Archives pour la catégorie Tome 6 : Deux mondes opposés

Chapitre 60 : Une nouvelle vie

Chapitre 60 : Une nouvelle vie

« Pourquoi … est-ce qu’elle est là, Tery ? REPONDS MOI ! »

Elle ne le supportait plus. Elle ne pouvait pas supporter ça ! Comment est-ce que Tery avait osé créer un golem ayant l’apparence de Clari ?! Il voulait jouer sur ses sentiments ou quoi ?! Elle observa les mouvements du golem, suspicieuse, remarquant que ce dernier s’était mis à mouvoir. Quoi ? Pourquoi est-ce que … sa bouche s’ouvrait ?

Il allait parler ? IMPOSSIBLE ! Les golems ne parlaient pas ! Ils ne parlaient pas normalement ! Non … Il y avait bien une bouche mais aucun son n’en sortit. Elle avait été étonné sur le coup … mais au final, il n’y avait rien à craindre exactement.

Rien du tout ? Elle n’en était plus aussi sûre alors qu’elle sentait le vent qui se levait. D’après ses souvenirs, Clari était capable de manier le vent … manier le vent ? HEY ! Non ! Ce n’était pas possible ?! C’était un golem ! Il était humainement impossible qu’elle soit capable de produire de la magie ! Les golems en étaient incapa…

« MERDEEEEEEEEEEEEEEEE ! »

Comme un cri de rage, elle planta son épée dans le sol pour s’y appuyer en même temps qu’une bourrasque se soulevait, emportant alliés et ennemis sur son passage. Que cela soit les démons ou alors les trois armées adverses, elle ne faisait aucune différence. Manelena tenait fermement l’arme, serrant les dents en comprenant que c’était pourtant la réalité. Tery, de son côté, se trouvait dans l’oeil du cyclone, imperméable au sort de vent qui parcourait la zone. C’était encore plus fort que tout ce qu’elle avait connu !

« Qu’est-ce que … cela aurait donné si Clari … avait combattu réellement. »

Elle ne pouvait que se l’imaginer maintenant qu’elle était morte. Du moins, c’est comme ça qu’il fallait se l’imaginer, non ? Elle n’en était plus tellement sûre maintenant. Lorsque la tempête s’arrêta, elle pouvait enfin observer les environs. C’était … vraiment un cataclysme. Comment est-ce qu’un simple golem avait été capable de ça ?


Des soldats ensevelis sous la neige, de rares démons qui peinaient à rester debout, des gnomolds qui étaient têtes plongées dans la neige, c’était un véritable carnage. Combien de membres de l’armées étaient morts à cause de cette attaque ?

« Ah … Ah … Tery. C’était bien joué mais c’en est assez. Tu ne pourras pas … »

Elle chercha à se remettre correctement debout mais elle sentait ses jambes qui tremblaient. Elle … elle avait la tête qui tournait ? Cette sensation déplaisante, elle la connaissait. C’était le même genre de sensations qu’elle avait lorsque l’on se trouvait à très haute altitude. Il y avait un manque d’oxygène et … ce n’était quand même pas ce golem qui avait fait ça ?!

« TERY ! Je sais pas comment tu as fait pour créer ce golem mais je vais vite l’éliminer ! »

Le corps du jeune homme cornu était toujours derrière celui du golem, se penchant de plus en plus en avant avant de finir par s’écrouler au sol ou presque. Comme mu par un instinct protecteur, le golem féminin s’était retourné pour attraper Tery avant qu’il ne tombe.

« Il … a agit de sa propre volonté. Cla… Clari, c’est toi ? »

Elle n’avait plus la possibilité d’hurler, d’être enragée ou de se mettre en colère. Elle regardait simplement le golem de pierre et de terre. Il semblait d’une solidité sans failles, les yeux inertes dessinés sur son visage fixant la femme aux cheveux argentés.

« Attends un peu … Si c’est vraiment toi, tu dois comprendre qu’il faut que tu l’arrêtes ! »

« ON SE REPLIE ! TOUS LES DEMONS ENCORE VIVANTS SE REPLIENT, VITE ! »

« Clari ! Fais pas l’idiote ! Si tu me comprends, tu dois savoir que ce n’est pas la bonne voie qu’il prend ! Tu dois l’empêcher de continuer ! CLARI ! »

Non … Non. C’était juste … Elle ne pouvait pas être si crédule. Elle n’était pas une gamine qui s’émerveillait devant un tour de magie et pourtant. Elle avait cette sensation que cette créature féminine avait parfaitement saisi ses propos … et la regardait tristement. Ses lèvres de terre qui bougeaient, sans qu’aucun mot n’en sorte, elle voulait lui parler.

« Tu te charges de lui, c’est ça ? Tu es morte, Clari ! MORTE ! Les mortes ne peuvent pas protéger les vivants ! »

Pourquoi est-ce qu’elle était en train de converser avec une créature faite de pierre ? Pourquoi est-ce qu’elle avait une discussion avec elle ? N’importe quoi. Le combat l’avait sûrement épuisée. Elle fabulait, elle n’avait plus toute sa tête.

« Les démons sont en train de fuir ! On a réussi à les repousser ! » cria un soldat.
Elle n’avait pas envie de répondre avec de l’amertume que vu le nombre de morts de leur côté, ils pouvaient pas vraiment fanfaronner. Où est-ce qu’Elise et Royan se trouvaient ? Comment est-ce que le combat s’était terminé ? En les regardant, elle haussa un sourcil.

« Vraiment ? Ils n’ont pas mieux à faire ou quoi ? »

Elle ne s’exclama guère mais à cause de la secousse crée par le golem féminin, Elise était tombée sur Royan … et visiblement, elle n’était pas prête de vouloir se relever. Ses lèvres s’étaient collées à celles du jeune homme aux cheveux bleus et elle se demandait cela faisait combien de temps qu’ils étaient ainsi tous les deux.

« Aie aie aie … Si je m’attendais à ça. »

Elle avait finit par décrocher ses lèvres de celles du nouveau roi de Traslord. Avec lenteur, elle le regarda, le rouge aux joues tandis que Royan cherchait à rester impassible. Difficile dans son état vu que la même rougeur ornait son visage.

« Ce n’est qu’un incident, démone mais … je ne sens plus mes forces. Vous feriez mieux de vous enfuir comme les autres et de ne jamais revenir ici. »

« … … … C’est vrai, roi de Traslord. Ne vous inquiétez pas, je reviendrais et ce jour-là, j’espère que vous m’attendrez comme il se doit. »

Elle ne pût s’empêcher de sourire, Royan restant imperturbable … ou presque. Un sourire se dessina aussi sur ses lèvres avant de la laisser se lever correctement. Elle jeta un œil vers les environs, remarquant les démons avant de dire :

« Je vais y aller dès maintenant. Prenez-soin de vous, roi de Traslord. Cela serait dommage que vous ne soyez pas en pleine forme la prochaine fois que l’on se rencontrera. »

« On va dire de même de votre côté. Une adversaire en parfaite santé est bien mieux. »

Ah … Que des propos qui étaient vraiment ridicules mais voilà, c’était efficace. Elle chercha Tery du regard, ne remarquant pas le jeune homme aux cheveux bruns. Où est-ce qu’il était ? Il n’était quand même pas … mort ? Devant l’inquiétude peinte sur son visage, Royan désigna un point du doigt avant de s’immobiliser.

« Qui … C’est … Mais c’est pas possible. Elle est … morte normalement ? »

Il venait de remarquer qui était en train de porter Tery comme si de rien n’était. Un golem doté de vie … et avec une apparence unique en son genre. Elise avait aussi vu de qui il s’agissait. Elle se frotta les yeux, bredouillant :

« Mais mais … Clari est morte. On l’a vue. On a vu son corps et … »

« Tery l’aurait ramenée à la vie ? Non, je ne suis pas au courant d’une telle magie. Elise, est-ce que tu le savais ou … non, d’après ton visage, tu n’étais pas au courant. »

« C’est un golem, n’est-ce pas ? Enfin, c’est un golem, c’est pas la vraie. »

« Mais Tery … Il a l’air … inerte ? Et Manelena ? Où elle est ? C’est … si compliqué. »

Il vint poser une main sur son front, comme pour l’éponger. Elle voulait bien le croire. Elle ne savait pas du tout comment réagir ou comment entreprendre tout ça. Hors de question de se présenter devant Manelena, elle allait retrouver les autres. De son côté, Royan allait voir avec le reste des armées.

« C’est l’heure de la séparation, Elise. Prends soin de toi … et fais attention à toi. »

« Pareil, Royan … et euh … pfiou, c’était mon premier. » dit-elle avant de détourner le regard, Royan passant une main sur ses lèvres :

« Je ne répondrais pas à cette affirmation. »

« Je n’en doutais pas un seul instant, Royan ! Bon … Je vais rejoindre les autres. En tant que princesse du royaume démoniaque parmi tant d’autres, j’ai un certain statut ! »

C’est vrai. Elle avait évoqué ce titre lorsqu’ils se combattaient sans être sérieux. Ainsi, elle avait tout d’une princesse. Il fallait dire que sa manipulation des flammes était vraiment magnifique et surprenante. Il la regarda s’éloigner pour se diriger vers Tery.

« Bon, de mon côté, on va voir ce que ça a donné avec Tery. »

Manelena lui devait quelques explications normalement. Mais pour l’heure, il fallait constater les dégâts et faire un bilan. Ils avaient éliminé la majeure partie de l’armée des démons mais en contrepartie, ils avaient bien perdu la moitié des membres voire plus … car oui, les gnomolds étaient encore bien vivants dans leur majorité.

« Ils ont vraiment la vie dure. » se dit-il à lui-même tout en soupirant légèrement. Il arriva à la hauteur de Manelena, celle-ci ayant remit son casque sur son visage, comme pour éviter de montrer ses émotions. Il l’entendit lui dire :

« Tu es de retour … Tu as passé visiblement du bon temps, il semblerait. »

« Je ne dirais pas ça comme ça . Ce n’était pas forcément une partie de plaisir mais toi … »

« Qu’est-ce que tu veux que je te dises ? Je ne suis pas au courant de ce qui s’est passé. Je voulais que Tery s’épuise complètement et perde toute sa puissance pour le faire s’évanouir. »

« Pour ensuite le capturer vivant au lieu de le tuer … et cela malgré tes dires. »

Elle ne chercha pas à relever la remarque à ce sujet, continuant de parler en regardant les soldats qui cherchaient à se réconforter, disant que c’était enfin terminé :

« Mais voilà, il y a eut ce golem. Je le trouvais étrange car à peine plus grand que nous et puis, j’ai vu qu’il prenait peu à peu une forme … et c’était elle. »

« Mais Tery ? Je l’ai vu dans ses bras. Ce golem marche tout seul ? Il ne doit pas rester conscient pour que le golem soit actif ? »

« C’est ça le souci ! C’est pas normal ! Ca ne devrait pas se passer comme ça ! Je sais pas ce que c’est ce golem mais … il semblerait que … dorénavant, il faut faire avec. J’ai vu une brume blanche quitter la bouche de Tery et elle s’est insinuée dans le golem et … »

Oh. Elle était encore sous pression malgré que ce combat s’était enfin terminé. Elle avait besoin de souffler. Elle avait besoin de se calmer les nerfs mais impossible. Pas dans l’état dans lequel elle était actuellement.

« Il vaut mieux s’interroger plus tard, lorsque nous pourrons nous reposer, Manelena. Il va falloir que l’on discute de tout ça. Je ne pensais pas que les golems étaient aussi puissants … et pareils pour les démons. »

« Tu as surtout de la chance qu’Elise se soit focalisée sur toi et a empêcher que d’autres ne viennent rejoindre la bataille. Sinon, tu n’aurais pas fait long feu. »

« Encore des critiques … Ah … Au moins, tu n’as pas l’air si exténuée que ça si tu es capable de pouvoir me critiquer de la sorte. »

« J’ai besoin de me reposer, plutôt. Je … combien de mois il va falloir encore attendre ? » dit-elle avec lenteur, le jeune homme aux cheveux bleus ne comprenant pas où elle voulait en venir avant de la voir se tourner vers là où les rares démons encore vivants étaient partis.

« Espérons que ça ne soit pas plusieurs mois, Manelena. »

« Tu veux espérer sur le fait de subir une nouvelle attaque de la part des démons ? »

Il ne chercha pas à lui faire remarquer qu’à la base, c’était plutôt eux qui avaient agressé les démons et pas l’inverse. Cette troupe était sûrement une bande d’éclaireurs, une grosse bande mais … qui ne cherchait pas forcément à se faire attaquer.

Bah, de toute façon, ce qui était fait était fait. Ce n’était pas le moment d’avoir quelques pensées absurdes pour savoir ce qui était bon ou mauvais. Il était certain que les gnomolds allaient se vanter d’être parmi les nombreux survivants et rien d’autre.

« Combien nous sommes ? Faites les comptes. Quel débâcle ! »

« Nous sommes vingt-deux, chef. Par contre, euh … On fait quoi de ça ? »

L’un des soldats, salement blessés d’après le bras qui pendait lamentablement vers le sol, désigna le golem féminin qui continuait de marcher avec eux, tenant dans ses bras Tery toujours inconscient. Le chef de la troupe poussa un soupir, finissant par dire :

« On ne fait rien. Il n’a pas l’air belliqueux … sauf si on se rapproche de lui. Y a bien qu’elle qui peut le faire … comme si elle la connaissait. »

« Je m’appelle Elise et … sinon, ce golem … Il s’agit de Clari, je crois. C’était une femme que Tery a connu et moi aussi, dans le passé. Juste … Je ne sais pas s’il s’agit de Clari, Clari. »

« Ca m’a l’air bien compliqué votre histoire, encore une fois. Je crois que je ferais mieux de ne pas m’en mêler. Comment je vais expliquer ça à nos supérieurs ? Vous avez récupéré des trucs sur les cadavres ? Je sais pas, des bouts d’armures, des armes, tout ce qui pourrait intéresser ? Car bon, ils se battaient avec ardeur, ces types. »

« Tery avait prévenu, non ? Ils sont au courant que nous étions là et ils étaient préparés à se battre contre nous. Ainsi, même si nous avions l’avantage de la force, ça ne changeait pas grand-chose dans le fond, malheureusement. »

« Oui oui, je le sais parfaitement. Pas besoin de m’en faire la remarque. Je crois que nous sommes tous très fatigués et … visiblement, ils ne comptent pas nous poursuivre. »

« Je crois qu’ils auraient eut du mal. Elle est capable de manier la magie du vent. C’est elle la responsable de tout ce qui s’est passé à la fin. »

Elle ? Ce golem ? D’après ses informations, aucun golem ne maniait un élément autre que celui dont il était issu. Or, ce golem était fait de pierre et de terre. D’ailleurs, il remarquait aussi l’imposante épée à deux mains dans son dos. Une épée en pierre elle aussi.

« Je ne sais vraiment pas ce qu’il a foutu ou comment il a réussit ça mais ça va intéresser pas mal de gens. Ah … Première sortie à la surface, première défaite. »

« Le plus important est d’avoir réussi à être vivants. Normalement, nous n’avions aucune chance ou presque de nous en sortir. Cela fait autant de preuves à montrer en bas. »

Peut-être que oui, peut-être que non. Des preuves matérielles seraient bien mieux. Heureusement, quelques démons avaient réussi à extirper quelques morceaux de métal ou des armes des cadavres ennemis. Ils avaient aussi … récupéré une ou deux peaux de gnomolds ? Elise fit une légère moue, dubitative par rapport à ça.

« J’aimerai bien savoir ce qui vous est passé par la tête pour avoir envie de ça. »

« C’était les ennemis les plus problématiques de leur armée. Ils ne crevaient pas malgré nos coups et il fallait y aller franchement. D’ailleurs, j’ai remarqué que certains des nôtres ont décidé de se dévorer entre eux … pour réussir à tenir le coup. »

« Pauvres fous. S’ils ne sont pas préparé, c’est ce qui a sûrement causé leurs morts ensuite. Tant mieux, nous n’avons pas besoin d’êtres enragés pendant que l’on rentre. »

Aucune pitié pour ceux qui abandonnaient leur humanité pendant la guerre. Elle ne chercha pas à faire de remarques à ce sujet, ce n’était pas à elle de s’occuper de ça. Elle marchait juste à côté de Tery, le regardant toujours endormi dans les bras de la cette femme-golem.

« Clari, c’est bien toi ? Tu sais … Tery était vraiment très malheureux après ta mort. Je crois que c’est ça qui l’a … emmené ici … avec moi. »

Même si elle n’attendait aucune réponse de la créature humanoïde, elle vit le visage de pierre se tourner vers elle. Même si aucun mot ne sortait de ses lèvres, un sourire triste était présent dessus. C’était Clari. C’était vraiment Clari. La femme-golem comprenait ce qu’elle disait.

« Bon retour parmi nous. Tery sera … heureux de te revoir. »

Encore ce sourire triste. Elle se demandait si au final, elle ne l’avait pas rêvé. Est-ce que ce golem pouvait vraiment comprendre les émotions et les sentiments ? Est-ce que ce golem … était vraiment Clari ? Elle en avait aucune idée.
Ils retrouvèrent la grotte, surtout grâce au chemin que Tery avait crée avec ses petits piliers de pierre. Dire que même en étant inconscient, il arrivait à encore à les aider actuellement. Malgré tout ce que les gens pouvaient penser, Tery cherchait toujours à prévoir avec plusieurs coups d’avance. Une simple mesure de précaution ? Ou de protection ?

« Bon … Je sens que je vais avoir besoin de donner de sacrées explications. Ils attendent pas à ce que l’on reviennent vivants … mais plutôt à ce que l’on reviennent victorieux. »

Et justement, sur ce dernier point, il était difficile de prétendre qu’ils l’avaient été. Oh, ils avaient éliminé bien plus de soldats ennemis qu’ils n’avaient perdu de soldats chez eux mais … en même temps, le nombre n’avait aucune influence.

« Par contre, je vais aussi devoir expliquer son cas à cette … créature. Ou alors, tu veux t’en occuper vu qu’il ne semble pas se réveiller ? »

Elle hocha la tête positivement. Elle se chargera de raconter ce qu’elle savait à ce sujet … ou au moins tenter de donner un raisonnement à peu près correct. Comme elle n’avait aucune preuve, c’était difficile de savoir si elle disait la vérité ou pas.

« AAAAAAAAAAAAH ! J’ai mal ! J’AI MAL ! »

« Elen ?! Qu’est-ce qu’il y a ? » s’inquièta la mère de Tery, arrivant à toute allure au chevet de la femme aux cheveux blonds, celle-ci posant ses mains sur son ventre rebondi.

« J’ai mal ! Ca fait mal ! Je … Je … Aaaaaaah ! Je … »

« Tu va donner naissance maintenant ? Mais il n’est pas trop tôt ? »

Il est vrai qu’en vivant ici, elle avait perdu un peu la notion du temps mais normalement, cela ne devrait pas arriver aussi vite non ? Elle devait être à son huitième mois, peut-être à la moitié de ce dernier. C’était beaucoup trop tôt !

« Attends un peu ! Tiens bon, Elen. Il te faut inspirer et expirer. Fais ça pendant que je prépare tout ! S’il te plaît, sois patiente ! »

« JE NE SAIS PAS SI JE POURRAIIIIIIIIIIIIS ! »

Elle n’avait pas le choix ! C’était trop tôt, beaucoup trop tôt ! Ah … Elle n’avait jamais aidé à une naissance. A part celle de Tery, elle n’en avait jamais connue d’autres. Et là, aujourd’hui, elle allait assister à la naissance de son petit-enfant.

« Voilà, j’ai des serviettes, une bassine, de l’eau chaude. Tu t’es déjà débarrassée de tes bas ? Tant mieux, je n’ai pas besoin de te le demander. »

« Je dois faire quoi ?! J’ai maaaaaaaaaaal ! S’il vous plaît ! Aidez-moi ! J’ai … J’ai peur. Où … Où est Tery ? S’il vous plaît ? Où il est ?! »

« Je suis là. Calmes-toi. Serres donc ma main, Elen. Je vais t’expliquer ce qu’il faut faire. »

Vu qu’elle avait déjà vécu cet événement si particulier, elle pouvait l’aider à supporter. Voilà qu’elle tendait la main vers Elen, celle-ci la prenant aussitôt, serrant de toutes ses forces. Pour autant, la mère de Tery faisait apparaître des lignes brunes, dévoilant alors toute sa maîtrise élémentaire de la terre, montrant par là qu’elle restait une femme des plus robustes malgré les apparences.

« Inspires, expires, tu vas y aller tout doucement tout en poussant. Quand je verrais la tête qui sortira, je te donnerais autre chose à serrer. On y va, tu vas donner la vie à un beau bébé. »

« JE VEUX TERYYYYYYYYYYYY ! »

Des sanglots, des pleurs, des cris, des râles. Quelques minutes plus tard, le corps d’Elen se soulevait rapidement, prenant de profondes respirations. L’unique bruit qui coupait cette respiration était les cris d’un bébé, la mère de Tery l’ayant recouvert d’une serviette propre, souriante et heureuse.

« Ton enfant, Elen. Votre enfant … à toi et à Tery. » dit doucement la femme avant de déposer le bambin dans les bras de sa génitrice. Celle-ci, exténuée mais heureuse, fit un petit sourire avant de lui embrasser le front. C’était leur enfant … à elle et à Tery.

Chapitre 59 : Le retour de l’être perdu

Chapitre 59 : Le retour de l’être perdu

« Allons-y … réellement cette fois. »

Sans aucune retenue, sans aucune barrière, avec toutes les forces et aides qui les entourent. Les démons étaient en perdition, encore et toujours. C’était toujours ainsi. Il faisait toujours parti du groupe des perdants, cela avait toujours été ainsi, il le savait … il le sentait. Mais cette fois-ci, il était préparé, il savait comment réagir.

« Vous autres … Occupez-vous d’eux. Je me charge d’elle. » dit-il avec nonchalance aux golems restants tandis qu’il regardait Manelena. Ses deux griffes, ce n’était pas suffisant. La pierre ne suffirait pas pour la battre. Il vint s’accroupir devant elle, ne quittant pas son regard rubis posé sur lui. Elle semblait … patienter.

Ce n’était pas de la pierre, pas de la simple roche qui allait sortir de cette terre. Non, il avait chercher à être plus profond, encore plus profond … Il voulait une pierre encore plus solide, encore plus résistante, encore plus destructrice. Des griffes entièrement noires, aux lignes détaillées, comme si elles provenaient directement des mains de Tery.

« Voilà … Ca sera beaucoup mieux maintenant. Voyons voir … ce que ça vaut. »

Il devait se donner à fond pour réussir à battre Manelena. Sans cela, il pouvait déjà se considérer comme mort. Il était à son niveau, frappant d’un coup sec au niveau de la hanche de la femme aux cheveux argentés. Celle-ci avait mit son arme en parade mais se retrouva penchée sur le côté, gémissant de douleur.

« Bon sang … C’est quoi ça ?! J’ai l’impression qu’un cheval a tenté de me piétiner ! »

Allusion ridicule sachant tout ce qu’elle avait déjà combattu dans le passé. Pour autant, elle devait reconnaître que ça ne faisait pas du bien. Qu’est-ce qu’il avait fait ?! Cette pierre, elle la connaissait ! Même si ce n’était pas du tout son genre, elle avait déjà vu des bijoux provenant d’Honoros. De l’onyx, n’est-ce pas ? C’était une pierre plutôt rare, qui était assez solide, parfois trouvée dans les résidus volcaniques.

« Tu crois qu’une simple pierre volcanique suffira à résister à mes attaques, Tery ? Tu … »

Impossibilité de terminer sa phrase. Les yeux devenus rubis du jeune homme cornu ne laissaient transparaître aucune émotion. Il était à quelques centimètres d’elle, griffes d’onyx prêtes à venir la transpercer. C’est comme auparavant ! TOUJOURS AINSI !

« POURQUOI FAUT-IL QU’A CHAQUE FOIS, CA SE TERMINE COMME CA ?! »

A chaque fois ! A chaque fois ! Avant même qu’il ne l’atteigne, elle avait frappé de son gantelet de métal noir sur le visage de Tery, le repoussant en arrière, du sang giclant sur le sol alors qu’il tombait à la renverse. Enervée, enragée, Manelena serrait le poing en disant :

« A chaque fois ! A CHAQUE FOIS ! Ne t’avise même pas de croire que je ne suis qu’une faible femme, Tery ! Ne croit pas que je vais tout simplement me laisser faire comme si de rien n’était hein ?! Il en est hors de question ! Si tu me cherches, tu vas me trouver ! Non pas en tant que reine de Shunter mais en tant que femme ! Et je vais te cogner ! »

Et quitte à ne pas utiliser son épée pour ça ! D’ailleurs, puisqu’il voulait y aller avec les griffes, ce qui indirectement le reliait à son corps, elle allait faire de même ! Humpf … Non, ce n’était pas aussi bien que lui. Elle pouvait se concentrer mais elle n’arrivait pas à créer un unique gantelet de pierre d’au moins une tête humaine.

« FAIS CHIER ! Je suis la reine de Shunter et pourtant, je ne maîtrise pas l’élément de la terre ! Quelle foutue blague ! J’AI PAS BESOIN DE CA ! »

Tery s’était relevé, comme si de rien n’était, jetant un œil absent à ses golems pour voir comment tout cela était géré de leurs côtés. Même si les démons étaient en sous-effectifs et presque totalement exterminés, les golems leur permettaient de souffler et de se reposer. Quant à Royan et Elise ? Ils se combattaient maintenant, aussi ardemment l’un que l’autre. Pour autant, leurs deux éléments s’annulaient et bien qu’ils y mettaient tout leur coeur, une certaine barrière rendait impossible la victoire pour l’un ou l’autre.

« Bande d’incapables. Ils sont aussi peu doués l’un que l’autre. On ne peut rien faire d’eux deux. C’est … navrant. »

« Ils ont à discuter tous les deux. Cela ne nous concerne pas, Tery. Tu devrais déjà plutôt te concentrer sur ta propre personne. Je compte pas te laisser t’échapper cette fois. Je vais te traîner jusqu’à Elen, même si je dois te briser les os, un par un. »

« Ca ne va pas être possible. Tu as la protection divine avec toi … Cela revient à dire … que moi-même, je dois à tout prix t’éliminer, c’est … vraiment dommage, oui. »

« Ne te fout pas de moi, pour ça, il va falloir que tu fasses bien plus d’efforts ! »

Et elle n’était pas le genre de femmes à se laisser piétiner sans réagir ! Elle le regarda toujours avec autant de colère. Il s’était à nouveau soumis à cette voix hein ? Elle le sentait parfaitement. Il avait le même regard torve qu’à Omnosmos, lorsqu’il avait voulu retirer la vie d’Elen … pour permettre l’ouverture des portes démoniaques.
Pour autant, cette fois, elle était préparée. Elle savait comment réagir, elle savait comment agir. Il n’allait pas pouvoir la soumettre aussi facilement qu’il le désirait. Et encore, ce n’était pas le genre de Tery. Il préférait y aller plus doucement. Ce n’était pas un garçon brutal, bien loin de là. Il était doux et prévenant, enjoué et toujours souriant.
Mais ce n’était plus autant le cas depuis les événements dans Shunter. C’est à partir de cet instant qu’elle avait compris que le jeune homme avait changé, qu’elle avait senti qu’il n’était plus exactement le même. Une petite brèche sous ce masque de joie, une fissure par laquelle s’était insinuée cette voix odieuse qui en avait profité pour le manipuler.

« DEPUIS QUAND TU ES AUSSI FAIBLE ?! »

Elle n’y arrivait pas ! Malgré toute la puissance qui l’animait, malgré la protection divine, il y avait bien une chose qui l’empêchait de terrasser Tery. Elle en avait la force ! Elle en avait la possibilité ! La gestuelle de Tery était trop basique depuis qu’il avait invoqué les golems.

« C’est donc tout ce dont tu es capable hein ? »

Elle ne voulait pas montrer de dépit. Elle le prenait très au sérieux. Depuis le début de ce combat, plusieurs sentiments s’entremêlaient sans qu’elle n’arrive concrètement à les réunir. Dire qu’elle avait fait la remarque à Royan alors qu’au final, elle ne valait franchement pas bien mieux que lui sur le sujet.

« Si tu n’as que ces golems, tu ne va pas pouvoir tenir très longtemps. »

Elle tentait de faire la discussion. C’était ridicule, franchement ridicule. Pourquoi est-ce qu’elle perdait son temps à agir ainsi ? Alors que son objectif était clair et précis depuis le début. Elle n’avait pas gardé cette volonté pendant plusieurs mois tout simplement pour abandonner celle-ci le moment venu, hein ? Ce n’était pas comme ça qu’il fallait agir !

Elle attaquait sans cesse, Tery aussi mais il n’y avait aucune difficulté. Elle pouvait aisément lui tenir tête et cela sans craindre pour sa vie. C’est d’ailleurs ce qu’elle était en train de faire. Elle le repoussait, elle le blessait peu à peu, sans même chercher à le tuer. Elle n’avait pas envie que ça se termine ainsi. Ce n’était pas comme ça qu’elle envisageait les choses.

« On va faire à ma manière, Tery, dorénavant. »

Elle attendait une réplique de sa part avec ce ton légèrement moqueur, comme à son habitude. Tery avait été la première personne à en avoir rien à faire du titre qu’elle arborait depuis des années, à chercher vraiment … Non. Pas de pensée aussi stupide et niaise. Ce n’était pas comme ça qu’elle allait réussir à s’en sortir.

« Tu as perdu la parole en même temps que ton cerveau et ta volonté ? »

Encore une nouvelle pique pour qu’il réagisse bon sang ! Mais c’était à peine s’il avait une lueur dans son regard. POURQUOI ?! POURQUOI ?! Il était où l’homme qui avait réussi … NON ! Pas de pensée absurde ! Elle devait s’en empêcher ! Pas de pensée aussi ridicule que ça ! Surtout pas sur le champ de bataille ! Cela pourrait l’emmener à la mort !

« Peut-être qu’une petite décharge électrique te fera le plus grand bien ! »

Vu qu’il ne paraît plus vraiment ses coups, elle pouvait … agir de la sorte hein ? Encore que s’il se prenait vraiment la plus foudroyante de ses attaques, elle était certaine qu’il allait garder quelques séquelles. La question était : Est-ce qu’elle voulait en arriver là ?

C’était ce qu’elle cherchait depuis le début, non ? A éliminer Tery une bonne fois pour toutes pour lui faire payer son acte envers Elen mais … ce n’était pas vraiment lui qui était responsable. De même, Elen et la mère de Tery espéraient vraiment retrouver ce dernier. Il fallait aussi rajouter ses grands-parents. Il y avait tellement de personnes qui espéraient son retour … et elle en faisait partie.

MERDEEEEEEEEEEEEE ! Pourquoi devait-elle se compliquer autant la vie ?! Auparavant, cela ne l’aurait jamais dérangé de tuer sur le coup, sans même réfléchir aux conséquences d’un tel acte, surtout envers une personne sans importance mais aujourd’hui, c’était totalement différent ! Sa poigne vint se placer sur le cou de Tery avant qu’il n’initie une nouvelle attaque en sa direction. Elle le souleva avec une aisance certaine, comme si de rien n’était tandis qu’elle grognait entre ses dents :

« Je pourrais te briser la nuque, Tery, tu comprends ça ? Tu n’es qu’un pantin entre mes mains. Je pourrais aisément mettre fin à ton existence … ALORS PARLES ! »

« Pourquoi parler … alors que les mots sont inutiles ? »

Une phrase vraiment bateau, qu’elle ne pouvait guère supporter. Elle poussa un râle de colère et de rage avant de l’envoyer contre l’un de ses golems. Elle ne s’était pas attendu à ce que le golem le réceptionne avant le contact, un peu … protecteur ?

« C’est quoi ça ? Normalement, ils ne sont pas capables de réagir à l’instinct. »

« Ces golems … Ils sont vraiment tout ce qui me reste. Je vais continuer encore et encore … »

Encore et encore. Il était déposé au sol alors que ses griffes d’onyx disparaissaient en même temps qu’il posait ses mains sur la pierre. Rapidement, cinq nouveaux golems étaient présents. Mélange de pierre et de glace, ils étaient maintenant encore plus optimaux.

« Cadeau … de ma part. Tu ne les … tueras pas aussi facilement. »

C’était elle ou alors le visage de Tery était encore plus pâle que dans ses souvenirs ? Elle le regarda en haussant un sourcil. Elle n’était pas vraiment certaine d’apprécier ce qui était en train de se passer, loin de là. Maintenant, quatre de ces nouveaux golems étaient juste en train de s’éloigner, prêts à continuer leurs œuvres sur les soldats et les gnomolds tandis qu’un seul restait non-loin de Tery.

« Si tu penses qu’un simple golem suffira à m’arrêter, tu te trompes lourdement ! »

Démonstration maintenant ! Il allait invoquer autant de golems qu’il faudra, elle n’en aura cure. Ce ne sont pas eux qui pourront l’empêcher d’avancer pour lui mettre une tarte bien méritée dans sa petite gueule. Oh que oui ! Le golem avait levé ses deux poings glacés en sa direction, prêt à les abattre sur elle mais elle pivota sur le côté, insérant sa lame dans le creux qui se formait entre le poing gauche et le reste du membre.

« Et un bras en moins, un ! » dit-elle avant d’effectuer une forte pression, coupant net le bras comme si cela était aussi facile que couper une brindille.

« Ah … Ah … Ah … Cela me vide l’esprit, vraiment, hahaha … HAHAHAHA ! »

Pourquoi est-ce qu’il se mettait à rire comme un dément maintenant ? Elle n’avait clairement pas besoin de ça ! Elle ne se préoccupa pas du jeune homme sur le coupant, sautant malgré son armure sur elle avec une aisance certaine pour se retrouver sur le bras droit du golem.

« Bon, terminons-en avec cette blague, Tery. Je ne trouve plus cela très drôle. »

« Hahaha … Hahahaha ! Les pouvoirs divins sont vraiment superbes ! Les lignes d’Alzar font de vrais miracles lorsqu’ils sont couplés avec une puissance comme la tienne. Hahaha … C’est vraiment superbe, vraiment remarquable, vraiment génial … Ah … »

« Tu as complètement perdu la tête. Il est temps que je te fasses dormir. »

Pour son propre bien, c’était la meilleure solution à l’heure actuelle. Ah … Et ses bonnes résolutions ? Celles qui consistaient à tout simplement réduire le jeune homme à néant ? Elle n’arrivait pas à le croire qu’elle ne savait même pas tenir une simple promesse de la sorte. C’en était vraiment ridicule, n’est-ce pas ?

Bon, ce n’était pas tout ça mais le golem n’était pas encore mort. Avant qu’il ne puisse réagir à son mouvement, elle sauta en direction de sa tête, son genou recouvert de métal noir prenant une teinte rougeâtre. Au contact de la tête du golem, une explosion se produisit, projetant la femme aux cheveux argentés sur le côté.

Le golem s’affaissa au sol, vaincu, terrassé tandis que Manalena se redressait en grognant. Bien entendu, cela n’avait pas été fait avec douceur mais elle aurait bien aimé éviter que ça ne donne ça comme résultat. Il fallait dire que c’était la première fois qu’elle s’amusait à produire un tel effet avec l’un de ses sorts.

« Ah ! Bon sang, ça ne fait pas du bien ! Pas sûr que mon corps supporte autant ! »

Elle s’exclama cela tout en faisant à nouveau face à Tery. Et maintenant ? Qu’est-ce qu’il allait préparer ? Un autre golem ? Elle allait le stopper. Normalement, si on lui coupait un membre, il allait salement saigner mais surtout, il allait s’évanouir sous la douleur ? Non, ce genre de concept ne marchait plus sur Tery. Elle le savait parfaitement.
Par contre, elle remarquait vraiment qu’à force d’invoquer des golems, il s’épuisait de plus en plus. Si elle arrivait à faire qu’il soit à court de magie, son mental ne supporterait plus et ensuite, il allait tout simplement être facile à capturer.

« Alors, Tery ? C’est juste ça que tu comptes faire pour m’empêcher de te mettre une raclée ? Tes golems sont de vulgaires jouets. Tu ne t’es pas amélioré avec le temps. Et dire que je pensais que tu allais venir directement à moi. »

Elle faisait semblant d’être déçue. Ce n’était pas dans ses habitudes de jouer la carte de la provocation mais si cela était efficace, pourquoi s’en empêcher alors ? Surtout qu’elle voulait voir s’il y allait y répondre. Il était devenu muet depuis déjà quelques minutes et elle n’accordait plus tellement d’importance sur le combat autour d’elle. Elle était juste focalisée sur le jeune homme en face d’elle.

« Alors ? Qu’est-ce que tu attends ? Est-ce que cela veut dire que tu abandonnes ? »

« Pouvoirs … des dieux … qui l’ont … emprisonné. Je vais … le libérer. »

« De qui est-ce que tu parles, Tery ? »

Elle avait posé une question mais elle ne s’attendait pas à ce qu’il lui dise de qui il s’agissait. Tery était maintenant dans son monde et elle comprenait que le golem qu’il invoquait allait être le dernier. Pourquoi cela ? Tout simplement à cause de l’imposante ombre qui vint lui cacher la vue. Avec lenteur, elle leva la tête vers ce qui était tout simplement un colosse. Cela n’avait plus rien à voir avec les autres golems.

« MERDE ! IL EST BIEN DE CHEZ NOUS, J’ESPERE ! » cria un démon encore vivant.

La peur s’installait dans les deux camps. Même les gnomolds, réputés pour être plutôt du genre très aventuriers, faisaient quelques pas en arrière en regardant le golem gigantesque qui venait d’apparaître sur le terrain.

« NIERK ! J’imagine que c’est le petit Tery comme il m’avait prévenu ! » s’exclama l’un d’entre eux. Difficile de ne pas le reconnaître vu qu’il s’agissait de Rézar, le gnomold qui dirigeait tous les autres à l’heure actuelle.

« Qu’est-ce que l’on fait ? Même à cent contre un, pas sûr qu’on puisse le faire tomber ! »

« Pas bien grave, le but est pas de le faire tomber mais de tuer celui qui est à son origine. Je pensais que cette fichue reine de Shunter en était capable mais il semblerait que non ! »

Il avait légèrement pesté avant de regarder tout simplement ce golem. A cent contre un ? Ouais, non … Ils avaient pas besoin d’être autant, loin de là. Il se retourna vers le gnomold qui avait déclaré cela, lui mettant une claque derrière le crâne :

« Imbécile ! C’est pourtant facile de bousiller un golem ! Suffit de se focaliser toujours au même endroit et de créer plusieurs explosions à la suite. Pouvez aussi geler la roche pour ensuite la briser bien plus facilement ! Faites-le moi tomber et vite ! »

« Erk erk Rézar ! Comme tu voudras, c’est toi le chef, chef ! »

C’était mieux quand ils s’exprimaient comme ça. Qu’ils n’oublient pas qui était le chef dans toute cette histoire et ils allaient bien s’entendre. Maintenant, il pouvait juste regarder les gnomolds se focaliser sur le golem gigantesque tandis que les soldats des deux autres armées n’avaient qu’à achever le reste des démons.

« Héhéhé, il était temps que l’on fasse le ménage par ici. Si en plus, on arrive à éliminer ce fameux Tery qui pose autant de problèmes, y en a un à qui ça va plaire. »

Du côté du jeune homme cornu, celui-ci était maintenant inexpressif, presque inerte. Il ne bougeait plus, il ne faisait plus rien. Seulement un petit mouvement quand Manelena en faisait un, comme pour se rapprocher de lui.

« Tu ne te laisses vraiment pas apprivoiser, n’est-ce pas, Tery ? »

« Vide … Je me sens … vide. Il n’y … Il n’y a vraiment rien … rien du tout qui … puisse me protéger. Je suis seul, je suis vraiment seul. On me l’a retirée. »

Hmm ? Il parlait encore à voix haute mais il ne parlait guère à quelqu’un. Un bref regard vers le colosse de pierre et de terre qui balayait les gnomolds sur son passage mais elle comprenait que malgré sa stature, il n’allait pas tenir. De multiples explosions, bien mieux focalisées et efficaces que la sienne et voilà que le colosse était en train de s’effondrer au sol. Au même instant, elle sentit une vague de fraîcheur envahir le terrain.
La température venait de diminuer brusquement. La raison était là, devant elle. Tery avait les yeux baissés vers le sol, tremblant de tout son être tandis qu’elle ressentait une nouvelle énergie qui se canalisait. Pour autant, elle sentait … qu’il n’avait plus de pouvoir magique.

« Tu es complètement vidé, Tery. Tu ferais mieux d’abandonner le combat maintenant. »

« Elle … Elle … est plus là. Il n’y a plus personne. Je … Je devais la protéger, j’ai échoué. Je vais avaler ce monde. Je vais le faire disparaître. Il ne restera plus rien … du tout. »

De qui est-ce qu’il parlait ? Si c’était d’Elen, elle lui avait signalé qu’elle était encore vivante, n’est-ce pas ? Et que l’enfant se portait bien dans son ventre. Ce n’était donc pas ça, c’était autre chose ? Mais quoi exactement ?

« Qu’est-ce qui te traumatises tant, Tery ? Exprimes-toi donc ! »

Elle voulait des réponses mais le voilà en train d’ouvrir la bouche, comme pour parler. Aucun mot ne quitta ses lèvres, non, ce n’était pas ça. C’était … autre chose … C’était quoi … cette lueur blanche qui sortait de sa bouche ?
C’était quoi ça ?! Elle était en train de voir une forme sortir du sol. C’était un golem, non ? Mais il était de taille humaine, à peu près aussi grand qu’elle. Il n’avait aucune forme réelle mais la lueur blanche s’insinua dans la créature de terre. Aussitôt, des morceaux tombèrent au sol, le corps semblant s’affirmer, se modifiant sous tous les points de vue, comme si un sculpteur était en train de le tailler.


Pas normal. Ce n’était pas normal du tout. Elle avait aisément remarquer qu’une poitrine se dessinait sur ce golem. Un golem féminin ? Qu’est-ce que ça changerait exactement ? Et pourquoi est-ce que les bras … devenaient comme ceux d’un humain ? Pareil pour les jambes. C’était étrange. On dirait presque que le golem devenait comme une statue humaine.
Oui … Les traits se dessinaient de plus en plus. Outre la poitrine qui pouvait paraître généreuse bien que la taille du golem était sûrement influencée dessus, elle remarquait que les traits du visage étaient finement taillés. Dire que cela se faisait sans aide extérieure. Comme si une entité divine était en train de prendre forme. D’ailleurs, fait encore plus étrange, la chevelure qui se dessinait était comme dotée de vie. Alors qu’il s’agissait de simple morceaux de terre come le reste du golem, ils s’allongeaient et prenaient la forme de deux longues couettes sur les côtés.

Ce golem lui disait quelque chose. Elle avait la désagréable sensation de reconnaître ce golem sans pour autant y mettre un nom. Et surtout, il était peu à peu en train de se finaliser. Il avait définitivement une apparence humaine. S’il n’avait pas cette couleur de terre, elle ne verrait aucune différence avec un être humain.

« C’est quoi ce prodige, Tery ? Et c’est qui cette … Non ? Non … C’est pas possible. Tery, ne me dit pas qu’encore après tout ce temps, tu … »

« Les démons, la surface, tout … Tout doit être dévoré pour … pour avoir perdu … ce que l’on voulait protéger. TOUT ! »

Un autre mouvement dans la terre, une épaisse lame à deux mains en sortant, le golem féminin venant la récupérer au niveau de la garde. En prenant cette pose, il était maintenant impossible de se tromper sur ce que c’était ce golem féminin. Il n’y avait qu’une personne dans ce monde … et elle était morte. Pourtant, elle était devant ses yeux. Elle … Clari.

Chapitre 58 : Pour sa survie

Chapitre 58 : Pour sa survie

« Je ne faiblirais pas … à la première difficulté venue ! »

« Je m’en doutais. C’est toujours comme ça. Tu es bien trop résistant pour succomber à un seul coup d’épée, Tery. Peut-être que cela aurait été mieux pour toi. »

Et pour elle … Un seul coup, qui aurait put lui faire perdre conscience. Une capture, un emprisonnement à vie, une visite quotidienne … Il y avait tant de façons de pouvoir régler cela à « l’amiable » ou presque. Oui amiable, c’était un bien grand mot à cette occasion.

« Après ce que tu m’as fait, tu crois vraiment que tu peux me dire ça ? »

Elle haussa simplement les épaules, non pas en signe de défaite mais tout simplement pour dire qu’il ne pouvait pas lui en vouloir d’avoir agit ainsi. Elle devait prendre l’ascendant sur ce combat, qu’importe les méthodes utilisées … comme lui-même. D’ailleurs, elle ne lui avait pas encore révélé la vérité au sujet d’Elen, le fait qu’elle était encore vivante.

« Qui est le plus à plaindre parmi nous deux ? De toute façon, il me faudra aussi m’occuper d’Elise. Je ne me fais pas d’illusions par rapport à Royan, il n’arrivera pas à la tuer. »

« Et inversement. Ce sont deux idiots … Ils sont encore trop jeunes et … »

« AH ! Qu’est-ce que tu baratines ? Tu as quel âge ? J’ai pas mal d’années de plus que toi, au moins cinq, n’est-ce pas ? Ne prétend pas avoir de l’expérience au combat et dans de tels actes alors que ce n’est pas le cas, monsieur-qui-entend-une-voix ! »

« Et qu’est-ce que je devrais dire par rapport à toi dans le domaine amoureux ? »

Elle piqua un léger fard. Elle ne s’était pas attendue à une telle réplique de la part du jeune homme aux cheveux bruns, son visage se grimaçant par de la colère. Il avait VRAIMENT envie de jouer dans ce domaine ?! A lui rappeler ce qui s’était passé dans la bibliothèque ?! Cela avait été un moment de faiblesse, un moment comme il n’allait plus s’en reproduire !

« C’est déjà un geste que je regrette amèrement. Un instant où j’ai eut la mauvaise idée … »

« De te laisser aller à tes désirs hein ? Qui aurait cru que la reine de Shunter soit capable d’un tel acte ? C’est vraiment désolant. »

« DIS TOUT DE SUITE QUE C’ETAIT DEGUEULASSE ! »

Quel sujet de conversation. Pendant ce temps, les deux personnes étaient en train de se regarder en chiens de faïence, lui-même ayant finit par soigner sa blessure. Oui, il avait encore mal et il ressenti la fatigue. Ce qui voulait dire que même si son corps était soigné, ça ne changeait rien au fait que ce dernier ne supporterait pas trop d’attaques.

« Qui sait ? Qui suis-je pour juger de tels actes hein ? De toute façon, il en est ainsi et pas autrement. Ce n’est pas comme si y avait un avenir de ce côté. »

« C’est vrai. Je n’aurais pas dû lancer ce sujet, je suis fautive sur le coup. »

« Tant mieux si tu comprends tes erreurs … et que tu es prête à accepter celles des autres mais ça, c’est beaucoup plus difficile, n’est-ce pas ? »

« Si c’est pour me faire la morale, tu peux t’en abstenir, compris ? »

Elle parlait encore assez sèchement mais pourtant, il ne releva pas l’agressivité dans sa voix. Ils étaient sur le champ de bataille mais le combat entre eux deux … s’était mis en pause. Les deux personnes continuèrent de s’observer, voir si l’un des deux allait lancer l’assaut sur l’autre. Tery finit par pousser un soupir avant de dire :

« Désolé pour toi mais je ne peux pas rester plus longtemps à ne rien faire. Les autres démons ont besoin de moi et si je ne les aide pas, on va perdre ce combat … et perdre, c’est considérer que nous sommes tous morts. »

« Vos chances de victoire sont inexistantes, tu pourrais autant aller rendre les armes et ensuite, on verra ce que l’on peut faire de toi et Elise. Par contre, les autres démons seront morts. »

Bien entendu, bien entendu. Il eut un petit rictus mauvais, comme si ce qu’elle venait de dire confirmait simplement une chose. Il finit par lui répondre :

« Je dois imaginer que je suis un peu un privilégié à cause de mon histoire, c’est ça ? »

« Je devrais te tuer, Elen aussi. Nous devrions tous prendre nos armes, tour à tour, et te faire souffrir de la même façon que tu as planté ta griffe dans le corps d’Elen et … »

« Pourquoi tu as dit « Elen aussi » ? Elle est morte avec … mon enfant, n’est-ce pas ? »

« Je ne répondrais pas à cela. Ce n’est pas à moi de te donner ce que tu désires, Tery. Est-ce que tu es prêt à retourner parmi nous et à être jugé pour tes actes ? »

Ah ! Cette question ! Ce combat ne menait à rien. Ce combat était ridicule. Tout était ridicule, TOUT ! Mais cette fois-ci, il n’était pas possédé par une voix étrange ! Il la regarda, ses yeux rubis plongés dans ceux de la femme aux cheveux argentés :

« Non, cette fois-ci, je ne chercherai pas à trahir. C’est ma véritable nature. Je suis un être démoniaque, qu’on le veuille ou non. Je ne vais pas abandonner ma race simplement pour finir emprisonné dans un cachot sordide. Je suis un démon, je dois vivre avec. Ma race ne cherche pas forcément le conflit … du moins, au départ. »

« A qui est-ce que tu veux faire croire ça, Tery ? Vous avez été enfermé pendant des siècles voire des millénaires, ce n’est pas pour rien ! »

« Les démons ont été si mauvais que Sérest et Séran ont chercher à nous épauler pour ouvrir les portes démoniaques. Or, ce sont les réincarnations de Zélisia et Alzar, n’est-ce pas ? Ils ont compris que c’était une erreur mais vous … vous … »

« Et toi, tu fais exactement celle qui est de considérer que si c’est dans ton sang, tu es destiné à suivre cette voie ! Tu oses abandonner l’idée même de te rebeller contre ton sang car tu y as succombé une unique fois. Tu es faible ! FAIBLE ET RIDICULE ! »

« Et si c’est le cas, que vas-tu faire, Manelena ? »

Il ne cherchait pas à se leurrer. Il était parmi les siens, parmi les démons. Même si dans le futur … cela voulait dire qu’il devait renier tout ce qui s’était passé auparavant. Pour autant, en la regardant s’enrager devant lui, il avait finit par se demander … si elle voulait vraiment l’abattre. En plus, elle était devenue encore plus puissante, n’est-ce pas ?

« Tu devrais montrer ta véritable force, Manelena sinon … »

« SINON QUOI ?! Qu’est-ce que tu compterais me faire si je fais pas ce que tu désires hein ?! DIS LE-MOI TERY ! JE N’ATTENDS QUE CA ! »

Elle criait, elle enrageait, elle fulminait. Elle voulait sa mort … mais en même temps, elle lui laissait tellement d’ouverture pour qu’il s’en sorte mais … il n’en acceptait aucune. S’il était tant décidé à mourir, elle allait se faire une … joie de l’accomplir !

« Tu n’auras pas à m’en vouloir de t’exécuter, Tery ! Elen sera triste de voir que le père de son enfant ne pourra jamais le prendre dans ses bras mais … tu es le seul responsable dans cette histoire ! Je vous jure, pourquoi est-ce qu’il a fallut que vous me fassiez un tel coup tous les deux ?! JE SUIS LA REINE DE SHUNTER ! JE NE DEVRAIS PAS AVOIR A ME PREOCCUPER DE TOUT CA ! VOUS ÊTES LES SEULS RESPONSABLES ! »

Ah, il en était sûr et certain. Elle s’énervait. Il préférait ne pas se laisser avoir par les sentiments. La culpabilité, il l’avait depuis des mois. Il était … soulagé de savoir qu’Elen était vivante et qu’il … allait avoir un enfant. Mais à côté, il était rongé par le remord car jamais, il ne pourra voir ce dernier. A côté de ça, cette femme aux cheveux argentés qui s’énervait, elle avait une place vitale dans son coeur.

Elle était … l’une des fondations de son être. Elle était si importante, si majestueuse, si impériale. Elle était le genre de femmes forte et puissante, qui ne mâchait pas ses mots et qui se donnait à fond dans ses objectifs pour accomplir ces derniers. Et là, elle tenait fermement une épée longue dans sa main droite. L’aura ténébreuse s’entremêlait avec celle sainte qui animait tout son corps.

« Vraiment … Zélisia a grandement exagéré en confiant de tels pouvoirs. »

« Je ne vais pas le renier, Tery. Elle ou … il m’a fait un énorme cadeau. Il m’a dit qu’avec cela, je pourrais purger ce qui se trouve dans les tréfonds de notre monde. Il faisait sûrement référence à vous autres, démons. »

Alors pourquoi est-ce qu’il avait chercher absolument à les libérer ? Quitte à ce que leur enfant en meure ? Ou du moins … presque. Comment se faisait-il qu’elle était vivante d’ailleurs ? Ce n’était pas normal, n’est-ce pas ?

« On a assez discuté … Maintenant, il n’y a plus aucun répit. »

Elle s’était finalement décidée ? Il la regarda doucement, avec un peu d’appréhension. Elle voulait vraiment se donner à fond et il ne pouvait pas lui en vouloir. Il hocha la tête à ses propos, comme pour signaler que le message était bien passé.

Voilà que ses griffes arrivèrent à parer juste à temps son épée longue mais elle n’hésitait plus un seul instant. Entre ses coups d’épées, ses coups de poing et ses coups de pied, elle ne lésinait pas sur les moyens pour arriver à ses fins.
Avec son épaisse armure noire, elle n’avait pas à craindre qu’il puisse lui faire mal hein ? Du moins, plus qu’il n’en faut. Cette armure noire … si lourde et pourtant, elle n’avait aucune difficulté à se mouvoir avec. C’était impressionnant, vraiment très impressionnant mais en même temps, ça n’avait rien d’illogique. Depuis combien de temps s’entraînait-elle avec cette armure sur le corps hein ? Tout son être s’était adapté pour ça.

« Je n’ai même pas le temps de souffler ! »

« Je t’ai dit de ne plus ouvrir la bouche, TERY ! Acceptes tout simplement de mourir ! »

Elle était vraiment enragée. Et lui-même … reconnaissait pleinement qu’il n’allait pas faire long feu à cette allure. La force de Manelena était réelle. Elle avait toujours été très puissante mais aujourd’hui, elle l’était encore plus.


Pour tout dire, c’est à peine s’il pouvait répliquer. Elle ne lui en laissait pas la possibilité malheureusement. La femme aux cheveux gris faisait jaillir des éclairs et des lames de vent au bout de son épée longue. Aucun démon et aucun soldat ne cherchait à se rapprocher d’eux, sous peine de mourir instantanément.

« J’ai même pas la possibilité de … »

« Qu’est-ce que j’ai dit, TERY ?! On dirait que je ne frappes pas encore assez fort pour que tu puisses te permettre de perdre ton temps à tenter de parler ! »

Vrai que c’était l’une des premières bases lorsque l’on exécutait un exercice physique : se taire pour économiser son souffle. Qu’elle lui fasse la leçon en ce moment même, c’était assez amusant … et un peu triste aussi, il fallait reconnaître. Mais oui, ce n’était pas le moment de penser à de telles choses car Manelena n’imaginait certainement pas la même.

Par contre, il reculait sans cesse, elle frappait de plus en plus fortement. Dire qu’elle maniait tout : l’endurance, la force, l’agilité, la rapidité, la magie. Vraiment … C’était tout simplement … splendide. De telles capacités dans un seul et unique corps.
Et pourtant, cette femme existait. Elle n’était pas parfaite, elle avait de nombreux défauts, elle criait, elle hurlait, elle frappait … mais elle avait en même temps de si nombreuses qualités et pas uniquement physiques. Ah  … Il avait envie de retourner auprès d’elle, d’Elen et des autres. Il avait envie de revenir parmi les autres.

Mais non, il ne pouvait pas. Il ne se l’autorisait pas. Tout son être refusait ça car … il avait accomplit des gestes malheureux, regrettables, que tant d’autres seraient déjà morts pour avoir osé les faire. Il n’était pas différent. Il devait … payer ses peines.

« Qu’est-ce que tu fais donc ?! Tu ne répliques plus, Tery ?! »

« Ce n’est pas … toi qui disait que je devais éviter de parler en plein combat ? »

Bien entendu, le mieux aurait été de s’abstenir de lancer une petite pique de la sorte mais il n’avait pas put s’en empêcher. Pas qu’il aimait voir le visage de Manelena se tordre par la colère mais bon … Il savait qu’il n’avait pas d’autres choix.

« Pardonnes-moi mais je vais devoir te retenir. »

Au moment où elle avait décidé de lancer un nouvel assaut, deux mains de pierre sortirent du sol, venant l’immobiliser et la retenir, l’empêchant de se mouvoir. Il voulait juste gagner quelques précieuses secondes. Dire qu’il suffirait de la tuer maintenant … pour que ça se termine. Qu’il n’ait aucun regret ou autre.

Et voilà qu’il posait ses mains sur le sol. Il avait décidé de sortir le grand jeu : Invocation de golems. Il n’y en avait pas un ou deux, non, ils étaient plutôt une bonne dizaine, de taille humaine et déjà prêts à agir. Manelena avait explosé les deux mains qui la retenaient, retrouvant le sol alors qu’elle fronçait les sourcils.

« Tu pouvais aisément me tuer si tu en avais l’occasion. Pourquoi est-ce que tu ne l’as pas fait ? Et ne prétend pas que c’est pour l’honneur ou autre ! »

« Car je sais pertinemment que si je m’approchais de toi à ce moment précis, tu aurais réussi à t’extirper pour me tuer ? Je ne suis pas stupide. »

« Tsss … C’est vrai que j’attendais le bon moment mais tu n’es pas tombé dans le piège. Et tu crois vraiment que tes golems ridicules vont pouvoir faire quelque chose ? »

Au fond d’elle, elle aurait espéré une autre réponse de sa part mais c’était trop demander à ce sujet. Et de toute façon, qu’est-ce qu’elle espérait ? Elle observa les golems avec dédain. Aucun n’était différent des autres.

« Visiblement, tu ne peux pas te permettre l’originalité quand ils sont trop nombreux, n’est-ce pas ? De toute façon, ils vont disparaître. »

Et si c’était le seul moyen qu’il avait trouvé pour se permettre de gagner du temps, il se trompait lourdement. D’ailleurs, elle n’était pas aveugle, n’est-ce pas ? Elle le voyait qui haletait déjà, presque épuisé.

« J’en ait pas envie … J’ai pas envie que ça se passe ainsi. »

« Hum ? C’est un peu tard pour les regrets, Tery. » dit Manelena, haussant un sourcil à ses propos. Il n’avait plus amorcé de mouvement tandis que la dizaine de golems restait entre elle et lui. Pourquoi venait-il de dire ça ?

« Les soldats, les gnomolds, tout le reste, je peux m’en passer mais … pas ici. »

Il continuait de parler, ne cherchant pas à expliquer pourquoi il s’exprimait de la sorte. Manelena émit un grognement de mécontentement : comme d’habitude, il cherchait tout simplement à voiler la vérité ! Comme d’habitude, il ne s’exprimait pas comme il le fallait !

« TU ME FAIS VRAIMENT CHIER, TERY ! »

C’était toujours ainsi ! TOUJOURS ! D’un mouvement de sa lame, elle vint créer une imposante vague de vent, cherchant à repousser tout le monde devant elle. Les golems ne fléchirent guère, Tery prenant appui sur ses jambes, deux petites mains de pierre sortant du sol pour éviter qu’il ne recule.

« Toujours, c’est toujours ainsi ! A CHAQUE FOIS ! Je vais exploser tes golems, un par un, sans aucune interruption ! Tu peux en faire apparaître autant que tu veux, ça ne changera rien du tout à ce que je prévois de faire ! Compris ?! »

« On fait du zèle et ensuite, on est dépité. Je n’ai pas envie d’en arriver à ça mais je n’ai pas le choix. Je n’ai pas le choix car je suis un démon et toi, tu es une humaine. Je ne peux … »

« Tu le prends comme ça hein ? C’est décidé, tu l’as chercher. »

Sans aucun remord ou hésitation, elle lui tourna le dos … avant de disparaître de son champ de vision. Son épée vint se planter dans le corps d’un démon, puis un autre. Elle n’avait aucun mal à faire un carnage parmi les troupes démoniaques au départ. La raison était simple : aucun ne pensait qu’elle s’en prendrait à eux alors qu’elle était occupée avec Tery.

« Elle fout quoi ici la reine de Traslord ?! Y en avait pas un qui s’occupait d’elle ?! »

« Bien sûr que si mais … ELLE ARRIVE VERS MOI ! »

Le second démon s’apprêtait à crier mais avant même que Manelena n’arrive à sa hauteur, un rocher vint percuter la femme en armure noire, la faisant basculer sur le côté malgré qu’elle avait déjà prévu le coup. Arrivant à amoindrir le choc, elle se retourna vers Tery, les golems portant chacun une pierre de la taille d’un être humain dans leurs bras.

« Je vois que tu veux me voler mon idée, Tery. »

Et avec bien plus d’efficacité. Alors qu’elle-même ne pouvait en tuer qu’un par un, les golems de Tery faisaient simplement un joli carnage parmi les troupes adverses. Les rochers roulaient et écrasaient bon nombre de soldats sur son passage, les démons les évitant juste au dernier moment. Manelena revint au niveau de Tery, cherchant à le frapper pendant qu’il était concentré à donner des ordres à ses golems.

« On dirait que tu ne vas pas très bien n’est-ce pas hein ? »

« Je … suis épuisé par rapport à tout ceci. Je suis épuisé … de tout ce que je vois … Ca m’embête, ça m’ennuie. J’en ait assez … de tout ça. »

Il voulait que ça s’arrête. Il voulait que ça se termine. Il pencha la tête sur le côté avant de soupirer, ordonnant à ses golems de venir s’en prendre à Manelena. Est-ce qu’il devait la tuer ? Juste la blesser ? Qu’est-ce qu’il devait faire exactement ? Qu’est-ce qu’il devait … comment devait-il réagir exactement ?

« Je … suis fatigué, Manelena. Je crois que je vais en terminer. Je dois lutter ! »

« C’est pas la première fois que tu réagis comme ça, toi. Qu’est-ce que ça veut dire ? »

Non pas qu’elle était inquiète, loin de là. C’était bien différent de tout ça. Néanmoins, elle ne pouvait que constater que tout cela, lorsque ça arrivait, présageait simplement du pire. Il commença à poser une main sur son front, marmonnant :

« J’ai à nouveau la migraine. Quand j’étais sous terre, je ne l’avais plus. Mais depuis que je te revoie, et que tu me dis … qu’Elen est vivante, j’ai à nouveau mal. Pourquoi vous avez les pouvoirs de Zélisia et Alzar ? Pourquoi ? »

« Qu’est-ce que tu baragouines encore, toi ? Qu’est-ce que tu comptes faire ? »

Ouais, il valait mieux … QUOI ?! Les golems étaient en train de se mouvoir vers elle ! Même s’ils étaient très lents, comment se faisait-il qu’ils agissent sans lui ? Non, il avait fait quelques mouvements de la main pour les guider.

« Si c’est vraiment ce que tu veux, je vais te donner satisfaction ! »

Et elle n’allait pas se priver pour y aller à fond ! Avec agilité et grâce, elle n’eut aucune difficulté à éliminer les deux premiers golems et cela malgré la belle carapace de pierre qui protégeait leurs corps. Vraiment, c’était comme ça ?

« Il va falloir faire bien plus que ça pour me faire peur, Tery. Tu as quoi de mieux à me montrer ? Et pendant ce temps, tu n’as pas remarqué une chose ? »

D’un mouvement de la main, elle montra la zone de combat autour d’eux. C’est vrai … Ils étaient pas seuls. Elle avait rapidement jeté un regard à Royan et Elise, les deux personnes s’affrontant sans réelle motivation.

« Tu vois ça ? Les trois quarts des démons sont déjà morts, Tery. Vous avez perdu. On a peut-être déjà perdu la moitié de notre armée mais ce n’est rien par rapport à ce qui vous attends. Plus de vingt personnes pour un démon, des personnes entraînées à les combattre. »

« Manelena … Tais-toi … s’il te plaît. J’ai encore plus la migraine. Vous avez des protections divines. Vous êtes bien plus forts. Je n’ai pas à me retenir. Je n’ai plus à me retenir maintenant. Il me faut absolument vous combattre. IL LE FAUT ! »

C’était ça ! C’était le fait de savoir qu’ils possédaient une force provenant d’ailleurs ! Des deux divinités de ce monde ! C’était ça … qui le mettait dans cet état. Pourquoi se retenir alors qu’en face, ils n’hésitaient pas sur tous les moyens tant qu’ils étaient bons ?

« Vous êtes … tous ensemble. Vous êtes … tous réunis. C’est bien, je suis … content pour vous. Vous voulez gagner ? Mais ça ne sera pas possible. Je suis seul … vraiment seul. »

« Tu me fais chier, Tery ! Pourquoi toujours comme ça ? POURQUOI FAUT-IL QUE CA SE PASSE TOUJOURS COMME CA AVEC TOI ?! »

Trois autres golems détruits et voilà qu’elle vint parer deux attaques de la part de ceux restants. La puissance des coups avait suffit à la faire rejeter en arrière sur plusieurs mètres. Un coup suffirait sûrement à briser ses os et cela malgré son armure. Mais ce n’était pas eux qui l’intéressaient. C’était … le jeune homme derrière ses golems.

Chapitre 57 : Protection divine

Chapitre 57 : Protection divine

« C’est seulement maintenant que tu te présentes à nous hein ? »

« J’ai essayé y a quelques mois mais on va dire que l’accueil à Traslord n’était pas très appréciable. Vous avez du mal laisser les inconnus se présenter à vous. »

Il rétorqua avec un peu d’ironie. C’était sa seule force à l’heure actuelle. Ca ne servait à rien de ne pas y aller à fond avec elle. S’il se laissait mourir, Manelena ira le haïr encore plus qu’auparavant … ce qui devait être très difficile à imaginer. Elle était en face de lui. C’était peut-être la dernière personne qu’il voulait voir à l’heure actuelle. Pas parce qu’il la détestait, loin de là … mais parce qu’il ne savait pas quoi lui dire.

« Et ça sera ici que sera ton tombeau, espèce de traître ! »

« Traître ? C’est peut-être vrai … mais pas par rapport à mon sang. Je suis né en tant que démon, j’ai une lignée parmi les plus hautes noblesses démoniaques et que dire d’Elise. Si vous saviez à son sujet, vous n’y croiriez pas. »

« JE ME CONTREFOUS D’ELISE ! Et c’est quoi ça ?! Depuis quand tu te laisses posséder par ton sang alors que tu me déclarais ouvertement que ce n’était pas mon sang royal qui faisait de moi ce que j’étais ! »

Hum … C’est pas faux. Dans les rares moments où ils étaient tous les deux seuls, il avait dit de telles paroles. Ce n’était pas son sang qui définissait Manelena mais ses paroles, ses actes, ses pensées. C’était un ensemble.

« Tout ça, c’est du passé maintenant, Manelena. On ne peut plus revenir en arrière, c’est toi-même qui me l’a dit, non ? »

« Elle a le dos tourné ! PROFITONS-EN ! »

Un démon avait décidé de chercher à l’avoir par derrière. Il s’apprêtait à réagir, prêt à punir l’impudent mais s’arrêta au dernier moment. Sans même se retourner, Manelena avait tout simplement planté son épée juste derrière elle, au niveau de la hanche, la lame se logeant dans le corps du démon qui espérait l’atteindre. Un cri de la part de la reine de Shunter et la foudre vint s’abattre sur l’impudent.

« Et un de moins … Déjà que nous n’étions pas beaucoup mais maintenant … »

« Ca ne sert à rien que tu comptes les survivants, Tery. Le résultat est déjà connu d’avance : il n’y en aura aucun de votre côté. »

« Tu me permets de ne pas acquiescer à cette prise de parole ? »

« Tu es libre de faire ce que tu veux. C’est d’ailleurs ainsi depuis le début, non ? Sous Omnosmos, quand tu t’es décidé à planter la femme qui t’aimait. Cette femme qui … »

« MANELENA ! Ce n’est pas l’heure de bavarder ! » hurla Royan, Manelena faisant un rictus de colère. Il n’avait pas tort mais … lui donner un tel ordre.

« Tsss, je vous jure. Quelques mois et il se prend déjà pour un roi. »

« On a chacun son lot de problèmes. Bon, tu veux savoir si je suis prêt, Manelena ? Je le suis … et j’imagine que pour Royan et Elise, il en est de même. »

« Ne parle pas comme si cela t’était complètement indifférent ! »

C’était l’exact opposé mais il valait mieux ne pas le lui dire à voix haute. Il la regarda, tout simplement, de ses yeux émeraude, les pupilles passant au rouge en même temps que les lignes d’Alzar apparaissaient sur son corps. Quelques secondes suffirent et déjà, il était à son niveau. Il la confrontait avec ses propres pouvoirs.

« C’est assez ironique en un sens que la reine du royaume de la terre manipule aussi bien la foudre de son côté, tu ne trouves pas ? »

« Tu penses vraiment que j’ai la tête à penser à CA ?! »

En parlant de foudre, il avait eut la bonne idée de croiser ses griffes pour parer le coup qui allait lui tomber dessus. Pfiou quelques secondes de plus et c’était fichu mais surtout, si cela avait été sans protection de terre sur ses griffes, il pouvait déjà se considérer comme un démon mort, ce qui n’était pas vraiment dans ses intentions.

« Je suis prête à tout, TERY ! PRÊTE A TOUT ! EST-CE QUE TU COMPRENDS ?! »

Il comprenait parfaitement que s’il ne dévoilait pas sa force à 100 %, il pouvait tout simplement se considérer comme mort. Mais en même temps, Manelena voulait sa mort, ça n’avait rien d’anormal que de chercher à se défendre à tout prix, non ? Prenant appui sur ses pieds, il vint la repousser sur plusieurs mètres, la faisant tomber en arrière par la surprise.

« Je n’ai pas passé plusieurs mois à me tourner les pouces, Manelena. Elise non plus. »

« Je me contrefous d’Elise. Royan s’en chargera personnellement ! C’est son combat ! Tu es le mien, tu n’as pas intérêt à fuir comme un lâche ! Comme la dernière fois ! »

« Je ne me suis pas enfuis, ne change pas le passé. Ce qui s’est produit ne pourra jamais être changé … ce qui est arrivé … »

« Tu n’as aucun remord hein ? Tu n’as aucune honte en pensant que tu as tué Elen, n’est-ce pas ? Cela ne te dérange pas le moins du monde hein ? Bon débarras comme on dit ! »

« Ne fais pas celle qui pense me comprendre, Manelena. Toi, ça ne te dérangeait pas le moins du monde qu’elle meure, n’est-ce pas ?! Tu crois que j’ai oublié aussi ce qui s’est passé à Omnosmos ?! Tu crois que je l’ai rayé de ma tête ?! »

Elle avait profité de la discussion enragée pour se redresser. Normalement, elle aurait été en position de faiblesse mais comme elle, Tery avait besoin de parler. Du côté de Royan et Elise, les deux personnes se regardaient longuement. Elle ne portait plus son casque et semblait faire un petit sourire triste avant de brandir son épée longue en sa direction. Royan fit de même de son côté avec son marteau à deux mains.

« Cette arme est bien trop lourde pour vous, prince Royan. »

« Roi Royan, Elise. J’ai accepté mon rôle de roi le jour où tu es partie avec Tery. »

« Cela vous va bien comme titre, roi Royan. » dit-elle doucement. Il n’y avait aucune pointe d’ironie ou moquerie dans ses propos. Elle faisait juste un petit sourire.

« Ce genre de compliments ne m’importe plus du tout maintenant. » dit-il avec lenteur avant de faire apparaître une orbe aqueuse devant lui. D’un simple mouvement de son marteau, il vint la projeter juste à côté d’Elise, la sphère partant à toute allure.

« J’imagine que cela veut dire que dans un sens comme de l’autre, nous sommes tous les deux décidés à donner le maximum de nous-même, maintenant, c’est bien cela ? »

« Il fallait réfléchir avant d’agir … mademoiselle Elise. Vous avez décidé de choisir cette voie, il n’y a plus de possibilité de reculer maintenant. »

Oh, il venait de rajouter mademoiselle comme à l’époque. Elle s’empêcha de continuer de sourire, faisant apparaître des flammes sur ses épaules et ses cuisses. On aurait put croire qu’elle était en train de flamber mais ce n’était pas du tout le cas, loin de là.

« Allons-y dès maintenant. Tery et Manelena ont beaucoup à se dire tous les deux. »

« Nous aussi, roi Royan. Nous aussi … et il n’y a qu’une façon de nous exprimer dorénavant. Je vous attends pour ce combat. »

Elle avait définitivement perdu son sourire. La raison était simple : ce combat mortel qui allait débuter, elle ne le voulait pas … et elle ne savait pas si c’était le cas de Royan ou non. Elle regardait le jeune homme aux cheveux bleus avant de se donner une petite claque sur la joue du dos de la paume qui tenait la rondache.

« Ce n’est pas le moment de faiblir, Tery croit en toi, Elise. »

« Cela ne devait pas être très dur pour vous de survivre parmi les vôtres, n’est-ce pas ? J’imagine que vous avez été très bien accueilli grâce à l’ouverture des portes, non ? »

« Loin de là, roi Royan, loin de là. Ce n’est que depuis que récemment que nous avons appris que j’étais … … … non, laissez tomber. »

Elle n’avait pas besoin de le prévenir qu’elle était la fille de l’empereur démoniaque. Du moins, de sa lignée. Elle ne considérait pas comme l’enfant de cet être dont elle ne connaissait rien, il y a de cela encore un mois. Elle regarda tout simplement devant elle, attendant les premiers mouvements de la part de son adversaire. Autour d’eux, nul ne cherchait à s’en mêler. Cela avait été implicite : ces deux combats étaient bien trop importants pour que d’autres puissent intervenir. Il y avait de fortes chances que ceux qui gagnaient au bout de ce combat … fassent alors gagner la bataille.

« Vous ne voulez vraiment pas faire le premier pas, roi Royan, n’est-ce pas ? Cela a toujours été ainsi avec vous … mais bon … c’est ça que . .. rien du tout. »

Encore une fois, elle allait se voiler la face. Elle n’avait guère envie que Royan comprenne ce qu’elle tenait à lui dire. Avec lenteur, elle continua de le regarder avant d’amorcer un seul pas en sa direction. Comme s’il n’il n’avait attendu que cela, son marteau frappa le sol, provoquant l’apparition de pieux de glace qui sortirent du sol, allant tout droit vers elle. D’un mouvement de la main, elle vint les faire fondre avec facilité, sans même utiliser son épée.

« Roi Royan, nous sommes tous les deux plus aptes à la magie qu’au combat armé, n’est-ce pas ? Alors pourquoi utiliser de tels objets ? »

« On est jamais trop sûr de ce qui peut nous tomber dessus. Il est difficile de faire confiance à des démons qui n’attendent que le bon moment pour tenter de vous agresser et vous planter une lame dans le dos. Je ne vous fais pas confiance … et c’est légitime vu que vous êtes nos ennemis, n’est-ce pas ? »

« C’est exact. La question ne devrait même pas se poser. »

Ca ne changeait rien au fait que ça lui faisait mal d’entendre ça de la part de Royan mais … Tery l’avait prévenue à ce sujet. Ce n’était pas comme si elle n’était pas préparé. Elle leva les deux mains en l’air, rondache et lame vers les cieux. Le ciel s’ouvrit sous une pluie de feu. Vu que Tery était dans son dos, elle n’avait pas à s’inquiéter.

Si les démons venaient à se faire tuer par de simples flammes, cela revenait à dire qu’ils ne méritaient pas de survivre. C’était une véritable averse enflammée qui commença à tomber sur la zone devant elle. Oui, elle ne devait pas lésiner sur les efforts. Royan n’était pas un garçon à prendre à la légère.

« Aucune hésitation … n’est-ce pas ? C’est normal. Nous ne sommes plus du même bord. »

« C’est exact, roi Royan mais combien de fois doit-on le répéter pour que cela soit effectif ? »

Encore une fois, aucune ironie dans sa voix. Elle semblait plus triste du résultat qu’autre chose. Elle ne chercha pas à jeter un regard à Tery pour savoir comment il se battait. Elle espérait juste qu’il se donnait vraiment à Manelena. Si ce n’était pas le cas, l’actuelle reine de Shunter ne le lui laisserait aucune chance de survie.

« Une seconde d’inattention peut causer la mort ! »

Elle n’eut que le temps d’apercevoir un pieu de la taille d’un corps humain foncer droit vers elle. Oui une pointe de glace qui arriva à hauteur de son ventre. Aussitôt, son corps flamba en intégralité, faisant fondre la pointe avant qu’elle ne s’enfonce trop profondément dans son être. Si cela … avait réussi à la transpercer, elle pouvait alors se considérer comme morte.

« Se donner … réellement à fond. On veut vraiment se tuer … lui et moi. »

Même en cherchant toutes les solutions possibles, aucune ne s’offrait à elle pour lui permettre de trouver un moyen d’entente. Le jeune homme en face d’elle était bien décidé à l’éliminer, une bonne fois pour toutes. Il y avait de fortes chances qu’il veuille la tuer de ses propres mains, ne voulant pas laisser ce « plaisir » à autrui. Oui … Et elle ? Elle n’avait pas envie de l’éliminer, pas de cette manière, pas ainsi, pas comme ça. Non … Elle ne voulait pas.

Manelena, Manelena, MANELENA ! Ils frappaient avec toute l’ardeur qui les caractérisait. Il n’hésitait pas ! Il esquivait un coup, elle faisait de même. Il frappait, elle lui renvoyait son attaque ! Et pourtant, ils n’utilisaient pas les sorts. C’était de la force brute et pure. Rien d’autre … et cela ne les dérangeaient guère.

« Je vois que pendant ces derniers mois, tu n’as pas mis de côté tes entraînements ! »

« Il le faut bien vu que je savais ce qui m’attendrait si je devais revenir à la surface ! »

« Tu étais si sûr et certain que je chercherai à te tuer si je te voyais ?! » cria t-elle avec dédain, évitant de dévoiler un autre sentiment dans le timbre de sa voix.

« Pas le moins du monde mais … qu’importe. Je sais que tu tiens toujours tes promesses et ce que tu m’as promis, c’est une mort lente et douloureuse. J’étais donc prêt à subir ça … et je ne compte pas mourir. Et toi ? Je vois que tu m’attendais presque ! J’imagine que le message du soldat de Traslord est bien passé ! »

« Que l’on tombe sur toi n’est que le fruit du hasard et rien d’autre. Ne croit pas que tu sois si important que ça, Tery ! Tu ne l’es pas ! »

Tsss ! Bien entendu ! Par contre, il n’arrivait pas à prendre l’ascendant sur Manelena. Il était vrai qu’elle était expérimentée mais lui … Il était un démon, n’est-ce pas ? Les lignes d’Alzar devaient le renforcer mais en même temps, Manelena en possédait aussi. D’ailleurs, elle arrivait toujours à les contrôler malgré sa haine renouvelée ? Peut-être qu’elle possédait une nouvelle force, n’est-ce pas ? Une nouvelle cible.

Une cible qui se trouvait en face d’elle. Croisant ses griffes en diagonale devant lui, il fit un mouvement avec celles-ci vers l’avant, chaque pointe de pierre au bout des lames de ses griffes quittant ces dernières. Et voilà, c’est comme ça qu’il réglait le souci … ou presque. Il n’était pas certain que ça soit aussi efficace que prévu mais qu’importe ! Il pouvait être plutôt satisfait du résultat et …

« Euh ? Qu’est-ce que tu fais, Manelena ? »

Elle était en train de foncer droit vers les pointes de pierre. Elle pensait vraiment que ça n’allait pas passer outre son armure ? Même si elle était solide, il ne fallait pas trop espérer pouvoir lutter contre lui sur ce point et …

Non … C’était pas ça. C’était autre chose. Comme si cela ne l’affectait guère, elle était en train de se mouvoir avec aisance, donnant un coup d’épée puis un autre tout en avançant en courant vers lui. Elle ne brisait pas les pointes, elle les faisait glisser sur ses côtés, les évitant soigneusement. Mais surtout, malgré son armure, elle se déplaçait avec une telle vélocité !

« Depuis quand tu es capable de courir aussi vite ?! »

« Depuis que j’ai appris à conjuguer ma manipulation de la foudre avec celle du vent ! C’est une surprise que je réservais exprès pour toi, Tery ! »

« A moi donc de t’en faire une aussi, n’est-ce pas alors ? »

Est-ce qu’il blaguait ? Non, dans une telle situation, il ne pouvait pas se permettre ceci. C’est pourquoi elle ne pouvait que croire en ses paroles. Elle ralentit que très légèrement, surveillant le moindre de ses gestes … alors que rien n’arriva.

« Désolé. Contrairement à toi, je ne sais pas vraiment utiliser les autres éléments. »

« Espère de petit en… TERY ! MÊME MAINTENANT, TU TE FOUS DE MOI ?! »

« Encore et toujours. Pourquoi je devrais changer une formule qui a fait ses preuves maintes fois, n’est-ce pas ? » dit-il avec amusement.

Il n’avait pas l’air de saisir la situation. Il n’avait pas l’air de comprendre qu’elle était plus que sérieuse ! Qu’elle voulait vraiment sa mort ! Qu’elle voulait le tuer ! Elle devait lui faire payer son acte envers Elen et … Oui. C’est vrai … Il y avait quelque chose qui allait lui faire très mal, loin de là. Elle en était certaine.

« Tu te rappelles de la mort d’Elen, n’est-ce pas, Tery ? »

« Oui … Pourquoi est-ce que tu m’en parles ? Si c’est pour tenter de me déconcentrer, je peux te dire que c’est foutu. Je sais ce que j’ai fait et je ne pourrais jamais revenir en arrière. »

« Oh, ce jour-là, tu n’as pas tué une vie … mais deux. »

HEIN ?! Qu’est-ce qu’elle racontait là ? Ca voulait dire quoi ça ? Il s’apprêtait à demander quelque chose à Manelena mais celle-ci l’arrêta d’un mouvement de sa lame … Un mouvement qui vint taillader à travers son armure et sa chair. Une plaie béante en diagonale se forma au niveau du torse de Tery, celui-ci la regardant d’un air éberlué.

« Ah … Ah … C’est … quoi ça ? Tu … m’as menti … n’est-ce pas ? »

« C’est bien toi qui prétendait que rien ne t’affectait concernant la mort d’Elen, non ? »

« C’est … pas faux. Je … Je … Je … J’ai besoin de respirer. Même … Mêle si … Même si … malgré la … malgré la situation, je … »

« Tu peux te prétendre démon autant que tu le voudrais, la vérité est toute autre. Tu n’as jamais abandonné ton côté humain et à ce sujet, je ne mentais pas. Elen avait un enfant. »

Un enfant. Un enfant ? Elen ? Lui ? De lui ? Bien entendu que c’était de lui. Quel idiot ! Ca ne pouvait pas être autrement ! Elen portait son … enfant. Enfin, c’était auparavant. Il aurait put avoir … une fille ou un garçon. Hahaha. Lui ? LUI ?! Fils unique ! Lui dont son père était juste un démon qui ensemencé sa mère ?! HAHAHAHA ! Lui qui était juste un démon !

« HAHAHAHAHA ! J’ai … J’ai vraiment tout perdu en fin de compte, vraiment tout ! Et cette plaie … Elle me fait vraiment mal, très mal. J’ai pas l’impression qu’elle peut se cicatriser. Qu’est-ce que tu as fait, Manelena ?! »

« Ce que j’ai fait ? Simplement profiter du pouvoir que l’on m’a offert pour combattre les démons … ou plutôt pour leur résister, voilà tout. »

Profiter du pouoir ? De quel pouvoir ? Sa lame … elle était bizarre. Ce n’était pas de la foudre qui émanait d’elle mais … autre chose ? Une lueur blanche. Il la reconnaissait, il l’avait souvent vue dans le passé avec Elen. C’est ça !

« De la magie sacrée ?! Le pouvoir de Zélisia ?! Toi ?! Alors que tu es… »

« Et oui, même si je suis une porteuse des lignes d’Alzar, cela ne change pas que Zélisia … ou plutôt Séran, s’est décidé à me confier sa force. Je suis maintenant une envoyée des dieux, rien que ça … enfin, une envoyée de Zélisia. »

Une envoyée de Zélisia. Elle avait maintenant … comme Elen ?! Non, chez Elen, c’était dès sa naissance mais elle, maintenant qu’elle maniait la magie sacrée comme la magie démoniaque, les deux types de lignes les plus puissantes dans ce monde, qu’est-ce … que ça allait donner ? Ah … Ah … Ah … Sa plaie ne voulait pas s’arrêter de saigner !

« C’est vraiment très puissant et dérangeant … Je ne m’attendais pas à ça. »

« Et c’est le but, c’est une surprise … une mauvaise, n’est-ce pas ? Pour toi et tes compagnons. C’est ainsi et pas autrement ! Je vais devoir te mettre hors d’état de nuire ! »

« Tu penses … vraiment que je vais me laisser faire ?! TU CROIS QUE JE SUIS VENU SANS RIEN ?! Je vais te montrer ce qui va t’en coûter ! »

Il allait tout simplement lui donner … une leçon. Non. Elle voulait le mettre hors d’état de nuire ? Est-ce que ça voulait dire qu’elle ne comptait pas le tuer ? Ca serait sa faiblesse et sa déchéance ! Il allait lui montrer que … Ah … Non.

Ce n’était pas ça du tout. Ce n’était pas ainsi … que ça devait se passer. Il avait à nouveau mal au crâne, un peu. Son instinct de survie lui disait de ne laisser aucune chance et aucun échappatoire à Manelena. S’il voulait survivre, il devait la tuer ! Il devait … Ah … Ah … Il avait une solution encore pour s’en tirer.

« J’ai plusieurs atouts dans ma manche, Manelena. Je … »

« Non, tu n’as rien du tout. Tu t’es décidé à t’opposer à moi et au peuple de la surface. A partir de là, tu as causé ta propre perte. Quel … gâchis. MERDE ! »

Elle n’avait put s’empêcher de pousser un cri de colère en détournant la tête. Voir le jeune homme, ensanglanté par la lame qu’elle tenait en main. Il haletait, il respirait fortement. La magie sainte lui laisserait des séquelles à vie. Séran lui avait dit … que ce genre de magie était très forte contre les démons.

Elle en avait la preuve devant ses yeux. Tery était déjà mourant, n’est-ce pas ? Il avait retiré l’une des ses griffes, plaçant une sa main sur la plaie, hoquetant pendant quelques secondes avant qu’elle ne finisse par hausser un sourcil. Que … Il venait de faire quoi ? C’était la première fois qu’elle voyait ça. Il avait … contré cette blessure par sa propre magie démoniaque ? Mais même les démons en étaient normalement incapables ! Cela revenait à dire que c’était directement en lui … qu’il était … capable d’une telle prouesse. Il avait une résistance à la magie sainte qui était innée. Sa surprise … n’était plus.

Chapitre 56 : Tenir le coup

Chapitre 56 : Tenir le coup

Les Gnomolds avaient très vite compris qu’ils étaient parmi les plus dangereux démons de cette petite armée d’une centaine. C’est pourquoi après la mort d’une dizaine de ces créatures humanoïdes poilues et laides, tous les regards s’étaient tournés vers eux.

« Visiblement, ils ne sont pas très contents de ce que l’on leur fait subir. »

« Pas bien grave, c’était un peu notre but à la base, non ? Ils comprendront qu’il ne faut pas venir nous chercher querelle. Quoi de mieux pour qu’ils apprennent les bonnes manière ? »

Il disait cela avec un peu d’ironie mais ça ne changeait pas qu’il valait mieux rester sur leurs gardes. Les gnomolds étaient pas forcément très aptes avec la magie pour la grande majorité d’entre eux, il suffisait d’une mauvaise surprise pour que tout dégénère.

Heureusement, les autres démons venaient les épauler. Il jetait juste un petit coup d’oeil à ceux qui combattaient les gnomolds. Il espérait juste que les autres arriveraient à tenir face à Manelena et Royab. Dire que même Royan était devenu plutôt costaud.

Comme quoi … il suffisait d’un peu de changement pour que tout se modifie par rapport à auparavant, n’est-ce pas ? Il avait l’impression que le combat venait de tourner un peu en leur faveur. Les gnomolds étaient les plus problématiques parmi les soldats de base. Il suffisait de se focaliser sur eux, de disperser une bonne partie de leur armée et voilà, l’affaire était bouclée … ou presque. Ils allaient rester dangereux … car il les connaissait bien. Il savait ce dont ils étaient capables même … si ce n’était pas des gnomolds issus de Shunter.

Comment il savait ça ? Tout simplement aux branchies qui étaient parfois visibles sur leurs bras et leurs cous. Oui, il n’avait jamais cherché à trop y réfléchir mais il semblerait que les gnomolds étaient eux aussi classés par race, comme s’ils étaient des humanoïdes à part entière. C’est pourquoi il se disait que … brrr ! Il hocha la tête négativement à cette pensée.

« Rien que de me dire qu’il existerait des gnomolds avec des ailes, je préfère ne pas y penser. Brrr ! Ca serait complètement horrible. »

« Hein ? De quoi est-ce que tu parles exactement ? » demanda Elise à ses côtés alors qu’il tentait de lui expliquer calmement que les gnomolds qu’ils affrontaient provenaient de Traslord, à cause de leurs branchies. « Des branchies ? Ah oui, je n’avais jamais remarqué cela. Il faut dire que nous n’avons pas vu tant de gnomolds que ça dans les autres royaumes. Voire, nous en avons jamais vus à Mékalarma ou à Claudiska. »

Bah ! C’était ainsi et pas autrement hein ? Mais ouais, maintenant, il s’imaginait une créature hybride entre le lézard et le gnomold. Il ne savait pas ce que cela donnait mais rien que cette idée lui faisait penser que si ça devait voir le jour, les démons et leurs capacités à muter en se dévorant entre eux ne valaient rien par rapport à ce genre de monstres.

« Pfiou, éliminons les d’abord et ensuite, on verra plus tard pour l’étude des gnomolds. »

« Mais de quoi est-ce que tu parles actuellement, je peux savoir ? »

« Rien rien, j’ai juste quelques idioties en tête. Comment ça se déroule aux alentours ? »

Elle haussa les épaules comme pour bien signaler qu’elle n’en avait strictement aucune idée. La jeune demoiselle aux cheveux auburn mais cachés par le casque ne se sentait pas tellement concernée par les autres démons. Oui, il s’en doutait mais bon …

« Mettez vous à cent s’il le faut sur eux mais tuez-les tous les deux ! »

Oups ! Un peu de réflexion et voilà qu’il avait entendu le cri d’un gnomold, sûrement le chef de la partie de cette armée. Ils voulaient vraiment leurs morts, n’est-ce pas ? Enfin bon, tant pis pour lui, ce n’était pas comme s’ils avaient vraiment à le craindre en plus. Pfiou ! Ca ne changeait pas qu’il devait se protéger au cas où.
« Vous voulez tellement nos morts, les gnomolds ? On dirait bien que vous n’appréciez pas le fait que l’on soit capable de vous éliminer, tous les deux hein ? C’est simplement parce que l’on sait à quoi nous avons affaire, surtout moi. Vous n’êtes pas les premiers gnomolds que j’affronte et vous ne serez pas les derniers ! »

Autant leur balancer un maximum de vérités en pleines tronches. Certains gnomolds, bien plus sanguins que les autres, allaient réagir en conséquence et chercher à les confronter au corps à corps. Dommage pour eux, c’est justement ce qu’il attendait depuis le début. Avec l’énervement et l’agacement qui les caractérisait, ils étaient bien moins efficaces en ne faisant pas attention à leur façon de réagir.


Un coup de griffe, deux coups de griffe et voilà, ils en étaient déjà débarrassés. Comme ça, c’était réglé aisément et à partir de là, c’était tout simplement parfait. Le jeune démon aux cheveux bruns même si sa tête se trouvait casquée, avait un sourire aux lèvres. Bon bon bon bon … Le truc, c’est que les griffes, il n’oubliait pas de planter les pointes dans la chair des gnomolds avant de retirer le poing, laissant les pointes dans le corps avant de les faire exploser. Pourquoi cela ? Tout simplement pour créer une déchirure interne dans ses adversaires, permettant alors une mort rapide mais bien douloureuse sur le coup.

Du côté d’Elise, elle évitait d’utiliser sa magie mais il voyait quand même quelques flammes paraître … surtout autour de son épée. Elle avait visiblement imité Manelena qui était apte à transférer sa magie dans son arme contrairement à beaucoup de monde. C’est vrai qu’en regardant bien, une majeure partie des soldats et des démons utilisaient leurs armes d’un côté, la magie de l’autre. Il était rare de voir des personnes se battre comme eux. Est-ce parce qu’ils agissaient ainsi naturellement depuis qu’il avait appris à se battre ?

« Du balai, démons ! Ne tentez même pas de pouvoir m’atteindre ! »

Ah, la voix de Manelena. Il venait de l’entendre alors qu’un démon décollait dans les airs. Tiens, lui avait des ailes dans son dos. Il se réceptionna en plein vol, une vilaine plaie béante sur le torse. Tout son corps était parcouru par des tremblements alors qu’il haletait.

« C’EST QUOI CETTE FOLLE ?! Ils sont si puissants que ça les soldats de la surface ?! »

« SOLDAT ! REDESCENDEZ TOUT DE SUITE ! VOUS ÊTES UNE CIBLE DE CHOIX DANS LES AIRS ! VOUS ALLEZ … » cria une nouvelle voix, Tery la reconnaissant comme celle du démon chargé de gérer tout le groupe. Dans les airs, il n’avait pas fallut plus de quelques secondes pour que des pieux ne se plantent dans le démon ailé.

Des pieux composés de divers éléments mais en vue de la quantité envoyée, le démon n’avait aucune chance de survie. Encore un membre en moins … encore un. Cela commençait à faire beaucoup … et ce n’était pas une bonne chose. Enfin, beaucoup, tout était relatif … mais même avec la relativité qu’on désirait, ça ne changeait pas … le fait qu’ils étaient moins nombreux et que ça pouvait devenir très dangereux.

« Il faut que l’on aille les aider aussi sur les autres flancs. Manelena et Royan font un véritable carnage. Les démons ne savent pas les combattre. »

« Les gnomolds sont trop dangereux pour qu’on les laisse seuls. Manelena est vraiment la plus ennuyeuse, c’est vraiment elle qui pose problème mais … »

Mais … ? Elle attendit le reste de la phrase, phrase qui n’arriva pas car elle savait pertinemment pourquoi il ne voulait pas la continuer. Mais ce n’était pas possible de l’arrêter aisément. S’ils s’y mettaient à deux, ils pouvaient sûrement la battre … mais aussi l’abattre car elle n’allait pas se laisser faire, jusqu’à son dernier souffle.

« Comment on peut faire pour éviter qu’elle ne pose problème ? Tu as toujours des idées en tête, non ? Tu dois avoir sûrement une solution ! »

Solution, solution. Il pouvait faire tout ce qu’il voulait mais là … ils étaient quand même dix fois plus nombreux en face. Oh, peut-être qu’ils avaient déjà éliminé une centaine d’hommes et gnomolds mais du côté des démons, il y avait sûrement déjà une quinzaine d’entre eux qui étaient déjà morts à cause de cette attaque sur eux.

Et une quinzaine, c’était un coup dur lorsque l’on n’était qu’une centaine. Bien entendu, le bilan, si on le comptait en terme d’hommes, était largement positif pour eux … mais non. Et comment est-ce que les chefs des autres groupes de démon se débrouillaient ? Car il en avait strictement aucune idée et cela pouvait être assez inquiétant en soi.

Mais bon, ce n’était pas le moment de se préoccuper de ce qui était inquiétant ou non. Il avait encore des gnomolds à combattre et en même temps, il remarquait aussi qu’il commençait à être bien blessé. D’ailleurs, Elise répliquait maintenant avec des flammes. Oui, il n’y avait plus vraiment la possibilité de se questionner à ce sujet.
Pour l’occasion, lui aussi allait tout simplement utiliser ses pouvoirs. Même si ce n’était que faiblement, cela lui permettait de prendre un avantage assez important sur ses adversaires. Vu qu’ils s’étaient habitués à ce qu’il attaque avec uniquement ses griffes, ils ne s’attendaient pas du tout à ce qu’il réplique de cette manière.

Et voilà ! Plusieurs coups de griffes et cela avait suffit à reprendre l’ascendant sur ses adversaires. Mais pas seulement, vu qu’il recommençait à utiliser la magie, voilà que ses adversaires avaient encore été pris par surprise, ne supportant pas le choc d’un pieu de pierre aussi gros qu’un bras qui se plante dans leurs torses.

Et voilà, c’est comme ça qu’on faisait le ménage. Il devait se l’avouer, il n’était pas mécontent de son résultat, il avait réussi à bien gérer sa magie, à ne pas la rendre trop visible mais surtout, il avait enfin put s’échapper de cette troupe de gnomolds pour retourner auprès des autres démons. Tant mieux ! Et en plus, Elise le suivait donc super, ils étaient ensemble.

Ce qui voulait dire que sa véritable source d’inquiétude ne l’était plus. Maintenant qu’il savait qu’il n’avait pas à la surveiller, il pouvait se redonner à fond. Par contre, Elise était encore un peu soucieuse, qu’est-ce qu’elle regardait avec insistance ?

« Elise ! C’est pas le moment de rêvasser, qu’est-ce qui te prend ?! »

« Je … Wow … Tery, vraiment, Royan … Il sait … si bien se battre. »

Hein ? C’est vraiment pas ça qu’il voulait entendre de la part d’Elise ! Si elle n’était pas concentrée, elle allait très vie crever, est-ce qu’elle s’en rendait compte ou pas ? Car il n’était pas certain qu’elle comprenne la dangerosité de la situation hein ? Ouais … C’était sûrement ça. Heureusement, les soldats préféraient éviter de les attaquer.

« Elise, faut réagir ! C’est quoi ça ?! C’est quoi ça ?! Qu’est-ce qui te prends maintenant ? »

« Je … ne, je ne sais pas du tout. C’est juste … merveilleux, vraiment. »

RAAAAAAAAAAAAAAAAH ! Elle exagérait complètement la pauvre fille ! Elle allait avoir de gros soucis ! Il la prit par le bras, faisant attention à ne pas la griffer vu qu’il avait ses griffes de pierre sur les mains. Il la tira vers lui, la mettant en arrière avant de gromeller :

« Je vous jure, ces femmes amoureuses, y a pas pire que ça pour nous mettre en danger. Je te retiens quand même, Elise. »

« Mais mais … Désolée, Tery. C’est simplement que … il est superbe, c’est tout. Tu ne vois pas à quel point il se bat bien ? Il y a quelques mois, il n’aurait jamais tenu une arme … »

Et là maintenant, il était vrai qu’il arrivait à tenir tête aux démons. D’ailleurs, cela restait impressionnant. Il savait que Royan était plus du genre à manier la magie et à rester en retrait, un peu comme Elise mais les deux personnes s’étaient finalement bien trouvé. Difficile de nier que les deux amoureux tragiques avaient fait de tels progrès. Lui-même semblait plutôt stagner, à son grand désarroi. Il n’était pas certain de pouvoir tenir la cadence face à Manelena si elle se décidait à le confronter.

« Pfiou … Qu’est-ce que c’est que ce bordel, je vous jure. »

Hop ! La tête d’un soldat dans l’une de ses griffes et voilà qu’il serrait avec force, pressant de plus en plus jusqu’à ce que la tête ne soit plus qu’une bouillie immonde, le corps subissant encore quelques soubresauts avant de perdre la vie.
Sans remord ou hésitation, il lança le cadavre sur les compagnons de ce dernier, ne se privant pas de les narguer. Pfiou … Les démons, toujours les démons, il jetait un coup d’oeil, se demandant où était Manelena. Il ne la voyait plus du tout.

Pas qu’il était inquiet pour elle, elle était … vraiment puissante et il était certain qu’elle s’était sûrement encore renforcée depuis le temps. Simplement, ne pas la voir sur le terrain ne présageait rien de bon. Elise avait recommencé à se battre à son tour, arrêtant de divaguer bien qu’il ignorait guère les regards furtifs qu’elle lançait en direction de Royan. L’adolescent … non, le jeune homme tenait bon à un démon qui faisait bien deux mètres de plus que lui.

C’est ça qui était vraiment remarquable. Le voir combattre avec une aisance certaine, comme si de rien n’était, c’était … superbe. Mais bon, il n’avait pas le temps d’admirer tout ça alors qu’il avait encore quelques soldats de Traslord à éliminer.


Ni une, ni deux, voilà que ses griffes tranchaient et tailladaient tout ce qui se trouvait autour de lui. Il vérifiait un peu son propre groupe mais il eut la malheureuse surprise de voir que deux de ses membres étaient morts … et récemment même. Ils avaient pourtant réussi à rester dos à dos mais devant le nombre trop important d’ennemis, cela n’avait pas suffit.
Purée … Ils exagéraient. Ils exagéraient vraiment tous. Mais s’il dévoilait son golem, c’était foutu, autant hurler à voix haute qui il était. Après, est-ce qu’il pouvait vraiment se permettre de ne pas se donner à fond ? La question était légitime et pourtant, ne méritait pas de plus mûre réflexion. Bon … Il se donnait un chiffre : s’il voyait que la moitié des démons était morte, alors, il invoquerait ses golems.
Il ne pouvait pas se permettre de trop s’épuiser non plus et d’ailleurs, plus il y avait de cadavres, plus cela servira à créer des golems … abominables. Oui, ce genre de magie basée sur la nécromancie n’était pas du tout son genre mais qu’importe, ce n’était pas vraiment le moment de faire de chichis. Bon bon bon !

Il était simplement en train de faire un véritable petit carnage dans les environs, grimpant sur les cadavres des ennemis, se servant de piliers de pierre pour les repousser, n’hésitant pas à invoquer des mains géantes pour les écraser. En fait, il gérait merveilleusement bien la magie et il se demandait si dans le fond ,il n’était pas plutôt magicien que combattant au corps à corps. Oui, c’est vrai qu’en regardant tout ça, il arrivait juste à …

« PLUIE DE FLECHES ! » hurla un démon non-loin de lui.
Vraiment ? Une pluie de flèches ? Alors qu’il y avait des alliés parmi eux ? Est-ce que les soldats voulaient vraiment se débarrasser d’eux pour faire un tel résultat ? Tss ! Ils allaient avoir une mauvaise surprise !
Ignorant complètement les soldats autour de lui, il format un dôme de pierre sur une quinzaine de mètres de rayon. C’était énorme, ça allait un peu le fatiguer mais vu que cela semblait être des flèches tout ce qu’il y avait de plus normal, ce n’était pas …

« AAAAAAAAAAH ! C’est quoi ces yeux qui luisent dans le noir ?! »

Pas faux. Ils étaient complètement plongés dans l’obscurité mais pourtant, il arrivait à percevoir des yeux qui se déplaçaient en même temps … que des flammes ? Et d’autres paires faisaient de même ! HEY ! C’était génial ça ?!

Lorsque le dôme disparu, des flèches tombèrent au sol mais surtout … Wow, ils étaient peut-être une dizaine de démons mais surtout, tous les soldats qui s’étaient trouvé dans ce dôme étaient maintenant morts. Un véritable carnage.

« C’était génial ! C’est qui qu’à eut cette idée ?! »

« C’est le nouveau lieutenant ! Il maîtrise la terre comme pas deux ! »

Hey ! Il était pas habitué aux compliments mais fallait reconnaître que ça faisait plaisir. Et maintenant, les soldats ennemis reculaient encore et encore. Ils avaient été impressionnés par le dôme, Elise s’exclamant avec joie :

« Je dois aussi faire mes preuves, non ? Regarde ce que je peux faire ! »

Hum ? Oui mais … ? Il observa la jeune demoiselle aux cheveux auburn, celle-ci pointant les archers au loin. Oh ? Pourquoi est-ce qu’il avait une odeur de soufre et un léger vent qui se soulevait ? Il renifla un peu avant de comprendre que cela provenait d’Elise. Qu’est-ce qu’elle … Claquement de doigts et voilà qu’il vit une flamme suivre le vent, traçant une ligne au-dessus du sol sur plusieurs mètres de distane … jusqu’à l’endroit où se retrouvait plusieurs archers qui préparaient déjà de nouvelles flèches.

Explosion. C’était le bon terme à utiliser. Une explosion s’était produite au milieu des archers, les emportant tout en provoquant un brouhaha terrible. Une nouvelle fois, le combat s’était arrêté pendant quelques secondes, chaque soldat et démon regardant la scène, stupéfaits par la violence de cette attaque.

« C’était quoi ça ? Déjà le dôme, maintenant cette explosion ! Ils se moquaient de nous depuis le début ou quoi ? J’ai … On m’a dit que ça serait facile si on suivait les consignes ! »

« On m’a pas signalé que ça serait aussi mortel ! JE VEUX PAS MOURIR MOI ! »

« MOI NON PLUS ! Je suis trop jeune pour ça ! J’ai pas envie de crever ! »

Parfait, tout était parfait. Le moral des troupes ennemies était au plus bas. Ainsi, ils perdaient la volonté de se battre et cela leur donnait un avantage indéniable, qu’il était tout simplement impossible d’ignorer. Parfait, parfait, parfait ! Oui, c’était tout simplement parfait et pour ça, autant dire qu’il devait faire des félicitations.

« Bravo, Elise ! C’est vraiment génial de ta part ! »

« Hey, tu n’étais pas forcément le seul à vouloir te mettre en avant. Prévenons les autres démons de renforcer les rangs ! J’ai remarqué que nous avons maintenant bien plus de place pour agir, les troupes ennemies sont en déroute. »


Héhéhé. C’est vrai, avec de telles attaques, ils devaient bien se rapprocher deux cents soldats ennemis battus. Cette fois-ci, la roue tournait en leur faveur et il ne fallait pas hésiter à en profiter le plus possible. Déjà prêt à bondir sur des soldats qui leur tournaient le dos, il s’exclama d’une voix un peu trop enjouée pour un combat mortel :

« Ne t’en fait pas ! Les autres démons vont aussi en profiter ! Ne t’éloigne pas trop de moi pendant que je vais me charger de les éliminer ! »

Ne pas trop s’éloigner de lui alors que c’était LUI qui était en train de courir comme un cinglé vers les soldats ennemis, plantant une griffe dans le dos du premier, se servant de son cadavre comme appui pour bondir sur le second et ainsi de suite ?

« Je vais finir par croire qu’il fait de l’ironie alors que ce n’est pas le moment. »

Pour autant, elle allait le suivre et commença à courir derrière lui, envoyant plusieurs boules de feu et autres sorts enflammés sur les rares soldats qui n’avaient pas encore décidé de fuir. Ces derniers flambèrent, Tery continuant son jeu de massacre.

« Ben dis donc, certains sont en forme, on dirait bien ! »

Voilà que le chef de l’armée des démons exultait devant les actions de Tery et Elise. Les autres démons étaient survoltés eux aussi, commençant à se déchaîner sur les soldats à leur tour comme s’ils étaient possédés par Alzar.

« ASSEZ ! FINI DE JOUER ! »

Un grondement sonore, comme si la foudre venait de s’abattre dans la zone … et ce n’était pas une image. L’épée longue de Manelena, parcourue par la foudre, venait de frapper Elise sur le côté, celle-ci ayant juste le temps de parer le coup avant d’être repoussée au loin sur plusieurs mètres. Malgré la résistance du bouclier, celui-ci s’était fissuré en de nombreux endroits, Tery arrêtant ses attaques.

« Elise … C’est toi, n’est-ce pas ?! BIENVENUE ! »

Encore un peu d’ironie mais elle était très mal placée alors le casque de la démone était tombé au sol, dévoilant sa chevelure auburn. Celle-ci haleta, finissant par se relever en gémissant. Elle murmura en souriant :

« Ca faisait longtemps, n’est-ce pas ? Tu as l’air de ne pas avoir changer et … »

« Où … est-il ? Si tu es là, ça veut dire qu’il est dans les environs HEIN ?! »

« Je ne sais pas, Manelena. Je ne sais pas … Pourquoi est-ce que tu me poses la question ? »

« JE VEUX … UNE REPONSE MAINTENANT ! »

« Si tu veux une réponse, tu vas l’avoir tout de suite, Manelena ! »

La voix de Tery se fit entendre, une griffe de pierre venant droit sur Manelena, celle-ci parant le coup avec aisance. Le démon aux cheveux bruns émit un sourire sous son casque, casque qui vola d’un coup de gantelet en plein sur la tempe.

« Montres-moi ton visage quand tu m’adresse la parole, TERY ! »

« Heureux de te revoir, Manelena, moi aussi. » dit-il lentement avant de reculer. Hmm … Bon, sans rien dire de plus, voilà qu’il retira son casque, fixant tout simplement la femme aux cheveux argentés qui avait retiré son casque à son retour.

« Le plaisir n’est pas partagé, Tery. Pas comme ça … »

Ah. Il s’en doutait un peu de toute façon. Ce n’était pas un jeu … et cette fois-ci, ils étaient dans deux armées différentes. C’était ainsi … et pas autrement malheureusement. Ils allaient devoir s’affronter tous les deux. Il n’y avait pas d’autres solutions.

Chapitre 55 : Sans discuter

Chapitre 55 : Sans discuter

« Une centaine de démons. C’est un nombre plutôt impressionnant. »

« Ce n’est plus une bande d’éclaireurs mais une véritable tentative d’invasion. Est-ce qu’ils comprennent notre langage ? Normalement, oui. »

Les deux monarques du royaume de Shunter et Traslord étaient en train de discuter entre eux tandis que Tery et Elise se regardaient. Vu qu’ils portaient des casques pour se protéger, mesure de sécurité compréhensible car ils ne savaient pas les dangers qui les attendaient à l’extérieur et … le démon chargé de ça avait entièrement raison.

« Elise, ils ne nous ont pas reconnu. J’imagine que cela sera très vite le cas s’ils commencent à entendre nos prénoms ou si on parle trop. On évite de se faire remarquer de la sorte. Battons-nous comme les autres. On ne peut pas discuter avec Royan ou Manelena. »

« Mais … Mais … Ils sont là, Tery. Ils sont si proches. Je suis sûre qu’avec un peu … »

« Elise, non, ce n’est pas le moment. On ne va pas trahir nos compagnons sachant que ce qui nous attends en face sera de toute façon la mort. Regardes leurs armées, regardes la nôtre. »

« Je n’ai pas envie de les blesser … ou de voir les autres les blesser. »

« Tu n’as pas le choix. On se débrouillera pour les forcer à les garder vivants. Maintenant, il faut que tu te concentres, Elise. C’est une question de vie ou de mort. »

Il pouvait répéter cela autant de fois qu’il le désirait, elle n’en avait pas envie. Il lui donna une petite tape dans le dos. Il était temps de montrer le courage qu’elle possédait. Elle n’était pas n’importe qui ! Elle était la fille du monarque démoniaque ! Elle était sa représentante sur le terrain ! Tandis que ses frères et sœurs cherchaient à tuer l’empereur, elle-même n’hésitait pas à venir aider sa nation, cela faisait toute la différence !

« Je … vais faire de mon mieux, Tery. Je ne peux dire que cela, je suis désolée. »

« Faire de ton mieux, c’est déjà énorme. Allez, je te laisse, je pars de mon côté. »

Par contre, il trouvait cela un peu étrange de voir une personne en armure de cuir avec un casque en métal. Enfin bon, c’était un concept assez particulier mais si cela faisait son office, il n’y avait pas vraiment de quoi s’en plaindre hein ? Ah ! BON ! Lui, de son côté, il se demandait par où attaquer ? Est-ce qu’il chargeait les gnomolds ?

Oh et pourquoi pas ! Il n’était pas motivé à affronter les troupes de Shunter et surtout tenir tête à Manelena. Il comprit bien rapidement en voyant Elise qu’elle-même, c’était pareil … Elle n’avait pas envie de se mêler de ça. Ah ben … Elle partait justement vers ceux de Shunter, pour éviter que les armées ne remarquent qu’ils bossaient ensemble.

« Ne vous laissez pas submerger par l’ennemi ! Montrez-leur que nous ne sommes pas à prendre à la légère, loin de là ! »

« VOUS EN FAITES PAS ! NOUS SOMMES DE FIERS DEMONS ! »

Et surtout, ils avaient été mis au courant par Tery et Elise que leurs adversaires savaient comment les contrer. A partir de là, il suffisait juste de réagir en conséquence et de se préparer à répliquer à leurs répliques. Quoi de différent, hein ?

« Encerclez-les ! Ne laissez pas un seul de ces démons s’enfuir ! »

Bien entendu, il n’y avait qu’à former un cercle. Ils étaient bel et bien une cinquantaine de soldats en face, avec de lourds boucliers et des armures imposantes. Parmi eux, aucun gnomold n’était visible, ce qui signalait qu’ils étaient tous parmi les combattants qui allaient se battre de front avec les démons.

« AH ! Ils ne sont pas si impressionnants que ça ! » s’exclama un démon après avoir éliminé trois soldats ennemis, un autre lui criant :

« HEY ! Fais plutôt attention à leurs répliques ! Ca serait moche que tu claques par erreur car tu n’aurais pas surveiller tes arrières ! »

C’est pas faux et il venait justement de lui sauver la vie car à l’instant même où le second démon avait terminé sa phrase, un gnomold se jeta sur lui, deux dagues en main.

« Je sais pas ce que sont ses sales bêtes mais elles ont vraiment une sale gueule ! On dirait l’un de ces démons inférieurs qui aurait fini par se transformer à force de bouffer des rats ! »

Autant dire que ce n’était pas un compliment de la part du soldat démoniaque, envoyant un coup de lame dans le torse du gnomold pour le projeter en arrière. Et voilà ! C’était une bonne chose qui était faite et … quoi ?!

« J’étais sûr que ma lame s’est bien logée dans son bide ?! Qu’est-ce que ça veut dire ? »

Le gnomold blessé s’était relevé. Il y avait bien une blessure mais elle était mineure, comme si sa fourrure et le cuir de sa peau avaient atténué le coup. Ce qui n’expliquait pas tellement pourquoi il avait survécu ?! Il s’agissait d’une arme démoniaque !

Il n’eut pas tellement le temps d’y réfléchir car cette fois-ci, malgré le cri de l’un de ses compagnons, trois Gnomolds venaient de sauter sur lui pour le dépecer et le mettre en pièce, ne lui laissant guère la possibilité de survivre.

« ASSEZ ! N’hésitez pas à utiliser la magie pour emporter ces êtres ! Ils ne sont pas capables de lutter face à la puissance d’Alzar ! »

Même s’il était vrai que beaucoup de démons ne priaient guère le dieu qui avait décidé de les sceller et les enfermer dans un souterrain après avoir décidé de les créer, cela ne changeait pas que leur force provenait de lui … et il était temps de montrer à ces êtres de la surface qu’il allait leur en coûter de vouloir les combattre !

« Nous allons faire s’abattre sur vous un déluge de flammes et de foudre ! «

« HEY ! Ils veulent lutter à la magie ! Montrez-leur qu’ils ne savent pas à quoi s’attendre ! » s’exclama l’un des soldats de Traslord. Et oui, même pour ça, ils étaient préparés.

Cela tournait tout simplement à de la barbarie. Il y avait visiblement que des combats d’où on se demandait si cela était normalement possible. Bon, par contre, le gros souci résidait dans le fait que malgré tous leurs efforts, les démons étaient en train de diminuer en nombre.
Oui, même si pour un démon qui tombait, il y avait bien cinq soldats ennemis qui mouraient, cela ne changeait rien … au fait que ce n’était pas possible tout simplement. Comment ça ? Car ils allaient bien finir par tous décéder s’il ne trouvait pas une solution. Il y avait bien déjà une dizaine de démons qui était tombé au combat.
Laid … C’était tout simplement laid. Cela montrait que s’il ne trouvait pas un moyen d’épauler ses compagnons, on pouvait alors les considérer comme tous morts d’ici quelques minutes. Ah … Une solution ! UNE SOLUTION ! Trouver une solution sans se faire forcément repérer ! D’ailleurs, il suffisait de voir que si les soldats avaient du mal contre les démons, se faisant repousser, blesser voire tuer, il en était guère de même pour les gnomolds qui faisaient face et front sans même reculer.
Et que dire de Manelena et Royan ? Les deux personnes n’étaient pas à plus de cinq mètres de distance entre elles, comme pour se protéger mutuellement. Sans réellement comprendre pourquoi, il ressentit une pointe de jalousie. Ca devait être lui … à la place de Royan. C’était lui qui devait protéger le dos de Manelena, pas l’adolescent … ou plutôt le jeune homme.

« C’est qui ce démon ?! » s’écria Royan avant de réussir à se protéger au même instant où des pieux de terre volaient en sa direction.

« ROYAN ! RECULES ! JE VAIS ME CHARGER DE LUI ! » hurla Manelena au même instant où Tery frappait Royan d’un coup de pied dans le ventre, l’envoyant parmi ses soldats. Même si les pieux ne l’auraient pas tué, ils l’auraient blessé au point de le rendre inapte au combat. Et maintenant … Manelena, hein ?

« Laissez-nous faire, reine Manelena ! Nous ne pouvons pas laisser un démon vous blesser ! » dirent plusieurs soldats en même temps, venant former un cercle autour de Tery.

« BANDE D’IDIOTS ! Je n’ai besoin de personne pour me défendre ! »

Pour autant, elle ne pouvait pas nier que voir les soldats de Shunter la protéger au péril de sa vie, c’était quand même une preuve comme quoi, elle était vraiment leur monarque à leurs yeux … et cela était plaisant en un sens.

Quel idiot. En fonçant tête baissée de la sorte, il s’était séparé des autres, ce qui faisait qu’il était sans défense ou presque. Ouais … Presque car il était hors de question de réagir sans rien faire. Il posa une main sur le sol, une main gigantesque fait de pierre venant le soulever, tel un piédestal, au-dessus des troupes ennemies.

« Cette manipulation de la terre … Non … Il doit y en avoir beaucoup d’autres qui sont capables de faire aussi bien que lui parmi les démons. »

Elle n’avait pas envie de croire que le hasard se décidait à se moquer d’elle une nouvelle fois. Si elle devait le retrouver maintenant, elle n’était pas certaine de savoir comment réagir dans une situation comme celle-ci … et surtout de garder son calme malgré les circonstances.

Mais le démon en armure avait réussi à s’échapper … avec une maîtrise terrestre presque exemplaire. Il fallait reconnaître l’effort pour y arriver. Ca ne changeait pas qu’elle allait se charger de celui. Alors qu’il sautait de pilier de terre en pilier de terre, elle le pointa de son épée longue, celle-ci étant parcouru par la foudre avant qu’un éclair ne zèbre en direction de Tery, venant frapper le sommet du pilier où il allait atterrir.

« Oh ! » s’exclama le jeune homme, visiblement surpris par cette action, son corps tombant dans le vide sans qu’il ne puisse faire quelque chose pour empêcher cela.

« Voilà comment je cueille les démons ! »

Elle était déjà prête à le réceptionner avec son arme, le corps de Tery se rapprochant de la lame. Il suffisait de quelques mètres pour que son ventre ne vienne s’y loger. Pour autant, un déluge de flammes arriva vers la gauche de Manelena, celle-ci étant bien obligée de reculer pour les éviter avant d’y passer.

Une démone … en armure de cuir ? Et de telles flammes, faisant fondre la neige mais aussi la roche ? Il n’y avait pas tant de créatures démoniaques pour arriver à les produire hein ? Mais surtout, elle avait délibérément agit de la sorte … pour sauver le démon qui vint atterrir au sol en faisant apparaître un bol de terre d’une taille humaine.

Elle remarquait autre chose. Ses deux démons ne parlaient pas, contrairement aux autres. Ils ne cherchaient pas à communiquer, crier, etc. Ils savaient à quoi s’attendre, comme s’ils cherchaient à cacher leurs identités. Grrr … Elle commença à avoir une bouffée de haine qui montait peu à peu en elle.

« TERY ! ELISE ! JE SAIS QUE VOUS ÊTES LA TOUS LES DEUX ! MONTREZ-VOUS ! JE NE PROMETS AUCUNE CLEMENCE ! »

Elle venait de crier pour se faire entendre dans toute la zone de combat. Sa voix résonna comme la foudre qui vint s’abattre sur le champ de bataille. Oui, elle avait haussé la voix, sans aucune hésitation et pendant un court instant, les combats s’arrêtèrent, toutes les têtes se tournant vers elle tandis que Royan disait à voix haute :

« Vraiment … Manelena ? Ils sont là ? Elle … est là ? Où est-ce qu’elle se trouve ? Dis-le moi, Manelena ! Il faut qu’on lui parle maintenant ! »

« Ils le sont … mais ne feront rien pour se faire remarquer. Ils sont parmi ces démons, ça ne fait aucun doute … mais plusieurs d’entre eux manient le feu et la terre. Ils finiront bien par se dévoiler sans s’en rendre compte. A ce moment-là, on réglera leurs comptes. »

« Hein ? Mais non ! Ce n’est pas comme ça qu’on a prévu d’agir, Manelena ! On ne va pas changer nos règles maintenant ! »

« LA FERME ROYAN ! SI TU AS ENVIE DE TE PLAINDRE, TU N’AVAIS PAS QU’A VENIR ! ILS ONT VOULU NOUS TRAHIR, ILS EN PAYENT LE PRIX ! »

Elle n’avait pas besoin d’hurler ! Ce n’était pas … en les tuant que tout sera facilité ! Que tout allait s’arranger ! Elle … voulait agir … pour tout oublier mais c’était impossible !

Ce n’était pas en agissant ainsi qu’elle allait arranger les choses. Ce n’était pas … Non. Ils étaient sur le champ de bataille. Elle avait totalement raison et le fait qu’il se batte en première ligne, alors que les démons pouvaient le tuer sans ménagements, ce n’était pas le moment de se déconcentrer mais … il s’agissait de Tery et Elise.

« Est-ce que je suis le genre de garçon à abandonner mes résolutions dès la première difficulté venue ? Elen n’apprécierait pas cela. »

Même s’il était sans nouvelle de Sérest et Séran depuis plusieurs mois, le couple ayant disparu après l’ouverture des portes démoniaques, cela ne changeait pas que leurs absences pesaient assez lourdement sur la balance. Ils avaient … des connaissances et des capacités insoupçonnées. Après, rien d’anormal quand on savait ce qu’ils étaient réellement mais en même temps, leurs absences pesaient lourd dans la balance.

« Tout simplement, ils ne voulaient pas se mêler de tout cela … mais ils prétendaient la même chose avec Elen à ce moment. »

« ROYAN ! EVITES DE TE DECONCENTRER ! ILS ARRIVENT ! » hurla la voix de Manelena tandis qu’il secouait la tête. Ce n’était pas le moment de flancher !

« Je le sais bien, désolé, Manelena ! Je réfléchissais ! »

« TU CROIS QUE C’EST LE MOMENT POUR CA ?! »

Elle allait encore lui faire la morale mais c’était compréhensible. Dire qu’il avait tout fait pour participer à l’expédition. En vue de son titre de monarque de Traslord, tous ces mois à devenir quelqu’un … d’autre depuis le départ d’Elise et Tery, est-ce qu’il devait jeter tout ça dès le premier combat ? Non ! Même si … par hasard, il y avait une maigre chance que Tery et Elise soient parmi les personnes présentes.
Si tel était le cas, alors, il devait les retrouver. S’il arrivait à les localiser, il pouvait les mettre hors d’état de nuire et donc empêcher Manelena de leur faire un sort. Le problème, c’est que ces démons étaient bien plus costauds qu’il ne le pensait. Comment cela se faisait-il ? D’où venait leur puissance ? Normalement, d’après les rapports, les démons n’étaient pas aussi costauds. Ses soldats arrivaient à les éliminer … avec quelques pertes.

« LE ROI DE TRASLORD ! SI J’ARRIVE A LE … »

Une épée se planta dans la gorge du démon qui venait de s’exprimer, tout son corps étant parcouru par la foudre au même moment. Sans hésitation, Manelena fit un mouvement de la lame, tranchant net le reste de la gorge avant de donner un coup de poing dans le visage du démon, la tête de ce dernier se séparant du reste du corps.

« Royan … … … Si je dois te cogner, je n’hésiterai pas ! COMPRIS ?! »

« Je suis concentré, Manelena ! Je le suis, c’est simplement qu’il m’a pris au dépourvu ! »

« Saches que sur un champ de bataille, on n’a pas le temps pour les excuses, est-ce bien compris ? Si tu es capable de t’excuser, élimines les autres ! »

Et comment est-ce que ces foutus gnomolds se débrouillaient ?! Grrr ! Le pire dans tout ça, c’est qu’ils étaient bien plus nombreux et efficaces qu’elle ne le pensait. Elle n’arrivait pas à croire qu’ils tenaient bien plus aisément tête à ces démons que ses propres soldats. Il y avait sûrement une explication mais elle n’arrivait pas à trouver où.

Et ce n’était pas le moment pour elle de se déconcentrer surtout après avoir fait la morale à Royan sur ce point quelques secondes auparavant. Ses yeux se rivèrent sur les la démone casquée qui avait tenter de la faire flamber. Elle maniait … très bien l’élément du feu mais étrangement, elle savait aussi se battre avec une arme.
Mais pas seulement, cette rondache à son bras, elle arrivait à parer les coups, qu’importe d’où ils provenaient. Elle n’avait aucune idée de l’alliage utilisé pour ce bouclier mais il était plus que résistant pour tenir bon face aux différentes attaques. Et elle gérait plutôt bien son combat à l’épée courte malgré qu’il était possible d’y voir de l’inexpérience … comme si cela ne faisait que récemment qu’elle utilisait une telle arme.


Autoriser une démone inexpérimentée sur le champ de bataille, ce n’était pas normal. Surtout pour une mission comme celle-ci. Soit elle cachait son jeu, soit elle était plus importante qu’elle ne le faisait croire. Hum … Elle allait aussi la surveiller mais elle était plus concentré sur l’autre démon. Où était-il ?!

Car c’était lui qui l’intéressait. Oui, elle pouvait tout prétendre à Royan mais s’il s’agissait vraiment de Tery, elle n’allait pas hésiter très longtemps à lui trancher les ligaments des jambes et des bras, quitte à le faire devenir un pantin désarticulé. Ainsi, il n’aura aucune possibilité de fuite ou de faire des conneries. Après ? Qu’est-ce qu’elle ferait avec lui ? Cela n’avait pas sa place sur un champ de bataille.

« TERY ! JE TE LAISSE UNE CHANCE DE TE DEVOILER ! VIENS M’AFFRONTER ! »
Mais rien à faire, le jeune homme démoniaque ne semblait pas vouloir sortir de sa cachette. Est-ce par hasard, elle se serait trompé ? Cela serait malheureux mais pas impossible. Pour autant, elle n’a pas envie de croire à cette solution de facilité. Il est parmi eux … et … où sont d’ailleurs les deux démons qu’elle observait depuis le début ?

Elle ne les remarquait plus et même si ce n’était pas la bataille qui avait opposé toutes les armées des différentes nations, cela ne changeait pas que ça lui prendrait quelques temps pour les retrouver. Tsss ! Elle allait se focaliser sur les démons et éliminer ces derniers, un par un. A force, elle allait bien finir par tomber sur eux !

« On a eut chaud, Elise. Ils se posent des questions tous les deux. »

« Oui, je le sais bien … et j’ai l’impression que le combat ne tourne pas en notre faveur. Tery, je n’ai pas envie de mourir aujourd’hui. »

« Personne n’ira mourir aujourd’hui. Ni toi, ni moi, ni ceux de mon groupe. Je surveille ces derniers et ils s’en tirent bien. J’ai réussi à les faire combattre par groupe de deux ou trois, pour être sûr que jamais l’un d’entre eux se retrouve seul, c’est mortel. »

« Mais qu’est-ce que l’on fait, dis moi ? Qu’est-ce que l’on doit faire ? »

« On va se focaliser sur les gnomolds. Tu dois ignorer les deux autres armées. On va se faire discret, il n’y a que ça comme solution. »

Des solutions, des solutions. Il était sûrement plus que facile d’en trouver mais pour cela, il fallait se bouger un peu. Le duo de démons se regardèrent pendant quelques instants avant d’hocher la tête. De toute façon, ils avaient bien remarqué que Manelena protégeait aisément Royan et que les deux là n’avaient rien à craindre.

« Malheureusement, c’est à nos dépends, Elise. »

« Qu’ils arrivent à se protéger ? C’est ce que tu m’as dit : tuer ou être tué. On doit éliminer un maximum de soldats … et capturer Royan et Manelena. Si on les capture, il sera beaucoup plus simple pour nous de les garder en vie. »

« On fait ça alors, Tery ? On tente de survivre avec eux ? »

« C’est la meilleure méthode qui soit … mais pour ça, il faut éliminer leurs forces. Allons nous occuper des gnomolds. Chez eux, pas de quartier ! »

Et surtout, il avait bien vu que les gnomolds avaient de la ressource à vendre vu comment ils arrivaient à tenir tête aux démons. Ce qu’il ne savait pas, c’est que le duo de monarques avait exactement la même idée en ce qui les concernait … s’ils savaient qui ils étaient.

Pour l’heure, ce n’était pas encore le moment de sortir les golems. Il ne se faisait pas d’illusions. Cela allait le fatiguer plus que nécessaire mais surtout, cela dévoilerait sa personne à Manelena et Royan … et autant dire qu’à partir de là, ils n’allaient pas le lâcher. Déjà qu’Elise, avec ses flammes, elle avait attiré l’attention.

« A ce sujet, je me disais, Elise. Tu te débrouilles super bien avec ton épée et ta rondache. »

« Je ne pensais pas que ça serait aussi simple. Il suffit de bouger le bras pour parer un coup et comme j’ai l’impression qu’ils attaquent lentement, je n’ai aucun mal à ça. »

« Tant mieux. Je préfère que tu ne sois pas blessée. Bon, on s’occupe des gnomolds ? On va les carboniser et surtout, donnes-toi à fond. Visiblement, ils sont tenaces et pires que de la racaille. Ils ont toujours été ainsi. »

« Et cette fois-ci, ils sont capables de lutter à armes égales avec des démons donc … ce ne sont pas ceux que tu as connus dans le passé, Tery. »

Et sur ce point, elle avait raison. C’est pourquoi il n’allait pas retenir ses coups. Sans crier gare, ses deux griffes vinrent s’agrandir et s’allonger, prenant la forme de deux imposantes pattes griffues d’une taille humaine. Les soulevant au-dessus de lui avec une certaine difficulté, il vint les abattre sur deux gnomolds qui lui tournaient le dos, trop concentré à en faire baver à un seul démon.

Hmm … C’était vraiment dégueulasse cette bouillie poilue et ensanglantée sous ses pattes griffues mais bon … Cela en faisait deux de moins. Ce combat ne faisait que commencer … et allait se terminer par la victoire des démons sur la coalition de la surface !

Chapitre 54 : Accepter le danger

Chapitre 54 : Accepter le danger

« Tery ? Elise ? Tous les deux, vous passez devant, d’accord ? Enfin, je dis Elise mais elle doit obéir à tes ordres, Tery, compris ? »

« Pas de soucis, je suis sûr qu’elle se montrera responsable et obéissante. »

Il devait éviter de rire et se retenir pour ne pas avoir de problèmes. C’est pas que ça lui donnait envie de se moquer d’elle mais bon … Le chef de cette petite troupe, voilà tout ! Enfin, surtout d’Elise … même si ça ne changeait pas tant que d’habitude.

« D’ailleurs, vous connaissez bien toute la surface ou alors … »

« On ne connaît pas la globalité mais si on peut faire un petit peu de repérage, je pourrais vous dire où nous sommes et ce qui pourrait nous attendre. »

« Soit, c’est comme ça que nous allons faire alors. Préparez vous tous, on arrive à la surface d’ici une bonne petite demie-heure de ce que j’ai compris ! »

Oui … Ils avaient franchi l’avant-poste dans la grotte, ça lui rappelait quelques souvenirs. C’est vrai, bientôt, ils allaient se retrouver en extérieur, comme auparavant. Cela allait être une très bonne chose … et ils allaient pouvoir reprendre un bol d’air frais … venu de la surface. D’ailleurs, il souriait déjà intérieurement à cause d’une chose.

« Je me demande comment vont être leurs réactions, hahaha … »

« De quelles réactions est-ce que tu parles, Tery ? »

« Tout simplement de leur découverte de la surface. Je te rappelle qu’aucun ne s’est jamais rendu là-bas. Je veux voir leurs yeux s’ouvrir en grand. »

Il lui en fallait très peu pour le rendre heureux, n’est-ce pas ? Pour autant, elle ne pouvait pas nier que cette idée ne la dérangeait pas tellement. En un sens, elle l’approuvait même. Cela serait une bonne chose et surtout, Tery allait pouvoir servir de guide. Par contre, elle avait le pressentiment qu’ils allaient se retrouver encore à Traslord.
Un sentiment qui se confirma bien vite, trois quart d’heures plus tard, lorsqu’une tempête de neige vint les attendre à la sortie de la grotte. Brrr ! Aussitôt, elle commença à faire remonter la température, créant une flamme au bout de l’une de ses mains tandis que Tery était presque désolé en prenant la parole, déclarant :

« Pardon … mais il semblerait que nous soyons dans la section enneigée de Traslord. C’est un royaume qui domine principalement l’élément de l’eau … sous ses trois formes. Le côté glacial est relié à Shunter, le royaume où la terre est l’élément primaire. Il y a un côté aqueux, avec de nombreux îlots, au centre de Traslord et enfin à l’est, il s’agit du côté vaporeux, gazeux … avez une connexion avec Claudiska, le … royaume de l’air. Je dis royaume mais je ne crois pas qu’il y ait de monarchie là-bas. Je ne suis jamais réellement intéressé à leur aspect politique, je dois bien l’avouer. Voilà, vous êtes au courant des bases. Nous sommes donc dans une zone qui n’est pas forcément la meilleure mais il va falloir faire avec malheureusement, je suis désolé pour tout le monde ! »

« Est-ce que tu arrives à te repérer dans tout ça ou non, Tery ? »

« Avec quelques difficultés mais ça devrait aller, je suis préparé au pire. »

Et maintenant, il … devait prendre les devants, c’est bien ça ? Il indiqua à son groupe de se positionner en avant par rapport au reste de l’armée tandis que le commandant, lieutenant, capitaine ? En fait, il ne savait même pas le grade de celui qui dirigeait toute la troupe avec eux. Il n’avait pas posé la question car il n’avait pas senti cela nécessaire.

« Est-ce que ce sont des zones sûres, Tery Vanian ? »

« Pas vraiment. Pour tout vous dire, l’armée de Traslord veut la mort des démons donc si on leur tombe dessus … ou inversement, on devra s’apprêter à une confrontation très musclée. Et ils sont … préparés à nous affronter. La dernière fois que je suis venu ici, autant dire que seuls moi et Elise avons réussi à survivre. »

« Mais sont-ils réellement forts, ces … soldats de Traslord ? »

« Dans l’idéal ? Pas vraiment par rapport à un démon. Simplement, ils sont préparés et savent comment réagir face à nos différences par rapport à eux. Ils ont de l’expérience et c’est pour cela qu’il vaut mieux rester sur nos gardes. »

« Tu ne cherches même pas à exagérer dans un sens ou dans l’autre. Tu fais preuve d’une neutralité absolue dans tes paroles. En un sens, c’est tant mieux. Cela permet de garder la tête froide dans ces circonstances mais … il y a vraiment du monde qui habite dans un tel climat ? Le royaume démoniaque me manque déjà. »

« Oui oui, beaucoup de mondes. Les races se sont habituées aux différents climats. Les citoyens de Traslord possèdent des branchies comme celles des poissons. Cela leur permet de respirer aussi dans l’eau en plus de naturellement hors de celle-ci. »

« Visiblement, les espèces à la surface se sont vraiment développés étrangement. Y a t-il d’autres choses à savoir ? Car nous ne sommes qu’une seule race, celle des démons mais ses capacités à respirer dans l’eau, on peut les obtenir en se dévorant. »

« Il y en a … Du genre, les Mékalarmien sont des êtres humanoïdes recouverts d’écailles et comme des lézards. Leur particularité, c’est que l’on peut aisément deviner quel élément ils manipulent en vue de la couleur de leurs écailles. »

« Ils ne doivent pas avoir une vie facile avec un tel désavantage. Ce sont un peu les victimes de la surface, j’imagine, n’est-ce pas ? »

« Tout le contraire. Ce sont des êtres non pas sanguinaires mais qui ne sont en bonnes relations avec aucun autre royaume. Ils ont une sorte de … démocratie comme politique mais il s’avère que leurs deux dirigeants sont morts par ma faute. A côté, ils sont très développés et n’hésitent pas sur les moyens, même les pires pour arriver à leurs fins. »

« D’accord, ils ne seront pas à prendre à la légère. Nous n’avons pas encore toutes les données en ce qui concerne les différentes races à la surface. »

« C’est bien pour ça que je vous en parle. Claudiska est assez pacifiste et ce sont des êtres hybrides avec des ailes de plumes ou de peau … un peu comme les chauve-souris ou les oiseaux. Ils ont aussi un bec la majorité du temps et leurs femmes sont bien souvent magnifiques. Pour Honoros, il s’agit d’un peuple très porté sur les codes, l’honneur et le respect. Ce sont les êtres les plus grands de la surface, ils ont des oreilles pointues et ils savent très bien se battre. Gagner leur confiance n’est pas facile et ils sont séparés en plusieurs clans avec leurs propres règles et coutumes. »

« Des clans basés sur des règles de conduite et sur l’honneur. Ce sont des principes grandement ignorés dans notre monde. »

« Pas qu’un peu … encore qu’à l’heure actuelle, je n’ai pas à me plaindre de l’armée des démons contrairement à celle où j’étais auparavant. Je veux parler de Shunter. »

« Dans l’armée de Shunter aussi ? Tu as beaucoup à nous apprendre visiblement. »

« Disons qu’en première vue, les autres démons ne me font pas vraiment confiance et qu’à côté, avec l’impossibilité de savoir de quelle lignée je suis, on est un peu … bloqués actuellement. Je ne sais pas si je peux dire ça comme ça. »

Bloqués ? Ce n’était pas vraiment le terme qu’il aurait utilisé en un tel instant mais ce n’était pas le moment d’y réfléchir. Le jeune homme aux cheveux bruns continuait d’amorcer un mouvement pour se diriger plus profondément dans cette tempête de neige. Il était possible de voir qu’il laissait apparaître quelques petites piliers de pierre derrière lui.

« A quoi est-ce que servent ces piliers, Tery ? Tu sembles convaincu de leur utilité. »

« Ils nous permettront de revenir en arrière sous cette tempête. Avec celle-ci, on voit à peine devant nous alors si on doit revenir sans savoir comment nous nous dirigeons, autant dire que ça serait peine perdue et qu’on aura de gros soucis à l’avenir. »

« Intéressant, très intéressant, oui. L’idée est vraiment appréciable. Elle est pourtant des plus basiques mais personne n’y pense sur le moment. Je vais finir par croire que t’avoir pris comme un chefs de l’un de ces groupes a été la meilleure idée qui soit. »

« On va arrêter les éloges sinon Elise va croire que je vais prendre la grosse tête, je ne voudrais pas lui donner raison non plus. » dit-il avec amusement tandis qu’il jetait un regard derrière lui. Où était-elle d’ailleurs ? Il ne tarda pas à le savoir lorsqu’il se prit une boule de neige dans la tête de la part de la jeune femme.

« Et bien, on dirait que l’on commence à se faire vieux, Tery. Je ne pensais pas t’avoir aussi facilement avec une simple boule de neige. » déclara t-elle alors qu’il la voyait à peine parmi cette tempête. Oh … non ! C’était le cas ! Il fallait dire qu’elle avait eut la bonne idée de créer une petite flamme autour d’elle pour qu’on la repère.

« On ne joue pas pendant la marche, mademoiselle Elise, retournez dans les rangs. » ordonna Tery sur un ton ferme et neutre, Elise hoquetant un peu d’étonnement.

« Hein ? Oh … Euh … Oui, bien entendu, je suis déso … »

Elle n’eut pas l’occasion de terminer sa phrase et pour cause : Dès l’instant où elle avait arrêté de produire cette flamme pour revenir auprès d’eux, il avait tout simplement concentré ses pouvoirs terrestres … pour créer une vague de pierre sur laquelle la neige se trouvait et la faire tomber sur Elise.

« Et voilà une demoiselle glacée, une ! » dit-il avec entrain, souriant à sa propre blague.

« Ahem … Tery, un peu de discipline, je te pries. Nous sommes en mission et … il vaudrait mieux ne pas montrer le mauvais exemple aux personnes. »

« Ce n’est pas faux. Je suis même plus que d’accord avec vos propos. Il suffit de les regarder pour comprendre qu’ils n’attendent que ça. Pourtant, il vaut mieux être très sérieux. La dernière fois, si ça s’est si mal passé, c’est que je n’ai pas pris la menace au sérieux et que les autres soldats ont fait de même. »

« Voilà, tu as très vite saisi mes propos. Une perte de vigilance peut mener à la mort, surtout en plein territoire ennemi, n’est-ce pas ? »

« Oh que oui … surtout quand on sait que cela ne les avait pas déranger la dernière fois. »

Oui, d’après ses souvenirs, ils n’avaient pas hésité un seul instant à les trucider, sans même chercher à converser avec eux. Oui, ces soldats de Traslord, il ne pouvait pas les oublier. Il en avait laissé qu’un seul en vie pour transmettre un message important à Royan : Le fait que lui et Elise étaient tous les deux en vie.

« Bref, méfiance est mère de sécurité, tout le monde ! »

« Message bien compris ! Vous avez pas à vous en faire, on va s’en sortir sans aucun problème ! C’est pas comme si c’était effrayant comme balade ! »

Ah … Vraiment, l’insouciance de la jeunesse, n’est-ce pas ? Enfin, il pensait cela mais c’était à peine s’il croyait à ses propres pensées. Il fallait dire que ça ne semblait pas aussi aisé qu’il le ne le croyait. La tempête de neige était beaucoup plus violente que celles qu’il avait jamais connues. Il avait presque l’impression que … cette tempête voulait les emmener quelque part.

« Si ça sent le traquenard, autant dire qu’ils ont intérêt à être bien préparés. »

« Hum … Tery, tu penses que ça serait quelqu’un qui serait responsable de cette tempête de neige ? Est-ce que tu crois que … »

« Je ne me rappelle pas qu’il soit aussi doué pour ça, Elise. Après, ça n’empêche pas que ça pourrait être le cas. Je ne peux rien te dire, je dois t’avouer. »

Il évita de jeter un regard à la mine déçue d’Elise. Bien entendu, provoquer une tempête de neige, ce n’était pas à la portée de n’importe qui. Après, peut-être qu’avec plusieurs sorciers capables de produire une telle chose, ça l’était ? Hum … Il n’était pas sûr, il n’y avait pas tellement réfléchit mais de toute façon, il pavait leur marche avec des cailloux, cela permettra aisément de retrouver leur chemin ensuite … tant que la neige ne les recouvrait pas totalement. Si cela était le cas, ça servait un peu beaucoup à rien.

« Brrr ! Y a pas moyen de se mettre à couvert ou autre, dites ? »

« On pourrait trouver un amoncèlement de rochers … ou le fabriquer. Y a t-il des adeptes de la magie terrestre dans le coin ? Que l’on prépare un semblant de terrain pour ça ! »

Plusieurs mains se levèrent. Bien entendu, c’était au chef du groupe armé de décider si une pause était possible ou non mais vu qu’il leur intimait de faire un mouvement et de préparer tout cela. Ils pouvaient aisément … oui ! Bon, il allait faire les fondations tandis que les autres allaient consolider tout ça. D’ailleurs, créer autant de roche allait juste lui filer une sacrée migraine et il était pas convaincu que ça lui plaise … Ah … Il allait pourtant devoir s’y faire hein ? Mais voilà, il avait prévu un « toit » en pierre qui ressemblait au dôme qu’il avait l’habitude de fabriquer pour se défendre. Comme ça, la neige glissait avant de devoir s’entasser. Il fallait aussi faire que la roche soit assez solide pour ne pas s’affaisser.

« Bon, vu le nombre, ça va être assez dur mais heureusement, je remarque que l’on avait un adepte ou deux dans chaque groupe. »

C’était … étrange. Il avait l’impression qu’il jouait avec une force qui le dépassait. Ils avaient … crée un semblant de grotte ou de gigantesque salle faite de pierre. Ils étaient vraiment à l’abri du froid et de la neige et certains démons avaient produit des flammes. A partir de là, ils étaient à couvert et ne pouvaient que patienter.

« J’arrive pas à croire que notre première expédition à la surface se produise de cette manière. C’est vraiment problématique … ou cataclysmique, ça dépend du point de vue. »

« Disons que nous pouvons réagir en conséquence. Je crois que les élémentalistes de terre, enfin ceux qui sont un peu doués dans cette magie, ne sont pas capables de ce que nous venons de faire. Enfin, ce n’est pas bien important, loin de là. »

Hmm … Il avait du mal à s’exprimer correctement et en fait, il était assis, non loin du feu, cherchant à reprendre son souffle. Dire qu’il en avait bien besoin était un euphémisme. Il était certain qu’ils étaient bien protégé mais à part ça …

Hmm … Juste souffler un peu, ce n’était pas mauvais, loin de là. Hmm … Il ferma les yeux, plongeant dans un repos réparateur. Il faisait confiance à Elise et aux autres pour surveiller les alentours. Il était à nouveau à la surface.

Et s’il prenait son courage à deux et qu’il décidait de fuir ? Pour retourner auprès de Manelena ? Non, c’était trop tard pour s’excuser. C’était impossible. Et puis, se recueillir devant la tombe d’Elen, c’était juste… absurde.

Non, il ne devait pas envisager le meilleur car il n’avait obtenu que le pire. Depuis qu’il était dans le royaume démoniaque, il avait eut cette sensation de libération. Il avait eut le sentiment qu’il n’y avait plus cette voix dans sa tête. Il se sentait bien … et tranquille.

« Tery … Tery … La tempête s’est arrêtée. » murmura une voix féminine tout en la secouant faiblement, tirant Tery de ses rêveries.

« Hum … Hein ? Déjà ? Ca fait combien de temps ? Dix minutes ? »

« Euh plutôt proche d’une heure ou deux. Enfin, cela a fait du bien à tout le monde visiblement. Tant mieux car … nous allons pouvoir repartir. »

« Euh, ça serait plutôt problématique là. J’ai l’impression que l’arrêt de la tempête n’a pas que des bons côtés. » commença à dire un soldat alors que tout le monde attendait de voir de quoi il parlait. Le soldat démoniaque était revenu dans la fameuse grotte qu’ils avaient formée.

« Comment ça ? Ton exploration des environs a donné quelque chose ? »

« Justement, ça n’a rien donné. Les pierres que Tery avait disséminées sont toujours présentes même si on les voit difficilement. Par contre, certains sont brisées, comme si quelqu’un ou quelque chose était passé dans les environs. »

« Donc nous ne sommes pas seuls et la tempête est sûrement leur œuvre. C’est rassurant. »
Une petite touche d’ironie faisait toujours du bien par où elle passait. Pour autant, Tery avait finit par se lever après les dires du chef du groupe armée, le regardant avant de demander :

« Que faisons-nous ? On tente de les trouver ? Le souci va être avec nos traces de pas. Eux seront sûrement capable de faire disparaître les leurs mais de notre côté, il faut considérer que c’est foutu. On est pas capables de lutter de la sorte. Enfin, de mon côté, je ne sais clairement pas gérer une telle situation, je préfère ne pas mentir. »

« Nous avons quelques manieurs de l’élément aqueux. J’imagine que pour les traces et faire disparaître nos pistes, cela devrait aller. Par contre, pour trouver celle des ennemis, si nous sommes en plus dans leurs domaines, autant considérer que c’est foutu. »

Ils étaient … malheureusement d’accord tous les deux. Et visiblement, ils n’étaient pas seuls, tous pensant la même chose à ce sujet. Le jeune homme aux cheveux bruns se massa un peu le front, encore un peu endormi avant de reprendre :

« Bon ben … Euh … Désolé du sommeil, surtout que dormir pendant une tempête de neige, c’est un coup à ne pas se réveiller. »

« Il faudra faire attention … mais nous n’avons pas choisi le climat le plus aisé. »

C’est vrai qu’il n’aurait pas dit non à se retrouver dans Shunter mais … entre Manelena ou sa mère, il préférait ne pas les retrouver en face à face. Comment pourrait-il ensuite les regarder droit dans les yeux comme si de rien n’était ?

« De toute façon, il nous faut sortir de cet endroit. Vous allez ressserer les rangs et nous nous débrouillerons en conséquence, voilà tout. »

C’était la tactique la plus logique qui soit. S’ils évitaient de se séparer, cela permettrait de ne pas se faire prendre dans un guet-apens … même si le risque d’une attaque en tenaille restait très forte. Ils n’étaient « qu’une » centaine, ce n’était pas à oublier.

« Bon ! Reprenez tous vos affaires, on retourne sur le terrain dès maintenant ! Et plus vite que ça, est-ce bien compris ? Que les chefs de groupe se préparent ! »

Ah, c’était donc à son tour. Il évitait de signaler qu’il avait un peu honte de s’être endormi aussi aisément mais Elise lui faisait un petit sourire pour bien signaler que ce n’était pas grave. Simplement, il en avait besoin et en vue de sa cadence à utiliser ses pouvoirs magiques, c’était normal qu’il ait été épuisé.

Et il en était de même pour les autres soldats. Contrairement à ce qu’il pensait, il n’avait pas été le seul à se reposer hein ? Tous ceux qui avaient aidé à la conception de cette grotte avaient eut besoin de souffler. Par contre, elle lui signala que la prochaine fois, s’ils se retrouvent tout seuls, elle ne voudra pas d’excuses pour ne pas avoir un petit toit sous lequel se replier et se cacher hein ?

« Hahaha, d’accord, d’accord mais si j’ai réussi ça, c’est simplement grâce au soutien de tout le monde hein ? Sans les autres, je n’aurai pas put accomplir une telle chose. »

« Oui oui … Mais juste pour nous deux, ça suffit amplement. Je demande pas le grand luxe. Tu ne pourras pas t’enfuir, Tery. »

Il ne comptait pas s’enfuir, hahaha. Maintenant qu’ils étaient dehors, il pouvait surtout faire profiter le reste de l’armée du soleil dans les cieux. Oui, vu qu’il n’y avait plus de tempête, le ciel était complètement dégagé et donc, c’était parfait.

« Ah ! J’avais lu ça dans un livre ! Ca s’appelle le soleil non ? Paraîtrait que c’est une boule de feu gigantesque qui flotte en permanence dans les cieux. »

Se retenir de sourire bêtement. C’était comme la dernière fois. Les voir aussi surpris et étonnés, c’était vraiment merveilleux. Ils n’étaient pas en colonie de vacances mais le seul point un peu triste dans tout ça, c’était bien le fait que … tout simplement … ils étaient une armée et non pas là tout simplement pour le plaisir de la découverte.
L’autre problème résidait simplement dans … le fait qu’après un quart de marche tout en laissant à nouveau quelques pierres derrière lui, ils avaient été obligés de s’arrêter. Pourquoi cela ? A cause de ce qui se trouvait en face d’eux … et sur les côtés.

« Cette troupe est bien plus grande que les précédentes. » murmura une voix masculine alors que Tery s’était immobilisé en la reconnaissant.

« Il semblerait que les démons aient décidé de sortir le grand jeu. Néanmoins, cela servira de parfait exemple pour voir si nos trois armées peuvent se coordonner. » déclara une nouvelle voix, féminine cette fois.

« Héhéhéhé … Ne vous en faites pas, les démons vont être très rapidement mis en pièces, comme il se doit. Il ne restera plus rien d’eux. »

« Merde, c’est pas possible ?! C’est une blague ?! »

Il avait cru reconnaître ce petit ricanement mais … non, ce n’était pas lui mais ça ne changeait rien au fait : il y avait … bien des gnomolds ici aussi ? DES GNOMOLDS ?! Avec l’armée de Shunter ?! Et de Traslord ?! Qu’est-ce que … cela veut dire ? Comment est-ce possible ? Qu’est-ce qu’ils font là ? Ils ne savent pas encore qu’ils sont présents mais …

Chapitre 53 : Retour à Traslord

Chapitre 53 : Retour à Traslord

« Pfiou … Heureusement que nous avons été choisi, Tery. »

« A qui le dis-tu ? Et on m’a signalé que je n’étais pas forcé de prendre cette armure. »

Autant dire qu’il ne trouvait pas cela déplaisant. On lui avait simplement dit que si vraiment c’était nécessaire, il pouvait tout simplement la porter quand il le fallait mais que pour le moment, il n’y avait pas besoin de ça. Ils avaient une autre mission à remplir tous les deux et ils allaient devoir l’accomplir sans même se poser de questions.

« Tu sais de quoi il s’agit, toi ? Nous devons nous préparer au déplacement … hein ? »

« Pas le moins du monde, Tery. Je sais juste qu’ils m’ont dit que mon armure de cuir sera suffisante pour ce qu’ils comptent faire de nous. Visiblement, le fait que nous ayons déjà été à la surface est un avantage qu’ils ne veulent pas négliger. Je ne vois pas où mais j’ai préféré ne pas poser de question à ce sujet. On nous expliquera ça en temps et en heure. »

Pas faux. Là, ils devaient quitter le château royal et se préparer tout simplement à une marche, très longue marche jusqu’à l’endroit du rendez-vous. Même s’ils étaient engagés pour servir l’armée démoniaque, chaque soldat pouvait rentrer chez soi. Ce n’était pas comme à la surface. Il semblerait que beaucoup de choses changeaient par rapport à Shunter, non pas qu’il trouvait cela déplaisant, loin de là.

« Nous demander de venir au centre de la capitale … J’imagine que ça fait référence à ça hein ? » dit-elle calmement en désignant l’imposant pilier de pierre, comme une tour gigantesque, qui traversait le plafond et semblait justement ne pas avoir de limite.

« A peu de choses près … oui. C’est là-bas qu’on a rendez-vous non ? »

« C’est ça. Il n’y a pas vraiment d’heure qui a été donnée mais à part ça, on doit s’y rendre. Tu crois qu’on va devoir grimper les étages ? Comme celle de Claudiska ? »

« Sincèrement … Je n’espère pas. Je ne suis pas sûr que mon corps tiendra. Par contre, je me demande si cette tour permet d’aller vers les strates supérieures. J’ai l’impression que oui. Ca serait pas une si mauvaise chose, hein ? »

Hochement de tête positif de la part de la demoiselle. Elle approuvait totalement ses dires à ce sujet. Tant mieux. Ils allaient pas se disputer pour rien, non plus. Il fallait juste vérifier l’état de l’équipement, être sûr qu’ils avaient tout ce qu’il fallait et c’était bon.

« Nous pouvons y aller, Elise. De mon côté, c’est bon. Et toi ? Niveau armes ? »

« J’ai ce qu’il faut pour mes armes. Mon armure est déjà sur moi. Je suis plus que prête ! »

« Tant mieux alors, ne perdons pas plus de temps et ne tergiversons pas plus que nécessaire à ce sujet, nous … Quoi ? Me dit pas que … »

« Si si, ta façon de parler, tout ça. Il ne manque plus que les courbettes et les ronds-de-jambe. Est-ce que je dois m’incliner devant toi, Tery ? »

TSSS ! Ele se moquait ouvertement de lui mais il fit semblant de ne pas l’entendre. Commençant la marche, voilà que les deux personnes discutèrent à peine pendant la route. Cela allait mettre peut-être une bonne heure mais qu’importe, ils avaient du temps devant eux et rien ne pressait réellement de toute façon.

L’heure se déroula paisiblement, Tery comme Elise regardant principalement les allées autour d’eux. Le jeune homme montrait parfois du doigt ce qui se trouvait derrière une vitrine tandis qu’Elise acquiesçait d’un mouvement de la tête, souriante, parfois en rigolant. Enfin, la tour se présenta à eux, de nombreux soldats étant déjà présents.

« Bon ben, reste plus qu’à attendre les gradés, Elise. » dit calmement Tery, restant parfaitement droit et immobile en levant les yeux vers la tour.

« Pas faux … mais bon. J’espère que ça ne sera pas trop long. Hum ? »

Quoi ? Pourquoi ce hum si peu engageant ? Il regarda sa « petite soeur » alors qu’elle lui faisait un mouvement de la tête pour désigner la tour. La base de celle-ci était en train de s’ouvrir, ce n’était pas une double porte … non, c’était une seule porte, gigantesque, qui devait être aussi grande qu’un manoir. Oui, il n’exagérait pas. Il était vrai que la tour était colossale mais en se basant sur la porte, il remarquait maintenant que même en terme de diamètre, elle était imposante, bien plus que celle des archimages. Mais là n’était pas le souci, elle lui donna un petit coup dans la hanche, lui arrachant un léger cri de douleur.

« Regarde … C’est quoi cette plate-forme ? »

« J’en sais rien du tout … mais ça n’a pas l’air vraiment rassurant. » dit-il en essayant de rester calme, ce qui était bien plus difficile qu’il ne le pensait.

Bien qu’ils n’étaient pas si près de la tour, il était possible de voir, à travers l’espace entre les soldats, cette fameuse plate-forme … elle pouvait permettre à combien de personnes d’aller dessus ? Au moins une bonne centaine, non ? Il ne savait pas le chiffre exact mais il n’y avait clairement de quoi prendre une sacrée troupe dedans.

« Tu penses que l’on va devoir monter dedans, Elise ? »

« Y a de fortes chances que oui, Tery. Tu crois que ça sert à quoi ça ? Je me disais … peut-être que ça peut nous servir d’élévateur ? Tu as pas déjà vu cela dans les grandes villes ? Tu déposes des marchandises sur un plateau et avec un ensemble de roues et d’engrenages, tu peux faire que tout ça est soulevé à un étage supérieur. »

« Oui, je vois de quoi tu parles … mais je n’imaginais pas à cette échelle là si tu veux tout savoir. C’est tout simplement immense. »

« J’ai l’impression qu’il y a de l’écho. Enfin, même les autres soldats semblent impressionnés, pas tous, mais une bonne partie. On aura pas l’air de deux clampins venus d’une ferme. »

Il ne savait pas s’il devait rire à cette remarque mais il fit un léger sourire comme pour montrer qu’il trouvait cela amusant néanmoins. Bon ben, est-ce qu’il y aurait assez de place pour tout le monde ? Car ils étaient plutôt nombreux.

Pendant qu’il s’amusait à faire le compte des personnes autour de lui, Elise le regarda faire, soupirant en plaçant une main sur sa hanche. C’est vrai que depuis qu’elle avait utilisé une arme pour les tests, il devait comprendre qu’elle savait se défendre.

« BON ! METTEZ VOUS TOUS EN FILE INDIENNE ET QUE CA SAUTE ! »

Tery sursauta sur le coup, ne s’attendant pas à un tel cri, regardant de tous les côtés alors qu’Elise le prenait par le bras, l’invitant à la suivre rapidement. Hop hop hop ! Déjà, ils étaient l’un derrière l’autre en bout de file. Il valait mieux ne pas chercher les ennuis.

« Boooooooooon ! J’ai normalement une liste d’appels. Vous allez donc me répondre quand j’arriverai à votre nom, compris ?! »

« Bon ben, on dirait que c’est pas le même que la dernière fois. J’imagine qu’on ne pourra même pas voir sa tête … encore qu’on est pas si nombreux que ça. »

« Tery, chut … Tais-toi si tu ne veux pas avoir d’ennuis. On est dans l’armée, ici, on doit obéir même si ça ne me plaît que moyennement. »

Bah ! Lui, il était rôdé. Par contre, il était vrai que tout le monde n’était pas forcément Manelena et qu’il valait peut-être mieux se calmer et ne pas trop l’ouvrir s’il ne voulait pas avoir de gros soucis. Ouais … C’était parfois mieux pour vivre un peu plus longtemps dans ce monde hostile et cruel, tout ça quoi.

« TERY VANIAN ! » hurla la même voix masculine qu’auparavant.

« PRESENT ! » répondit-il sur le même volume en se tenant droit. Il avait donné son nom de famille d’ailleurs ? Oh, sûrement ! Il en était fier et il était hors de question d’abandonner son seul lien qui le liait encore avec la surface.
Il entendit le nom d’Elise mais pas son nom de famille. Est-ce qu’il fallait cacher le fait qu’elle était de sang royal ? Bonne question mais peut-être que tout simplement, elle n’avait pas chercher à le dévoiler, contrairement à lui.

« Bon bon bon … Tant mieux, y en a eut aucun qui a décidé de faire faux-bond aujourd’hui. On va peut-être pouvoir faire quelque chose de ce groupe, tiens ! »

« Je crois qu’il faut prendre ça comme un compliment, Elise. » chuchota Tery tout en rigolant, Elise lui donnant un nouveau coup mais cette fois-ci de pied dans le derrière.

« Arrêtes donc tes bêtises, Tery. On va se faire remarquer ! Encore que les autres démons semblent guère mieux que toi. Dans quoi est-ce que je me suis engagée, moi ? »

« Dans l’armée, ma petite dame. Vous verrez qu’on y est bien ! » dit le jeune homme aux cheveux bruns dans un grand sourire.

« Pourquoi je sens que ça ne va pas être une promenade de santé avec toi, Tery ? »

« Sûrement ton petit doigt qui te l’a dit … et ne t’en fait pas, je te protégerai. »

Une réplique un peu bateau mais qui faisait toujours mouche, n’est-ce pas ? Pour autant, elle ne cherche pas à le contredire, ne lui offrant qu’un nouveau sourire tandis qu’ils attendaient tout simplement la suite des événements. Est-ce qu’ils allaient rester toujours en file indienne, tout ça ? Il n’en savait strictement rien.

« Tery, tu restes sage maintenant, c’est bien compris ? »

« Oui maman … Je te promets d’être aussi sage qu’une image. Est-ce que tu me fais confiance quand je te dis ça ou pas ? »

« Pas le moins du monde, c’est bien pour ça que je suis plus inquiète qu’autre chose. »

« Ce manque de confiance me fait sérieusement mal, Elise. Mon coeur saigne à ces propos qui sont autant de coups de poignard à mon coeur que … »

« Bla bla bla, Tery. Je ne tomberai pas dans le panneau à ce sujet. Je ne sais pas une jeune femme aussi naïve, comme tu aimerais le croire. »

Hahaha. Bon … Chut ! C’était sérieux, ils étaient entourés par de nombreux soldats et il savait bien que certains s’étaient tournés vers eux. Bon ben hey ! Le spectacle était terminé ! La représentation venait de s’arrêter ! Circulez, y avait plus rien à avoir !

« Si vous êtes tous si enjoués à cette idée, on va y aller directement ! Dirigez-vous vers le plateau et interdiction de bouger quand vous serez dessus, compris ?! Et soyez tous en file indienne encore une fois ! »

PFIOU ! Pas commode le gaillard mais il valait mieux lui obéir s’il ne voulait pas avoir de soucis. Prêt à l’écouter, Tery avança comme les autres en direction du plateau fait de métal et de bois. Quelques minutes plus tard, ils étaient à nouveau tous alignés les uns derrière les autres. La même voix se fit ressentir :

« BON ! On va y aller hein ? Et je vous préviens, je veux aucun chouinement ou dégueulis pendant que l’on monte ! ALLEZ VOUS AUTRES ! Activez-moi ce bordel ! »

Activer ? Hum … Il comprit rapidement où il voulait en venir quand il sentit un poids le frapper sur le sommet du crâne. Il avait l’impression qu’on venait de lui poser une bœuf sur le dos, le faisant courber en avant. Il remarqua que certains démons étaient déjà allongés sur le sol, d’autres tendant vailamment de rester droits.

« Hey … Hey … Tery … C’est quoi ça ? Il se passe quoi ? »

« J’en sais vraiment rien, Elise. Tiens bon … C’est tout ce que je peux dire. Affirmes tes appuis et ça devrait être bon ! »

Le truc, c’est qu’il n’était même pas sûr que ça soit vraiment efficace pour lui-même mais qu’importe ! Il se positionna bien tout en soupirant. Pfiou … C’était la première épreuve, n’est-ce pas ? Car là, il fallait avouer qu’il devait avoir le corps bien accroché car il sentait à peine ce dernier lui répondre. Cela ne dura pas quelques secondes, non, cela prit plusieurs minutes et il commençait à avoir une sérieuse nausée à force.

Pour autant, il serrait les dents, par principe, pour bien montrer qu’il était capable de tenir bon. Pfiou … Allez ! Motivation ! Il arrivait à tenir le coup ! Il devait prouver que … WOOOOW ! Ses pieds quittèrent le sol subitement lorsque le plateau s’arrêta, le faisant sauter sur un bon mètre de hauteur.
Heureusement, il arriva à retrouver ses appuis bien qu’il ne s’était clairement pas attendu à ça, encore sous le choc. Elise était à quatre pattes, haletante, une main posée sur sa bouche tandis que lui-même espérait que c’était terminé car sinon … il ne donnait pas cher de son repas et du reste. Wow … son bide. Il … avait très mal au bide, oui.

« Bon et bien, combien ont réussi à rester debout cette fois ? MOUARF ! Juste une bonne dizaine, rien que ça. C’est vraiment pas glorieux les gars. Je suis presque déçu de vous … Ouais en fait, non, je le suis carrément. Bon au moins, les dix qui ont réussi à rester debout, vous dirigerez chacun un groupe ! »

YOUPI ! Enfin quoi ? Il allait devoir faire quoi lui ? Il était pas motivé à ça ! Enfin, il voulait pas diriger une troupe. Il n’était pas fait pour commander hein ? Mais difficile de pouvoir ouvrir la bouche sinon, il allait redécorer le sol, certains l’ayant déjà fait. Pour autant, lorsque la porte en bois s’ouvrit, ils se retrouvaient … encore dans une ville … bien moins imposante que la capitale, bien entendu.

« Ah ! On vous attendait, vous tous. C’est donc vous qui allez vous charger de la surface ? C’est pas trop loin d’ici. Y a eut quelques groupes d’éclaireurs mais à part un seul, il y a de cela quelques semaines ou mois, aucun n’est revenu. J’imagine que vous allez vous en charger vous-mêmes. Vous êtes une troupe d’élite. »

« Ouais … L’élite, on va voir ça en combat. J’ai un peu de mal à y croire personnellement. BON ! PETITE PAUSE DE QUINZE MINUTES ! Que certains d’entre vous aillent boire ou se laver le visage, surtout avec le reste de vos repas peints dessus ! »

Tery s’était juste posé à côté d’un mur, cherchant à reprendre ses esprits. Wow … Bon … Elise ? Il l’avait tiré contre le bras, la jeune femme étant tout simplement assise, tête posée sur ses genoux avant de marmonner :

« J’ai fait quoi pour mériter un pareil sort ? Mon corps supporte pas … les émotions fortes. Je me sens mal … maman. »

« Si je m’attendais à ça, je crois bien que tout mon être n’était pas prêt en fait … Ooooh. »

« Je veux bien te croire, Tery mais … Ah … C’est dur comme première étape mais on y est bientôt arrivé, non ? Nous sommes … bientôt retournés à la surface et …. »

« HEY ! TOI ! Tu étais parmi ceux qui arrivaient à tenir debout non ? » s’exprima une voix assez forte, Tery relevant son visage vers le démon qui lui parlait.

« C’est le cas … Il y a un souci ou … autre ? Je peux faire quelque chose ? »

« Oui, bien entendu que tu peux faire quelque chose … et tu vas faire quelque chose ! Je vais avoir besoin de toi pour monter une troupe d’éclaireurs. Trouves les gars qu’il te faut ! »

Aie aie ! Oui, oui chef ! Bien chef ! Il s’était exprimé de la sorte alors qu’il n’avait même pas le temps de souffler. Pourtant, il se tourna vers Elise, la pointant de doigt avant de dire :

« Bon ben, mademoiselle Elise, vous venez de rejoindre ma troupe ! Félicitations à vous ! »

« Je ne sais pas trop si je dois être enchantée par cette nouvelle mais on va faire comme si c’était le cas. Youpi ! Vas vite chercher les autres ! »

Hum … Vu qu’ils n’avaient pas de lourdes armures, est-ce qu’il devait envisager de prendre quelques démons qui étaient plutôt bien couverts ? Ouais … mais d’autres qui étaient capables de se battre correctement ou de se déplacer rapidement. Tout ça lui semblait plutôt être une bonne chose mais maintenant … il fallait voir si …

« Euh ouais ? Ben pourquoi pas ! Si je me trompes pas, tu étais le démon dans la grosse armure lors des tests, non ? T’as l’air plutôt rassurant. »

« Pas de soucis pour moi, juste, il peut venir aussi ? On s’est engagé en même temps tous les deux. Ca serait bête … enfin à vous de voir. »

Euh … Il s’attendait plus à des refus qu’à des acceptations de leurs parts. C’était étonnant, dans le bon sens. Alors, quand ce démon lui demanda de prendre son ami, Tery ne pouvait pas refuser vu qu’il avait fait de même avec Elise. Finalement, le groupe ne fut pas bien difficilement à former, à sa grande surprise.

« Ah ouais ? Ca me semble plutôt homogène. T’as l’air d’avoir l’habitude ou je me trompe ? »

« On va dire que j’ai été « chef » de mon groupe pendant quelques années et il y avait certaines personnalités un peu fortes mais de là à dire que je me débrouille, c’est un pas que je n’oserai pas franchir ou mettre en valeur. »

« Ben ça va être l’occasion car le roi lui-même m’a demandé de te surveiller pour voir comment tu te débrouilles. Semblerait que tu te sois fait remarqué au château. Enfin, j’ai pas rencontré le roi personnellement mais on m’a transmis un message à ton sujet. »

« Ah ! Je vois pas pourquoi je suis autant d’intérêt pour le roi mais bon, j’en reste flatté. Vous en faites pas, moi et mes golems et le reste de mon groupe, on va gérer ça ! Est-ce que vous avez été mis au courant que nous avons déjà été à la surface ? »

« Plutôt que vous en proveniez tous les deux, ouais, on m’a prévenu. »

« Ah … Bon au moins, de toute façon, avec les rumeurs, vous auriez été prévenu depuis belle lurette mais oui … Nous sommes tous les deux originaires de la surface. » répondit Tery, un peu embêté que cette nouvelle soit connue aussi rapidement.

« Bah, je juge pas sur les origines mais sur le terrain. Débrouillez-vous pour montrer comment vous avez survécu jusqu’à ce jour et ça sera amplement suffisant. En plus, vous n’avez pas l’air d’avoir l’odeur de sang sur vos êtres. On dirait que vous êtes des démons encore purs. C’est trop rare pour ne pas être remarqué. J’imagine que c’est ce qui a incité certains à accepter votre proposition pour qu’ils vous rejoignent. »

« Peut-être. Je n’ai pas trop réfléchit à leurs raisons. S’ils acceptent, tant mieux. »

« N’oubliez pas que vous avez la vie de ces démons et démones dorénavant. »

Bien entendu. Enfin, c’était vraiment étrange qu’un grade militaire lui fasse une telle remarque, du moins, dans le monde démoniaque. Il s’était plus attendu à du chacun pour sa peau et que les plus forts survivent … comme dans la strate supérieure, quoi.

« Pas de soucis, le message est très bien passé. Je ferais tout pour qu’ils survivent du mieux que je le peux. Je ne peux pas le promettre par contre. »

« C’est tout ce dont j’avais besoin de savoir. Je vais aller voir si les autres chefs ont déjà formé leurs groupes. Vous avez été les plus rapides. »

Ce n’était pas une course de toute façon. Enfin, cela restait rassurant de se dire qu’ils étaient assez aptes pour se débrouiller ainsi. Le démon à la chevelure brune laissa partir celui qui alalit tous les diriger durant cette mission, reposant son regard sur Elise.

« Je ne me connaissais pas des capacités de chef, comme quoi … »

« Attention à ne pas prendre la grosse tête non plus, Tery. Par contre, tu ne devrais pas poser quelques questions aux membres de notre groupe ? »

Hmm ? Si c’était par rapport à leurs compétences et domaines de prédilection, c’était déjà le cas. Oh bien entendu, il n’avait pas noter sur un bout de papier à ce sujet mais voilà, il connaissait les éléments majeurs de chacun et leurs façons de se battre. A partir de là, il n’y avait pas besoin de vraiment plus non plus.

« On dirait presque que tu t’attendais à cela ou je me trompe ? »

« Ca serait très mal me connaître, Elise. Tu sais aussi bien que moi que je suis adepte des imprévus hein ? Donc bon … »

« Survivons à cette nouvelle session à la surface, ça sera déjà une bonne chose. »

Oh ? Elle coupait court à la conversation ? Elle n’avait pas envie de communiquer plus que nécessaire ? Ou simplement, elle pensait qu’il allait encore dire une bêtise, ce qui serait assez vexant en soi mais compréhensible.


OUAIS MAIS NON ! C’était vexant. Il n’avait pas commis de bêtises ou autres. Pour autant, ça ne voulait pas dire qu’il n’allait pas en produire mais … pour le moment, il n’y avait aucune raison de lui en vouloir. Il se comportait sagement … mais bon, avec tout ça, ça voulait dire qu’il allait devoir faire attention aux autres.

Rah … C’était juste de parfaits inconnus, des démons qui devaient être issus de certaines lignées nobles et qui pourtant, n’avaient pas l’air exubérants. Peut-être qu’ils étaient les moutons noirs de la famille ? Que rien ne les attendait réellement ? Enfin, ce n’était pas à lui d’y réfléchir plus à ce sujet. Car oui … De son côté, même dans la capitale, il ne savait toujours pas qui il était réellement.

Chapitre 52 : Des êtres brisés

Chapitre 52 : Des êtres brisés

« Tiens, voilà une nouvelle fournée de démon qui arrivent. »

« A croire qu’ils ne comprennent pas la leçon. Ils en arrivent toutes les semaines. Heureusement qu’ils sont peu endurants, ils claquent si vite entre nos griffes. »

Un être reptilien, humanoïde mais recouvert d’écailles jaunes. Sa langue siffle un peu hors de sa bouche tandis qu’il observe de nombreuses cages tirées par des montures à trois têtes et quadrupèdes. Héhéhé … parfait, vraiment parfait.

« Qu’est-ce que l’on va pouvoir faire de ce petit surplus ? »

« Mon… MONSTRES ! ON VA VOUS EXTERMINER ! » hurla l’un des démons dans l’une des cages, commençant à la faire trembler en se maintenant aux barreaux.

« En voilà encore un bien vivace malgré les événements. Pas besoin de sédatifs. Il est parfait pour administrer une leçon aux autres. Arrêtez-vous et ouvrez cette cage. »

« Vous êtes sûrs ? On a mis tous les teigneux au même endroit, pas certains que ça soit une bonne idée, je veux pas dir mais … »

« Exécution. » ordonna le mékarlarmien sur un ton sec, sa langue fouettant l’air de mécontentement. En même temps, il sortait une épée longue dont la lame irradiait d’une belle lumière blanche, comme si elle était possédée par une magie sainte. En même temps, il avait retiré une partie de ses vêtements, laissant apparaître une armure d’écailles blanche, chose plutôt saugrenue sur un mékalarmien.

« Comme vous voulez mais moi, je préfère ensuite attendre, je ne me mêle pas de ça. »

« Tss ! Je vous jure, j’espère pour toi que tu ne possèdes pas les lignes de Zélisia … enfin, cela te donnerait une certaine utilité. »

Bon, puisqu’il aimait jouer la provocation, qu’à cela ne tienne ! D’un geste rapide, il ouvrit la cache où s’exaltait l’un des démons, celui-ci profitant aussitôt de l’ouverture pour foncer droit vers le mélakarmien en armure d’écailles blanches. Celui-ci ne fit même pas un mouvement pour tenter d’y échapper, regardant la main transformée en griffe venir se briser sur les écailles comme si de rien n’était.

« Tu as fini ? Simple déchet obscur … Au moins, ton cadavre servira pour les futures expériences prévues à ce sujet. »

La lame de l’épée se planta dans le corps du démon, comme si de rien n’était, et cela avec une aisance plus que certaine. Parcouru de soubresauts, le démon émit quelques gargouillis avant que des veines blanches n’apparaissent sur la globalité de son être.

« Vous êtes pathétiques, vous autres, démons. Vous pensez qu’en possédant les lignes d’Alzar, vous êtes surpuissants mais c’est là tout l’inverse. Vous êtes incapables de résister à la magie pure issue des lignes de Zélisia. Cela vous fait atrocement souffrir et vous êtes tout simplement destinés à nous être utiles. Adieu, larve. »

Quelques secondes plus tard, il ne restait plus rien du corps du démon, celui-ci s’étant retrouvé en cendres. Alors que d’autres démons s’apprêtaient à sortir de la cage, voilà que le mékalarmien vint leur barrer le passage, sourire mauvais aux lèvres.

« Vous préférez mourir maintenant d’une façon atroce ou attendre un peu ? Vous pouvez aussi vous dévorer entre vous pour que l’un obtienne une force assez suffisante pour nous tenir tête. Vous n’êtes qu’une bande de sauvages dégénérés et cosanguins, seulement aptes à vivre parmi les leurs pendant des millénaires. Ce que vous pensiez être votre force est votre plus grosse faiblesse maintenant. Laissez-vous mourir. »

Ce n’était pas dans leurs habitudes d’être effrayés … comme ce n’était pas dans leurs habitudes d’être considérés comme des moins-que-riens. Oui, dans le regard reptilien de ce mékalarmien, il n’y avait que du dédain, comme s’ils n’étaient que de simples objets. La cage fut refermée, avant que toute la troupe ne puisse continuer sa route.

« Pas mal, pas mal, ces armures … et ces armes. C’est intéressant de voir ce que l’on peut en sacrifiant quelques uns d’entre nous pour prendre l’ascendant sur ces démons. »

Le sacrifice de certains au bénéfice des autres. Ces royaumes voisins qui pensaient prendre l’ascendant sur eux, avec leur guerre ridicule contre les démons. Ils ne pouvaient pas comprendre l’importance de la force et de la puissance dans ce monde. Et surtout, il était hors de question de collaborer avec eux … depuis la mort des derniers dirigeants.

« Avec ce que l’on a prévu pour ces démons, les autres royaumes se plieront à nous. »

Oh bien entendu, se plier … reviendrait à devenir de simples terrains d’études. Il n’y avait aucune chance que les autres royaumes puissent retrouver une existence normale lorsqu’ils se soumettront à la grande Mékalarma ! Ailleurs, dans ce qui semblait être un imposant bâtiment fait de pierre, de nombreux cris strident se firent entendre, plusieurs Mékalarmiens discutant entre eux, entourés par quelques cages et prisons :

« Alors, où est-ce que ça en est pour la séparation des types ? »

« Difficile, c’est très difficile à concevoir. On a jamais assez de démons sous la main pour ça. On ne sait pas si la transformation se produit différemment suivant le démon dévoré ou suivant le démon qui dévore. De même, on ne sait pas si les liens familiaux donnent plus de résultat ou non. Ah ! Il nous faut plus de démons ! »

« On pourrait peut-être aller les chercher à la source plutôt que d’attendre qu’ils sortent ? »

« C’est déjà ce que l’on fait un peu. On a réussi à traverser quelques unes de leurs avant-garde. C’est pas aussi simple qu’il y paraît. C’est salement protégé et ils ont des murs sacrément costauds mais avec nos nouvelles armes et armures, on y arrive. On a été capturé quelques villages pour les ramener par ici. On regarde aussi s’ils se reproduisent rapidement ou non. De ce côté, les résultats sont mauvais. Ils mettent trop de temps. »

« Ah par contre, j’ai cru lire des données comme quoi ces démons peuvent vieillir plus lentement que les autres races. Enfin ces « purs » démons, rien à avoir les très rares engeances à moitié humaines et démoniaques. Elles, elles restent basées sur la même longévité. »

« Tsss … Et d’ailleurs, pour les fuyards, on a réussi à les récupérer ? »

« Ils sont toujours en fuite. Certains mékalarmiens ne valent pas mieux que les autres races de ce monde. Comment osent-ils tout simplement s’enfuir ? »

« Le sacrifice de quelques uns permettra la grandeur de Mékalarma ! »

« Exactement ! Leurs familles seront récompensées, leurs lignées vantées ! Mais non, ils ne pensent qu’à leur petite personne et à rien d’autre. Tsss … »

« Nous ne pouvons rien espérer de mékalarmiens aussi ridicules que ces derniers ! »

Et les voilà à nouveau en train de parler de tout ce qui se passait autour d’eux. Entre ces mékarlarmiens qui prenaient la fuite, les démons qu’ils utilisaient comme expérience et tout ce travail qui arrivait sans interruption, ils avaient encore beaucoup à faire.

« D’ailleurs, ces nouvelles arènes sont intéressantes. Avec les événements de ces dernières années, notre peuple a besoin de se passer les nerfs sur ces démons et les autres peuples qui tentent encore d’espérer que nous leur avons pardonnés. »

« A qui le dis-tu ! J’aime voir ces démons tenter de survivre du mieux qu’ils le peuvent et finir par être torturés. De toute façon, leurs corps, même morts, servent nos intérêt. »

« Oh … Moi, ce sont ceux qui tentent de venir nous attaquer.Quand ils tentent de s’en prendre aux citoyens dans les gradins mais que nos barrières saintes nous protègent, j’aime les voir souffrir et hurler, surtout s’ils tentent d’y venir au corps à corps. »

« Hahahaha ! On ne t’a pas déjà dit que tu avais un petit côté sadique pas vraiment déplaisant, toi ? Je pense pareil de mon côté ! »

« Ouais ouais, pas de compliments comme ça, j’y crois pas. Allez, on retourne au boulot, n’oublie pas ta fourche, y a certains cadavres qui sont un peu trop lourds. »

« Même s’ils le sont pas, je touche pas ces démons avec mes mains. Et puis quoi encore ? J’ai pas envie de me salir et d’être infecté. »

Nouveaux éclats de rire accompagnés de sifflements. Les deux mékalarmiens récupèrent d’imposantes fourches de métal à deux branches, les pointes étant faites d’une autre composition métallique que le reste de l’arme. Autour d’eux, de nombreuses cages s’affolaient, d’autres n’ayant plus aucune réaction à l’intérieur.

« Ils sont très excités encore. On en a pas nourris, ou quoi ? »

« C’est plutôt le contraire, certains ont été nourris récemment avec les cadavres d’autres cages. Bon, on se rend à la section « cornue ». On va voir ce que les résultats vont donner avant la récupération de cadavres ! »

Et pendant qu’ils marchaient pour s’éloigner, seuls quelques grognements, sanglots et pleurs se firent entendre dans le couloir où les deux lézards humanoïdes venaient de s’enfoncer.

Ailleurs, dans un royaume bien plus sec et aride, plusieurs centaines d’hommes et femmes aux longues oreilles et à la taille colossale se font face. Armés jusqu’aux dents, couverts d’armure de cuir, de peau ou d’écailles pour les protéger. Pour autant, aucun ne semble belliqueux envers l’autre. Non, cela semble être le contraire. De grands sourires se dessinent sur les lèvres alors qu’un homme avance en même temps qu’une femme en face de lui.

« Bien bien … On s’y attendait un peu mais ça fait vraiment plaisir de tous vous voir ici. »

« Lorsque l’on donne une promesse, on tient à la respecter. J’ai été élevé dans ces traditions et je les respecterais comme il se doit. Je vois qu’il en est de même de votre côté, c’est une bonne chose. VOUS TOUS SAVEZ POURQUOI NOUS SOMMES ICI ! » hurla la femme aux oreilles pointues, des cris fusant de tous les côtés.

« VOUS AUTRES AUSSI ! » répondit l’homme, rapidement rejoint en choeur par le reste du groupe derrière lui. « Nous sommes là pour sceller l’alliance entre le clan des Skarpos et celui des Ragnans ! Aujourd’hui est un grand jour ! »

Plus qu’un grand jour, c’était le début d’une nouvelle ère. Deux mains vinrent se joindre pour ne former qu’un poing qui se leva vers le ciel. Rapidement, d’autres poings se se levèrent de parts et d’autres, des cris résonnant de partout.

« Avec cette alliance, nos clans n’en forment plus qu’un seul. Le nom n’est pas encore connu mais qu’importe ! Allons fêter cela comme il se doit avec un banquet ! Que tout le monde nous suive ! Aujourd’hui est jour de fêtes ! »

Un moment historique comme il y en avait de plus en plus dans Honoros. Pour autant, ces deux clans ennemis depuis des décennies, voire des siècles venaient de se livrer à un acte que nul n’avait connu. Car oui, deux clans majeurs, opposés via de nombreuses règles et pourtant avec de mêmes idées, fusionnaient en un seul.

« Avec cela, ces traîtres servant la cause des démons et embrassant cette dernière devront subir notre courroux ! »

« La justice implacable de nos poisons faisant fondre leurs sangs n’en sera que plus redoutable. Eux aussi vont devoir nous craindre maintenant. »

« Ils pourront utiliser tous les subterfuges qu’ils veulent, ils ne pourront rien faire contre nous. Cette fois-ci, ils auront des personnes pour s’opposer à eux. Depuis quelques temps, ils pensaient pouvoir dominer quiconque sur leur passage. »

« Il est temps qu’ils retrouvent les pieds sur terre et qu’ils comprennent qu’aucun membre ici ne se pliera à leurs exigences pathétiques et fantasques. »

« Ces idiots estiment qu’en récupérant la force d’un groupe de monstres souterrains, ils pouvaient plus aisément récupérer des territoires. Ils comprendront très vite leurs erreurs. »

« Mais aujourd’hui, l’heure n’est pas aux plans pour se débarrasser de ces clans qui ont perdu tout honneur en agissant de la sorte ! Ces êtres ont bafoué l’existence même de ce qui compose un clan d’Honoros ! BUVONS ET TRINQUONS ! »

Un mélange de colère et de joie. De rage et de rire. Même s’ils étaient aidés par l’alcool, cela ne changeait en rien ce qui se passait dans les terres aux alentours. Les heures s’écoulèrent et bon nombre de membres du clan fusionné étaient maintenant en train de dormi, que cela soit dans les tentes ou à l’extérieur, après une cuite bien trop forte. Seuls l’honorien comme l’honorienne continuaient de boire, paisiblement, en face à face.

« Cela aura pris … beaucoup de temps, n’est-ce pas ? »

« Plus d’une dizaine d’années que nous tentions de réunir nos deux clans. Malgré les divergences, il y avait toujours de nombreux membres des deux clans qui travaillaient ensemble. Si on rajoute le fait qu’aucun des deux clans ne venait punir les membres de l’autre si on repérait ces derniers … cela ressemblait plus à une guerre froide et de regard qu’à de réelles inimités. »

« J’imagine que tous et toutes n’attendaient que ce moment, un événement marquant et majeur pour permettre un tel projet de voir le jour. Tant mieux … L’alcool a vraiment un meilleur goût en ta compagnie, Inna. »

« Est-ce vraiment l’heure de me faire des compliments, Hérik ? Est-ce que l’alcool te rend encore plus doux qu’un agneau ? »

« Ne te moque donc pas de moi. Je suis juste … soulagé que nos deux clans aient accepté. Cela me retire un poids immense. Il n’en est pas de même pour toi ? »

« Je ne fais que te titiller, comme si souvent depuis toutes ces années. Nos clans ne sont guère réellement appréciés des autres car l’utilisation d’un poison est considéré comme peu honorable aux yeux de beaucoup. Pourtant, nous avons toujours tenu à respecter les règles de conduite qui régissent Honoros depuis d’innombrables lunes. »

« Certains ne peuvent accepter que d’autres ont des méthodes différentes. Pour autant, cela na nous a jamais incité à nous déchoir de notre honneur en venant accomplir de telles bassesses et … » commença à s’exclamer Hérik, la main d’Inna tenant le gobelet venant déposer ce dernier. Quelques secondes après, sa main invita celle d’Hérik à lâcher son gobelet à son tour pour qu’elles puissent se coller l’une à l’autre.

« Tu es sûre que faire un tel geste alors que des yeux un peu trop curieux pourraient nous voir soit une bonne chose ? »

« Pas vraiment mais bon … Avec ce que nos clans ont accompli aujourd’hui, j’imagine qu’on se laisser aller un tout petit peu, n’est-ce pas ? »

« Si on se laisse aller … beaucoup, je crois que l’on risquerait de faire beaucoup de bruit. »

« Pourquoi ne pas prendre le risque ? De toute façon, vu comment certains ont bu, j’imagine que même un brouhaha ne les réveillerait pas. » répondit Inna, sourire aux lèvres alors que ses doigts serraient avec plus d’insistance la main d’Hérik. Elle finit par se lever, invitant l’honorien à faire de même de son côté.

« Avec une telle proposition … » dit-il, allant la rejoindre pour un moment à deux.

Ce qui se passa le reste de la nuit ne concerna que les deux personnes. Le lendemain matin, tout le monde avait du mal à se réveiller, pour diverses raisons qui ne regardait bien souvent que quelques personnes. Pour autant, les honoriens avaient le sourire aux lèvres, saluant les inconnus d’hier comme des camarades d’aujourd’hui. Et encore, le terme d’inconnus était bien exagérés. Beaucoup se connaissaient depuis déjà quelques années, comme les deux membres imminents des deux clans avant la fusion.

« Aieeeeeeeee ! Ma tête, qu’est-ce qu’elle me fait mal. J’ai l’impression qu’une troupe canassons est en train de me la marteler. »

« Je te le fais pas dire, je commence à peine à tenter de me lever et je suis pas sûr d’y arriver. Je sais pas ce qu’ils ont foutu dans l’alcool mais c’est sacrément puissant ! »

« Aaaaaaah ! Arrêtez de crier, j’ai mal ! J’ai maaaaaaal ! » implora un autre honorien, assis à moitié à l’intérieur d’un tonneau.

« J’en peux plus, je supporte plus la pression, je … Wow. Le vide dans ma tête. Le vide dans mon esprit, le vide dans tout ce qui m’entoure. Tout est vide … complètement vide. Je me rappelle à peine de ce que l’on faisait hier ! »

« Ouais non … J’ai pas oublié qu’on a enfin fait la paix avec les autres et … Oh … Faut que je m’assoies, y a de la place dans ce tonneau ? »

C’était visiblement l’effervescence tout autour de la zone. Comme si chacun et chacune se réveillait d’un délicieux rêve, tout le monde prenait son temps pour réagir comme il le devait. Pour sûr, la migraine était générale, mais qu’elle était bonne. S’ils s’étaient tous mis dans cet état, c’est bien à cause de l’extrême confiance entre les deux clans, une confiance qui n’avait attendu qu’être officielle pour qu’elle soit représentée.

Finalement, lorsque le début de l’après-midi arriva et que tous avaient réussi à récupérer de cette cuite monumentale, il était temps alors pour les deux « clans » de repartir de leur côté. Néanmoins, avant cette séparation qui n’en était pas une, une voix s’éleva :

« Bon ! Quand est-ce que l’on crée une tribu fusionnelle maintenant que c’est fait ? »

« OUAIS ! Pourquoi pas ?! On irait voir dans nos différents villages pour savoir qui serait prêt à cohabiter dans une seule et même tribu ! »

« HEY ! C’est plutôt une bonne idée ça ! Pourquoi qu’on ferait pas ça ? On se donne rendez-vous ici à nouveau dans une semaine ! »

« OUAIIIIIIIIIIIIIIIIS ! ON RENTRE TOUS AU BERCAIL ! »

« HEY ! UN BERCAIL, DES BERCAUX, VOUS CROYEZ ?! » hurla des honoriens, les uns après les autres, rapidement suivis par des éclats de rire.

« Qu’ils gardent cette motivation jusqu’au retour, ça ne peut faire que du bien aux visages des personnes inquiètes par notre départ. » déclara Hérik en croisant les bras, Inna n’étant pas bien loin de lui, souriante, heureuse et satisfaite de ce qu’elle voyait.

« Malgré la nouvelle de cette discussion pour une alliance, beaucoup restent effrayés. Ils pensaient que cela serait un guet-apens ou pire ! »

« On ne peut pas leur en vouloir de s’en faire pour leurs frères, sœurs ou parents. Ils s’imaginaient le pire, ce qui est normal en ces temps. »

« Et ils reviendront avec le meilleur. On ne pouvait pas laisser cela mieux se passer. Je suis … vraiment satisfaite, tellement satisfaite. Bon toi, tu comptes me faire ta déclaration quand ? »

« Ohla, calmes, femme. Chaque chose en son temps hein ? Rien ne presse. »

« Ouais, ouais, au cas où, je te rappelle qu’on a pas toute la vie devant nous et que si tu veux des soirées comme celle de cette nuit, vas falloir faire des efforts, homme. »

Elle avait appuyé sur le terme homme, le prenant par la nuque avant de l’embrasser longuement. Bien qu’ils faisaient la même taille, bien deux mètres chacun, elle n’avait eut aucune pudeur à faire cet acte devant les autres. Quelques murmures se firent entendre, des sifflotements et quelques rires. Lorsqu’elle le relâcha, elle lui déclara :

« Comme ça, ils sont tous au courant au final, n’est-ce pas ? »

« Ah … Merci beaucoup pour la discrétion, Inna. Comment je vais devoir expliquer ça ? »

« Tu n’auras qu’à ramener quelques sangloros bicornus comme le veut les traditions millénaires. N’oublie pas que ça doit être présenté à mes parents. »

« Tsss ! Au lieu de dire des bêtises, on a autre chose encore à faire. Nos alliés des autres royaumes seront ravis d’apprendre au sujet de notre fusion. Dorénavant, Claudiska, Traslord et Shunter pourront être encore plus efficaces dans leurs aides. »

« Ah … Il faut avouer que leurs marchandises et autres objets utilitaires sont bien appréciés. Sans tout ça, difficile de se dire que nous aurions survécu malgré nos forces. »

« Renier toute aide est une mauvaise chose … mais ces démons sont nés pour ravager nos terres. Il n’y a aucune pitié à avoir envers eux. »

Avant même qu’il ne continue à parler, elle l’arrêta doucement d’une petite tape sur l’épaule. Ils en avaient déjà assez discuté de ces démons. Une collaboration entre certains clans et les démons n’avait normalement jamais à se faire … et pourtant, c’était le cas. Honoros travaillant de concert avec Shunter, Traslord et Claudiska, tout cela n’était normalement pas prévu non plus. Outre le troc, les relations s’arrêtaient là … mais voilà, le temps passait et en vue des événements, il était normal que de nouvelles voies voient le jour justement.

« Herik, bonne route à toi et que Zélisia te protège. »

« Je n’ai pas besoin de te donner la bénédiction d’une déesse, je me chargerai de te protection personnelle la prochaine fois que nous nous reverrons. » déclara t-il alors qu’elle émettait un grand rire, légèrement rougissante. Et c’était lui qui parlait d’être discret ? Quel baratineur ! Néanmoins, c’était le coeur en liesse que les deux clans retournaient auprès des siens.

Chapitre 51 : Une troisième force

Chapitre 51 : Une troisième force

« C’est de la folie, roi Royan. Nous allons emmener les soldats à une mort certaine. »

« Nous ne serons pas seuls : l’armée de la reine de Shunter nous accompagnera. A partir de là, il ne sera pas bien difficile d’obtenir la victoire. Où est donc le courage des soldats de Traslord dans vos propos ? Vous donnez une mauvaise impression à la reine Manelena. »

« Sauf votre respect, l’impression que l’on donne à l’extérieur n’est guère importante s’il s’agit de la vie de nos soldats qui est en jeu. Je préfère privilégier la sécurité. »

Humpf … Royan poussa un soupir. Voilà qu’un nouveau problème se profilait à l’horizon, un problème qu’il n’avait pas envisagé sur le moment. Et maintenant, il était un peu tard pour commencer à réfléchir à une solution. Pour autant, il allait devoir trouver comment arranger cela. Il se tourna brièvement vers Manelena, espérant obtenir une réponse qui ne tarda pas :

« Bon, ce n’est pas tout cela mais vous jouez à un jeu dangereux. Il est un peu tard pour commencer à ne plus voir se battre sur le front. Vous comptez donc agir comment face aux démons ? Attendre qu’ils viennent frapper à la porte de la capitale ? »

« Nullement. Nous allons les repousser dans leurs tanières et tout faire pour qu’ils ne puissent plus s’en extraire, comme auparavant. Cela a très bien foncionné au départ, pourquoi cela ne devrait-il pas continuer ? »

« Tout simplement car en agissant de la sorte, vous vous faites manipuler en beauté. Pendant que vous vous focalisez sur une ou deux grottes, qui sait si les démons ne vont pas attaquer par une troisième d’entre elles ? »

« Nous réagirons en conséquence et nous ne les laisserons pas s’approcher de l’une de nos villes. Nous connaissons parfaitement notre royaume, reine Manelena. »

Le ton était agacé et le visage du général qui s’était approché essaya de rester parfaitement impassible, ce qui semblait être une véritable épreuve de force. Pour autant, Manelena était parfaitement calme et stoïque, reprenant :

« Ainsi, votre but consiste simplement à épuiser vos soldats à une marche longue et fastidieuse en attendant que les démons profitent de la moindre faiblesse pour vous assaillir et obtenir la victoire. La meilleure défense n’est pas forcément l’attaque mais vous donnez plus l’impression que vous êtes en train de subir un état de siège que l’inverse. En condamnant une grotte ou deux, il en restera des dizaines dans les alentours. Vous ne pourrez jamais toutes les fermer, que vous le désiriez ou non. »

« Et pourtant, c’est ce que l’on va faire. Roi Royan, ne laissez pas une personne extérieure vous donner des consignes ! C’est tout simplement … »

« ROI ROYAN ! ROI ROYAN ! » hurla un soldat en rentrant avec vélocité dans la salle du conseil de guerre, essoufflé et en sueur. Toutes les têtes présentes se tournèrent vers le soldat, celui-ci s’arrêtant de respirer, le rouge montant aux joues, comme s’il venait de commettre un crime impossible à réparer. Pour autant, Royan fit un mouvement de la main.

« Que se passes t-il pour que vous passiez dans le couloir en criant de la sorte ? »

« Des … Des … Il y a une armée de Gnomolds près de la capitale ! Ils sont dans la capitale ! Ils sont des centaines … non des milliers ! Les Gnomolds de la capitale sont même alliés à ces derniers ! Ils … Ils sont aux portes du palais ! »

Depuis qu’il avait autorisé les Gnomolds à pouvoir s’installer dans les villes, comme un geste d’apaisement envers ceux de la race d’Ernold, il avait pensé que cela permettrait aux Gnomolds de s’acclimater et enfin de vivre en harmonie … mais il s’était visiblement trompé. Il se redressa, furieux tandis que les autres membres de l’assemblée faisaient de même.

« Les Gnomolds nous déclarent la guerre aussi ?! Comme si nous avions besoin de ça en ce moment même ! Comme si n’avions pas déjà assez de problèmes ! »

« Attends un petit peu au cas où. Les Gnomolds ne sont pas aussi suicidaires que ça. Il y a sûrement une raison. » dit Manelena, calmement bien qu’elle était elle-même assez irritée.

« Les Gnomolds sont aux portes du palais … mais ils demandaient à vous voir, roi Royan ! Mais ils demandaient aussi à voir la reine Manelena ! »

Donc les Gnomolds étaient au courant de sa présence. Après, il était vrai que se ramener avec une armée n’était pas vraiment le plus discret qui soit mais bon … Elle hocha la tête positivement, sans parler, faisant les premiers pas pour suivre le soldat qui s’apprêtait déjà à guider les plus hautes instances des deux royaumes, que cela soit militaire ou politique.

« D’ailleurs, ces Gnomolds sont étranges ! Ils n’ont pas chercher à blesser les gardes et personnes qui tentaient de les arrêter ! »

« Comment ça ? Qu’est-ce qu’ils ont fait exactement alors ? »

« C’est … difficile à expliquer mais ils donnaient l’impression de juste vouloir les rendre inconscients. Y a beaucoup de soldats au sol mais aucun n’est réellement blessé ou mort. Oh, y a eut un peu de sang mais à part ça … »

« A quoi est-ce que ces Gnomolds sont en train de jouer ? » marmonna Manelena. Ce genre de petites surprises imprévues, ce n’était pas fait pour lui plaire.

« Je ne sais trop rien mais ils sont dans mon royaume. J’avais la main tendue vers eux, ouverte et prête à les accueillir. Si c’est comme ça qu’ils comptent me remercier, ils vont très vite comprendre à leurs dépends que je ne suis pas le genre à me faire embobiner une nouvelle fois. Tout ça car j’ai fait confiance à Ernold. »

« Attends un petit peu avant de réagir impulsivement. Ca me fait bizarre de te dire ça mais qu’importe … On va les laisser s’expliquer et ensuite, on verra en conséquence. »

« C’était ce que je comptais faire … Manelena. Je n’ai pas besoin de tes conseils, surtout lorsqu’il s’agit d’un domaine où je me débrouille plus que correctement. » répliqua Royan. Les deux souverains étaient sur les nerfs et cela se ressentait.

Hargneux comme pas possible. Il avait vraiment changé, pas forcément en positif depuis la disparition d’Elise … voire même plutôt du fait qu’elle était encore vivante. Pour autant, elle n’allait pas faire de remarque. Les Gnomolds étaient un peu plus gros problème à l’heure actuelle. C’est pourquoi … bon …

« VOUS AUTRES ! EXPRIMEZ-VOUS ! »

Elle n’était pas plongée dans ses rêveries ou presque pendant qu’elle regardait tout simplement l’attroupement de Gnomolds devant eux. Les soldats qui gardaient les portes étaient terrorisés ou presque mais bon, il n’y avait qu’une centaine de Gnomolds à tout casser. Le garde n’avait pas exagéré un peu ?

« Humpf ! Vraiment, les humanoïdes des différents royaumes sont vraiment aussi pathétiques que ça ? Et aussi ridicules ? Obligés de se sentir agressés dès qu’ils sont face à l’imprévu. »

Hum ? Elle avait reconnu cette voix entre mille. Il fallait dire qu’elle avait été assez marquante depuis le début … et qu’elle avait été un cause de traumatisme pour Tery pendant de longues années. C’est pourquoi elle haussa un sourcil.

« Qu’est-ce que vous foutez-là ? Hum ? Non … Vous n’êtes pas … Rokar. »

Elle s’était trompée en entendant le son du Gnomold mais visiblement, un Gnomold ressemblait à un autre, même dans le ton utilisé. Et en même temps, en entendant le petit rire du Gnomold, elle comprenait une chose : ils connaissaient visiblement Rokar.

« Héhéhé ! C’était bien ce qu’il avait dit. Les deux dirigeants de Shunter et Traslord sont au courant de son existence. Cela facilitera la discussion ! Avec Honoros, Claudiska et Mékalarma, ça ne serait pas possible. »

« Et si vous arrêtiez de tourner autour du pot ? Dites ce que vous voulez plutôt. » déclara Manelena, guère inquiète par la tournure des événements.

« Expliquez à vos compagnons qu’on ne cherche pas les ennuis et qu’ils baissent leurs armes. Sans cette petite mascarade, vous ne seriez jamais sortis du palais. »

« C’est pas faux … même si la méthode est cavalière et que le procédé est ennuyeux, au moins, vous avez réussi votre objectif. Mais vous savez qu’en agissant de la sorte, vous allez vous mettre à dos les rares citoyens qui vous faisaient confiance ? »

« AH ! S’ils s’en font pour aussi peu, c’est que la confiance ne régnait déjà pas vraiment à la base ! Je m’appelle Rézar, je suis un des membres de la famille de Rokar. »

« Mouais … Et ensuite ? » dit Manelena, Royan regardant celle-ci depuis le début. Est-ce qu’elle oubliait qui était le roi en ces lieux ? Il s’apprêtait à ouvrir la bouche mais le Gnomold avait déjà repris la parole :

« On a entendu quelques nouvelles au sujet du fait que vous aillez casser la gueule aux démons et on s’est dit qu’on aimerait bien être de la partie. »

« Des Gnomolds ?! Avec nous ! Est-ce une blague de mauvais goût ?! »

Voilà que l’un des généraux venait de s’exprimer avec colère et dégoût. Pour autant, Royan leva la main pour lui intimer de se taire. Malgré cela, le regard saphir du jeune monarque était mi-clos, le front plissé par le mécontentement.

« Pourquoi les Gnomolds se décideraient à attaquer les démons maintenant ? »

« Tout simplement car ce n’est notre objectif commun. Vous pensez être sur ces terres depuis combien de temps ? Des décennies ? Des siècles ? Des millénaires ? Vous ne savez rien de l’histoire des Gnomolds. Nous nous occuperons des démons … comme il se doit. »

« Vous savez à qui vous vous adressez de la sorte ? »

« A un gamin encore barbouillé d’une moustache de lait maternel, hein ? On sait que tu es le petit roi de Traslord mais ça n’empêche pas qu’on est pas régit sous tes ordres. Simplement, Rokar … et même le grand Ernold nous ont dit qu’on devait vous prêter main-forte. En plus, semblerait que tu te fasses bien voir par les Gnomolds qui vivent dans vos cités. C’est donc que tu as un côté pas si mal à nos yeux. »

Il ne savait pas vraiment comment réagir. Ce Gnomold était en trian de l’insulter tout en le complimentant. Dans les deux cas, difficile de savoir sur quel pied il fallait danser. C’est pourquoi il resta parfaitement imperturbable par rapport à tout ça, attendant que le dénommé Rézar termine sa tirade.

« Nous pensions attaquer les démons, c’est vrai … mais il s’avère que mes généraux ne sont pas convaincus par l’utilité d’un tel acte. »

« Ca ne serait pas de la lâcheté ou de la couardise ? C’est vrai que les démons ne sont pas à prendre à la légère … mais rien d’étonnant à ce que certains hommes qui ne se reposent que sur leur titre, ne puissent pas livrer bataille contre des entités millénaires, bien plus puissantes que ne le sera jamais un simple humain ! »

« C’en est trop ! Je vais lui faire payer son arrogance à cette demie-portion ! » s’écria le général contestataire, sortant une épée de très bonne facture, à la garde étincelante.

« Peuh ! Ca se vexe pour un rien ces humanoïdes. Viens donc par là, mon gars ! HEY ! LE ROI ! Si je l’éclate, vous pensez à me nommer général de l’une de vos armées ? Ca sera encore plus simple pour diriger les Gnomolds ! »

« Je n’ai aucune raison d’accep… »

« Même si ça ne sera pas son cas, ça sera le mien. » coupa Manelena, comme maintenant amusée par la situation. Le général était déjà descendu des escaliers emmenant à l’entrée du palais, arme à la main tandis que les gnomolds autour de Rézar reculaient pour former un cercle avec les soldats de Traslord.

« Si on m’avait dit … que cela tournerait à une bataille aussi grotesque, je ne crois pas que j’y aurais cru. Ah … Qu’est-ce que j’ai fait à Sérest et Séran pour mériter cela. » soupira Royan en se disant que le couple de dieux devait être bien moqueur pour lui affliger une pareille situation. Hum ? Et avec quoi Rézar allait-il se battre ?

La réponse ne tarda pas lorsque … le Gnomold sortit deux cimeterres. Oh, ce n’était pas des cimeterres de petite taille, c’était même l’inverse. Ils étaient au moins aussi grands que le Gnomold qui avait un sourire aux lèvres.

« Veux-tu savoir comment on m’appelle parmi mes compères ? Le Scarabée. Tu vas très vite vite comprendre pourquoi mais avant … Dites … Est-ce que j’ai l’autorisation de le tuer ou non ? » demanda le Gnomold en se tournant vers Royan.

« Ce n’est pas un peu tard pour me poser la question ? Je dirais non … même si lui ne se retiendra pas pour que ça soit le cas. »

« Tssé ! Un petit handicap, quoi de mieux pour se mettre en forme ? Bon ! On va juste l’amputer d’un membre alors, pour lui faire comprendre la dure réalité ! »

Mais à peine avait-il commencé un mouvement que l’épée du général s’entoura de glace, prenant la forme de plusieurs pointes glacées et acérées. Ah oui ? Directement, on utilisait la magie en même temps ? Pourquoi pas !

« Ah … Et qu’est-ce que les citoyens de la capitale vont croire en voyant cela ? Ce n’est pas un divertissement, Royan, tu le sais ? »

« Je le sais parfaitement, Manelena mais ça ne change rien au fait que j’aurai préféré de telles exactions chez moi. »

« C’est un peu tard pour que ça se passe autrement. Il fallait réfléchir plus rapidement. »

Est-ce que c’était vraiment l’heure … Oh … Il comprenait. Manelena voulait lui montrer qu’il n’avait pas l’étoffe d’un roi hein ? Qu’avec de tels évènements imprévus, il n’était pas capable de garder la tête froid et les épaules solides ? Elle se trompait lourdement à son sujet.

« Alors, je pensais que tu allais me montrer ce que tu savais faire, le gnomold ?! »

« Hihihik ! Vraiment ? C’est tout ce que tu as à donner ? Je ne pensais pas que les généraux pouvaient être aussi faibles que ça ! Ca en est vraiment amusant ! »

Amusant ? Il trouvait ça AMUSANT ?! Il était vrai que le gnomold n’avait que des blessures superficielles, évitant les vagues de froid et les pics glacés juste au dernier moment, ce qui était parfait pour irriter le général qui n’arrivait pas à prendre l’ascendant.

« Arrête de t’enfuir, sale petit gnomold ! Tu crois que tu vas pouvoir m’échapper ?! »

« Il est en train de le mener en bateau. Je pensais vraiment que les militaires de Tradlord étaient plus calmes et stoïques, enfin ceux haut placés, Royan. »

« Si c’était aussi simple que ça, Manelena. N’oublie pas que tout le monde n’est pas issu du tiers gérant principalement le domaine de la glace et du froid. Certains ont un tempérament digne des pires ouragans, voguant sur les mers tandis que les derniers sont bien plus têtes en l’air et ne pensent guère aux désagréments du monde qui les entoure. Oui, c’est comme ça et pas autrement pour certains. »

« Vous êtes vraiment trop compliqués dans Traslord. »

Elle évita de soupirer mais cela pouvait se voir dans son regard qu’elle était un peu fatiguée. Pour autant, il y avait un combat à observer et en tant que tel, difficile de devoir l’ignorer. D’ailleurs, le général était assez épuisé par ses frappes, le gnomold s’arrêtant de se mouvoir.

« Enfin ?! Tu as décidé d’arrêter de t’enfuir ? On va pouvoir … »

« Foutu humain. Je comprend pas pourquoi tu es aussi haut placé en tant que militaire alors que tu ne vaux rien du tout ! »

Les deux cimeterres venaient de se placer de part et d’autre du bras tenant l’épée. Un seul mouvement et comme une paire de pinces, elles vinrent trancher net le bras, celui-ci tombant au sol alors que le sang était en train de couler en forte quantité.

« VITE ! Des soigneurs ! Faut stopper l’hémorragie ! » commença à crier un garde, d’autres se présentant autour du général qui venait de poser ses genoux au sol.

« Ben alors, c’est déjà fini ? Tout simplement parce que l’on a perdu un bras ? Je vous jure… »

« Saleté de gnomold ! TU VAS PAYER POUR CE QUE TU … »

« STOP ! QUE TOUT LE MONDE S’ARRËTE ! » hurla Royan avant même que les soldats ne commencent à s’en prendre aux gnomolds.

« Mais roi Royan, il … vous avez vu ce qu’il vient de faire ?! »

« Gagner le duel qui l’opposait au général tout en respectant la condition qui était de le garder en vie ? Le général a réagit un peu trop brusquement et a décidé de s’en prendre à … Hum, c’est quoi encore ton nom ? Rézar, c’est bien ça ? »

« Héhéhé, ouep. C’est bien ça « votre altesse ». On va dire que je suis enchanté de faire votre connaissance maintenant. J’ai tenu ma part du marché. »

« Et vous voulez que je tienne la mienne même si je n’ai rien promis, n’est-ce pas ? Mais la reine de Shunter s’est décidée à accepter votre présence. Il en sera de même de mon côté. »

« Roi Royan, c’est de la folie ! On ne peut pas les tolérer dans notre armée ! »

« Ils ne seront pas partie intégrante de notre armée. Ils auront la leur, de ce que j’ai compris. Simplement, ils ne partiront pas sur un front en solitaire. C’est bien cela ? »

« C’est exact, héhéhé. On veut simplement être sûrs de ne pas se prendre des dagues dans le dos. C’est plus une mesure de précaution qu’autre chose ! »

« Je vois, je vois. Vous pouvez considérer que nos armées ne vous attaqueront pas. Vos attaques envers mon royaume sont devenues bien moindres depuis l’apparition des démons à la surface. Je n’ai aucune raison de continuer cette guerre inutile entre nos deux races. J’imagine qu’il en est de même pour la reine de Shunter. »

« Pas de problèmes pour moi. Depuis que je sais que vous vous focalisez sur les démons, ça me suffit amplement et … Ernold nous a montré que certains gnomolds pouvaient en avoir dans le cerveau, ce qui n’était pas forcément visible chez quelques membres de votre espèce. »

« Héhéhé … Elle a du répondante, la reine. Tant mieux, ça rendra la joute que plus appréciable. Bon, votre général, là. Il a un bras en moins mais ça ne veut pas forcément dire que c’est prévu qu’il finisse manchot. Z’avez de bons soigneurs ? J’ai fait une coupe rapide et précise. C’est pas comme si ça serait impossible de réparer tout ça. »

« Oui, oui, on va se charger d’eux. Envoyez l’un de vos gnomolds la prochaine fois que nous discuterons du futur assaut sur les démons. Hum … A ce sujet, Royan, leur faudrait une preuve comme quoi il serait envoyé pour le discussion. »

Il cligna des yeux, se tournant vers Manelena. Une preuve ? Hum … Comme le symbole royal ou autre. Il hocha la tête, signalant par là qu’il avait bien compris le message qu’elle voulait transmettre. Ah … Il avait l’impression qu’elle lui donnait des ordres. Que ça ne devienne pas trop récurent sinon …

« Bon, sur ce, on va se retirer. Vous n’aurez qu’à transmettre votre sceau ou je ne sais quoi à l’un des gnomolds qui se baladent dans la ville. Il me le ramènera ! »


Ces gnomolds. Qu’est-ce qu’ils étaient réellement ? Amis ou ennemis ? Avec eux, l’assaut sur les démons ne faisait plus aucun doute. Ils étaient une source de puissance qui n’était pas à prendre à la légère. Ainsi … Se les mettre à dos était vraiment une bien mauvaise idée en cette situation qui était assez cataclysmique. D’ailleurs …

« Maintenant, j’ai un autre souci dans les bras. Comment est-ce que je vais devoir expliquer aux citoyens à ce sujet ? Et aux soldats ? Ah … »

« Déjà, est-ce que les citoyens apprécient la présence des Gnomolds ou non parmi eux ? Certains quartiers peut-être plus que d’autres. Ernold et les Gnomolds qui l’accompagnent montrent parfaitement qu’ils peuvent être très intelligents et capables donc de devenir de très hautes entités dans ce monde. »

« Je m’en doute, Manelena. C’est pour ça que j’ai décidé qu’on pouvait les accepter. D’ailleurs, il y avait même un système de trocs. Et les Gnomolds ont une histoire et une culture bien différente de celles des autres. Mais avec cette action, comment je dois expliquer tout ça ? »

« Et bien … Vu que les Gnomolds n’ont fait aucun mort, selon leurs dires, tu n’auras qu’à demander confirmation de ça. Bien entendu, tu évoques des représailles si cela se reproduit et autres. Ah … Tu vas m’accompagner pour une petite marche, nous avons à parler. »

« Est-ce vraiment nécessaire, Manelena ? » demanda le jeune homme aux cheveux bleus.


Plus que nécessaire. Malgré le fait qu’il ait perdu ses parents très jeunes et ses frères dans l’adolescence, Royan était peut-être un prince remarquable, un roi appréciable mais il lui manquait tellement de choses. Encore une fois, elle allait devoir faire l’éducation d’une autre personne. Si on lui avait dit ça, il y a bientôt cinq ans, qu’elle aurait des interactions du genre, jamais elle n’y aurait cru, loin de là.