pas dans n’importe quelle forêt ou ils pouvaient laisser libre court à leurs folies, voilà tout ! Non mais oh ! Hmm … Y avait de l’animation ou c’était lui ? Il se trompait peut-être ? Qu’est-ce qui se passait au village ?

« Il y a une animation aujourd’hui ? Je n’étais pas du tout au courant. »

« Ah nous, on ne sait rien de notre côté. » dit Clari après les propos de Tery qui cherchait visiblement une réponse à sa question. Bah ! C’était facile alors.

« Autant s’y rendre, ça sera beaucoup plus simple. Comme ça, on verra ce dont il s’agit, vous ne trouvez pas que c’est mieux ? »

Pourquoi pas ? Tout le monde accepta les propos du jeune homme aux cheveux bruns, tous se mettant en route pour aller sur la place principale du village. Autant dire que ce ne fut pas bien difficile à trouver vu que celui-ci n’était pas forcément très grand à la base.

« Vous êtes vraiment une membre de Zélisia ? »

« Non, non, je suis d’Alzar, contrairement aux apparences. Mon homme est celui qui suit les préceptes de Zélisia, je sais que cela semble étonnant. »

« Euh, pas qu’un peu … c’est même carrément étrange. Vous venez faire quoi ici ? Enfin dans notre petit village, vous savez. »

« Oh, la raison de notre présence est finalement arrivée. »

Une voix féminine ? Il avait du mal à la reconnaître mais il était sûr d’une chose : il l’avait déjà entendue. Lorsque les villageois se poussèrent, il put enfin mettre un visage à cette voix. C’était quoi le nom de cette femme ailée de belles plumes blanches ? Aux cheveux noirs ? Il ne s’en rappelait pas exactement mais ça allait bien lui revenir en mémoire !

« Sérest ? C’est bien cela, n’est-ce pas ? »

« C’est exact. Je vois que tu te rappelles de nous. Il y a aussi … »

« Séran, si je ne me trompe pas. Cela me fait bizarre de vous revoir, tous les deux. » déclara Tery en regardant les deux personnes, un peu étonné. Ce n’était pas … vraiment normal.

« C’est le cas. Je ne pense pas que tu t’attendais à nous voir arriver dans ton village, n’est-ce pas ? » déclara doucement la femme aux ailes blanches, Tery hochant la tête négativement.

« Pas du tout même. C’est un peu étonnant. Enfin, je vous fais visiter aussi ? »

Il avait proposé ça comme ça, sans même remarquer qu’au final, ils allaient être un beau petit groupe de huit personnes, c’était peut-être beaucoup ? Par contre, présenter sa mère à ces personnes, qu’il ne connaissait au final que très peu, il n’était pas sûr que ça soit une bonne idée. Sérest émit un petit rire avant de dire :

« Pourquoi pas ? Nous venons d’arriver. »

« Vous n’avez pas été attaqué par les Gnomolds sur votre chemin, j’espère ? Surtout que l’on a l’un des plus hargneux au monde, je tiens à le dire. »

« Non non, aucun problème de ce côté, je peux le confirmer, tout simplement. »

Ah bon ? Même pas un peu ? Bon … si c’était ainsi, alors autant se motiver tout de suite. Maintenant qu’ils étaient tous ensemble, avec de nouveaux compagnons, ils allaient avoir beaucoup à faire normalement. Enfin, de ce qu’il en savait ! Il n’était pas sûr, pas sûr du tout que ça convienne à chacun et chacune.

Mais après une bonne heure de marche, ils finirent par s’installer à l’auberge. Rapidement, quelques personnes vinrent les haranguer, cherchant visiblement plus à rencontrer les nouvelles personnes qu’à saluer le retour de Tery parmi eux.

« Honoro, Claudiska, Traslord, y a personne qui vient de Mekalarma par hasard ? Autant finir la boucle, non ? Pourquoi pas hein ? Je pose juste la question, rien de plus. »

« Tu en poses beaucoup trop déjà à mon goût. »

Manelena avait répondu aux propos de l’homme qui s’était avancé vers eux, les autres reculant quand elle vint les fixer. Ils s’éloignèrent, visiblement peu enclins à chercher à converser avec elle. Tery ne put s’empêcher de pouffer avant de dire :

« Au moins, je sais qu’avec toi, nous sommes tranquilles, Manelena. »

« N’en rajoute pas toi. Si tu as du temps à perdre, vas plutôt nous chercher à boire. Et n’oublie pas pour Royan, quelque chose de non-alcoolisé. » grogna Manelena alors que Royan répliquait aussitôt qu’il se rapprochait de sa majorité et qu’il n’avait aucun problème à cela.

« Visiblement, il y a beaucoup d’animation avec vous tous, n’est-ce pas ? » demanda Séran, toujours le sourire aux lèvres, signe qu’il trouvait cela amusant.

« A peu de choses près, oui. Et encore, je considère que vous n’avez rien vu sinon, ça aurait été encore plus fameux, je tiens à le dire. »

« Tant que ça ? Hahaha, je vois, je vois. Merci bien alors, merci. »

Pas de quoi hein ? Il haussa juste les épaules comme pour montrer que ce n’était pas vraiment un problème avant de se remettre en route. Bon, ça faisait beaucoup de voyage pour aujourd’hui à cette allure. Par contre, il restait suspicieux par rapport aux deux personnes. Pourquoi est-ce qu’elles étaient ici ? Il allait leur poser la question à la fin de la visite.

« Ce village est quand même bien placé. Je ne pense pas que les soldats de Shunter ou des autres royaumes soient au courant de son existence, n’est-ce pas ? »

« N’exagérons pas. Je ne sais pas pour les autres royaumes mais Shunter est déjà venu par ici. Enfin, il est rare que l’armée se déplace jusqu’ici par contre. »

« Oh, je vois, je vois … princesse de Shunter. Visiblement, il est toujours très bien accompagné, n’est-ce pas ? » dit Sérest, gardant son sourire alors que le jeune homme aux cheveux bruns ne savait pas où se mettre. C’était … problématique.

« Evitons de lancer des sujets fâcheux, d’accord ? Qu’est-ce que vous pensez d’aller … boire une nouvelle fois ? Enfin, une nouvelle fois, je veux dire qu’il va faire chaud et vu que nous sommes aussi nombreux… mais d’ailleurs, les ailes ne dérangent pas ? »

« Hum ? Dans une taverne ? Si peu, mais je peux les ramener dans mon dos, tu sais. Elles prennent de la place à la verticale mais si je ne les déploie pas, elles ne sont pas si volumineuses hein ? » répondit Sérest à Tery.

« Mais elles sont très bien entretenues. » murmura Elise après quelques secondes de silence, semblant avoir eu du mal à l’avouer.

« Merci pour ce compliment, jeune demoiselle. Je ne crois pas vous connaître non ? »

« Je m’appelle Elise, je suis enchantée et je … hum … comment dire… »

« Il s’agit d’une démone, Sérest. » chuchota Séran pour que seule la table puisse l’entendre, Elise baissant la tête avant que Sérest ne reprenne :

« Ce n’est pas bien grave, n’est-ce pas ? Puisqu’elle n’est pas la seule à cette able à l’être. N’est-ce pas, Tery ? Si je ne me trompe pas. »

« Comment … est-ce que vous le savez ? »

« Les rumeurs vont vite, très vite. Et même si cela commence à dater un peu, autant dire que tu n’es pas passé inaperçu. Mais bon, ce n’est pas bien grave … pas bien grave bien que ça soit la raison de notre présence en ces lieux si tu veux tout savoir. »

Manelena se releva aussitôt mais Tery fit un geste de la main pour lui demander de se calmer. Elle grommela, restant debout, attendant que le jeune homme dise quelque chose :

« Cela m’étonne quand même. Disons que … j’ai pu voir le regard de quelques villageois quand je suis venu bien que j’ai évité d’en parler. Mais vous ? Vous le savez délibérément … et surtout, vous êtes des adeptes de Zélisia et Alzar. »

« Et ? Quel est ton point de vue ? Est-ce que tu peux me l’expliquer ? »

« Hum … Je ne sais pas trop. Je ne sais pas comment l’expliquer, je dois l’avouer. »

« Soit, soit soit … mais il n’y a pas à s’inquiéter, n’est-ce pas ? Je te promets que Séran et moi, nous ne voulons pas de mal, loin de là. »

Ce n’est pas pour cela qu’il devait se sentir plus rassuré hein ? C’était même tout le contraire. Il n’était pas prêt à donner sa confiance comme ça, comme si de rien n’était. Mais comment leur dire ? Hmm … Discrètement ? De telle façon qu’ils ne le remarquent pas ?

« Et à part savoir ce que je suis, qu’est-ce que vous comptez faire ? »

Ah ! Les boissons arrivaient finalement et il commença à boire doucement, évitant de se rappeler les mauvais souvenirs … plutôt récents, ahem. Il observa toujours le couple puis les compagnons de son groupe. Visiblement, tous semblaient très soucieux par rapport à la présence du couple près d’eux.

« Hmmm ? La même chose que vous, non ? »

« C’est-à-dire … mademoiselle Sérest ? » continua de demander Tery. C’était à lui de converser, pas aux autres. Manelena grommela, allant finalement s’asseoir.

« Si je vous dis le mot Léviathan ? »

Aussitôt, Manelena revint se lever, des veines noires apparaissant sur ses mains. C’en était trop pour elle ! Ils voulaient jouer à ce petit jeu ? Ils allaient être deux ! Elle n’allait surtout pas se laisser faire ! Pas du tout même ! PAS DU TOUT !

« Manelena, s’il te plaît, calme-toi. Tu te donnes en spectacle. »

« Tery, je ne sais pas ce que tu manigances mais je les hais ! »

« Comme beaucoup de personnes, Manelena. Je le sais bien. Je veux juste écouter ce qu’ils ont à dire pour … prononcer de tels mots. »

« Nous pourrions aussi parler du Phénix Ardent … mais je pense que vous voyez où nous voulons en venir, n’est-ce pas ? »

« Sérest, non, je ne vois pas. Pourquoi nous parler de ça ? A part le fait que vous soyez au courant de nombreuses choses qui peuvent paraître très déplaisantes. Pourquoi est-ce que vous êtes … là ? C’est ça que je veux savoir … et évitez de détourner mes paroles. Cela agace. »

« Et pas qu’un peu. » marmonna Manelena, ne sachant pas si elle devait se rasseoir ou non. La colère continuait de l’envahir à cause de tout cela.

« Pour venir vous aider, tout simplement. Nous sommes là pour vous épauler par rapport aux créatures légendaires, voilà tout. »

« Créatures légendaires ? Nous aider ? Vous êtes sérieux ? »

Il avait du mal à y croire, beaucoup de mal même. Il fronça les sourcils en les regardant. C’était … bizarre, très bizarre … et il se montrait plutôt méfiant par rapport à ça. Mais bon, avoir de l’aide, ça ne serait pas une mauvaise chose.

« Nous sommes plus que sérieux, tous les deux. Nous étions partis à ta recherche après le Léviathan, nous savons que cela est le destin … »

« Le destin ? » dit Tery en haussant un sourcil interrogateur maintenant.

« C’est exact. Nous réagissons simplement que par rapport au destin, rien d’autre. »

« Je ne vois vraiment pas où vous voulez en venir avec de telles paroles, vous savez. »

« Nous sommes en quelque sorte le couple de héros des légendes liées à la porte démoniaque. Nous sommes là pour accomplir notre destinée. » compléta Séran.
Destinée ? Héros de la légende ? Il commençait vraiment à être perplexe. Le souci, c’est qu’ils semblaient sérieux, très sérieux même. Et donc, c’était effrayant en un sens. Pourquoi est-ce que ces personnes voulaient les rejoindre ? Manelena l’observa sans un mot, comme le reste des personnes. L’ambiance était … inquiétante.

« Nous ne voulons pas de mal, je tiens à le répéter encore une fois. »

« Ce n’est pas vraiment ça le problème, pas du tout même. C’est un peu plus compliqué que ça, madame Sérest, c’est tout. »

« Compliqué à quel point ? Notre aide serait la bienvenue. »

« C’est pas ça, c’est pas ça. Laissez-moi en discuter avec les autres dans la journée. Ca sera mieux, je pense qu’il faut que l’on parle entre nous. »

« Comme vous le désirez, nous nous reverrons donc demain ? Nous allons explorer les environs du village, pour nous renseigner un peu sur l’endroit dont est originaire Tery. »

Mieux valait qu’il ne dise rien. Il regarda le couple partir et s’éloigner avant de soupirer. Bon … Il y avait beaucoup à faire, énormément même. Et surtout, il sentait bien que peu seraient d’accord avec le fait qu’ils les rejoignent. Comment réussir à les convaincre ?

« Hum … Et si nous voyons avec un test ? Nous sommes plus nombreux non ? Et nous avons quelques pouvoirs quand même. » déclara Elen alors qu’il se demandait si elle avait lu dans ses pensées. Un test ? Pour savoir s’ils étaient sincères ? Pourquoi pas ?


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/27/d423514113/htdocs/chibi/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 405

Laisser un commentaire