Archives pour la catégorie Tome 7 : Un symbole capturé

Chapitre 49 : Tortures en série

Chapitre 49 : Tortures en série

« Manelena ? Je ne m’attendais pas à ce que tu me contactes personnellement. »

« J’espère qu’en vue de la lettre que je t’ai envoyée, tu comprends que ce n’est pas pure envie de te rencontrer que je fais cela. »

« C’est assez vexant à entendre mais bon, ce n’est pas bien grave. Et oui, j’ai bien lu ta lettre. Je vois que nous avons obtenu les mêmes informations. »

« Les Mékalarmiens deviennent de vraies plaies. Encore plus qu’auparavant. A croire qu’ils n’avaient pas compris la première fois. »

Ils avaient décidé de se retrouver au beau milieu des rues de Midès. Oui, c’était l’endroit parfait pour marcher et discuter. Il n’y avait rien de compromettant ou d’important, du moins, d’après le point de vue de la reine de Shunter.

« Si les rapports sont fondés et il y a 99 % de chance que ça soit le cas, il va falloir prendre des mesures drastiques. Mais en même temps, nous sommes là pour d’autres sujets, non ? »

« A qui est-ce que tu le dis hein ? Ouais … On est là pour d’autres sujets aussi, faut pas les oublier non plus. Tu es prêt à en parler ? »

« Si je t’ai envoyé cette lettre, ce n’était pas pour rien, Manelena. Juste … Je ne vois pas Elen, où est-ce qu’elle est ? J’avais demandé quelques nouvelles aussi à son sujet. »

« Elle va bien, elle se repose. Tu n’as pas à t’inquiéter à son sujet. »

Et maintenant, ils allaient marcher. Elle indiqua au jeune homme à la chevelure bleue de bien vouloir la suivre. Ils n’ont pas besoin de garde. Il faudrait être fou de toute façon pour chercher à agresser l’ancienne maréchale Nali.

« J’ai l’impression que je rêve ou alors … est-ce bien ce que je pense ? »

« Tu ne rêves pas. Je n’ai pas à me cacher. Il y en un peu dans les ruelles. C’est encore très rare et beaucoup se cachent, préférant sortir la nuit mais oui … ils sont là. »

« Tu es bien plus progressiste que ne le pensent mes citoyens, Manelena. »

Elle ne fait qu’hausser les épaules. Ce que les personnes pensent d’elle, elle s’en fiche complètement. Ca n’a pas changé même en devenant la reine de Shunter. La seule personne pour qui elle avait un peu d’intérêt à savoir ce qu’il … pensait d’elle … elle n’a pas envie d’y penser justement. Elle préfère ne pas y réfléchir.

« Et ces démons ne posent donc aucun problème ? »

« Beaucoup moins que certains voleurs qui s’imaginent que parce que ce sont des démons, ils sont autorisés à faire ce qu’ils veulent sur eux. »

« Ah … On a les mêmes soucis. Ce choix ne fait pas l’unanimité chez nous non plus. »

Ce choix de décider d’aider les démons qui réclamaient leur aide. Du moins, les villageois démoniaques partis du monde souterrain à cause de l’empereur Malark. Ils avaient expliqué la situation … et c’était plutôt difficile à croire.

« Aucun n’a pu donner d’explications raisonnables. »

« Comme d’habitude, o nva dire … Il faudra bien que l’un d’entre eux arrive à mieux s’exprimer que les autres. Ca nous fera gagner du temps … beaucoup de temps. »

« Manelena, est-ce que tu crois que … nous aurions dût essayer … de les interroger par rapport à Elise et Tery ? »

« Pas certaine qu’ils soient au courant de quelque chose à leur sujet. Si cela avait été le cas, nous l’aurions su depuis longtemps hein ? »

« Pas vraiment … Il suffit juste qu’Elise et Tery ne soient pas aussi connus qu’on le pense chez les démons proches de la surface et voilà tout. »

« C’est vrai … C’est un bon argument. J’aimerai que ça ne soit pas le cas … »

« On aimerait beaucoup de choses mais peu se réalisent hein ? »

Ah ! Il préfère ne pas relever les propos de Manelena. Non pas qu’ils soient faux ou autres, simplement, il sait à quel point elle a un objectif qu’elle ne peut pas atteindre … et qu’elle n’aime guère révéler. Lui a le même … avec Elise.

« On devrait d’abord se concentrer sur le premier objectif qu’on s’est donné : en savoir plus par rapport aux démons et à leur empereur. Ils disent en grande majorité qu’il est devenu comme fou … et ce n’est pas à ignorer. Ses éclaireurs et autres, à l’époque, ce n’était que pour en savoir plus sur la surface. S’il décide réellement de se mettre en guerre, nous aurons de bien plus gros problèmes à l’avenir. »

« Nos peuples ne se sont pas encore mis de la précédente guerre. Leur dire que nous allons y retourner, avec les démons, surtout lorsque l’on sait que certains d’entre eux veulent juste vivre en paix, cela risque de dégrader les fragiles relations que l’on tente d’instaurer. »

« On ne peut pas tout avoir, Royan. Si cela doit arriver alors … il faut s’y préparer. Simplement, si nous arrivons à mettre la main sur Tery et Elise, peut-être qu’il y aura une possibilité de régler tout ça sans que cela finisse dans le sang. »

« Et tu me demandes de ne pas être utopique, Manelena. »

« C’est à force de traîner avec toi, Elen et les autres. Votre niaiserie doit bien finir par déteindre sur moi. Qu’est-ce que les gens penseraient de leur reine s’ils apprenaient que celle-ci veut un climat de paix avec les autres races. »

« Ne dit pas cela, Manelena. Je suis sûr et certain que Tery serait heureux de savoir ça. »

« Tery … Pfff … Toi, t’as eut de la chance avec Elise, hein ? »

Elle fait une petite remarque accompagnée d’une moue dédaigneuse. Oui, bien entendu, il comprenait parfaitement ce qu’elle voulait dire … et ce qu’elle évoquait. Il eut une légère rougeur aux joues … et il comprenait aussi ce que ça voulait dire exactement.

Ah … Que Manelena en parle ouvertement, c’était quand même quelque chose. Il n’osa rien dire mais il n’en pensait pas moins. Manelena … assumait ouvertement ses sentiments envers Tery, après plus d’une année à ne plus le voir. Bien entendu, elle ne le criait pas sur tous les toits. Elle n’avait jamais été ainsi … mais quand même.

« Si nous continuons sur cette voie, nous aurons sûrement accès au monde souterrain. Peut-être que nous pourrons envoyer quelques éclaireurs et autres pour obtenir des informations. Qu’est-ce que tu en dis, Manelena ? C’est jouable ? »

« Sûrement … J’imagine, je crois. Je n’en suis pas si certaine que ça en fin de compte. »

« Ce n’est pas ça que j’aimerai entendre. J’aimerai que tu sois aussi motivée que moi, ça serait vraiment une très bonne chose, tu sais ? »

« Et qu’est-ce que tu veux que je fasses ? Qu’est-ce que tu aimerais que je crois ? »

« J’aimerai que tu crois plus en cette idée … que nous pouvons retrouver Elise et Tery. C’est pas du tout ton genre de ne pas être combative. Pourquoi est-ce que tu fais comme si de rien n’était ? Pourquoi est-ce que tu ne cherches pas une solution ? »

« Tu crois que je t’ai attendu pour ça ? Sauf que je ne peux pas mettre en avant mes priorités avant celles de mon peuple. Je ne suis pas si égoïste. »

« Et pourtant, tu ne devrais pas hésiter à l’être suivant la situation. Tu es une être hum… »

« Qu’est-ce qu’il est en train de me raconter ? J’arrive pas à le croire. Royan qui me fait une leçon sur l’humanité. Si on me l’avait dit un jour, je ne l’aurai pas cru. » rétorqua Manelena avec ironie et tirant légèrement la joue du jeune homme comme on le ferait à un enfant. Celui-ci repoussa la main, se frottant la joue tout en répliquant :

« Pas besoin de ça. Qu’est-ce que les gens vont penser de moi si on est en train de me pincer la joue comme on le ferait à un enfant ? »

« Et bien, et bien … comparé à moi ou aux autres, je te rappelle que tu as un bon nombre d’années en moins. »

« Et si on voyait plutôt dans le sens inverse ? Tu as quelques années en trop et c’est assez problématique en soi. »

« Hmm … Tu n’es quand même pas en train de prétendre que je suis vieille, n’est-ce pas ? Enfin, de dire à une jeune femme qu’elle commence à accumuler les années ? »

« C’est exactement … non en fait, rien du tout. » dit-il en coupant aussitôt ses propos. Non … Le regard qu’elle avait lancé, il valait mieux ne pas trop chercher à la vexer sur ce point. Pas certain qu’il en réchappe s’il ouvrait la bouche à cet instant précis.

Mais avec tout ça, le temps s’écoulait et ils avaient put discuter assez longtemps de tout et de rien. Même s’ils étaient chacun le monarque d’une nation de ce monde, ça ne changeait pas que parler de quelques banalités leur faisait du bien.

« Bon, je crois que je t’ai assez retenu contre ton gré. Tu veux aller voir Elen maintenant ? »

« Et la petite. J’aimerai voir aussi son enfant. Elle va grandir peu à peu. »

« Il faudrait vraiment qu’elle envisage de lui donner un prénom mais … cette idiote … »

« Tu ne peux pas lui en vouloir que de patienter hein ? Elle espère comme nous deux. »

Humpf … Oui. Elle espère que Tery reviendra et qu’il pourra prendre son enfant dans ses bras. Elle sait que c’est pathétique de réagir comme ça … mais elle est en colère. L’enfant de Tery et Elen. Elle est en colère contre elle-même, d’exprimer une jalousie pathétique.

« Reine Manelena ! Nous vous recherchions ! »

Hmm ? Elle se tourne vers l’un des gardes du palais. Celui-ci est comme essoufflé, à croire qu’il n’a fait que courir depuis des heures pour tenter de la retrouver. Pour autant, elle le laisse retrouver une respiration convenable avant de faire un geste de la main pour l’inciter à s’exprimer. Qu’est-ce qu’il y a exactement ?

« Les … Les démons … Vous vouliez savoir s’ils évoquaient ces deux noms. »

« Oui ? C’est exact. Pourquoi cela ? Est-ce qu’ils l’ont fait ? »

« Oui … Oui ! Nous leur avons demandé, à ce nouveau groupe, s’ils connaissaient une certaine Elise et un certain Tery. L’un des démons, parmi les mieux habillés du groupe, a signalé que oui. »

« D’accord, c’est tout ce qui compte. Emmenez-nous à ce groupe ou plutôt à ce démon. »

Autant y aller tout de suite et ils vont pouvoir l’interroger. Il faut espérer qu’il n’a pas menti… sinon… elle risquerait d’être de très mauvaise humeur. Pour autant, quelques minutes plus tard, ils sont assis à une table et elle ne peut que constater que malgré l’état vêtuste de ses vêtements, les habits du démon en face sont de plutôt bonne facture.

« Vous êtes … la reine de ce pays, c’est bien ça ? »

« Manelena, oui. Et vous êtes ? «  demanda t-elle sans chercher à tergiverser plus longtemps à ce sujet. Le démon toussota légèrement avant de dire :

« Oh euh … oui. Pardonnez-moi, je suis vriame,nt malpoli. Je m’appelle Daunak. »

« D’accord, Daunak. Donc … Si on vous dit le nom d’Elise et Tery, cela vous rappelle quelque chose précisément ? » reprit Manelena. Autant rentrer dans le vif du sujet maintenant.

« En fait, ça fait plus que me rappeler. Ces deux noms sont connus dans la capitale ! »

« Hmm ? Je me doutais bien qu’ils étaient pas de simples soldats démoniaques. Continuez alors. Qu’est-ce que vous pouvez nous dire ? »

« Et bien … Euh … Elise est la princesse du royaume démoniaque. »

« Comment est-ce qu’elle pourrait l’être alors qu’elle n’était qu’une serveuse d’auberge lorsqu’elle vivait à la surface ? »

« C’est très facile à comprendre pourtant. Il faut savoir que nous avons ce que nous appelons des renifleurs. Ces personnes sont capables de renifler les origines d’un démon grâce à une odeur particulière. Pour cela, les renifleurs royaux sont capables d’identifier des centaines de familles nobles différentes grâce à l’odeur qui émane d’elles. »

« J’aimerai croire que vous plaisantez mais vu que vous dites cela avec le plus grand sérieux qui soit, j’imagine donc que c’est vrai. »

Sincèrement … Dans quoi est-ce que Tery et Elise s’étaient foutus ? Des types qui reniflaient les autres pour savoir de quelle famille ils étaient. Par contre, vu que ça parlait d’Elise, qu’est-ce qu’il en était de Tery ? Elle posa la question, le démon lui répondant :

« Pour Tery, les faits déclaraient qu’aucun renifleur n’a réussi à savoir de quelle famille il était. Pourtant, son odeur laisse paraître une origine aussi importante que celle de la famille royale … mais personne n’en sait rien. Après, ce que je vous raconte, ce sont plus des rumeurs et des hypothèses. Je n’étais pas membre de l’une des familles les plus proches de la royauté. Plutôt de l’une des branches lointaines. »

« D’accord, d’accord. J’ai toujours dit que Tery était spécial … mais je pensais pas que ça serait à ce point. Ah … Vraiment, qu’est-ce qu’on va faire de lui en fin de compte ? »

Elle poussa un soupir, comme si elle ne trouvait aucune raison à cela. Sincèrement, elle se sentait un peu à côté de la plaque … mais en même temps, était-ce par ce qu’elle pouvait discuter de Tery ? Après tout ce temps ? Hmm … Ne pas montrer de faiblesse devant quelqu’un qu’elle ne connaissait pas.

« Dites nous en plus sur le rôle de Tery et Elise dans votre royaume. »

« Hein ? Leurs … rôles ? C’est assez difficile à exprimer, vous savez. Enfin, comme signalé, la princesse Elise était la princesse. Parmi les six enfants royaux, elle était la troisième plus jeune de la famille de ce que j’ai cru comprendre. En même temps, les deux plus jeunes enfants n’étaient même pas encore adultes donc ce n’était pas si difficile que ça à savoir. »

« Moins de déconcentration, merci bien. Bon … D’accord, et qu’est-ce qu’elle faisait de spécial par rapport à ça ? En tant que princesse ? »

« Oh, vous savez, chez nous comme chez vous, de ce que j’ai cru comprendre, la royauté ne se tourne pas les pouces. La princesse Elise était toujours accompagnée de son unique chevalier : Tery. Mais pour autant, elle participait à l’entraînement des soldats et autres. Il n’y avait rien de mieux qu’un membre de la famille royale en première ligne pour se battre. Du moins, c’est comme ça que tout se passe de notre côté. »

Bien entendu, bien entendu. Elle comprenait. Elle-même avait caché ses origines pendant des années. Non pas qu’elle était une fille bâtarde mais … la déception de son père. Du moins, c’était ainsi qu’elle se voyait ou presque … qu’elle s’était vue plutôt. Depuis sa rencontre avec Tery, tout avait changé, au fur et à mesure. Oh … à bien y réfléchir, ce n’était même pas une question de princesse, non.

« Plutôt d’assumer… d’être une femme. »

« Hein ? Qu’est-ce que vous dites ? » demanda le démon, Manelena lui disant plutôt de continuer à parler, mais maintenant sur Tery. Alors qu’il s’apprêtait à reprendre la parole, un soldat toqua à la porte, demandant à rentrer à l’intérieur. Voyant qu’il y avait du monde, mais surtout que la reine était en discussion importante avec le roi de Traslord mais aussi un démon, il trembla légèrement avant de dire :

« Pardonnez-moi, reine Manelena, c’est vraiment … très important. Des Mékalarmiens sont dans les environs et euh … ils aimeraient parler avec vous. »

« Des Mékarlarmiens ? Vraiment ? Ils sont armés ? » dit-elle tout en s’apprêtant à se lever avant de s’arrêter, se tournant vers Royan : « Au cas où, est-ce que je peux te laisser gérer cela, Royan ? Je vais continuer à parler avec Daunak. »

« D’accord, d’accord. Je vais vous suivre. Y a t-il quelque chose à savoir ? »

« Euh … A part qu’ils sont tous cmplètements blancs et qu’ils sont assez blessés, certains étnt même mutilés, rien de spécial. »

« Qu’ils soient totalements blancs et mutilés, ce n’est rien de spécial ? On a pas les mêmes notions, visiblement. J’y vais, Manelena. »

Elle avait haussé un sourcil aux propos du soldat mais visiblement, elle n’était pas la seule à s’être dit que ce dernier n’avait vraiment pas les idées en ordre. Enfin bon, elle était plus concentrée sur le démon qui allait continuer à lui parler de Tery.

« Bon et avec tout ça … Qu’est-ce que vous pouvez me dire sur Tery et Elise ? Du moins, en rapport avec les évènements actuels. »

« Euh … Justement, personne ne vous a raconté à ce sujet ? Il paraitrait que la princesse Elise ainsi que son jeune frère et sa jeune sœur sont morts tous les trois dans un attentat à la surface par un groupe de démons qui était chargé de les protéger. Tery a essayé de faire de son mieux mais de ce que les rumeurs disent, il a été dans l’incapacité de les protéger et lorsqu’il était revenu, c’était trop tard. »

« Comment pouvez-vous avoir autant de détails à ce sujet ? »

« Les servantes et gardes du château sont très loquaces … surtout lorsqu’il s’agit de leur sécurité. L’empereur est devenu comme fou à partir de là. Je n’ai fait que tendre l’oreille et je vous voulais protéger les membres de ma famille mais contrairement aux démons habitant près de la surface, le fait que je provienne de la capitale a fait que j’ai eut beaucoup de chemin avant de pouvoir arriver jusqu’ici. »

Elle continuait d’écouter d’une oreille sourde ou presque. Elise … était morte ? C’était tout simplement impossible. La jeune femme démoniaque, autant que Tery, était du genre très tenace. Elle avait souvent remarqué que les flammes qu’elle produisait n’étaient pas banales. Elle ne savait pas où elle en avait déjà vu de telles mais … cela l’avait marqué.

« Est-ce les morts sont confirmées ou non ? »

« L’empereur Malark le pense sincèrement … mais leurs corps n’ont pas été retrouvé. Il y a donc de maigres chances qu’ils soient encore vivants. »

« Et pour Tery, qu’est-ce qui s’est passé exactement ? »

« Il paraitrait que l’empereur Malark le garde auprès de lui même s’il était envisagé qu’il soit tué pour ses échecs. Pour autant, il semblerait qu’il ait gardé sa place dans le monde militaire. Je ne sais rien de plus à son sujet. »

« Je m’en doutais un peu … Il est sûrement retourner voir l’empereur pour signaler ce qui s’est passé. Cet idiot n’a jamais compris quand il ne faut pas trop en faire. »

C’était un défaut comme une qualité. Et c’est bien ce qui caractérise Tery. Enfin bon, maintenant qu’elle est un peu au courant de la situation, elle va chercher à en savoir plus sur Elise. Vu qu’ils parlaient de la surface, ont-ils dit où ils étaient allés ? Oh … Shunter ? Vraiment ? Elle nota dans sa tête de lancer un avis de recherche sur Elise. C’était un coup du sort et il fallait absolument en profiter.

« Merci bien. Quant à vous et à votre groupe, nous parlerons plus longtemps de ce que nous allons faire de vous. Vous êtes de plus en plus nombreux à venir à la surface pour chercher un refuge. On ne peut pas ignorer votre présence. »

« Merci beaucoup ! Merci pour tout ! Vous comprenez, vous êtes presque notre dernier espoir. Ce sont encore les rumeurs qui font que nous sommes venus vers Shunter et Traslord. Il paraitrait que ce sont les deux nations qui acceptent les démons. Et que nous devons nous méfier absolument de cette région nommée Mekalarma. »

« Oui … Evitez à tout prix cet endroit. Nous-mêmes, on cherche le moins de contact avec eux. Enfin, ça, c’était avant. »

Elle jeta un regard vers la porte par laquelle était passé le garde quelques minutes auparavant. Des mékalarmiens en mauvais état, qui réclamaient des soins et autres. Que ces mékalarmiens s’abaissent à demander cela, c’est que la situation prenait une nouvelle tournure encore plus déplaisante. Elle n’était pas certaine d’apprécier cela.

Et maintenant ? Comment est-ce qu’elle allait expliquer à Royan au sujet d’Elise ? Car oui, elle n’allait pas occulter ce qu’elle avait appris. Il y avait une maigre chance qu’Elise soit encore vivante, avec son petit frère et sa petite sœur. Une chance infime … qu’il ne fallait pas ignorer. Mais en même temps, donner de faux espoirs à Royan, ce n’était pas son genre. Malgré les apparences, elle tenait quand même au jeune homme aux cheveux bleus.

« Ah … Sincèrement, je ne suis pas mieux que lui … à me rattacher aux chimères. »

Chapitre 48 : Exode et guerre

Chapitre 48 : Exode et guerre

« J’avais l’impression de parler à un mur. Sincèrement, la communication était comme impossible avec lui, Héraisty. »

« Je m’en doutais un peu. J’imagine que tu veux aussi des nouvelles de mon côté, n’est-ce pas ? » dit-elle dans un petit sourire faible.

« En espérant qu’elles soient bonnes … mais en voyant ton visage, je me suis encore fait des illusions, hein ? Bon … Vas-y, tu peux raconter. »

« Les rues de la capitales commencent à être désertées. Malgré les interdictions de l’empereur, de nombreux démons cherchent à fuir la capitale même s’ils n’ont rien à se reprocher. Cela va finir en émeute si tout continue à cette allure. »

« L’empereur ne voudra pas m’écouter à ce sujet, Héraisty. »/

« Je le sais parfaitement, je voulais juste te prévenir comme tu le désirais. » répondit la démone à la chevelure émeraude avec calme. Elle avait le sourire des personnes qui étaient tristes mais qui cherchaient pourtant à le cacher.

« Pourquoi est-ce que tout … a dégénéré comme ça ? »

« Tout cela a débuté avec votre arrivée dans la capitale, Tery. Pour autant, vous n’êtes pas responsables des actions de l’empereur ou des aînés de ses enfants. Vous avez juste mis le feu aux poudres mais cela faisait depuis bien longtemps que la mèche attendait à être allumée. »

« C’est vraiment … sinistre quand c’est évoqué de la sorte. »

« Et pour autant, c’est la réalité. Vous n’êtes pas derrière les évènements présents, la princesse Elise et toi. Vous avez aspiré à un monde bien meilleur pour les démons avec la surface. Le seul problème, c’est que vous avez voulu aller beaucoup trop vite … et en vous opposant à des êtres qui agissent à leur façon depuis maintenant des siècles et des millénaires. »

Oui. Un coup de pied dans la fourmilière. Sauf que les fourmis qui en sortaient étaient à taille humaine et rouges, capables de tout ravager sur leur passage. La comparaison avec les insectes fit émettre un petit rictus de dépit à Tery.

« Sincèrement … J’ai l’impression que dès qu’il s’agit de bien faire, le monde sous toutes ses formes décide de nous en empêcher. »

« C’est toujours ainsi. Sans rentrer dans le conte pour enfants, dis-toi qu’au bout du chemin, les bienfaits seront récompensés, Tery. Est-ce que tu comptes abandonner ? »

« Pas le moins du monde. Je n’ai pas de raison d’abandonner. Simplement, je ne peux pas tenir tête plus longtemps à l’empereur et … j’ai parfois l’impression qu’il n’a pas tort. Je ne sais pas pourquoi mais j’ai le sentiment que … je suis parfois de son côté. »

« C’est sûrement la fatigue psychologique, Tery. Par contre, je note une autre chose venant de ta part : tu t’es décidé à revenir m’attendre à la guilde encore ce soir. »

« Hahaha … Je suis désolé. Simplement, à part toi, je n’ai pas vraiment de contact avec autrui. Dans le château, je n’ai guère de personne avec qui communiquer. Par contre, cette fois-ci, j’ai prévenu l’empereur de l’endroit où je me trouvais. »

Elle haussa un sourcil, cherchant à lui demander si c’était une bonne chose ou non. Il répliqua que c’était mieux que de mettre la capitale à feu et à sang pour tenter de le retrouver, non ? Car visiblement, l’empereur n’en avait pas fini avec lui.

« Je suis assez las et fatigué, je dois t’avouer, Héraisty. Mais si je vais me reposer, qui sait ce qui va m’attendre demain au réveil ? »

Et ça ne sert à rien de lui dire qu’il avait plus ou moins « peur » de la situation. Elle lui signala qu’elle n’était pas franchement mieux de ce point de vue. Elle était toute aussi soucieuse que lui et qu’elle était inquiète par rapport au devenir de la capitale.

« Et pas seulement d’elle. Le royaume tout entier va être chamboulé. Des villes de démons qui n’ont jamais vu le roi ou ne serait-ce qu’un noble de la capitale, vont être prises dans toute cette histoire alors que leurs habitants ne demandaient rien. »

« C’est exact. Tout ça … parce que j’ai décidé de vouloir faire changer les choses. »

« Pour le meilleur, Tery. Pour le meilleur. Il ne faut pas que tu oublies que ce que tu as décidé de faire, c’est pour une bonne cause. »

Une bonne cause. Elle plaisantait, n’est-ce pas ? En un sens, c’était juste pour satisfaire son désir personnel de retrouver ses compagnons de la surface. Aider les démons, cela n’avait été qu’un simple objectif secondaire … et encore.

« Je ne suis pas aussi bien que tu le crois, Héraisty. »

« Oh, ça, par contre, tu vois, je n’en doute pas un seul instant. Disons que tu es au-dessus de la bonne moyenne des démons, ce n’est pas pour autant que je vais faire une statue en ton honneur, hein ? Désolée pour tes chevilles. »

« Qu’est-ce que tu es idiote quand tu t’y mets, hein ? »

Néanmoins, elle avait réussi à le faire sourire. Oui, un sourire franc. Ah … Et pour l’occasion, ils allaient manger à nouveau ensemble alors qu’il dormirait chez elle encore une fois. Il avait un peu l’impression d’être comme un parasitre qui s’accrochait à elle.

« Tiens, pour la peine, vu que tu vas encore venir dormir chez moi aujourd’hui, Tery, tu sais quoi ? C’est toi qui sera de corvée de cuisine. »

« Si tu n’as pas peur du résultat … pourquoi pas ? Mais il va falloir que tu te prépares mentalement, physiquement … et psychologiquement à tout ça. »

« Rassurant, vraiment très rassurant. Et il dit ça avec un tel naturel que je suis déjà inquiète pour ma santé. Et bien, tu sais quoi ? Je vais prendre le risque de goûter à ta cuisine, Tery. Qui sait, peut-être que tu auras trouvé une autre vocation ? »

Une autre vocation ? Quant elle s’exprime de la sorte, il se demande si elle est sérieuse. Mais à voir comment elle le regarde, il comprend bien rapidement que non. Sincèrement, lui finir comme cuisinier ? Il se voit pas du tout avec un tel titre.

« Enfin bref … Tu me diras ce que tu en penses. »

Car bon, ils ne vont pas tergiverser trop longtemps sur le sujet. Le jeune homme aux cheveux bruns prépare le repas et laisser Héraisty être la seule maîtresse de son choix. Elle peut goûter à sa nourriture, s’étouffer et s’étrangler avec … ou alors l’apprécier, tout simplement.

Le résultat arrive néanmoins très vite. La demoiselle aux yeux rubis finissant par acquiescer tout en déclarant que c’était excellent. Ainsi, il est satisfait de la réponse obtenue et c’était ce qui lui convenait. Bon ben, avec tout ça, ils peuvent maintenant … se préparer ? Encore du brouhaha autour d’eux. Et pourtant, ils sont chez Héraisty.

« Qu’est-ce qui se passe encore ? Ce sont les soldats ? »

« Allons voir, Tery. C’est mieux que rien. » dit-elle alors que Tery s’est déjà levé. Le repas étant terminé depuis trente bonnes minutes, ils digèrent et parlent de tout et de rien.


Ouverture de la porte … mais aucun soldat n’est présent. Non, ce sont juste des démons qui s’affèrent, avec de lourds sacs sur le dos. On pourrait presque croire qu’ils partent en voyage. Pour autant, en vue du regard qu’ils ont à l’heure actuelle, il n’y avait que peu de chance que ça soit vers une destination des plus plaisantes.

« Qu’est-ce qui vous prend ? »

« On préfère fuir ! On va à la surface ! L’empereur est devenu complètement fou ! On ne veut pas mourir parce que nous ne sommes pas comme les autres ! Car l’un des membres de notre famille a commis une erreur ! »

« Il faut patienter ! L’empereur va se calmer, il n’y a pas besoin de vider les rues de la capitale. Vous n’avez pas à vous … »

« Vous n’avez qu’à dire ça au monarque, vous ! C’est facile quand on est une renifleuse royale mais qu’on a aucun sang noble ! »

« Mon sang n’a rien à voir avec cette folie qui habite tout le monde ! » s’exclama Héraisty, visiblement très irritée par ce qu’elle venait d’entendre.

« Ouais, ben vous faites ce que vous voulez, nous on s’en va ! Allez, suivez-moi ! »

« Pas de sang noble ? Famille ? » demanda Tery alors qu’elle refermait la porte avec rage. Elle était très irritée et peut-être que …

« Ca ne te concerne pas, Tery. Je crois que je vais aller me reposer aujourd’hui. Ca sert à rien. Si je vais travailler, je risque de faire n’importe quoi. Ils ont réussi à m’énerver ces idiots. »

« Je ne peux pas te conseiller de te calmer. Je ne connais rien à ta situation. »

« Me calmer ? Mais je suis calme. C’est toute la capitale qui devient complètement folle ! Et l’empereur n’est pas mieux ! C’est de la pure psychose et folie qui animent les rues ! »

Et ça, personne ne cherche à stopper cette folie avant qu’il ne soit trop tard. Tery ne peut qu’acquiescer en silence mais … ses discussions avec l’Empereur n’ont malheureusement rien donné. Il ne faut pas se bercer d’illusions. Il est impossible à l’heure actuelle de prévoir ce qui va se passer.

« J’imagine qu’à la surface, ça ne doit pas être franchement mieux. Ah … »

La surface … Il aimerait tellement savoir au sujet d’Elise et les autres. Mais pas seulement ! Il voudrait aussi en savoir plus par rapport à Elen et le reste. Est-ce qu’ils vont bien ? Qu’est-ce qu’il ne ferait pas … pour avoir un courrier ou autre. Ici, les lettres ne peuvent pas passer. C’est deux options différentes.

Il est possible d’écrire et tout le reste hein ? Mais … Ce n’est pas pareil. Ce n’est pas du tout la même chose. Il y a visiblement deux types de lettres. Une qui est capable de voyager dans le monde souterrain, l’autre à la surface. Bref, il est juste pieds et mains liés à tout ça.

« J’imagine que si je veux des nouvelles, il me faudra … me débrouiller tout seul. »

Vu qu’il parlait à voix haute, Héraisty se tourna vers lui, demandant qu’est-ce qu’il était en train de raconter. Sans chercher à se voiler la face, il lui signala juste qu’il voulait des nouvelles d’Elise mais aussi de quelques personnes à la surface. Rien de plus.

« Roi Royan ! Roi Royan ! Il faut absolument que vous veniez voir ça ! »

« Hum ? Vous semblez sous le choc. Qu’est-ce qui vous prend ? »

Il était seul. Manelena et les autres ne pouvaient pas toujours rester à Traslord. Chacun avait ses fonctions et un objectif à accomplir. Pour autant, le soldat qui venait de s’adresser à lui tait surpris et inquiet. Il était même un peu effrayé.

« Un enfant … Il y a un enfant démoniaque qui veut vous voir. »

Un enfant démoniaque ? Quelle est cette blague ? Le soldat n’a pas l’air de plaisanter, ça serait de toute façon une mauvaise idée que de vouloir faire une blague à son roi. Pour autant, s’il y avait vraiment un enfant démoniaque ici, il fallait l’interroger.

« As t-il expliqué la raison de sa présence ici ? Il a quel âge ? Il sait s’exprimer ? »

« Il doit avoir une dizaine d’années. Il semble très débrouillard mais est affamé et blessé. De ce qu’il a bien voulu nous dire, il n’est pas seul mais il a été envoyé par les autres. Il a été honnête, très honnête à ce sujet. Ils ont envoyé un enfant car il sera plus facile pour lui de communiquer avec nous. »

« Hmm … Utiliser un enfant, soient ils sont désespérés, soient ils ne ressentent aucune honte … Enfin bon, allons voir ce que cet enfant va nous raconter. » termina de déclarer Royan, se disant qu’aujourd’hui allait être une sacrée journée au final.

L’enfant démoniaque était resté devant le palais royal, incapable de se mouvoir et d’avancer car les gardes bloquaient le chemin. Si on rajoutait que de nombreux badaux le regardaient, attendant de voir et comprendre pourquoi il était ici, il était vraiment le sujet de toutes les attentions, ce qui n’était pas forcément fait pour plaire à l’enfant.

« Comment t’appelles-tu ? »

« Hanon, messire … euh … le roi ? » dit l’enfant démoniaque, visiblement pas très rassuré par la présence des soldats autour du roi.

« Quel âge as-tu exactement ? » continua de poser Royan comme question, les bras croisés. Même s’il avait à peine la majorité depuis quelques mois, il restait impressionnant par son allure et sa stature. Difficile de croire qu’il y a quelques années de cela, il voyageait comme si de rien n’était avec ses compagnons.

« Neuf … Neuf ans … messire … le roi. »

« Peux-tu me dire ce que tu viens faire au beau milieu de la capitale de Traslord sachant que ton peuple est ennemi avec le mien ? »

Le voilà en train de déglutir, comme s’il comprenait enfin où il était à l’heure actuelle. L’enfant baissa les yeux, tremblant de tout son être alors que les gardes le regardaient avec appréhension. L’un des citoyens murmura :

« C’est qu’un gamin. Est-ce que le roi est vraiment … obligé de lui parler ainsi ? »

« Dis pas de conneries. C’est justement parce que c’est le roi qu’il peut pas se permettre de montrer une marque de faiblesse. Ca reste un enfant démoniaque. »

« Oui mais quand même … ça chnge pas qu’il est complètement terrorisé le gamin. »

« Hey … c’est peut-être un stratagème de sa part ? Qu’est-ce que tu veux ue je te dise ? Je suis pas plus au courant que vous autres hein ? »

« Je … Je … J’ai été envoyé … par les autres … membres de notre … groupe. Je … Nous sommes une communauté … de démons proches de la surface et … Et … nous avons apprisq que l’empereur … veut … veut … »

« Essaies de ne pas mâcher tes mots. Tu es devant le peuple de Traslord. Tiens-toi droit, relèves la tête et reprends la parole. »

« L’empereur … l’empereur … Malark. Il … De ce qu’ils m’ont dit, il fait … une chasse aux démons … des grandes familles et … et … c’est la peine de mort. Nous avons décidé de fuir car … même si nous n’avons aucun rapport avec ça, il … il risque de … nous tuer. »

« Chasse aux démons des grandes familles ? Vous tuer ? »

Il n’est pas fou. Des années d’expérience à observer de telles réactions lui font que confirmer que l’enfant est vraiment terrifié et terrorisé par ce qui se passe. Mais …

« Est-ce que vous avez des adultes ou autres dans votre groupe ? Des doyens ? Des hommes ou femmes capables de mieux s’exprimer que toi ? »

« Oui … oui mais … Ils disaient que … »

« Je n’ai pas besoin d’en savoir plus. Si ces derniers veulent s’exprimer, qu’ils viennent par eux-mêmes. Tu peux retourner auprès des tiens. »

« D’… D’accord. Merci, messire le roi, merci pour tout ! »

AH ! Cela voulait dire une seule et unique chose : il fallait prévenir Manelena à ce sujet. De ce qu’il avait compris, ce n’était pas le premier groupe de démons à venir à la surface … mais de là à chercher à prendre le contact directement avec le monarque d’une nation, c’est que ces démons étaient vraiment désespérés.

« La situation risque de dégénérer plus qu’on ne le pensait. »

L’enfant était parti mais pas sans rien. Il avait demandé à ce qu’on lui apporte un petit sac de nourriture avec quelques livres. Il n’était guère sûr que ça soit suffisant pour ce groupe dont au final il ne savait pas la taille mais qu’importe. Ce n’était pas ses affaires … pour le moment. Ah … Et il allait devoir parler avec ses conseillers.

« Quelle situation vraiment déplaisante en fin de compte. »

Oui, ils avaient discuté longuement de voir pour un projet de paix avec les démons. Indirectement, cela permettait peut-être de revoir Elise et Tery. Mais voilà, il semblerait que la situation s’était accéléré bien plus qu’il ne le pensait.

« Qu’est-ce que cela va donner ? Elise … Pourquoi tu n’es pas là ? »

Si on lui avait dit il y a quelques années qu’il ouvrirait son coeur à une femme, il n’y aurait jamais cru. Ses grands frères se seraient moqués de lui en lui disannt qu’il devenait un homme et qu’il était temps pour lui de penser à ça.

Ses grands frères. Dire qu’ils sont morts … depuis déjà tout ce temps. Pourquoi est-ce qu’il est nostalgique ? Ce n’est pas dans ses habitudes pourtant. Est-ce que cet enfant ? Non … C’était tout simpelemnt ridicule.

« Je devrais arrêter de montrer ne serait-ce qu’une marrque de faiblesse. »

Et maintenant ? Et bien, écrire la lettre à Manelena, l’envoyerr et attendre une réponse. Il lui demandera s’il lui est arrivé la même chose ou non. Et ensuite ? Et bien … Il faudra voir si les démons oseront venir ou non.

« S’ils continuent d’envoyer un enfant, ils ne méritent même pas la peine que je m’intéresse à eux. Par contre, s’ils ont le courage de me faire face … »

Alors, là, ça sera vraiment différent. Ils pourront ouvrir le dialogue et chercher une solution … à leur problème. Tout n’était qu’une question de tolérance et d’acceptation de l’autre.

« S’il … S’il vous plaît ! Ne faites pas de mal à ma femme et mes enfants ! »

« Tssss … Que pensais-tu en venant ici avec ta famille, foutu démon ? Tu n’as pas l’air de comprendre ta position. »

« Attendez ! Je vous en prie ! Non ! Nous … Nous avons fuis … les souterrains et … »

« Ta vie ne nous intéresse pas. » coupa sèchement la voix, guillotinant d’un mouvement de la lame la tête du démon. Celle-ci roula au sol en même temps que le corps tombait sur ce dernier, un cri d’épouvante sa faisant entendre de la part de la femme à cornes qui serrait ses deux enfants dans ses bras.

« Lai… Laissez-les partir. Ils … Ils sont si jeunes, ils … ils méritent pas de subir nos erreurs ! Ayez un coeur ! »

« Un coeur ? Pour des engeances démoniaques comme vous ? Quelle blague ! »

Et ni une, ni deux, la lame vint se planter dans la chair de la femme, traversant son corps pour pénétrer aussi celui des deux enfants, tuant les trois démons sur le coup. L’être aux écailles bleues extirpa sa lame, faisant un geste de sa main libre pour créer un peu d’eau, nettoyant le sang sur son arme comme si de rien n’était.

« Une fuite … Les démons fuient leurs grottes. Faites passer le message aux autres. Il semblerait que nos jouets ont décidé de se présenter à nous d’eux-mêmes. Tant mieux, nous n’avons pas besoin de ces relations avec les honoriens. »

« J’ai un message urgent des envoyés sur le front ! »

Un second mékalarmien était en train de se frayer un passage jusqu’à celui aux écailles bleues, tenant une lettre entre ses pattes. Certains êtres n’avaient guère confiance en ces lettres capables de voler, ils préféraient la méthode traditionnelle. Il récupéra la lettre, l’ouvrant avant de la parcourir, un léger sourire se dessinant sur sa gueule couverte d’écailles. Il murmura :

« Parfait … Le projet semble être opérationnel. Reprenez cette lettre et transmettez-là aux autres fronts. Les démons ont prouvé leur utilité. »

« C’est au sujet de ce village d’honoriens aux abords de nos frontières ? » questionna un autre soldats à écailles.

« Exactement. Ils ont décidé de nous tenir tête … et ils viennent d’en payer le prix. Leur existence a été balayé d’un revers de nos armes. »

« Pendant des décennies et des siècles, nous avons tenté maintes fois d’apprendre à manipuler tout ceci. Et dire qu’il fallait juste attendre que les démons se présentent à nous, hahaha ! »

Un rire quitta à nouveau les lèvres du mékarlarmien. Celui-ci passa une griffe sur son arme, une lueur noire émanant légèrement d’elle. Oui … Les démons avaient été utilisé à la perfection. Cette fois-ci, nul être n’osera se mettre en travers de Mélakarma !

Chapitre 47 : Chasse aux démons

Chapitre 47 : Chasse aux démons

« Alors ? Comment ça s’est passé cette nuit, Tery ? »

« Bien mieux que je le pensais, Héraisty. Je devrais te remercier, je crois. Ca m’a fait du bien … même si ce n’est pas un lit dans un palais royal. »

« Hey, monsieur le nobliau avec des goûts de luxe, j’imagine que je ne propose pas quelques tartines avec de la confiture et du beurre ? »

« Bien sûr que si mais seulement si vous vous occupez de la petite mèche rebelle qui pointe au beau milieu de votre front. »

Comme piquée au vif, la démone aux cheveux verts poussa un cri de surprise avant de partir aussitôt pour se refaire une beauté. Lui ? Il souriait faiblement avant de se remettre correctement debout. Bon … Ce n’était pas tout ça mais maintenant ?

Il jeta un œil à Clari. La demoiselle de pierre n’avait vraiment pas bougé un seul instant de sa position. Elle était parfaitement immobile, comme il l’avait laissée hier. On pouvait croire à une statue … mais en même temps, c’est ce qu’elle était quand elle attendait un ordre.

Mais c’était une statue à qui il devait la vie. Il n’allait pas pouvoir ramener Héraisty dans ses problèmes. Il devait se préparer au « pire », il fallait avouer. Du moins, le pire, c’était un bien grand terme à l’heure actuelle. Ce n’était pas si grave que ça non plus. A … qui est-ce qu’il faisait croire ça ? Même lui savait parfaitement que ce n’était pas crédible du tout ce qu’il était en train de penser à cet instant.

« Tu n’étais pas obligé de m’attendre, Tery, si tu avais faim. »

« Je suis l’invité, je peux patienter, hein ? Je serai plus que malpoli si je décidais de me nourrir chez autrui sans demander la permission. »

« Hahaha ! Fais attention quand tu parles ainsi, on dirait presque tu es très sérieux dans ton rôle. Cela pourrait être assez amusant à bien y réfléchir. »

« Tu plaisantes mais ma mère, même si elle vivait dans un petit village alors qu’elle était auparavant une fille de nobles, elle m’a toujours appris les bonnes manières. »

« Sauf que j’imagine que tu ne les respectais pas vraiment, c’est bien ça ? »

Il eut juste un petit rictus amusé. Elle marquait … un point. Hahaha ! Un gros point d’ailleurs mais bon ! Ah … Sa mère lui manquait terriblement … et pas uniquement elle d’ailleurs. Il regarda alors la démone en face de lui avant de reprendre la parole :

« Qu’est-ce que tu vas faire de ton côté ? »

« Et bien, aller au travail, pour ne pas changer. Que tu aies été mon invité ne doit pas m’empêcher de faire mon travail hein ? »

« Ce n’est pas faux. Moi-même, de mon côté, je dois retourner au château. Merci pour tout. »

Il ne va pas rester plus longtemps dans cet endroit. Pour la sécurité de la démone mais aussi le reste … il doit vraiment … chercher à voir si le monarque s’est calmé. Pour autant, alors qu’il se dirige vers la porte, Héraisty se place à ses côtés, inquiète.

« Attends un peu … C’est quoi ce brouhaha dehors ? »

Elle pose une question qu’il avait lui-même en tête. Dès l’instant où il s’était rapproché de la porte d’entrée, un tintamarre de se faisait entendre. Ouvrant la porte discrètement, Tery jeta un œil ainsi qu’Héraisty, les deux personnes regardant par l’entrebâillement.

« Qu’est-ce que … C’est quoi ce boucan ? »

La question ressemble à celle qu’Héraisty a posé mais pour une bonne raison. Des soldats, toute une troupe, se déplace dans la rue, en marche, dirigée par un autre démon encore mieux équipé pour son arme et son armure.

« J’en ai strictement aucune idée … mais normalement, ça ne devrait pas arriver. Qu’est-ce qui se passe par ici ? HEY ! Lanar, t’as une idée ? »

Et oui, après avoir attendu que les soldats soient assez éloignés, Héraisty s’était tout simplement adressé au démon qui habitait dans le bâtiment en face d’elle. Lui aussi avait ouvert à moitié la porte pour jeter un œil, finissant par répondre :

« Je sais pas trop, Héraisty. Paraitrait que l’empereur Malark a envoyé plusieurs troupes dans les rues de toute la capitale. Semblerait qu’ils viennent prendre quelques démons spécifiques pour les emmener on ne sait où. »

« J’imagine qu’en vue de cet acte, les démons n’apprécient pas de se faire traîner. »

« Pas du tout, tu veux dire ! Semblerait bien que ça soit au goût de personne. Toi qu’est renifleuse, tu peux pas … hey ! Attends un peu ! C’est qui ce type ? »

« Euh … Bonjour ? Je m’appelle Tery. Enchanté, je crois bien ? »

« Tery comme le chevalier de la princesse Elise? Wooooooh. Je vais plutôt refermer la porte derrière moi et faire comme si j’avais rien vu, je crois. »

« Hey, mais attends, tu vas pas t’imagi … » commença à dire Héraisty mais rien à faire, l’autre démon avait vraiment claqué sa porte, s’imaginant sûrement des choses stupides.

« Je crois qu’il vaut mieux que j’aille retrouver le monarque tout de suite. »

« Fais attention à toi. D’après ce que l’on peut comprendre, il ne semble vraiment pas en état de vouloir discuter avec vous autres. »

« Je le sais bien … Mais j’ai une idée de ce qu’il prépare. Enfin, nous en avons un peu parlé hier, toi et moi. Je ne pensais pas qu’il mettrait tout cela en position dès maintenant. »

« Mû par la rage, certains peuvent entreprendre des décisions stupides, Tery. »

Pas besoin qu’elle le lui dise ! Il en sait quelque chose à ce sujet ! Il en est le parfait exemple, même ! Il émet un petit rictus de dépit en lui promettant qu’ils se reverront le plus tôt possible, ce soir même si c’est le cas.

Elle lui répondit dans un sourire qu’il ne commence pas à croire qu’elle invitait un démon chez elle tous les soirs hein ? Pour autant, elle lui murmura qu’il était la bienvenue quand il le désirait. Il était ici comme chez lui. Il trouva la formulation un peu exagérée mais elle lui dit d’une voix douce :

« Je considère que tu es l’un des rares démons voire le seul que j’estime assez proche de moi. A toi d’en conclure ce que tu penses mais saches simplement que tu n’as pas à t’inquiéter à mon sujet. Je serai toujours de ton côté. »

« Merci beaucoup. Il en est de même pour moi. Tu es la seule démone en qui j’ai vraiment confiance dans le royaume. Si un jour, je dois … aller à la surface pour toujours… »

« Je pense que j’irai préparer mes bagages pour ça. » coupa tout simplement la démone tout en continuant de lui sourire, l’air de rien.

« Bon ben … Si tout est bon, prends soin de toi, Héraisty. »

Il aurait presque envie de l’enlacer mais non, il doit se retenir. C’est une amie, rien de plus. Enfin, une amie proche même si … contrairement à Elise et les autres, le fait de ne pas être en permanence ensemble, c’est étrange comme relation. Lui pour qui tout le monde était un étranger s’il n’était pas à ses côtés en permanence.

Ah … Enfin bon, il était maintenant dehors, il avait eut de quoi se sustenter et il avait accompagné Héraisty jusqu’à la guilde des renifleurs, la laissant là-bas avant de se mettre en route vers le palais impérial. Pour autant, à peine avait-il fait un mouvement pour se présenter que deux soldats l’arrêtèrent tout en disant :

« Tery Vanian ! L’empereur vous attend depuis des heures ! Venez absolument ! »

« Depuis des heures ? Qu’est-ce qui … »

Oui, bon ! Pas le temps de parler, il semblerait ! Le jeune homme se déplace avec vélocité dans les couloirs du palais, accompagné par les soldats comme il s’en doutait. Ces derniers ne voulaient pas le relâcher mais d’après leurs réactions, ils étaient … comme effrayés ?

« Le voilà ! Rentrez vite, Tery ! Et s’il vous plaît, faites quelque chose ! »

Même ceux à la porte étaient terrifiés. Bon, d’accord, c’était clair sur une chose : toute cette histoire allait très mal se terminer. C’était définitif : ça sentait vraiment le fumier … et s’il ne faisait pas correctement attention, il était sûrement le prochain sur la liste que l’empereur Malark venait d’établir.

« AH ! Te voilà enfin ! Où étais-tu ?! D’après les servantes, tu n’étais pas présent dans le château de toute la nuit ! Qu’est-ce que cela veut dire ?!Est-ce que tu aurais des choses à te reprocher, Tery Vanian ?! »

« Je n’étais pas dans le palais mais si j’avais chercher à fuir, empereur Malark, je ne serai pas revenu de ma propre personne. »

« Assez ! Je n’ai pas de temps à perdre avec ces absurdités ! Sais-tu au moins pourquoi je t’ai appelé ici ? Fais attention à tes propos ! »

« J’imagine que c’est en référence à ce qui se passe dans la capitale à ce moment précis. »

« Je n’ai donc pas besoin de te donner des explications. Tant mieux, cela fera un gain de temps conséquent. Puisque tu es maintenant prêt, nous … »

« Empereur Malark, sauf votre respect, n’est-ce pas un peu … précipité ? »

Sincèrement. Il n’était pas convaincu que ça soit une bonne chose ce qui était en train de se produire. Pire encore, cela risquait très vite de … dégénérer, non ?

« Bon nombre de démons commencent à fuir mais la capitale est bloquée et fermée. Nul ne peut la quitter pour plusieurs jours, sauf avec de très bonnes raisons. Et mes propres chevaliers sont à chaque issue. Je n’ai pas confiance en ce menu fretin. »

Exagération … encore et toujours. Il n’avait pas l’impression de trop en faire une nouvelle fois ? Non, il ne fallait pas le lui dire sinon, il risquait de réagir d’une mauvaise façon. Il devait juste attendre de voir pourquoi il avait chercher à le contacter.

« Déjà plusieurs dizaines de démons sont capturés et emprisonnés. Tous sont issus de familles qui ont eut un rôle plus ou moins important dans cette affaire. »

« En parlant de familles, est-ce que les plus hautes placées sont déjà touchées ? »

« C’est aussi en cours … je ne ferais aucune restriction à ce sujet. Toutes doivent payer le prix de leurs méfaits. Qu’ils comprennent ce qui leur en coûte de s’opposer à moi. »

« D’accord, d’accord … tant mieux alors. » murmura simplement le jeune homme aux cheveux bruns, comme si c’était l’évidence même. Pour autant, l’empereur haussa un sourcil avant de reprendre la parole :

« Tu ne cherches donc pas à m’arrêter ? »

« Qu’est-ce que j’y gagnerai réellement, empereur Malark ? Je n’ai aucune raison de vous arrêter … car je veux qu’ils payent tout autant. Il va y avoir par contre bon nombre d’innocents qui vont être jugés pour des actes qu’ils n’ont pas commis ou connus. »

« Rares sont les membres d’une famille noble à ne pas être au courant des méfaits de leurs aînés ou aieux. Il en est ainsi avec tous les démons. Ce sont des êtres vantards et vaniteux. »

« Et donc, indirectement, tous les démons sont donc aptes à choisir ce qui est bon ou mauvais ? Quelles sont les bonnes décisions et les mauvaises ? »

« Non … Ce n’est pas aussi simple que ça. Les enfants ne le sont pas. »

Ah ? Il réfléchissait quand même aux enfants ? Sur le coup, c’était maintenant lui qui était plutôt étonné que le monarque pense à ces derniers. Il ne s’attendait pas vraiment à cela. Mais pour autant, en agissant de la sorte, il …

« Ces enfants auront une raison de me haïr mais qu’importe. Au moins, le sang vicié de leurs familles finira par être purgé. »

« C’est une solution vraiment extrême, empereur Malark. Comment est-ce que les citoyens normaux vont réagir en apprenant ceci ? »

« Ils n’auront pas réellement leur mot à dire à ce sujet. Ces démons qui ne se sont jamais sentis concernés par les actes commis au sommet ou devant leurs yeux n’ont pas à donner leurs avis ce qui est bon ou mauvais. »

« Tous n’ont pas forcément l’intelligence pour ! Même moi, je ne suis qu’un simple … »

« Un simple quoi ? Un simple démon capable d’invoquer un golem ressemblant à une humanoïde de la surface dotée d’un semblant de propre conscience ? Un simple démon qui a réussi à ouvrir des portes fermées des millénaires, bloquant le passage entre la surface et les profondeurs ? Un simple démon comme toi ? Si tu es aussi … simple, qu’est-ce que les autres sont ? Ne devraient-ils pas avoir honte d’être moins qu’un simple démon comme toi ? »

Le monarque a un léger rictus mauvais tout en s’adressant à lui Humpf … Il sait parfaitement où il veut en venir … mais il ne lui fera pas ce plaisir, empereur ou non. Il ne lui tiendra pas tête … mais il ne cherchera pas à lui donner raison.

« Un simple démon comme toi … n’est-ce pas ? »

« D’accord, c’est bon … et ensuite, maintenant ? Pourquoi est-ce que je suis ici, empereur ? »

Autant poser la question directement. Il n’a plus la motivation de lutter inutilement. Il veut juste savoir plus ou moins … ce qui est en train de se passer. Et pour ça, il doit obtenir des réponses. Qu’est-ce qu’il va y avoir exactement ?

« La surface, tu vas y retourner, que tu le désires ou non, Tery Vanian. »

« Pour quelle raison avait-vous besoin de moi à la surface ? » demanda t-il une nouvelle fois, cherchant une réponse à cette question.

« Pour diriger les troupes qui iront parcourir les plaines des différents royaumes pour retrouver la trace d’Elise et des autres … mais aussi d’Haiktos et Halyza. »

« Co… Comment ça ? C’est … Ils sont partis à la surface eux aussi ? »

« Enfuis plutôt. Pour l’instant, rien n’est confirmé à ce sujet mais qu’importe, mes propres agents sont sur leurs traces. Ils n’ont pas pour ordre de les tuer, ça sera toi qui te chargera de cela. Tu veux te faire pardonner pour tes échecs, n’est-ce pas ? »

« C’est exact … bien qu’en vous écoutant, il semblerait que … »

« Il n’y a pas de faux semblant. Ces … gnomolds doivent disparaître, comme les êtres qui vivent à leurs côtés. »

Une annihilation pure et sans ombrage. Il n’est vraiment pas certain de pouvoir supporter une telle décision très longtemps. Le jeune homme aux cheveux bruns a un petit rictus. C’est beaucoup trop … il exagère. Il y a trop …


Non ? En un sens, ça semble légitime. Sa réaction … elle n’est pas si exagérée ? A bien y réfléchir, n’est-ce pas plutôt normal qu’il réagisse ainsi ? Ses enfants, ses seuls enfants qui étaient dignes d’être ses héritiers, ont faillit être tués à la surface. Ils sont maintenant portés disparus, sans que les démons ne sachent où ils se trouvent.

La réaction de l’empereur est normale … mais à la différence d’un démon comme on en voit dans les rues, tous les jours de la semaine durant, c’est que l’empereur a le pouvoir d’exprimer la rage qu’il a à l’heure actuelle, contrairement à d’autres. Et cette rage ? Il la comprend parfaitement. Il peut aussi la ressentir.

Oui … Pourquoi est-ce qu’il a cherché à s’opposer aux actes de l’empereur ? Ils sont normaux. Ils sont légitimes. Il a le pouvoir et il peut l’utiliser à sa guise … surtout que ses raisons sont assez nobles. Purifier les familles de nobles trop dévorées par le pouvoir et l’ambition. Oui … Cela ne pourrait faire que du bien.

Mais la surface ? Tous ne sont pas si mauvais que ça non ? Les gnomolds … Même si la majorité d’entre eux était de véritables ordures, comme les nobles de la surface, que les Mélakarmiens méritaient eux aussi en grande majorité de mourir et … Hein ? Pourquoi est-ce qu’il avait ce de mode de pensée ? Etait-il fatigué à force ?

Non … Il ne devait pas … succomber … à la facilité comme l’empereur. S’il se laissait avoir de la sorte, tout allait mal se finir. Il ne devait pas … Il devait plutôt stopper l’empereur. Il devait le faire pour ses enfants, il devait le faire pour Elise. Elle devait espérer qu’ils arrivent à mettre ce projet en avant, même sans elle.

« Je dois le faire … pour elle, Wendy et Zalek. »

Comment avait-il eut l’idée même de s’abandonner à tout ça ? C’était triste … vraiment triste de sa part de réfléchir de la sorte. Même si cela devait l’emmener au final à s’opposer à l’Empereur, il devait le faire pour eux.

« Empereur Malark. Si vous voulez purifier les familles de démons, c’est une chose … mais de là à vouloir faire la guerre sur tous les fronts, c’est de la pure folie. Je peux vous en dire quelque chose vu que le dernier roi à avoir fait cela … en est mort à la surface. Je vous aie raconté son histoire en partie. Il s’agissait du roi de Shunter. »

« Ce roi était faible. Ou alors, insinuerais-tu que je suis aussi incapable que ce dernier ? »

« Pas le moins du monde. Mais vous vous … précipitez beaucoup trop vite … et il faudrait que vous réfléchissiez vraiment à une ambassade à la surface pour … »

« ASSEZ ! TU AS BIEN VU CE QUE LE RESULTAT DE VOS IDIOTIES NON ?! »

Un nouvel hurlement de la part de l’Empereur. Bien entendu que ce dernier n’allait pas accepter aussi facilement une telle proposition alors que la précédente avait échoué. Il devait penser aux trois enfants royaux, il devait y arriver ! Que ça soit pour eux … ou ceux de la surface ! Une nouvelle guerre totale serait de la folie !

« Non … Ca ne sera pas pareil. Ca sera une … ambassade … et un avant-poste. Cette fois-ci, ça ne sera pas … à nous de faire les premiers pas. »

« Qu’est-ce que … tu veux dire par là, Tery Vanian ? »

« Nous serons préparés aux assauts s’ils décident de nous attaquer. Nous répliquerons et éliminerons tous ceux qui s’en prendront à nous dans les alentours. Nous ferons des choix. Ceux qui seront ouvertement nos ennemis seront balayés, comme les gnomolds. Mais ceux qui font des efforts de paix seront récompensés. »

« La diplomatie n’est pas aussi simple qu’être des adversaires ou des alliés, Tery. Certains pourraient aisément te poignarder dans le dos. »

« Comme ces fameux diplomates qui étaient pourtant des êtres prévus pour améliorer nos relations à la surface. » rétorqua le démon aux yeux émeraude, serrant les dents et les poings. « Alors qu’à côté, les mercenaires engagés étaient parfaits ! Il aurait fallut inverser les deux groupes … et nous aurions réussi quelque de correct ! »

« Ce qui est fait … est fait. Quel est l’intérêt maintenant ? »

« Si Elise et les autres sont à Shunter, comme je le penses, peut-être que … nous pourrions voir pour communiquer avec eux ? Pour les récupérer ?

« Et si ce n’est pas le cas ? Si ces primitifs ont tué Elise, son frère et sa sœur ? Comment est-ce que tu comptes réagir ? Tu voudrais me faire croire … qu’il y a encore une chance ? Alors que tu n’as aucune preuve concrète que tout se passerait bien ? Tu m’as laissé un faux espoir une première fois, Tery Vanian. J’ai l’impression que tu crois pouvoir me manipuler aussi aisément que mes enfants. Je vais devoir te faire comprendre ce qu’il va t’en coûter. »

« Faites tout ce que désirez sur ma personne, empereur Malark … mais laissez-moi encore y croire un peu. Je ne peux pas abandonner … toutes ces années … une nouvelle fois encore. »

C’était impossible. Pas encore. Tout ce temps passé aux côtés d’Elen, Manelena et les autres. Il voulait croire que tout n’était pas à jeter. Mais en même temps, justement, le résultat de toute cette histoire : l’ouverture des portes démoniaques, il était le seul responsable du drame qui s’était produit.

« Je peux encore tout corriger … malgré tout ce que l’on me met en face. »

Des épreuves. On ne faisait que lui mettre des épreuves, les unes après les autres. Sans aucune restriction. On cherchait à tout faire pour l’empêcher de réaliser ses rêves. De l’empêcher de retrouver Elen et les autres. Il devait continuer à se battre, encore et encore … jusqu’à arriver à son objectif. Mais avait-il vraiment un objectif ? Il était complètement perdu et déconnecté de tout le reste. Il … n’en était plus aussi certain.

Chapitre 46 : La goutte d’eau

Quatrième axe : Une véritable guerre

Chapitre 46 : La goutte d’eau

« Tery Vanian. »

La voix était froide, glaciale, sombre, sinistre. Tellement de qualificatifs pour définir ces deux mots côtes à côte. Le jeune homme était à genoux, la tête baissée. Il ne la relevait pas. Il n’avait pas le droit. Il ne pouvait pas. Cela était tout simplement impossible. Cela reviendrait à oser faire face au monarque, ce qu’il ne pouvait pas se permettre.

« Où sont mes enfants ? Pourquoi es-tu revenu seul ? »

« Ils ne … sont plus avec moi. Nous avons été agressé par les gnomolds … mais surtout trahi par une bonne partie … des diplomates qui nous accompagnaient. »

« DES EXCUSES ! JE NE VEUX PAS D’EXCUSES ! »

« Ce ne sont pas des excuses … je ne veux pas me dédouaner, empereur Malark. Je suis … J’étais responsable de leur sécurité et j’ai échoué. »

« Et pourtant, tu oses revenir en face de moi. Est-ce un dernier geste empreint de folie ? Ou alors, tu es là pour une unique raison. »

« Je ne sais pas où ils sont, je ne peux pas vous le dire … simplement qu’ils sont dans Shunter. J’ai … quelques lettres qui ont été confirmées comme authentiques. »

« Des lettres ? Et que veux-tu que je fasses de ces lettres ?! Si c’est pour m’annoncer que les deux aînés parmi mes enfants complotaient contre mon dos et les cadets, je n’ai pas attendu d’avoir attendu des lettres pour me confirmer ça ! »

« Ce n’est pas … vraiment ça … Enfin, il y en a … mais bon … la plus importante est écrite de la main d’Elise et je tenais absolument à vous la donner. Est-ce que … »

Il avait juste sorti les lettres, sans bouger. Il ne pouvait pas faire autrement. S’il relevait le visage, cela reviendrait à lui faire front. Il ne … pouvait pas. Pourtant, un coup de pied sur le sol vint lui indiquer qu’il pouvait se rapprocher.

Lentement mais sûrement, il fit quelques pas en direction de l’empereur Malark. Lentement … mais sûrement, il tendit les lettres avec celle d’Elise au-dessus des autres. D’un geste vif, Tery recula rapidement avant de se remettre en position, un genou au sol.

« Pourquoi est-ce qu’Elise … t’a donné cette lettre ? »

« Cette lettre, je ne l’ai pas reçue d’Elise. Elle était sur l’un des cadavres. Ces diplomates … sachant qu’ils ne pouvaient pas me battre, m’ont projeté au loin. Le temps que je revienne jusqu’à la zone de combat et … c’était terminé. »

« D’après cette lettre, elle a préféré partir avec les autres enfants et quelques soldats de confiance. Tout cela à cause de l’arrivée des gnomolds. »

« C’est exact. Les soldats étant des mercenaires pour la grosse majorité, ils n’étaient pas au courant des machinations des diplomates. »

« Et donc certains se sont sacrifiés face aux gnomolds … et ont décidé de protéger les enfants royaux. Tsss … Des êtres qui ne fonctionnent qu’à l’argent et qui, pour autant, ont plus de valeurs que ces fichus nobles ! »

Il serre la lettre entre ses mains avec rage, la froissant alors que le jeune homme aux cheveux bruns est maintenant en train d’observer le visage de l’empereur Malark. Il prend la peine de lire les autres lettres, serrant les dents avant de dire :

« Bien entendu, ceci explique pourquoi ils n’osent plus se présenter à moi et qu’ils sont repartis depuis tout ce temps. »

« Ces lettres, rien n’est dit qu’elles sont authentiques. Seule la lettre d’Elise est … »

« JE RECONNAIS PARFAITEMENT LEURS ECRITURES, TERY VANIAN ! »

Il s’arrête aussitôt dans ses propos, une nouvelle fois, comme paralysé par la peur. Non, la peur est bien réelle, bien concrète. Un seul mauvais geste, un seul mauvais pas et c’est fichu. C’est pourquoi il … il n’ose pas le contredire ou prendre la parole à nouveau. Pourquoi est-ce qu’il a fallût qu’il ouvre la bouche ?! Pourquoi ?!

« Ce n’est pas celle de mes deux aînés … mais bien de leurs plus proches partenaires. Des nobles véreux qui n’ont plus aucune prestance depuis déjà quelques années ou décennies. Des familles en déclin qui sont prêtes à tout pour retrouver un peu de stature. Des déchets comme il faudrait tous les faire disparaître. Des familles qui vont disparaître. »

« Qu’est-ce que … Qu’est-ce que vous … »

« Mes chevaliers vont aller chercher chaque membre des dites-familles qui sont présents dans la capitale. Ils vont servir de leçon. »

Gloups. Le jeune homme aux cheveux bruns a parfaitement saisi le message implicite derrière cette récupération. Une leçon … comme la précédente. Il compte purger le monde des démons. Mais pas seulement, n’est-ce pas ? Car oui, l’empereur le juge.

« Quant à toi, pour ta mission que tu as échouée, qu’est-ce … que je vais faire de ta personne ? Qu’est-ce que tu penses subir ? »

« J’accepterai chaque punition. La mort est même … le choix le plus logique, empereur Malark. Je pensais vraiment … qu’il était possible … de retrouver un climat de paix. Nous avions fait les premiers pas … mais il s’avère que je n’ai pas été assez prudent et … »

« Tu veux vraiment mourir de mes mains ? Pour être libéré de ce poids et de ce fardeau ? »

« Ce n’est pas un fardeau. Simplement, il n’y a rien qui m’attends ici. Je suis … soulagé qu’Elise soit à la surface mais elle m’accompagnait depuis le début … sans même savoir exactement pourquoi. Tout ça à cause de cette voix. Je … suis soulagé mais … seul. »

« Cette voix. Ce n’est pas la première fois que tu en parles. »

Et surtout, le ton utilisé par Tery ne laisse pas de place au doute sur sa sincérité. Il … se sent mal … Il a été vraiment ici … dans le but d’être puni, d’être préparé à mourir mais rien de tout cela ne va arriver … Le monarque le regarde toujours avec ces mêmes yeux chargés de haine et de rage avant de dire :

« Mes enfants étaient vivants au moment de l’écriture de cette lettre. Qui sait si depuis le temps, ils ne sont pas morts ? Comment peux-tu confirmer cela ? »

« Elise … Elle … Elle est capable de se protéger avec des flammes. J’ai déjà remarqué cela auparavant mais ces flammes ne sont pas que … destructrices. J’ai l’impression qu’elle est aussi capable de soigner des plaies … ou de faire s’échapper à la mort les personnes qui l’entourent. Mais ça, c’est elle qui doit le décider … »

« Ses flammes ressemblent à celles d’un oiseau de feu décrit dans nos livres. Il paraîtrait qu’il a été une horreur pour notre peuple pendant des siècles. Il était comme … immortel ? »

« L’oiseau ? Vous ne voulez pas parler d’un phénix ? C’est l’une des créatures gardiennes qui protégeait la surface de l’ouverture des portes démoniaques. »

« Comment … est-ce que vous avez réussi à l’abattre ? »

« En le tuant en continu. Ce n’était pas moi qui en a été responsable mais … disons que j’ai fini dans un sale état … et que voilà, ça s’est exalté en pensant que j’étais mort et que la personne qui a fait ça n’a eut aucun répit jusqu’à être sûre que la créature soit définitivement incapable de se régénérer une nouvelle fois. Chaque être a ses limites. »

Mais pourquoi est-ce qu’il parlait de ça avec l’empereur ? Est-ce qu’il … s’était calmé ? Non, pas vraiment, c’était tout le contraire. L’imposant monarque avait toujours cette envie destructrice dans les yeux … mais en même temps …

« Je devrais te tuer pour avoir faillit à ta mission. Voilà ce que c’est que d’avoir des chimères dans les yeux. La surface a corrompu vos pensées et vos réflexions. A force de trop y penser, vous avez oublié les principes même de la survie. »

Les principes même … de la survie. C’est vrai qu’en se trouvant sous la surface, là où on pouvait se faire tuer en un seul claquement de doigts si on parlait mal ou si on était d’un côté ou de l’autre, c’était pas la même chose qu’à la surface.
Et ce n’était pas franchement mieux. Pour autant, il n’était pas là pour faire une remarque à ce sujet. Ca reviendrait juste à se faire trucider par l’empereur. Celui-ci ne comptait pas le tuer mais ça ne voulait pas dire qu’il n’avait aucune idée en tête … loin de là.

« Cette surface, je lui ait laissé une chance. J’ai voulu croire à vos folles idées que de vouloir prôner la paix avec elle … mais visiblement, je me suis fourvoyé. J’ai été pendant un temps … aussi naïf que vous. »

« Que… Où voulez-vous en venir, empereur Malark ? »

Il n’appréciait pas vraiment la tournure des événements. Il ne la sentait pas du tout ! En fait, il avait même peur d’entendre la suite … mais celle qui arriva n’était pas du tout celle à laquelle il s’attendait. C’était même … tout le contraire.

« Je vais d’abord faire une purge complète des démons désobéissants. Cette fois-ci, les familles ont été trop loin. Je vais aller même lancer sur les familles minoritaires, celles qui sont rattachées aux plus grandes, proches de la surface. »

Les familles minoritaires ? Est-ce qu’il est en train de parler de ces démons qui ne demandent rien du tout ? Ceux qui se trouvaient juste quand ils avaient … traversé les portes démoniaques ? Ils … Ils vivaient paisiblement ! Ils avaient déjà une existence assez difficile, reniés par les autres démons et incapables de se protéger correctement !

Pourquoi eux ? Ils n’ont rien fait … Rien du tout. Il regarda l’empereur avec incompréhension. Est-ce qu’au final, il n’était plus assez lucide à cause de la haine qu’il ressentait à cet instant précis ? Non … C’était juste complètement fou !

« Je vais faire comprendre à Haiktos et Halyza leurs erreurs. Ils sauront que cette fois-ci, c’était celle de trop … et qu’il n’y aura pas de retour en arrière. Trop gentil … J’ai été trop gentil … Leurs mères étaient déplorables, c’est normal alors que les pommes ne tombent jamais trop loin de l’arbre. »

Une remarque cynique de sa part. Il ne peut pas lui en vouloir … mais s’il ne l’arrête pas maintenant, Tery aura le sentiment qu’il le regrettera toute sa vie. Les démons peuvent avoir une vie normale ! A la surface ! Il en est certain ! Si même … Alzar et Zélisia pensaient que c’était possible, pourquoi pas l’empereur ? Pourquoi pas lui ? Car il n’était … qu’humain ? Non, ce n’était pas une excuse valide pour agir de la sorte !

« Et pour … la surface ? Qu’est-ce que vous allez faire ? »

« Tu as parlé des gnomolds. Ces créatures ne font que chercher la confrontation sans dialoguer. Si elles n’avaient pas été là, une partie de tout ça ne serait pas arrivé, non ? »

« Je … ne peux pas nier que oui, cela aurait été différent, oui. »

« Alors, il va falloir les effacer définitivement … de la surface. »

Eradiquer complètement les gnomolds ? Mais tous ne sont pas mauvais ! Comme ceux d’Omnosmos ! Pourquoi agir aussi … violemment ? Non, l’empereur n’était pas dans son état normal mais lui parler à cet instant précis, c’était s’emmener directement à la mort. Il ne peut qu’attendre … que tout se calme.

« N’as-tu donc rien à dire, Tery ? »

« Je … ne peux pas donner mon avis, empereur Malark. Je trouve juste que … c’est trop précipité mais si je dois retourner à la surface, je le ferais. Je veux retrouver Elise, Wandy et Zalek avant qu’il ne soit trop tard. »

« Trop précipité ? Tout ça ne va pas se faire en une journée. »

« Je le sais bien mais … peut-être que … que vous devriez attendre un peu ? Réfléchir à tête reposée ? Je … Je n’ai pas vraiment à vous dire ce qui est bon ou mauvais, je sais … »

« CE N’EST PAS CE QUE JE VEUX ENTENDRE, TERY VANIAN ! »

Un nouveau cri de fureur et de rage. Il a l’impression de marcher sur des œufs. Non, ce n’est pas qu’une impression. L’empereur est prêt à le tuer au moindre faux pas. Mais il ne peut pas accepter simplement ses propos et faire comme si de rien n’était !

Il se doit quand même de le contredire ! De s’opposer à lui ! Pourquoi est-ce qu’il se sent ainsi alors qu’il était venu avec l’idée qu’il allait mourir ? Il voulait précipiter sa mort en fin de compte, c’est bien ça ? Car c’est bien vers ça qu’il part à cet instant même. Il s’est relevé et se tient droit face à l’empereur, malgré la distance.

« Je … ne peux pas vous laisser entendre ce que vous désirez, empereur Malark. Ca m’est tout simplement impossible. »

« Quitte à me tenir tête ? J’ai été très clément en décidant de te laisser vivre … car j’ai bien compris que les plus jeunes de mes enfants t’appréciaient … mais ne dépasses pas les bornes, je peux te faire disparaître en un claquement de doigt. »

« Mais est-ce que tout ça vous soulagera ? »

« Ce n’est pas une question de soulagement ! Tu peux disparaître de mon champ de vision mais … tu n’as pas intérêt à fuir. Tu seras en première ligne, à chaque instant, jusqu’à ce les derniers de mes enfants soient revenus … ou morts. »

« Il n’en sera pas autrement, empereur Malark. »

Il peut enfin quitter la salle du trône. Le message a été transmis … et avec lui, les prémices de ce qui semble être un nouveau cataclysme. A force de voir tout cela avec des yeux émerveillés, de croire en la beauté de ce monde, qu’il soit souterrain ou à la surface, il s’est trompé lourdement. Il en paye … le prix alors.

« Tery ! Tu es encore en vie ! » s’exclama la jeune demoiselle aux cheveux émeraude. Elle l’attendait nerveusement, non-loin de l’entrée du bâtiment.

« Encore ? Ca donne … l’impression que tu ne pensais pas me revoir vivant. »

« Tu sais aussi bien que moi qu’il y avait une quasi-certitude que ça … soit le cas. Mais comment ? Non, je préfère que tu attendes. Tu vas venir chez moi et on va en parler. Calmement, longuement, sûrement. »

« J’imagine que tu … ne me laisses pas vraiment le choix ? »

« Tu imagines très bien, Tery. Pas dans cette situation. Je suis soulagée … si soulagée. Allons-y dès maintenant, s’il te plaît. »

« Même si ça me plaisait pas, je te suis. Mais ne t’en fait pas, je t’accompagne. »

Pourquoi il n’accepterait pas de faire ça hein ? Il n’a aucune raison de refuser. Le jeune homme se met à suivre Héraisty, l’air de rien alors qu’il observe les alentours. Hum … Est-ce qu’il a déjà été chez elle ? D’après ses souvenirs … il ne s’en rappelle plus justement.

« Désolée si c’est un peu désordonné, tu comprends qu’en vivant seule … »

« Tu n’as pas à t’inquiéter, je ne vais pas te juger sur l’état de l’endroit où tu habites. »

« Tant mieux … car c’est pas vraiment joyeux, si je peux me permettre, entre nous. »

A ce point ? Hey, sur le coup, elle n’est pas vraiment rassurante quand elle s’exprime ainsi. Il va assister à une vraie porcherie ? Bon, néanmoins, en vue de la situation actuelle, il sera pas vraiment d’humeur à se moquer d’elle.

Pour autant, lorsqu’il pénètre dans ce qui semble être la demeure d’Héraisty, il ne peut que remarquer que l’endroit est propre … plus qu’il ne le pensait. Où est vraiment le souci ? Oh, d’accord, il y voit de nombreux livres et bizarrement, il se doutait que ça serait ainsi mais à part ça … rien de si étrange non ?

« Je ne suis pas certain de bien comprendre, Héraisty. Tu veux bien m’expliquer ? »

« Tu … plaisantes, n’est-ce pas ? C’est un vrai capharnaüm ! »

« Bof … Pas plus que je l’imaginais. Sinon, est-ce que ces livres sont issu de la bibliothèque ? Car j’ai l’impression qu’il y en a trop. »

« Ahem … Ca, c’est encore autre chose, Tery. Disons juste que j’ai fait un emprunt à très long terme … et qu’il faudra que je voie pour les rendre un jour ou l’autre. »

« Si tu étais dans la bibliothèque de mes grands-parents, du moins, enfin, du côté maternel, ceux … qui sont à la surface … »

« Oui ? Qu’est-ce qu’il y a avec eux ? »

« Disons que tu ne t’en sortirais pas vraiment indemne … et que tu serais traînée par les pieds jusqu’à la bibliothèque en implorant leur clémence. »

« Tu es sûr qu’ils sont humains … du moins de la surface ? » demanda la démone aux cheveux verts avec appréhension, cherchant à voir s’il exagérait … ou non.

« Oh bien sûr, ils le sont vraiment. Simplement, ma mère a hérité de leur caractère et disons qu’avec un tel comportement, tu ne cherches pas tellement à faire le fier face à eux. Sauf si tu as envie que ça se termine mal. »

« Vraiment … très rassurant, il faut avouer. Du moins, c’est ce que j’aimerai dire mais je ne le suis pas vraiment, Tery, hahaha. »

« Et je suis vraiment très sérieux à ce sujet. Ils peuvent être très effrayants. Du moins, on dit ça … mais ils restent des personnes avec un grand coeur. »

Et le voilà qui recommence à soupirer. Dire qu’à l’heure actuelle, qui sait, s’il avait été plus prudent, il serait entouré par sa famille et ses amis. Oui … C’était sûrement une bien belle illusion qu’il avait en tête … une chimère ridicule.

« Tu as l’air vraiment soucieux, Tery. Tu veux en parler ou … »

« Ca ne changera rien à ce qui a été fait, Héraisty mais merci de ta sollicitude. Merci de m’avoir invité par ailleurs. Ca reste très coquet comme endroit. »

« Comme je vis seule, je n’ai pas besoin d’un grand logement. Et vu que je n’ai pas de goûts … de luxe, et bien, on va dire que ça réduit très vite la taille nécessaire. »

C’est exact. Il demanda où il pouvait s’installer, la démone lui signalant que tant que ce n’était pas sur un livre ou un papier important, qu’il prenne la place qu’il désire. Ah oui, vraiment, de ce côté-là, il y avait une sacrée différence entre la renifleuse royale qui était d’un sérieux à tout épreuve … et là.

Bon ben, faisant attention à prendre un livre derrière lui pour le déposer correctement sur l’une des rares places libres d’un des nombreux bureaux disposés de part et d’autre dans la pièce, avant de s’installer dans un fauteuil. Et maintenant ? Pourquoi est-ce qu’elle l’a invité ici ? Car au final, à part pour parler, il en a aucune autre idée.

« Si ça te dit, Tery, ce soir, tu peux dormir ici. Je pense que ça te fera le plus grand bien … après les derniers événements. En toute amitié, hein ? »

« Je ne suis pas certain que … ça soit une bonne idée. Si les gens l’apprennent et que … »

« Il y a depuis bien longtemps que je ne me préoccupe plus des rumeurs à mon sujet. D’ailleurs, en parlant de rumeurs, devines qui a totalement disparu ? »

« Jyanos ? Ah oui ? Vraiment ? Qu’est-ce qu’il est devenu ? Qu’est-ce qui s’est passé ? »

« Et bien, il semblerait qu’après le petit incident … enfin, la mise à mort de tu-sais-qui, il a préféré disparaître, ni vu, ni connu. Il savait qu’il était une future cible privilégiée de la fureur de l’empereur Malark. »

« C’est vrai en un sens. Tu marques un point. Enfin, je vais accepter ta proposition si elle tient toujours, Héraisty. Je n’ai pas très faim et … »

« Tu crois que j’aurai changé d’avis en quelques minutes ? Bien entendu que tu peux rester ici si je viens de te le dire ! »

« Désolé. » dit-il en concluant avec un faible sourire. Vraiment … Il était juste désolé … C’était l’unique chose qu’il pouvait lui dire à cet instant précis. Il ne voyait pas d’autre mot.

S’excuser … S’excuser pour tout ce qu’il avait fait … tout ce qu’il avait échoué … tout ce qu’il n’avait pas réussi à accomplir. Et finalement, dans tout ça, il ne remarquait qu’à peine maintenant Clari. Clari … telle une ombre … elle était là. Il n’était pas seul … mais ce n’était pas … pareil que la vraie. Personne ne pouvait remplacer les êtres disparus.

Chapitre 45 : Retraite anticipée

Chapitre 45 : Retraite anticipée

« Des noms … Il y a des noms … Mais aucun ne rapporte à ces deux-là. »

Il voulait simplement savoir si c’était l’aîné de la famille royale ou celle qui le suivait juste après. Il voulait savoir lequel des deux avait envoyé ça … et surtout, qu’est-ce qu’il devait faire maintenant ? Il … était-ce suffisant ? Pourquoi ? Comment ?

« Je suis perdu … Clari … Si perdu … je … à la base, je voulais aller à la surface pour permettre à Royan et Elise de se retrouver mais maintenant ? Qu’est-ce que je dois faire ? Qu’est-ce que l’on est sensé faire, toi et moi ? »

Il voulait des réponses mais il n’avait que des questions. Comment … Qu’est-ce qu’il doit faire ? Retourner en bas ? Non … Il ne doit pas … mais as t-il vraiment le choix ? Il doit garder ces lettres. Elles serviront de preuves … mais il en a aucune sur la sécurité d’Elise et des enfants. Comment faire ? Comment doit-il agir ?

« Je suis à nouveau … seul, n’est-ce pas Clari ? »

Il parle à la femme golem mais il ne s’attend pas vraiment à une réponse. S’il suffisait de ça, ça serait beaucoup trop simple, n’est-ce pas ? Pour autant … Il n’a pas mieux à faire, malheureusement. Il poussa un léger soupir tout en se disant que ça serait mieux … si tout pouvait se résoudre plus facilement.

« Je ne dois pas abandonner, il en est hors de question. Fouillons les autres corps. »

Pas besoin de fouiller sur les gnomolds, ce ne sont pas eux qui l’intéresse. S’il voulait vraiment des informations à leur sujet, il le ferait tout de suite … mais là, vraiment, ce n’était pas pour ça qu’il était là. Même s’il est vrai qu’il ne s’attendait pas à autant de gnomolds au même endroit. Pas le moins du monde …

« Je pensais être préparé et au final, ce n’était pas du tout le cas. Clari, tu peux m’aider et … Qu’est-ce que tu tiens dans ta main ? »

Une lettre ? D’où est-ce qu’elle provient ? Depuis combien de temps est-ce qu’elle a cette lettre à la main ? Depuis … quand ? Qu’est-ce que ça veut dire exactement ? Qu’est-ce que … Non, il ne doit pas être perturbé mais … elle fait tout pour qu’il le soit.

« Je peux l’avoir ? S’il te plaît ? » demanda t-il bien qu’elle n’allait jamais lui refuser une telle demande. Elle restait sous son contrôle, n’est-ce pas ? Donc voilà, il récupéra la lettre avant de l’ouvrir … C’était l’écriture d’Elise.

« Tery, si tu lis cette lettre, c’est que nous serons déjà partis assez loin. Clari a bien voulu m’écouter mais nous ne pouvons plus rester ici. Nous avons perdu la grosse majorité des démons pendant le combat contre les gnomolds. Les deux traîtres étaient en fait quatre mais ils ont été tous tués par les soldats et … Clari qui fait un gros ménage. Elle semblait désireuse de t’attendre et j’ai compris qu’elle ne bougerait pas. »

« C’est d’Elise. Ils vont bien … je crois. Ils vont bien mais ils ont été obligés de partir. » dit-il en se répétant plusieurs fois, cherchant à se rassurer, reprenant la lecture de la lettre.

« Les enfants vont bien. Ils ont été choqués et apeurés. Ils ne savent pas où tu es … mais je suis certaine que tu es en vie. Je ne sais pas vers où nous allons partir, je ne sais pas vers où nous allons nous rendre mais les gnomolds ont senti notre odeur et nous ne pourrons guère rester au même endroit. Il y a des chances que nous ne puissions pas nous revoir tout de suite. Peut-être que les lettres pourraient nous aider ? Je n’en sais rien. Je suis accompagné de quelques soldats mais aussi quelques diplomates. Je dirais que nous sommes encore une dizaine, ce qui est beaucoup moins que prévu. J’aimerai que tu rassures mon père, si c’est possible. Je ne sais pas comment il va le prendre mais nous ne serons plus en danger. Je vais tenter de retrouver Manelena et les autres et j’espère que la prochaine fois que nous nous reverrons, tout ira pour le mieux. Nous devons y aller avant que ça ne soit trop tard, pardon. »

Elle avait eut le temps d’écrire autant en si peu de temps ? C’était phénoménal … mais il passa une main sur ses yeux. Il était soulagé, très soulagé … et il était vraiment heureux, si heureux de savoir que tout s’était bien passé. Plus ou moins.

« Ils ne sont pas seuls … Ils sont avec des personnes compétentes. »

Il ne pouvait que prier … prier que tout se passe bien. Si Elise arrivait à retrouver Manelena ou Royan, tout se passera bien … normalement. Ah … Mais lui ? De son côté ? Qu’est-ce qu’il doit faire ? Revenir voir l’empereur Malark ? Seul ? Il va se faire tuer … Il va se faire anéantir. Il pourrait s’enfuir … C’est l’occasion une bonne fois pour toutes. Il pourrait s’enfuir. Il n’aura aucun foyer, aucun endroit ou revenir … il n’aura plus rien.

« Je serais complètement seul … pour ne pas changer, oui. »

Non, ce n’était pas l’heure de faire de la déprime. Il valait tellement bien plus que ça. Il était bien mieux que ça. Le jeune homme aux cheveux bruns frotta son visage du revers de la main avant de se tourner vers la femme-golem :

« Si je dois mourir, qu’il en soit ainsi … mais le monarque doit être mis au courant. Clari, je te demanderai de ne pas me défendre si cela doit arriver. »

« Je … ne … peux … pas. »

Il cligna des yeux pendant quelques secondes, toujours un peu étonné de l’entendre parler avant de faire un léger sourire. Il murmura surtout pour lui-même :

« Je m’en doute … Même sous cette forme, tu te sentiras obligée de me défendre. Je ne peux pas changer une chose aussi élémentaire. Prenons un maximum de preuves … j’ai beaucoup de route à faire. »

Et pas que des preuves, des vivres aussi. Peut-être qu’il ferait mieux de retourner dans le village ? Seul cette fois … Ah … Il ne sait pas du tout quoi faire. Il n’a aucune idée de ce qu’il doit accomplir, il n’a aucune idée de ce qu’il l’attends exactement. Il … ne sait pas du tout où tout cela va l’emmener.

« Clari ? Allons au village … tu veux bien ? Je me sens … vraiment las, je crois. »

« Comme … tu … veux … Tery. »

Elle continue de lui parler et il acceptait cela. Il ne peut pas faire autrement. Il n’est pas possible de faire cela autrement. Ah … Ah … Ah … Il doit rester calme … mais maintenant, il sent que ça va mal se finir. Il sent que ça va être si moche pour lui.

Dans le village, on le reconnaissait, ce n’est pas bien dur … même s’il a retiré la capuche sur le coup. Il n’a pas besoin de se cacher mais sa voix le trahit … et encore, il n’avait pas parlé à beaucoup de personnes … mais cela ne semblait pas les déranger. Pour autant, on observait avec plus d’insistance la femme golem qui l’accompagnait pendant qu’il faisait divers achats pour pouvoir tenir le coup pendant le chemin du retour.

Bon sang … Ca n’allait pas bien. Il ne voulait pas le montrer, il n’avait pas envie de le dévoiler mais zut … Wandy, Zalek et Elise, ça ne faisait même pas une journée mais ils lui manquaient. Il … Ah … Vraiment … Il était si stupide. Si pathétique … Il était incapable de tout simplement faire un truc correctement.

Ah ! Il s’était promis de ne pas déprimer et voilà le résultat ! Il était dans un état pire que tout. Il ne valait rien … rien de rien. Il avait promis au monarque d’emmener Elise et les autres membres royaux en sécurité. Le résultat dans tout ça ? Perdus complètement de vue. Peut-être qu’il valait mieux disparaître de la surface mais aussi des souterrains ?

Mais où se rendre alors ? Cela faisait maintenant un bout de temps qu’il voyageait, depuis l’époque où il avait quitté son village natal … jusqu’à maintenant. Il en avait vécu des choses, il en avait regretté d’autres. Mais maintenant, était-ce peut-être le moment de dire stop à tout ça ? D’envisager de finir cette aventure commencée il y a quelques années ?

Il avait l’impression que … c’était regrettable d’en arriver à penser ça. Sauf qu’aujourd’hui, ce n’était plus le moment de se dire : ce n’est pas grave, il y aura toujours une autre fois. Encore une fois, il avait faillit perdre ses proches car il avait été incapable de les protéger comme … pour Clari.

Il se tourna vers la femme golem alors qu’elle le regardait, inexpressive, comme à son habitude. Contrairement à l’autre golem qu’il avait laissé à deux bons kilomètres de là, elle restait toujours à ses côtés … sauf comme auparavant … quand il y a eut cette repousse à base de vent. Une tactique qu’il ne connaissait pas … Et qu’il n’avait pas du tout prévu.

Cela avait été son erreur. Ne pas prévoir les attaques ennemies … ne pas envisager ce genre de tactique, ce qui l’avait emmené donc à être hors de combat pendant plusieurs heures … et donc à ne plus être disponible pour la suite. Voilà où il en était maintenant. Il était retourné auprès du golem chimérique pour grimper dessus, se tournant vers Clari :

« Est-ce que tu te sens capable de suivre la cadence ou non ? »

Il lui posait la question sans espérer réellement de réponse. Pour autant, après quelques secondes, il sentait qu’elle venait de déployer un peu de magie du vent. Ca ne serait pas aussi rapide que la magie de la foudre mais qu’importe, il lui suffirait de dire à son golem de ne pas aller aussi vite que prévu.

« J’en suis réduit à avoir une monture qui n’est même pas un animal … » soupira t-il bien qu’il ne pouvait pas prétendre que ça soit de la faute du golem. Il n’avait rien fait.

Pour autant, les journées s’écoulèrent comme si de rien n’était. Oui, des journées … sans pouvoir donner de nouvelles, sans pouvoir en recevoir. Des journées où rien ne se passait. Il avait finit par retrouver l’une des grottes où il était certain que des démons s’y trouvaient. Lorsqu’il s’était présenté à eux, accompagné de ses deux golems, ils avaient été inquiets, prêts à se défendre mais il avait montré ses cornes.

Il leur avait signalé qu’il devait retourner dans les abysses, là où se trouvaient la capitale des démons. Il avait … signalé qu’il n’avait pas d’autres choix que de faire cela. Les gardes l’avaient observé avec interrogation, lui demandant plus d’explications mais il signala que malheureusement, il ne pouvait pas perdre plus de temps.

Ils avaient fini par le laisser passer principalement à cause de Clari. De ce qu’il avait compris, les rumeurs parlaient d’une gemme golem d’une grande beauté qui accompagnait souvent le chevalier personnel de la princesse Elise. Il avait expliqué qu’il s’agissait de lui mais il se demandait si ça servait à quelque chose de faire ça. Il n’était pas certain qu’ils aient besoin d’en savoir plus à ce sujet.

Et le voilà reparti maintenant vers les profondeurs démoniaques. Sur son chemin, il avait rencontré diverses créatures … et même des démons déformés car ils avaient dévoré plus que nécessaire pour survivre. Mais il ne s’en préoccupait pas. Avec ses deux golems, il avait tout simplement oblitéré ceux qui se dressaient sur son chemin.

Il lui fallut encore plusieurs jours pour retourner à la capitale. Là-bas, on le regardait. Il était crasseux, avec ses vêtements déchirés … mais reconnaissable. Il n’était … pas motivé à se rendre tout de suite devant le monarque. Le voilà qui se dirigeait vers la guilde des renifleurs, demandant à voir Héraisty.

« Tery ?! Mais qu’est-ce que … c’est que cet état ?! Tu n’étais pas en mission ? »

« C’est … devenu compliqué. Est-ce que … nous pouvons parler seuls, toi et moi ? »

« Oui, bien entendu. Je prends une pause ! » hurla t-elle pour derrière elle avant de récupérer le jeune homme contre elle. « On va trouver un endroit où te soigner, Tery. »

« Je ne préfère pas … Pas tant que je n’ai pas rencontré l’empereur Malark. »

« Ne soit pas aussi déraisonnable. Tu as vu ton état ? Tes habits ? C’est … »

« Je dois rester dans cet état … pour le monarque. Je dois lui expliquer ce qui s’est passé … mais avant, il fallait que je te parle. »

« D’accord, si tu penses que c’est mieux, je te fais confiance … même si je ne sais pas du tout où tu veux vraiment en venir, Tery. »

Elle comprendra le moment venu. Pour l’heure, le jeune homme aux cheveux bruns ne fait que la suivre jusqu’à ce qu’ils se trouvent à une table dans une auberge. Clari et le golem chimérique sont hors du bâtiment, de part et d’autre de l »entrée.

« Qu’est-ce que tu veux me dire alors, plus exactement, Tery ? »

« Je veux que tu lises ces lettres mais … je veux que tu ne dises rien du tout. Simplement que tu me confirmes si les écritures sont authentiques. »

Il avait décidé de lui donner tout ce qu’il savait à ce sujet. Lorsqu’elle passa ses yeux sur les lignes contenues dans chaque lettre, il remarquait la surprise dans son regard. C’était normal … Puis elle s’apprêtait à dire quelque chose mais il fit un geste négatif de la tête.

« Est-ce que … oui ou non ? Tu crois qu’elles sont … »

« La question ne se pose même pas pour celle concernant Elise. Elle est plus qu’officielle mais … Enfin … Je … Pour toi … »

« Je te raconterais tout ça en chemin. Et pour les deux autres ? J’imagine que ce n’est pas l’écriture de qui je pense ? »

« Non … Pour ça, ça ne servira pas de preuve. Il me faudrait faire quelques études pour y arriver. Et oui, tu te doutes qu’en tant que renifleuse, j’ai d’autres fonctions, non ? »

« C’est bien pour ça que je suis venu vers toi … malgré mon état. »

« D’après la lettre, ce n’était vraiment pas très joli ce qui t’es arrivé mais … en même temps … Je veux l’entendre de ta propre voix. »

« Je vais le faire, Héraisty. Je vais le faire … mais pas seulement. »

Elle a reçu les lettres mais en même temps … il n’y avait pas que ça.  Si ce n’était que les lettres, il n’était pas certain que celui lui suffirait face au monarque. Non, ce n’était pas une bataille qu’il allait avoir face à lui … mais une tentative pour survivre.

« Il y a de très fortes chances que le monarque ne me laisse pas en vie après ce qui vient de se passer. Avec … la disparition … alors qu’ils étaient sous ma protection … Ces lettres, est-ce qu’elles peuvent quand même confirmer que … »

« Le monarque n’est pas idiot. Il est sûrement au courant depuis longtemps que les aînés de ses enfants veulent sa mort, Tery. Si tu lui présentes ces lettres, il y a une petite chance que … tu ne veux pas que je t’accompagne ? Je pourrais te servir d’appui ? »

« Tu vas te mettre en danger inutilement pour moi. Je préfère éviter d’emmener d’autres personnes dans mes échecs personnels. »

« Si je le décide par moi-même, tu n’as pas à m’en empêcher, Tery. »

« Je peux facilement faire cela … quitte à utiliser la force pour y arriver. »

« Si tu peux arrêter tes bêtises, plutôt, non ? Ca ne mènera à rien de se disputer, tous les deux. On veut chacun la sécurité de l’autre. Tu ne peux pas m’en vouloir de vouloir ça non ? »

« Je le sais bien … pardon. Pardon Héraisty … C’est juste qu’avec tout ce qui s’est passé , je ne vais pas très bien. Je n’ai aucune nouvelle … à part cette lettre et … »

« Cette lettre est authentique, tu peux en être certain. Je reconnais aisément son écriture à Elise. Je ne me suis pas tourné les pouces, tu sais ? »

Il n’avait jamais prétendu le contraire pour elle. S’il était venu vers elle, c’était bien parce qu’il reconnaissait ses qualités. Cela voulait dire qu’il avait une lettre certifiée par la guilde des renifleurs … qu’Elise allait bien avec les deux enfants.

« Je vais devoir alors m’y rendre maintenant et … »

« Tu ne m’as pas raconté de vive voix ce qui s’est passé exactement, Tery. » vint dire la démone à lunettes, le tenant par le manche.

« Si je m’en sors, j’imagine que je pourrais t’en parler, non ? »

« Arrêtes tes bêtises, si tu disparais, je demanderai à voir personnellement l’empereur … et au final, je risquerai de disparaître avec toi. C’est ça que tu veux pour moi ? »

« Bon sang … Pourquoi faut-il vraiment que ça se passe ainsi ? » murmura le jeune homme aux cheveux bruns. C’était de sa faute. A vouloir parler avec elle, il l’avait emmené dans ses ennuis. Il était l’unique responsable de tout ça.

« Car c’est ainsi que ça doit se passer et pas autrement, dommage, n’est-ce pas ? »

« Dommage … Je ne sais pas si c’est le terme que j’utiliserais à cet instant précis. Tu es certaine de vouloir m’accompagner ? »

« Ca sera mieux que de me tourner les pouces en me morfondant en espérant obtenir de tes nouvelles. Et puisque tu vas tout expliquer au monarque, tu feras d’une pierre deux coups, tu ne crois pas ? Ce n’est pas une bonne chose ? »

« En vue de la situation dans laquelle je vais me plonger … ah … je ferai mieux de manger quelque chose de correct. Ces derniers temps furent assez difficiles. »

Il se répétait cela à lui-même pour se convaincre mais rien à faire … Rien du tout. Il était tout simplement impossible pour lui de penser à autre chose. Il appréhendait sa rencontre avec le monarque et la nourriture avait du mal à glisser à l’intérieur de sa bouche.

« Essaies quand même de te forcer un peu, s’il te plaît. »

« Je tente, je tente … mais en même temps, ça ne veut pas. »

« Lentement mais sûrement. Essaies de mâcher ce que tu peux. Il faut que tu reprennes des forces, Tery. C’est vital. Surtout si comme tu dis, tu n’as rien mangé de correct depuis des jours. Il faut que tu aies un repas complet. »

C’est ce qu’il faisait. C’était ce qu’il cherchait à accomplir mais même manger était une épreuve. Dire que ces derniers jours, il avait cherché à mettre de côté toutes ses mauvaises pensées jusqu’à cet instant fatidique … mais il avait décidé d’assumer jusqu’au bout son erreur. Il … avait peur, hein ? Il avait vraiment peur … beaucoup trop peur.

Et pourtant, il en avait affronté des créatures monstrueuses. Il était toujours resté vaillant face aux armées du monde entier mais … il n’avait jamais été complètement seul. Elise avait été sa bouée dans le monde souterrain depuis tout ce temps.

Maintenant, il pouvait se le dire clairement et complètement, il était seul … définitivement seul. Et rien, ni personne, ne pourra changer ça. Héraisty était peut-être une démone avec qui il était proche, très proche mais ce n’était pas pareil.

Finalement, après une bonne quinzaine de minutes où il avait vraiment eut du mal à terminer son repas, il était alors l’heure d’y aller. Il se leva de son siège, regardant Héraisty qui faisait de même de son côté. Avec tout ça … C’était bon, non ?

« Prêt, Tery ? Je t’accompagne, nous sommes d’accord ? »

« Je ne pourrais pas te faire changer d’avis à ce sujet de toute façon … alors oui. »

Il avait lâché un petit soupir mais il se retenait de faire un faible sourire. Peut-être que … Ca se passera mieux … si elle était là avec lui. Mais s’il devait arriver quelque chose de grave, il devait se préparer au pire et la protéger.

Oui, c’était comme ça qu’il devait voir les choses. Réfléchir à une nouvelle personne à protéger … mais qu’est-ce qui allait se passer maintenant ? Il avait peur du futur, de ce que l’empereur allait faire maintenant … que ses derniers enfants, ceux qui œuvraient pour la paix … n’étaient plus là. Ah …

« Pardon, j’aimerai avoir une séance avec l’empereur Malark. »

« Tery ? Mais … vous ne devriez pas … »

« C’est urgent. Cela concerne ses derniers enfants. Cette renifleuse m’accompagne personnellement. Dépêchez-vous, je vous prie. »

Il ne voulait pas les forcer à accélérer mais ils devaient comprendre que la situation ne prêtait pas à la discussion, loin de là. Il devait se dépêcher de voir l’empereur pour lui parler et lui raconter exactement tout ce qui s’était passé. Il était plus qu’anxieux, terrifié et terrorisé à cette idée. Il était … vraiment seul sur le coup.

« Tout va … bien se passer, Tery. Ne t’en fait pas. On va tenter de s’exprimer calmement et correctement pour que tout se passe bien. »

Héraisty. C’est vrai. Il n’était pas complètement seul … Il y avait une démone à ses côtés, prête à le soutenir dans le pire des cas. Finalement, le soldat était revenu, tremblant de tout son être en disant :

« Le … L’empereur Malark veut bien vous recevoir. »

En vue de la peur plus que palpable du soldat, il devait comprendre une chose : l’empereur était vraiment mécontent de ce retour plus rapide que prévu. Et surtout, il avait été sûrement mis au courant … qu’Elise et les enfants n’étaient plus avec lui.

Chapitre 44 : Des gardes prêts à tout

Chapitre 44 : Des gardes prêts à tout

« Restez sur vos gardes et faites attention à chaque geste de la part des gnomolds ! Il s’agit d’un combat à mort, ne l’oubliez surtout pas ! »

C’est stupide de crier de la sorte mais il n’avait pas tellement le choix. Les gnomolds étaient maintenant à leur portée et il observa brièvement Wandy et Zalek. Bon, les deux enfants étaient en retrait mais ils restaient dans son champ de vision. Il fallait juste bloquer celui des gnomolds pour être sûr qu’ils ne tentent pas d’attaquer ce dernier. Il n’était pas certain de pouvoir s’en remettre si cela devait mal se terminer.


Il ne fallait jamais envisager le pire… même si cela permettait d’espérer le meilleur … dans une meilleure situation. RAH ! BORDEL ! Ce diplomate, il l’avait dans le collimateur ! S’ils s’en sortaient tous, non, ils allaient tous s’en sortir, il n’y avait pas d’autres choix ! Bref ! Si cela devait arriver, il n’allait pas envisager autre chose ! Mais bref, il allait salement cogner ce type pour lui faire comprendre à quel point ça allait mal se finir ! RAH ! Quelle idiotie !

Bon … Il faut juste rester calme … Les gnomolds, il sait aisément les gérer. Il peut les affronter sans aucune difficulté. Il faut juste faire attention … tant que ce n’est pas Rokar en face de lui, il a largement les capacités de s’occuper de plusieurs gnomolds en même temps ! Pour autant, il chuchote à Elise :

« Surveilles quand même ta sœur et ton frère, Elise. »

« Tu n’avais même pas besoin de le demander, Tery. J’y veille comme à la prunelle de mes yeux. Ils vont sûrement en profiter. »

Ils sont tous les deux d’accord sur ce sujet. C’est l’occasion parfaite pour espérer éliminer deux membres de la famille royale … voire même trois vu qu’Elise est en proie aux gnomolds. Il suffirait d’un bon coup dans le dos pour en terminer avec elle.

Il ne peut pas se le permettre ! Il ne peut rien se permettre ! Il poussa subitement un cri de rage avant d’enfoncer une griffe dans la gorge du gnomold le plus proche de lui. Mais sans même attendre de réaction de la part de la créature, plusieurs pics de pierre se présentèrent hors de ses paumes pour se nicher dans le corps du gnomold.

La femme golem, de son côté, fauchait tout ce qui bougeait et était un ennemi avec sa colossale épée de pierre, arrivant à parer leurs divers attaques. Et même si elle se faisait toucher, il avait l’impression que rien ne pouvait l’ébranler. Il espérait que ça soit le cas car si Clari devait disparaître une seconde fois …

Non, il ne devait pas y penser. Pas y penser de cette manière. Ce n’était pas le moment pour ça. Il ne devait pas … penser à ça. Il observa les différents soldats démoniaques qui combattaient avec lui. Plutôt les gardes du corps des divers diplomates. Autour du feu, il avait put se faire rapidement une idée sur chacun … et un constat global s’était produit.

Oui … Ils étaient tous … parfaitement innocents dans cette affaire. En tant que mercenaires, l’appât du gain et autre, pourrait être un bon leitmotiv pour les pousser à commettre l’irréparable mais d’autres points étaient à prendre en compte et ça … Tery ne pouvait pas les ignorer et faire comme si de rien n’était.

Car oui, les mercenaires n’étaient pas au courant de la menace sur les membres de la famille royale. Les diplomates étaient issus de diverses familles nobles et bien placées. Pourquoi est-ce qu’ils préviendraient des pouilleux et bouseux, issus de familles moins nobles voire roturières de la récompense qu’ils obtiendraient s’ils tuaient Wandy, Zalek et Elise ?

Bref … Ces soldats ne faisaient que défendre chèrement leurs vies pour une prime personnelle assez haute … mais qui pouvait mener à une morte future. Bref … Il les surveillait mais bien moins que les diplomates. C’était souvent ça … ceux qui ne possédaient pas la force nécessaire, usaient de stratagèmes pour arriver à leurs fins.

« Elise ! Comment ça va de ton côté ?! »

« Les gnomolds ne me posent aucun souci mais ils sont si nombreux ! J’ai l’impression que nous en avons rameuté d’autres ! »

Elle marquait un point. Il s’était aussi fait cette remarque après le cinquième gnomold qui tombait sous ses coups et ceux de Clari. Oui, il avait cette mauvaise impression que le nombre ne diminuait pas … ce qui était en un sens très problématique et ennuyeux.

Pour autant, il n’allait pas s’en faire plus que nécessaire. Le combat se déroulait bien. Les gnomolds étaient plus nombreux mais les soldats étaient aguerris. Normal, ils n’avaient pas pris le premier pequenaud du coin non plus. Et surtout, vu qu’il avait été très convaincant en les mettant en garde, aucun démon ne prenait à la légère la situation actuelle.

C’est pourquoi le combat se déroulait bien pour le moment … mais rien n’était sûr. Cela se passait tellement bien qu’il pouvait se permettre de regarder Wandy et Zalek. Les deux enfants étaient toujours en sécurité, bien cachés derrière quelques arbres. Demandant à Clari de bien vouloir surveiller les environs, il s’approcha des enfants tout en disant :

« Faites attention à vous, d’accord ? Vous voyez bien que ce n’est pas pour rire ou pour s’amuser. Les gnomolds sont là pour tuer. »

« Oui … Oui … mais nous avons toujours … pris au sérieux tout ça, Tery. »

« Je le sais bien, Wandy … Je le sais bien … mais je préfère quand même vous prévenir. Bon, j’y retourne. Faites attention à vous. »

Oui, il se répétait, il le savait mais il voyait un soldat démoniaque qui était en train de galérer face à trois gnomolds. S’ils perdaient ne serait-ce qu’un seul membre du groupe, qui sait ce que cela pouvait donner comme résultat ? Il n’avait pas envie de tester ça !
Reparti dans la bataille, il regardait tout simplement le démon avant de crier, faisant tourner l’un des trois gnomolds vers lui. Sauf qu’il eut à peine le temps d’exécuter ce geste que Tery l’exécutait tout court, mettant un terme à son existence.

Voilà … C’était fait. Le démon le remerciait, finissant le boulot de son côté alors que Tery remarquait qu’il était plutôt bien blessé. Même si les gnomolds étaient doués à la chasse aux démons, ils comprenaient qu’ils ne feraient pas le poids en un contre un. C’était donc pour cela qu’ils se jetaient à plusieurs sur une même cible. Intéressant … mais dangereux.

Dangereux pour les démons, bien entendu. Mais bon, il est sur ses gardes et avec Elise et Clari, il sait qu’ils forment un trio plutôt convenable pour résister aux différents adversaires sur lesquels ils pourraient tomber. Oui … De ce côté là, il n’a pas à s’en faire. Mais ça ne veut pas dire avoir une confiance totale en la situation.

Surtout que le premier démon qu’il a aidé n’est plus le seul à pousser quelques cris, d’autres commencent à réclamer à l’aide. Oui, ce sont des soldats, ce sont des mercenaires, mais ce ne sont pas des êtres vaniteux qui estiment qu’ils sont trop bien pour obtenir de l’aide. Bon sang ! C’était pas prévu que ça dégénère comme ça !

Il émit un grognement de mécontentement avant de planter ses griffes dans le sol pendant un moment de répit. Rapidement, une dizaine de golems de taille humaine, plutôt rudes physiquement, faits de pierre, sortirent du sol. Il avait été … très rapide … trop rapide. Cela venait de lui taper sur le crâne, signe d’une bonne fatigue mentale.

Il avait préféré ne pas tenter le démon sur le coup … et rapidement, les golems vinrent épauler les démons. Au moins, avec ça, ils allaient pouvoir souffler. Il remarquait aussi qu’une partie des diplomates restait en arrière vint rejoindre le groupe pour les épauler avec diverses sorts magiqueS. Pas très efficaces mais parfaits pour gêner les gnomolds.

« Bon, nous avons du renfort, on devait pouvoir se débarrasser d’eux rapidement ! »

« Rapidement, rapidement, c’est pas si facile que ça ! On les plante mais ils ne meurent pas ! Et leur peau est si solide, on a du mal à les transpercer ! »

« Ce sont des gnomolds, pas de simples monstres que vous affrontez quotidiennement sous la surface ! Il fallait s’attendre à une telle résistance ! »

Et à partir de là, chercher à les abattre facilement relevait de l’impossible. Pas avec des démons inexpérimentés dans le combat contre les gnomolds. Pfiou … Par contre, s’il y avait de plus en plus de démons sur le terrain, il allait devoir se concentrer et surveiller que tout se passe bien … vraiment bien ?

La situation se compliquait, avec un nombre de plus en plus important d’alliés et ennemis. A partir de là, pas trop d’illusions à se faire … Des démons allaient sûrement se préparer à l’assaut … et profiter de ça pour tenter de tuer Zalek et Wandy.

Mais voilà, il était au courant … Et Elise aussi. A partir de là, il fallait juste attendre le bon moment … Enfin, le bon moment, c’était quel moment ? Lorsque Wandy et Zalek allaient se faire agresser ? Cela risquait d’être trop tard … Il se rappelait exactement des assassins envoyés sur lui. Enfin de CET assassin. Mais cela avait suffit à le paralyser …

Pas par la peur mais l’inaction. Il avait été incapable de se défendre et il devait juste la vie sauve grâce à Clari, une nouvelle fois. C’est pourquoi … il devait prévoir le tout avant que ça ne dégénère. Il devait deviner quel démon allait s’en prendre aux deux enfants.

Mais qui ? Qui ça pouvait-il bien être ? Il n’en avait strictement aucune idée … et c’était bien ça qui l’ennuyait. Il n’avait aucun indice sur le démon … ou les démons. Car oui, ils pouvaient aisément être plusieurs. A partir de là …

Trop concentré. Il était beaucoup trop concentré sur le combat en cours et son inquiétude constante envers les deux plus jeunes membres de la famille royale. Cela allait lui jouer un sale tour, il le sentait. Il le savait parfaitement. Alors que le combat continuait, il vint se placer aux côtés d’Elise, lui disant :

« Les gnomolds continuent de perdre du terrain. J’ai vu certains démons achever ceux qui tentaient de fuir pour en prévenir d’autres. »

« On devrait pouvoir gagner ce combat sans perte de notre côté, Tery. Tu vois que tu arrives à gérer la situation ? Malgré toi qui n’arrêtait pas de dire que tu ne t’en sentais pas capable. »

« J’ai pas l’âme d’un chef, je l’ai jamais eut, Elise. Et on est pas en sécurité tant que ce n’est pas terminé. Les gnomolds ont toujours un tour dans leur sac. »

Et ainsi, autant dire qu’il se méfiait grandement de tout ça tant que ce n’était pas fini. Ah … Peut-être qu’il exagérait ? Peut-être qu’il se trompait complètement ? Un regard vers Wandy et Zalek et voilà qu’il leur faisait un grand sourire rassurant.

« Vous en faites pas ! Tout se passe bien ! »

Dire qu’il hurlait surtout pour lui-même. Il n’arrivait pas à se convaincre qu’il en était autrement. Pour autant, les deux enfants vinrent lui sourire à leur tour, Wandy gardant Zalek contre elle. Idiot … mais quel idiot d’avoir voulu laisser ces deux enfants ici. Il était vraiment stupide … d’avoir pensé que c’était une bonne idée. Bref, retournons à nos gnomolds et éliminons les avant de retrouver le reste du groupe.

« TERY ! Il y a quelque chose du côté de Wandy ! »

« Sale petite … TU AVAIS UNE ARME ?! »

Ce n’était pas la voix d’un gnomold mais bel et bien celle d’un démon. Il avait à peine tourné la tête pour se confronter à un nouvel adversaire qu’un démon venait d’en profiter pour attaquer les deux enfants. Un démon … Un diplomate ! Sans même se préoccuper de la lame qui lui taillada le dos de la part de son adversaire,

C’était pas ça … mais Wandy avait sorti une dague … de sa tenue. Il ne savait pas depuis quand elle l’avait sur elle mais cette dague était finement ouvragée … et tachée de sang. Du sang d’un diplomate qui avait été toujours assez réservé depuis le début. Oh, il avait discuté mais sans plus … Et il ne s’était pas attendu à ce que Wandy se défende.

« Pourquoi avez-vous essayé de nous tuer, moi et mon frère ? C’est quel membre de ma famille qui vous envoie ? »

« Comment est-ce qu’une gamine pourrait comprendre les intérêts du royaume démoniaque ?! Il vaut mieux pour toi que tu meures, comme ton frère et ta sœur ! »

« NE LA TOUCHES PAS, SALOPARD ! »

« TERY ! Vas-y ! Je m’occupe de contenir les gnomolds ! Ne t’en fait pas pour moi ! »

De toute façon, là sur le coup, il était déjà parti … et il était en train de foncer sur le démon. Cette fois-ci, les lignes noires sur son visage et ses yeux rubis exprimaient toute la haine qu’il ressentait à cet instant précis.

« WANDY ! ZALEK ! METTEZ-VOUS A L’ABRI PRES DE CLARI ! »

Et en vue du hurlement qu’il venait de produire, il ne permettrait aucun refus d’obéir. Hors de question ! Wandy ! Zalek ! Il ne voulait pas que ça soit trop tard ! Il ne voulait pas que … NON ! Hors de question ! HORS DE QUESTION ! Il allait éliminer ce foutu démon diplomate ! Il allait …

« Je ne peux pas te laisser faire, Tery … Vanian. »

Un second démon ? Qui venait de se placer entre lui et les enfants ? Il pensait vraiment pouvoir l’arrêter ?! C’était quoi comme blague ?! Pour qui est-ce qu’il le prenait ?! Qu’importe la magie ou les coups qu’il comptait utiliser, rien de tout cela ne sera utile ! Il ne pourra pas l’arrêter ! Il ne pourra pas le …

« Les ordres étaient très simples … Te tuer est inutile. Par contre, t’empêcher d’agir, ça, ça reste dans nos cordes, hahaha ! » »

L’empêcher d’agir ? S’il croit que ça va l’empêcher de se mouvoir ?! En le ligotant avec de la magie ? Rien à faire ! Dans l’état de fureur dans lequel il se trouve, on ne peut pas espérer l’arrêter ! On ne peut pas l’empêcher d’aller protéger les deux enfants !

« Mon but n’a jamais été de te combattre … mais de t’éloigner ! Et pour ça, je suis le spécialiste ! Au revoir … ou adieu, Tery ! »

Qu… Quoi ?! Il sentit son corps se faire soulever, un courant d’air commençant à le repousser en arrière. C’était quoi comme bourrasque ? C’était quoi comme magie ? Une magie du vent ? Encore plus puissante que celle de Clari ?!


Comment était-ce possible ? Il sentit qu’il n’avait plus pied à terre … Il se sentait quitter le sol. C’était ça leur but ?! Mais pour quelle raison ? En voyant le sourire mauvais du démon, une idée commença à germer dans sa tête.

« On dirait que tu vois où on veut en venir … Le temps que tu reviennes … si tu es encore en vie, ils ne le seront plus. Une grande partie de la famille royale va s’éteindre aujourd’hui ! HAHAHAHA ! ADIEU ! »

« ELIIIIISE ! CLAAARI ! PROTEGEZ LES ! PROTEGEZ LES ENFANTS ! JE REVIENDRAIS ! JE VAIS REVENIR ! JE REVIENDRAIS ! »

Il avait hurlé de toutes ses forces, quitte à en perdre la voix. Il … Il ne voulait pas que ça se passe ainsi. Ca ne devait pas se passer ainsi. Il en était hors de question … Il en était … vraiment hors de question ! NON ! Son dernier regard se porta sur Elise qui était éberluée par la scène. Puis le ciel … Il ne voyait plus que le ciel. Il sentait le vent frapper son visage … et tout son corps qui souffrait de tout son être. Il … Le vent … il se déplaçait à toute vitesse sans savoir où il allait atterrir. Il … devait se préparer à l’atterrisage.

L’atterrisage avait été difficile … Il avait eut juste le temps d’utiliser sa magie pour tenter de créer une main de pierre et de boue … Il avait été obligé d’amortir le choc car sinon, il y avait de fortes chances qu’il ne s’en remette pas.

Il ne savait pas où il était … Il était fatigué … mais si haineux et enragé. Il devait se redresser … regarde où il se trouvait. Retrouver la trace de Clari … Non pas que d’elle. Clari, Elise, Wandy, Zalek. Les autres démons, ce n’était pas comme s’il s’en fichait … mais les diplomates, s’il remettait la main sur eux.

« Je vais leur montrer … Je vais leur montrer ce dont je suis capable. »

Il avait finit par poser les mains sur le sol. Ce n’était plus l’heure de penser à imaginer un golem qui était fort ou costaud … Ce n’était plus l’heure à ça. Il fallait autre chose … Il fallait un golem capable de se déplacer avec une vélocité comme la foudre. Un golem capable de le supporter. Un golem qui provenait de toute la haine et la rage qui l’animaient en ce moment précis. Un golem capable de tout dévaster … non ! Rapidité !


Il s’était sentit complètement vidé de toute sa force à cet instant précis … mais son corps venait d’être soulevé … par une créature de cauchemar. D’habitude, les golems avaient une apparence vaguement humaine mais là … C’était un mélange de plusieurs golems et éléments différents. Comme s’il avait puisé directement dans les lignes d’Alzar pour créer cette entité. Une partie de pierre, une partie de feu, des jambes qui ne semblaient guère avoir une contenance physique vu qu’il s’agissait de courants électriques visibles à l’oeil nu. Et ces morceaux de végétaux ? Bref … Il avait crée une sorte de chimère golémique … et il se trouvait sur ses épaules faites de plantes.

« Clari … Je crois ressentir où elle est. Nous devons nous y rendre … Je ne sais pas la distance. Je n’ai aucune idée … Je crois … Je crois … »

Est-ce qu’il était à quelques kilomètres ? Dizaines de kilomètres ? Centaines ? Dans le pire des cas … non … Non et non ! Il allait retrouver Clari et les autres ! Elise ! Wandy et Zalek ! Faites qu’il n’arrive rien de mal ! Rien du tout !

Pendant tout le trajet, que ça soit sur les chemins de terre, les forêts, sous la pluie, qu’importe … qu’importe les gnomolds qui se mettaient sur son chemin, les soldats qui tentaient de l’arrêter, il ignorait complètement ce qui se trouvait sur son passage. Il n’avait pas la tête à ça … Il n’avait pas la motivation pour ça. Il voulait … que tout se termine.

« On va y arriver … je reconnais le village ! On continue ! ENCORE ET ENCORE ! »

Le golem puisait dans sa magie en permanence mais il sentait que Clari était de plus en plus proche. Il était en train de courir depuis des heures mais le golem chimérique n’était nullement fatigué. Ah … Ah … Ah … Puis il arriva … à cette zone …

« Trop tard … C’était beaucoup trop tard. Qu’est-ce que j’espérais ?! PUTAIN ! J’ESPERAIS QUOI DANS LE FOND ?! »

Des cadavres, il y avait des cadavres de gnomolds et de démons. Il y en avait partout ! Ils étaient si nombreux. Sûrement des renforts étaient venus … et les démons … il … non.

« Il faut que je vérifies tous les corps ! Il le faut dès maintenant ! »

Il se parle à lui-même mais dans la situation actuelle, c’est la seule chose qu’il puisse faire. Il regarde les démons au sol … il reconnaît les deux démons qui l’ont attaqué … Ils ont visiblement été carbonisés sur une bonne partie du corps.

« Le travail d’Elise. Elle n’a pas lésigné … dessus. »

Mais alors pourquoi ? Pourquoi est-ce que les autres démons sont morts ? Est-ce que d’autres démons se sont retournés contre Elise et le reste de la famille royale ? Ou alors, ce sont les gnomolds, qui sont venus en surnombre ? Qu’est-ce qui s’est passé ? Mais qu’est-ce qui s’est passé ? POURQUOI ?!

Mais il s’arrêta subitement devant un arbre … Il y a une personne assise … comme endormie contre l’arbre. Une personne faite de pierre … ou de roche … Une personne aux traits fins. Une personne de grande taille. Elle semble si paisible … et pourtant, lorsqu’il se rapproche d’elle, elle finit par se relever, comme si de rien n’était.

« Clari … C’est toi ! CLARI ! »

Elle va bien. Elle va parfaitement bien. Il y a du sang séché sur la pierre qui constitue son corps mais elle ne semble pas avoir perdu un seul morceau de son être. Il court vers elle et l’enlace mais aie ! Il se fait mal puisqu’elle est faite de pierre.

« Où sont Elise et les autres ? Ils vont bien ? Tu peux me le dire ? Il y a … tellement de corps … mais je n’arrive pas à trouver les leurs. »

Elle ouvre la bouche mais aucun son n’en sort. Pour autant, il sait quoi faire, finissant par regarder derrière Clari. Regarder l’arbre … Il y a un message gravé dessus ? Juste une flèche avec un prénom … Elise. Pourquoi une flèche ? Et une enveloppe ? Pourquoi est-ce qu’elle s’est amusé à ça ?

« Si elle a eut le temps pour ça, c’est que ça doit aller … mais où est-ce qu’ils sont partis ? »

Clari lui tire doucement la manche, cherchant à attirer son intention. Elle lui désignait les cadavres … Faire les poches de ces derniers ? Vrai qu’en regardant ça de plus près, il remarquait des lettres qui dépassaient des vêtements des deux démons diplomates. Des lettres mises en évidence, visiblement.

« J’imagine qu’Elise a voulu que je les voies … Bon, voyons voir ce qu’il y a écrit dessus. »

C’était l’unique chose qu’il pouvait faire à cet instant précis. Le jeune homme aux cheveux bruns semblait s’être calmé mais bon … Il pouvait très rapidement perdre à nouveau le contrôle de lui-même sauf que Clari était là, posant une main de pierre sur son épaule.

« Pardon … Je vais me calmer … ça va aller mieux … je crois. »

Il va lire ces lettres et ensuite, il partira à la recherche d’Elise et des deux enfants. Il doit faire un compte des démons encore vivants. Il doit … tout envisager.

Chapitre 43 : Un mauvais geste

Chapitre 43 : Un mauvais geste

« Alors, le costume ? Ca s’est bien passé avec ? »

« Le déguisement, vous voulez dire ? Il n’y a eut aucun problème. C’était tout simplement parfait de ce côté. Sinon, les enfants peuvent vous confirmer que tout s’est bien déroulé. Les villageois n’y ont vu que du feu. »

« C’est exact. Certains ont même chercher à discuter avec nous. Merci pour les déguisements ! Est-ce que nous pourrons recommencer, Tery, dis dis ? »

« Hmm … Et bien, je ne vois pas de soucis à ça. C’est même ce que je comptais faire pour la prochaine fois. D’ailleurs, vous êtes capable de faire ce déguisement sur combien de personnes environ ? Avant de fatiguer ? »

« Une ou deux, hahaha ! De base, cela me fatigue grandement mais vu qu’il s’agissait d’un déguisement pour un membre de la famille royale, je n’ai pas vraiment chercher à me plaindre, vous savez hein ? »

« C’est tout à votre honneur, mademoiselle. Mais merci encore. Et … pour les déguisements, combien de temps est-ce qu’ils peuvent durer ? »

« Oh quelques jours au minimum, tant qu’on ne décide pas de les traficoter hein ? Genre, continuer à se masser le crâne sans interruption ou autre ! »

Hmm … Bref, tout faire pour que le déguisement tombe, quoi. Le jeune homme aux cheveux bruns hocha la tête positivement, se tournant vers Zalek et Wandy.

« Si ça ne vous dérange pas, est-ce que vous vous sentez capables de le garder même pendant que vous dormiez ? Le but n’est pas d’épuiser totalement la demoiselle qui s’est chargée de vous déguiser hein ? »

« Pas de soucis alors. Ce n’est pas comme si le déguisement me grattait ou autre. On ne le sent même pas en fin de compte. »

« Aucun problème, Tery ! Puis, j’aime bien sentir mon crâne tout rond, sans les cornes. Ca serait mieux si on pouvait faire comme toi, les cacher complètement mais bon … ou comme notre grande sœur. » compléta Zalek.

Ah ça … C’était à se poser la question de savoir si c’était vraiment possible. Peut-être qu’avec un entraînement quotidien ? En y réfléchissant bien, en regardant les divers soldats présents, certains semblaient avoir un aspect animal comme celui à moitié lézard … mais en même temps, ils arrivaient à cacher une bonne partie de leurs attributs … animaliers. Peut-être qu’ils pourraient donner des cours à ce sujet ?

« Enfin bon … Les déguisements, c’est sympathique mais on ne doit pas oublier autre chose. J’ai une déclaration à faire par rapport aux gnomolds. »

« Ah oui, bien vrai, Tery ! On allait complètement occulter ce que l’on a appris à leur sujet. Plus vite ils seront prévenus, mieux c’est. Pardonnez-moi ! »

Elise venait de crier légèrement pour attirer l’attention sur elle, chacun se tournant vers la demoiselle aux cheveux auburn qui reprit la parole :

« Nous avons quelque chose à vous dire et il va falloir écouter attentivement. Pendant notre voyage, Tery vous a parlé au sujet des gnomolds. Des créatures hideuses, de petite taille, poilues mais surtout très véhémentes ! »

Oui … la description correspondait très bien à la créature dont ils parlaient. Tery hocha la tête positivement, laissant Elise continuer son discours :

« Les gnomolds sont dans les environs. D’après les villageois, s’il n’y a pas beaucoup d’animaux, c’est que les gnomolds se baladent et pourraient poser problème. C’est pourquoi il va falloir faire preuve d’une extrême vigilance à ce sujet. Sinon, nous risquerions d’avoir de gros soucis dans le futur … »

« Nous devons faire quoi alors ? Éviter de les combattre ? »

« Comme l’avait expliqué Tery, c’est exact. Nous ne sommes pas sur notre territoire et nous ne connaissons pas leur nombre. Nous pourrions avoir de gros soucis on ne fait pas attention. »

A entendre les grommellements de quelques démons, il est aisé de comprendre que certains n’apprécient pas cette idée de tout simplement se cacher et faire comme s’ils n’existaient pas. Pour autant, que cela leur plaise ou non, c’était la meilleure solution à l’heure actuelle.

Il ne fallait pas tenter le démon et les gnomolds pouvaient être très violents … mais surtout très tenaces. S’ils apprenaient l’existence d’un groupe de gnomolds mais surtout des membres de la famille royale dans ce groupe, autant dire que les soucis s’amoncelleraient.

« C’est pourquoi nous allons éviter absolument toute rencontre fortuite ou non avec les gnomolds. Si nous remarquons leurs traces, on fera un détour. Si on tombe sur eux … s’ils sont peu nombreux, on verra pour les combattre ou non. Je laisserai Tery décider ce qui est le mieux pour nous suivant les événements. Et maintenant ? Et bien … Voyons voir pour nous remettre en route, plutôt. »

Car oui, maintenant qu’ils en avaient fini avec ce village, ça ne voulait pas dire qu’ils n’avaient plus rien à faire, loin de là. Elise retourna auprès de Tery, celui-ci la remerciant et la félicitant pour le travail accompli, la demoiselle signalant que ce n’était pas grand-chose.

« Je n’ai fait que mon rôle de princesse, tu sais ? Ce n’est pas si important que ça. »

« Ca le reste … suivant les occasions. Ce n’est pas à oublier, Elise. Enfin bon, grâce à toi, maintenant, nous allons pouvoir souffler un peu, tant mieux. »

« Souffler, souffler … Tant que nous ne savons pas où sont les gnomolds, nous ne sommes pas en sécurité, Tery. J’espère que tu prends la menace au sérieux. »

« Tu connais mon histoire et tu le sais parfaitement, non ? Je suis plus que sérieux dès qu’il s’agit des gnomolds. Simplement, je préfère prendre cela d’un côté plus plaisant … Cela me permet de ne pas avoir autant d’inquiétude. »

Donc … ils repartaient ou non ? Car tout le monde attendait les consignes de Tery. Celui-ci leva la main pour signaler qu’il était temps d’y aller, prenant donc le commandement du groupe comme auparavant.

Pendant le déplacement, pour autant, on ne le lâcha pas d’une semelle mais il en était de même pour Elise, son frère et sa sœur. Qu’importe qu’ils soient de la famille royale, certains diplomates et soldats discutaient avec eux comme si de rien n’était. Une sorte de relâchement hein ? C’est vrai que le monarque … était du genre très dur.

« Alors comment sont les villageois là-bas ? Ils ne sont pas monstrueux ? »

« Vous voyez Tery ? Et bien, c’est exactement la même tête et tout le reste. Il n’y a pas à s’en faire à leur sujet. Ils sont très amicaux, du moins, les deux avec qui nous avons parlés. »

« Oh … D’accord mais vraiment, ils ne sont pas dangereux du tout ? »

« Pour l’heure, de ce que nous avons vu avec eux, pas le moins du monde. Mais après, qui sait ? Ce n’était que de simples villageois, pas des combattants aguerris ou des mercenaires. Ou même des soldats du royaume. »

Et c’était ainsi pendant toute la durée du voyage. Tery écoutait juste d’une oreille distraite pour être sûr que Wandy ne dise pas n’importe quoi. On étai jamais trop sûr au cas où. Pas qu’elle envenime les relations très fragiles et abstraites entre Shunter et eux. Ouais, des relations qui n’existaient pas … sauf dans la tête du jeune homme.

Hmm … C’était bête … que de vouloir espérer que Manelena et Royan acceptent sans condition ce qu’il allait leur demander. Car oui, si cela serait le cas, ils pourraient … retourner à ce qu’il espérait. Retrouver un climat de paix, retrouver la surface, retrouver Elen … et son enfant. Dire qu’il ne l’avait encore jamais vu. Il ne savait pas à quoi il ressemblait, si c’était elle ou il … Est-ce que Manelena lui avait dit ça ? Il ne s’en rappelait plus … Il avait encore le visage d’Elen en tête … mais ses souvenirs.

Après tout ce temps, elle commençait à s’estomper. Sa mémoire lui faisait de plus en plus défaut et il se demandait si cela allait dégénérer. Il devait retrouver Elen et les autres ! Manelena aussi ! Sa mère ! Ses grands-parents ! Retrouver la surface une bonne fois pour toutes ! Il se tourna vers le reste du groupe, déclarant :

« Nous allons accélérer un peu le pas pour nous mettre en sécurité. »

« Vous pensez que les gnomolds sont très proches ? »

Hmm … Non, simplement qu’il voulait aller plus vite pour espérer mettre la main sur Manelena et Royan. Avec eux de leur côté, il y avait de fortes chances que tout s’améliore. Mais maintenant qu’ils en parlaient, il baissa les yeux avant de les cligner. Quelques secondes après, il était déjà un genou au sol, l’air anxieux.

« Bon sang … On a pas fait gaffe. Il y a des Gnomolds … et ils sont proches. Les traces sont très fraîches. Ca m’apprendra à ne pas surveiller les alentours. Que chacun et chacune évite de faire plus de bruit que nécessaire. On va se déplacer discrètement. »

Au minimum jusqu’à ce qu’il sache où est-ce que les gnomolds se trouvaient. Maintenant, le jeune homme tendait l’oreille, regardant autour de lui, murmurant à Elise mais aussi à quelques soldats de faire de même. Le souci, c’est qu’ils étaient tous dans un terrain boisé … mais surtout au beau milieu de ce dernier.

Ils ne suivaient pas un chemin tracé dans la terre, non, loin de là. Ils étaient juste là, en train d’étudier tout ce qui se trouvait autour d’eux. Le moindre arbre écorché par une griffe, un cadavre d’animal, ou pire … des restes d’humanoïdes. Des touffes de poils, de la bave, bref, tout ce qui permettait de savoir si les gnomolds étaient passés par là ou non.

« Les traces sont de plus en plus nombreuses, Tery. »

« C’est exact, je l’ai vu aussi … Les nouvelles ne sont pas très bonnes malheureusement. »

Car oui, plus que le nombre de traces, c’était le fait qu’elles se dispersaient à partir d’un moment, signe que les gnomolds s’étaient étendus … et donc qu’ils avaient sûrement pour but de se développer dans les environs.

« Qu’allons-nous faire ? On va sûrement tomber sur un groupe très rapidement, Tery. »

« Tu peux aller les prévenir ? Et leur dire de se prépare au cas où au pire. Qu’ils voient déjà à avoir leurs armes près d’eux ou alors leur magie prête. »

Chez les démons, la magie était bien plus aisée que chez les autres espèces. Il avait remarqué dès son arrivée. Comme chaque démon possédait les lignes d’Alzar, développer la magie était presque innée chez chaque démon. Enfin, certains étaient plus doués que d’autres dans ce domaine, comme partout, hein ?

« C’est bon, Tery. Ils étaient déjà sur leurs gardes mais ils le sont deux fois plus maintenant. Qu’est-ce qu’on fait ? On tente de trouver les Gnomolds avant qu’ils ne nous trouvent ? »

« On a pas trop le choix. J’aurai … vraiment voulu éviter ça. Wandy et Zalek, hors de question que vous vous mettiez en danger. Vous resterez dans les environs. »

« Tery, je suis parfaitement capable de me battre et … »

« Non, mademoiselle Wandy. On arrête ça tout de suite. » dit-il en lui coupant la parole, plaçant son visage à la hauteur de celui de l’adolescente. « C’est pas une question de frimer ou de vanité, compris ? Là, tu risques de mourir … Les gnomolds, ce ne sont pas des démons ou des créatures souterraines. Ils sont très tenaces, hargneux et surtout, j’ai besoin de quelqu’un pour protéger ton petit frère. Les personnes les plus aptes sont pas forcément celles qui sont en première ligne. Est-ce que je peux compter sur toi pour Zalek ? »

« … D’accord, Tery. Mais … n’utilises plus de mademoiselle. »

C’était vraiment que ça le souci dans tout ce qu’il venait de dire ? Rah les femmes ! Mais bon, il continua de la regarder jusqu’à lui faire un petit sourire rassurant. Maintenant que le message était bien passé, c’était tant mieux. Et puis … Zalek n’avait pas refusé de suivre sa sœur hein ? Les gnomolds autres qu’Ernold et ses compagnons … c’était une saleté !

Bref, ce n’était pas le moment de réfléchir à qui était un bon gnomold, qui en était un mauvais. Avec l’arrivée des démons, les gnomolds avaient repris leur place habituelle dans les pensées du jeune homme. Des êtres difformes et colériques qui n’aspiraient qu’à tout détruire et ravager pour éliminer les démons.

« Tery, tu es très tendu, ce n’est pas bon. »

« Je le sais bien, Elise. Il faut que je me calme … Ils ont besoin de quelqu’un de confiance, quelqu’un qui sait se modérer. »

« Quelqu’un qui sait garder la tête froide en toutes circonstances. »

« C’est tout moi, n’est-ce pas, hein ? » dit-il en rigolant légèrement mais pas trop fort.

Il ne voulait pas tellement attirer l’attention des gnomolds sur sa tête hein ? Le jeune homme aux cheveux bruns étudiait tout avec le plus de came possible. Le meilleur moyen pour ne pas commettre d’impairs était de ne pas faire n’importe quoi.

Il pouvait se répéter cela dans la tête cent fois, ça ne changeait pas qu’il n’appréciait pas du tout le fait que les gnomolds se soient séparés … et surtout, il y avait autre chose. S’ils devaient combattre les gnomolds, l’un des démons ira sûrement s’en prendre à la famille royale pendant qu’il combattra.

Il ne pouvait pas se permettre ça. Il ne pouvait pas se permettre de les laisser seuls, sans surveillance. Mais en même temps, s’il ne combattait pas lui-même les gnomolds, autant considérer qu’ils étaient foutus. Il était presque sûr et certain que la majorité des démons présents n’avait jamais combattu à la surface … et donc les gnomolds ou des membres d’autres espèces humanoïdes.

Problématique … C’était … vraiment problématique. Mais il allait devoir quand même s’y faire. Se tapotant légèrement les joues, il observa ses propres armes. Il pouvait déjà les mettre mais cela reviendrait à quitter les mains de Wandy et Zalek. Les deux jeunes démons avaient besoin d’être rassurés. Maintenant, il comprenait à quel point cela avait été une idiotie que de vouloir garder ces enfants avec eux.

C’était beaucoup trop dangereux … pour eux. Mais maintenant, c’était bien trop tard pour revenir en arrière. On ne pouvait pas faire cela maintenant … C’était beaucoup trop tard pour reculer. Ah … BON ! Ils allaient accélérer ! S’ils arrivaient à mettre de la distance avec les gnomolds, tout le groupe sera alors en sécurité.

« On va se dépêcher … que chacun se déplace discrètement mais rapidement. »

Le truc, c’est que se déplacer ainsi avec des charrettes et des animaux, c’était pas vraiment la discrétion qu’il recherchait. RAH ! C’était pas le moment de faire de l’esprit ! Il prit un rythme de pas plus rapide, commençant à chercher le meilleur moyen de traverser ces bois. L’autre problème résidait dans les chemins qui leur étaient accessibles. Car oui, il ne fallait pas oublier qu’avec les charrettes, passer à côté des arbres, ce n’était … vraiment pas une bonne idée. Oui … Il y avait possibilité de faire bien mieux. Ah … Se frayer un passage en utilisant les pouvoirs magiques ? Non, c’était parfaitement déconseillé.

Mais pourquoi est-ce qu’il avait des idées aussi stupides ? Même s’ils ne prenaient pas forcément que les chemins de terre pour se déplacer, c’était pourtant le meilleur moyen pour arriver à destination. Sauf que de destination, ils n’en avaient pas … et qui sait ? Peut-être qu’en sortant des bois, ils allaient tomber directement sur une ville de Shunter ? Et ils seront alors pas préparés pour la « réception » avec les citoyens de Shunter.

Trop de pensées absurdes et Elise qui le secoue légèrement pour lui dire de se réveiller. La raison à cela ? Devant eux … Plus de traces de pas, beaucoup plus … et aussi des traces de corps que l’on traînaient. Et avec l’odeur qui accompagnait le tout. Un seul bilan : les gnomolds étaient maintenant bien plus proches. Il murmura :

« Suivez-moi … Il va falloir laisser les charrettes en retrait. Que les démons qui savent se battre m’accompagnent … tous. Vous deux aussi. »

Et oui, il s’adressait à Wandy et Zalek. Il ne pouvait pas les laisser seuls avec d’autres démons, surtout tant qu’il ne savait pas qui allait tenter de les tuer. A partir de là, on n’allait pas trop tergiverser à ce sujet hein ? Et surtout éviter de trop perdre de temps. Bon … Il relâcha les mains des deux jeunes démons avant de mettre ses griffes, regardant Elise.

« Je te couvre ou plutôt, je nous couvre. »

Lui devant, Elise derrière, les deux enfants entre eux. Les autres démons, dont celui à moitié lézard, vinrent à leur suite. Il remarqua que la diplomate maquilleuse était aussi en retrait, ce qui était normal. Le combat ne semblait pas son domaine de prédilection. C’était donc logique qu’elle reste en arrière, comme six autres démons. Par contre, certains diplomates étaient présents, eux aussi. Ils avaient les mains qui tremblaient mais c’était parfaitement compréhensible en vue de la situation actuelle.

Pour autant, malgré leur équipement, ils ne semblaient guère rompus au combat. Il comprenait une chose très simple : ils étaient attirés par la découverte des gnomolds. Ils voulaient voir à quoi ressemblaient ces derniers et tout le reste. Sincèrement ? Se mettre en danger de mort pour ça ? I

Bah ! Sa préoccupation principale restait les deux enfants. Les autres démons devaient se débrouiller seuls. Avec ses griffes, il avait tracé un chemin jusqu’à sentir que l’odeur si particulière des gnomolds, mélange de sang, sueur et fourrure non-lavée, était présente de plus en plus fortement.

Proches … Ils étaient proches des gnomolds … et finalement, ils étaient en vue. Par contre, il ne s’attendait pas à … ça. Ce n’était pas une troupe … mais bel et bien un campement. Ils étaient une bonne vingtaine de gnomolds, avec leurs tentes, leurs chasses de la journée, leurs armes encore sanguinolentes.

« Ils sont moches … » chuchota Zalek alors que Tery souriait faiblement.
C’était exactement ce genre de réflexions que chaque personne se faisait en découvrant les gnomolds pour la première fois. Il ne pouvait pas dire à Zalek de penser le contraire vu qu’en écoutant brièvement derrière lui, il comprenait que les autres démons ne pensaient guère mieux des gnomolds qu’ils apercevaient.

« Ils sont une vingtaine … Cela … est beaucoup trop dangereux, Elise. »

« Mais pourtant, est-ce que nous avons vraiment le choix ? »

« On l’a toujours … et je pense qu’il vaut mieux éviter de chercher la confrontation. Vous tous, on recule et on repart. On sait où ils se trouvent, on va s’éloigner d’eux. »

« On ne les combat pas donc ? » demanda un démon avec surprise.

« Ils sont aussi nombreux que nous … et en même temps, ils sont au courant de notre façon de se battre. Nous sommes trop désavantagés. Je ne peux pas permettre de perdre des démons alors que nous venons à peine de nous rendre à la surface. Le plus important est de trouver la reine de Shunter. Dès que nous aurons réussi à la contacter, nous serons alors en sécurité. »

Du moins, il l’espérait … mais ça, il ne pouvait pas le dire à voix haute. Il eut un petit soupir avant de commencer à faire quelques pas en arrière, invitant les autres démons à faire de même. Ces derniers s’exécutèrent, Tery haussant un sourcil en regardant deux démons à peine armés. Des diplomates. Qu’est-ce qu’ils étaient en train de faire ?

« Hey, vous deux. On s’en va. Ne perdez pas de temps. »

« C’est … c’est vrai … On arrive. » dit l’un des deux diplomates en tremblant. Réaction logique. Les gnomolds étaient vraiment effrayants et pas agréables à regarder. Quiconque chercherait à les observat trop longtemps, surtout dans leur territoire, n’allait pas s’en remettre. Le second diplomate recula sans regarder en arrière, tombant au sol à cause d’une racine en poussant un petit cri.

« Gnnn ?! C’était quoi ça ?! »

« Allez voir au lieu de rêvasser ! Tsss ! C’est peut-être un animal trop aventureux, héhéhé. »

Qu’il se dépêche de se révéler et qu’il recule ! Il était encore possible de s’enfuir ! Ils étaient assez éloignés des gnomolds ! Même s’il n’y en avait que deux qui s’avançaient vers eux, il suffirait qu’ils les voient pour prévenir les autres et …

« AAAAAAAAH ! Ne t’approche pas, sale monstre ! Ne t’approche pas ! »

Mais qu’est-ce qu’il venait de faire ?! Une flèche d’acide avait quitté la main du diplomate. Normalement, elle n’allait pas faire grand mal vu qu’elle était de petite taille mais elle se planta dans l’oeil de l’un des deux gnomolds, lui arrachant un hurlement de douleur.

« Des démons ! Y a des démons ! Ils sont déjà là ! Ils sont déjà là ! »

« BORDEL ! CA FAIT MAL ! VAIS LES CREVER ! »

Déjà là ?! La phrase n’était pas passée inaperçue aux oreilles de Tery mais c’était maintenant trop tard. Leurs adversaires étaient au courant de leur présence … et le combat, il ne pouvait pas l’empêcher dorénavant. Fichu diplomate apeuré ! C’était à cause de lui qu’ils étaient dans cette situation ! Ils allaient devoir se battre maintenant !

Chapitre 42 : Un climat de paix

Chapitre 42 : Un climat de paix

Tous les quatre, les voilà aux abords du village. Il sent que les deux plus jeunes ont un léger trac, surtout que malgré la distance, il est possible de voir différents villageois qui se promènent devant eux, comme si de rien n’était.

« Nous allons juste faire une simple promenade, rien de plus. Ne craignez rien, d’accord ? »

« Je sais bien … que nous n’avons rien à craindre, Tery mais … je ne sais pas … Cela me fait un peu peur et je n’ai aucune explication rationnelle à donner à cela. »

« La peur de l’inconnu et de la découverte … ne t’en fait pas, c’est tout à fait normal … »

Et en un sens, c’est lui qui est rassuré. Ils n’ont aucune envie belliqueuse envers une autre espèce. Non, ils réagissent comme il le faudrait normalement. Autant dire qu’il est plutôt soulagé de les voir agir de la sorte.

« Vous n’êtes pas en danger, d’accord ? Vous n’avez rien à craindre. »

« Mais ça ne te dérange pas si nous restons à tes côtés, Tery ? »

« Ce n’est pas un peu ce que j’ai demandé auparavant ? On ne se sépare pas. »

Ce n’est pas comme s’il avait l’impression de parler un peu dans le vent mais c’est un peu ça quand même hein ? Pour autant, il n’en veut pas à Wandy. Il lui fait un petit sourire et prend sa main dans la sienne, l’adolescente sursautant au contact de leurs deux mains. De l’autre, il prend la main de Zalek, se tournant vers Elise.

« On y va ? Tu veux bien nous guider ? »

« Je ne connais pas plus l’endroit que toi mais bon … »

Elle comprenait parfaitement qu’il se voulait rassurant et doux envers les deux enfants. Avançant lentement mais sûrement, ils pénétrèrent dans le village. A vue de nez, il y avait peut-être une trentaine ou quarantaine de bâtiments. Ce n’était pas immense non plus mais ce n’était pas rien. C’était le genre de village prospère qui avait tous les magasins nécessaires à sa survie et qui pouvait aisément se débrouiller seul en autarcie ou presque. Bien entendu, pour les denrées les plus rares, ce n’est pas possible et il fallait bien qu’un marchand itinérant passe par là.

D’ailleurs … Maintenant, c’était trop tard mais ils n’avaient pas discuter de ce qu’ils faisaient comme métier. Hmm … Pour les relations, elles étaient établies mais pour le travail ? Car bon, il était un peu l’homme dans le groupe, non ? Ce qui voulait dire qu’à partir de là, c’était lui qui faisait rentrer la viande dans la maison.

« Bon ben, on va dire que je suis chasseur. »

C’était l’idée la plus banale et simple qu’il avait en tête. S’il prétendait qu’il était mercenaire, ça ne passerait pas du tout. Pas avec les enfants avec lui et Elise à ses côtés. Ouais, chasseur, c’était sensiblement une bonne idée sur le coup.

Tiens, par mesure de précaution, il s’était aussi encapuchonné car il ne voulait pas être à visage découvert. C’était peut-être assez stupide mais bon … On ne savait jamais. Manelena était du genre très revancharde. Et surtout, même si Elise s’en doutait, il n’avait jamais … évoqué le fait qu’il avait choisi Shunter spécialement pour Manelena et Elen.

« Vous, vous êtes pas du coin, ça se voit ! »

Il évita de paraître surpris en entendant une voix derrière eux. Un vieil homme, sûrement d’une soixantaine d’années, souriant avec le peu de dents qu’il lui restait. Il n’avait pas l’air d’un mendiant en vue de sa tenue mais on sentait bien le poids des années sur son dos courbé. Même s’il n’avait pas été surpris, c’était le cas de de Wandy er Zalek qui sursautèrent, comme s’ils venaient d’être pris en défaut.

« Vous avez entièrement raison. Moi, ma femme et sa famille, nous voyageons de village en village dans tout Shunter. Je suis chasseur itinérant et je vends le fruit de mes chasses aux villages où j’atterris. Malheureusement, comme vous pouvez le constater, ce ne fût pas vraiment une grande réussie aujourd’hui. »

« Ah ben ça, c’est bien vrai. Je vous le fait pas dire ! Vous en faite pas, dans notre village, on accueille tout le monde, tant qu’ils mettent un peu la main à la pâte. Rien n’est gratuit mais c’est pas une raison pour taxer plus les honnêtes gens avec des prix exorbitants ! »

« Je veux bien vous croire, vous pouvez nous faire une visite des lieux alors ? Si vous avez le temps, bien entendu. Ca serait très gentil de votre part. »

« A mon âge, on a tout le temps qu’il faut ! Suivez-moi ! »

Le suivre ? Les enfants étaient à nouveau inquiets mais le jeune homme serra un peu plus les deux mains de Wandy et Zalek. Qu’ils n’aient rien à craindre. S’il décidait de faire ça, c’était pour une bonne raison, cela permettait d’installer la confiance avec autrui.


Et puis surtout, en les voyant derrière ce qui semblait être l’un des aînés du village, quoi de mieux pour montrer qu’ils étaient là avec intentions les plus honorables possibles ? Surtout qu’il fallut à peine deux minutes pour que Wandy et Zalek observent les environs avec de grands yeux étonnés.

« Sont mignons, la petite sœur et le petit frère de votre femme. On dirait que c’est la première fois qu’ils voient un village de leurs vies. »

« Hahaha, c’est là où vous vous trompez. Il s’agit de la grande sœur et du petit frère de ma femme. Et oui … » dit tout simplement Tery en souriant au vieillard, celui-ci s’arrêtant pour les observer quelques secondes avant de s’exclamer :

« Bah ! Qui suis-je pour juger ? Chacun fait ce qu’il lui plait tant qu’elle peut enfanter ! Ca sera pas la première fois ! »

Tery toussota légèrement. Ouais … Euh … Enfanter, on allait éviter ça avec Wandy qui était qu’une adolescente hein ? C’était pas le genre … du bonhomme. Mais le plus important, c’est que le vieil homme ne posait pas du tout de question à ce sujet.

« Et voilà, on termine la visite par l’auberge, bâtiment où vous allez sûrement vous rendre ensuite, hahaha ! J’espère que ça vous a plu. »

« Merci à vous surtout. Et oui, grâce à vous, on va pouvoir se promener sans avoir peur de se perdre. Je vous souhaites une bonne journée. »

« La même ! Au revoir les petiots ! »

Pourtant, tout cela ne changea rien au fait que les deux plus jeunes du groupe étaient crispés comme si la mort risquait de venir de chaque ruelle. Ce fût seulement lorsque le vieillard était au loin que Tery entendit un léger soupir de la part de Wandy.

« Pfiou… C’était … stressant … vraiment. Ils sont tous ainsi, Tery ? »

« Hmmm ? Tu plaisantes ? C’est l’un des plus amicaux que j’ai vu dans les environs. Je ne sais pas pourquoi vous avez autant peur alors que pour le coup, il n’y a aucune raison à cela. »

« Je ne sais pas … Je ne sais pas du tout, j’avoue. »

« Rah … Je vous dis donc d’arrêter d’avoir peur de tout et de rien. Les gens ici ne vont pas vous manger. Et sincèrement, entre nous, il y aurait de fortes chances que ça soit plus dans un sens que dans l’autre, hein ? »

« Ah bon ? Comment ça ? » demanda Wandy alors qu’il cherchait à voir si elle plaisantait ou non. Hmmm … Non, c’était bien ça le pire dans l’histoire. Elle était des plus sérieuses en lui posant cette question. Vraiment ?

« Comment est-ce que je peux expliquer ça correctement ? »

« Euh … Ma question est-elle si stupide ? Je suis vraiment désolée si c’est le cas. »

« Ce n’est pas qu’elle est idiote, loin de là … C’est juste que tes craintes ne sont pas fondées. »

« Oh ? A ce point ? Pourquoi cela ? »

« Tout simplement que vous êtes bien plus forts qu’eux et que vous ne devriez pas avoir peur de ces derniers. De plus, tous ne sont pas belliqueux. »

« C’est juste … un monde que nous ne connaissons pas, Tery. »

Et c’est normal d’avoir peur de l’inconnu. C’est bien pour ça qu’il ne se moque pas d’eux. Il n’avait aucune raison de le faire. Il tapota doucement le crâne de Wandy alors que dans les faits, même si Zalek avait peur, il observait les environs avec de grands yeux.

« Est-ce que nous allons visiter les boutiques, Tery ? »

« Et bien, il n’y a aucune raison pour ne pas le faire ? Elise ? Tu es d’accord ? »

« C’est toi qui nous chaperonne, pas l’inverse, Tery ! Tu es notre guide ! »

Comment qu’elle se dédouanait de toutes responsabilités sur le coup ! Il fit un petit rictus mauvais, comme pour bien lui dire qu’elle le payera bien qu’elle répondit par un sourire franc et aimable. Oui, oui, bien entendu !

Ah … On lui donnerait Alzar et Zélisia hein ? Bon, d’accord, c’était une petite exagération de sa part mais le principe était là. Il regarda tout simplement les trois personnes avec lui avant de pénétrer dans une quincaillerie. D’ailleurs, s’il y réfléchissait assez sérieusement, même une boutique aussi basique que ça devrait étonner Zalek et Wandy. Ce n’était pas comme si … enfin bon …

Oui … Enfin bon … Disons simplement qu’en tant qu’enfants royaux, même s’ils avaient peut-être bien voyagé, il y avait encore beaucoup de choses à découvrir chez eux. Dans la quincaillerie, ils observèrent les différents produits tandis que Tery s’avançait vers le marchand. Encapuchonné, il espérait ne pas trop attirer la méfiance d’autrui.

« Hmmm ? Oui ? Qu’est-ce que je peux faire pour vous ? »

« Bonjour, j’aimerai savoir si vous auriez du matériel de tente assez décent. En vue des différents climats que nous allons affronter, il faudrait quelque chose de solide. »

« Si c’est que des clous, ils sont dans le tonneau là-bas … Si c’est des piquets et tout le rets, c’est dans l’autre tonneau. Enfin bon, vous en faites pas, normalement, y a tout ce que vous voulez. On est peut-être pas bien grands comme ceux des grosses villes mais y a tout le nécessaire de base par ici normalement ! »

« D’accord, d’accord. Comme vous l’avez sûrement remarqué, nous ne sommes pas des environs, n’est-ce pas ? »

« On va dire que vos trognes me sont inconnues, ouaip. »

« C’est exact … et j’aurai donc une petite question à ce sujet. Comment est-ce que ça se passe dans Shunter ? Par rapport aux autres royaumes ? »

« Vous êtes en train de me demander si y a encore la guerre entre Shunter et les autres royaumes ? Vous êtes pas sortis de votre grotte depuis combien d’années ? Ca fait des années que c’est fini, ça ! Y a même plus de roi mais une reine. C’est la fille du précédent monarque d’ailleurs, à ce sujet. »

« Oh ? Il s’agit donc de la reine Manelena, c’est ça ? » dit-il alors que le vendeur le regardait avec un peu de suspicion. Comment pouvait-il ne pas savoir pour la guerre mais pour la reine Manelena ? Bah ! Après tout, ce n’était pas à lui de trop s’interroger à ce sujet.

« Ouaip, c’est exact. Paraîtrait qu’elle a un sacré caractère. Y en a bien certains, pas de chez nous, non, qui tenteraient de la courtiser mais vu qu’elle précise bien qu’il faut réussir à la battre pour à peine espérer ne serait-ce qu’être à ses côtés, y en a qui ont essayé, leurs corps ont pas réussi à apprécier, hahaha ! Bon, c’est que des rumeurs mais vu qu’elle voyage dans le monde entier, elle est passée brièvement une fois dans ce village, y a quelques mois. Un sacré brin de femme ! Je me dis que les rumeurs sont fondées à ce sujet ! » continua de raconter le vendeur alors qu’Elise tendait juste l’oreille en surveillant les enfants.

« Je veux bien vous croire. Je ne l’ai jamais vue personnellement mais bon … Moi-même, j’ai plus voyagé du côté de Traslord. »

« Pfiou, c’est pas la porte à côté, ça ! On est plus proche d’Honoros que de Traslord. Pourtant, c’est vrai que le roi de Traslord et notre reine s’entendent bien. Certains diraient qu’il y a des fiançailles en approche mais ça, c’est bien moins sérieux. »


Comme si Royant allait épouser Manelena. Même pour un mariage arrangé, ça ne passerait pas. Le jeune homme aux cheveux bleus aimait par-dessus tout la femme qui était derrière Tery, dans la quincaillerie. C’était le genre de femmes qui réchauffait son coeur après tout les malheurs qui s’étaient abattus sur lui.

« Oh ? Ils s’entendent bien ? Qu’est-ce que ça veut dire ? »

« Que dans la lutte contre les démons, ces créatures des profondeurs que peu ont vu et encore moins ont survécu à une rencontre avec eux, ils se sont alliés. »

« Ah, oui … Les démons. Ce sont des légendes, non ? Ils existent vraiment ? Ou alors, il y a eut des preuves à ce sujet ? »

« Y en a des preuves, franchement un bon paquet ! Mais bon, ça reste rare. Moi, je crois que ce que je vois et donc, j’ai du mal à y croire. Mais après, de ce que j’ai compris, ça parle de plutôt envisager un truc avec la paix et les démons. »

La paix et les démons ? Est-ce que … il y aurait une chance que … Manelena et Royan travaillent à la même chose qu’eux ? Même s’il devait contrôler ses tremblements, sa voix était maintenant moins assurée :

« Qu’est-ce que … vous voulez dire par là ? »

« Ben … Ce que je veux dire, bien entendu. Comme on est sorti d’une grosse guerre, y a la reine Manelena qu’est pas franchement motivée à y replonger dans une autre … même si c’est avec des êtres mauvais et tout le reste. Elle prend ses précautions et elle voit ça avec les autres nations et empires … sauf Mékalarma, sont toujours aussi cinglés, eux. »

« D’accord, d’accord … Oui, c’est normal de vouloir se protéger. On ne sait pas trop sur quoi on risque de tomber si on ne fait pas attention. »

« Ouais, enfin bref, y a la reine qu’est en train de parler avec le roi de Traslord pour ça. »

« Mais … Comment est-ce que vous pouvez être au courant ? » demanda Tery, plutôt étonné maintenant de voir que le quincailler était visiblement une bonne sources d’informations. Et dire qu’il pensait juste l’interroger comme ça … au départ.

« BAH ! Vous savez, les types qui viennent et repartent à la taverne. Leurs langues se délient facilement. Suffit qu’il y en ait un qu’à un cousin qui a un ami dans l’armée et voilà. Ca reste que des rumeurs mais à force d’entendre les mêmes rumeurs à chaque fois, on finit par y croire et se dire que ça doit être concret, hein ? » signala le quincaillier tandis que le reste du groupe était revenu auprès de Tery.

« C’est normal ! Enfin, merci ! Alors, les enfants, vous avez trouvé ce qu’il vous faut ? »

« D’ailleurs, vous, vous baladez avec votre petite famille ? Vous me paraissiez bien jeunes pour avoir deux enfants de cet âge. »

« Hahaha ! Alors, non, ma femme, c’est justement elle. » dit-il en désignant et emmenant Wandy contre lui qui vint rougir violemment. « Elle, c’est sa grande sœur et lui, son petit frère. Je les accompagne, je suis chasseur sauf que dans les environs, j’ai pas vraiment chassé. »

« AH ! Normal, les gnomolds sont de sortie. Toujours vivants, ces types et dire que même le royaume de Shunter veut tenter de faire la paix avec eux. Je sais bien qu’on veut éviter une guerre aussi violente que la précédente mais quand même … »

« Les gnomolds sont dans les environs ? Hmm … Merci beaucoup pour cette information. J’imagine qu’il va me falloir faire attention, enfin, encore plus. »

« Ouaip ! Z’avez fait votre choix donc ? Je peux voir ? » demanda l’homme alors que Tery présentait divers outils et objets.

Bon … Heureusement pour lui, il avait toujours sa monnaie d’antan. Celle … de l’époque où il était encore avec Manelena et les autres. Ah … Donc, il avait de l’argent, ce n’était pas un souci, loin de là. D’ailleurs, il paya le tout sans sourciller avant de remercier le quincaillier. Dehors, il s’adressa aussitôt à Elise :

« De bonnes nouvelles si tu as entendu, Elise. »

« Je n’ai pas tout entendu mais … vraiment … tu crois qu’ils cherchent vraiment comme nous ? Enfin, la paix ? »

« Disons que j’imagine que le fait de t’avoir revue a motivé Royan à se dire qu’il avait une chance … de pouvoir te retrouver. »

« Et j’imagine que c’est la même pour toi avec Manelena, non ? »

« Si seulement … Tu connais parfaitement le caractère de Manelena … et en vue de mes propres actes, y a aucune chance que ça se passe aussi aisément que ça. »

Il poussa un léger soupir un peu désabusé avant de ne pas continuer sur le sujet. Malheureusement, ce n’était pas possible. C’était Manelena … Et ainsi. Avec Manelena, il ne se faisait pas d’illusions à ce sujet.

« N’essaie jamais de comprendre la psychologie féminine, Tery. »

« J’ai arrêté depuis bien longtemps … Enfin bon, tu crois que … »

« Je ne crois pas, j’en suis certaine. Même si avec tout ce qui s’est passé, peut-être que vous ne retrouverez plus jamais … la confiance d’antan … elle n’est pas ainsi. »

« Peut-être … Enfin, ne parlons plus de ça, c’est mieux. »

Il fit un petit sourire de dépit. Ce n’était pas dans ses intentions de montrer un visage presque désespéré. Enfin … Pas désespéré. Simplement, il ne savait pas comment se présenter devant Manelena … Elen … et sa propre mère. Ah … Il sentit une petite pointe dans le coeur, signe qu’il avait encore du mal à … s’imaginer que tout ça pouvait se régler.

« Qu’est-ce que nous allons faire maintenant, alors ? »

« Hmm … Et bien, de base, on termine la visite et on va retrouver les autres. »

« Déjà ? On a déjà tout fait ? » demanda Zalek sur un ton presque implorant alors que Tery hochait la tête doucement en souriant :

« Et oui, ce n’est pas un grand village. Mais bon, ne t’en fait pas, tu as remarqué que personne n’est venu nous déranger, non ? Donc tout se passe bien. »

« Oui, c’est vrai mais bon ! En même temps, c’est dommage de partir maintenant quand même, non ? Enfin, moi, je trouve ça un peu dommage quand même ! »

« Et tu as parfaitement raison, Zalek … c’est bien pour ça qu’au prochain village, on passera un peu plus de temps et avec les autres en prime. »

Ils allaient juste devoir faire plus attention au maquillage et à tout le reste. En un sens, c’était normal … car le déguisement avait parfaitement réussi son objectif, ce qui était vraiment une bonne nouvelle car ils pouvaient donc se déplacer avec discrétion. Du moins, jusqu’à ce qu’ils trouvent des … partisans des démons..

Ouais, partisan, c’était un terme un peu fort … mais du moins, des personnes qui ne voudraient pas les tuer à vue, ça serait une excellente chose quoi. Le jeune homme aux cheveux bruns indiqua la sortie du village pour ses compagnons, Elise lui demandant pourquoi il a acheté des fournitures qui ne seront pas forcément très utiles.

« Tu ne pense quand même pas que j’allais interroger un vendeur sans rien lui prendre ? Surtout si on voulait éviter de paraître suspicieux. »

« Déjà le coup du chasseur, je me demande sincèrement comment on a réussi à faire passer ça. Enfin bon … Je ne vais pas m’en plaindre, on n’a pas eut de problèmes. »

« Héhéhé ! J’ai trouvé ça vite fait tout en prétextant que je n’arrivais rien à chasser. Ce qui nous a permis de savoir aussi que des gnomolds traînent dans les environs. »

« Je ne suis pas certaine que ça soit une bonne chose que nous soyons proches des gnomolds, Tery. Qu’est-ce que nous allons faire ? »

« Les éviter à tout prix, n’oublie pas qu’une bonne partie des démons qui nous accompagnent ne sont pas des combattants … et que les gnomolds sont spécialisés dans notre traque. »

Autant dire qu’une confrontation serait beaucoup trop dangereuse pour leur groupe. Même s’ils en voyaient qu’un ou deux, il fallait éviter de les combattre … sauf s’ils comptaient prévenir leurs compagnons. Ah … Enfin bon, cette session avait été plutôt bonne !

Chapitre 41 : Émerveillement

Chapitre 41 : Émerveillement

Maintenant qu’ils étaient plongés en pleine nuit, il avait jeté un bref coup d’oeil aux personnes autour de lui. Enfin, il était là, à veiller, comme convenu … ou pas. Malgré qu’Elise et Wandy voulaient qu’il se repose, il n’était pas encore pleinement confiant.

Il avait jeté juste un regard sur les démons autour de lui. Tous étaient amicaux et agréables, du moins en grosse majorité. Le truc qui le perturbait, ce n’était pas ça … mais plutôt … les démons. A bien y réfléchir, ils étaient très rares, ces fameux démons à moitié … animal ou insecte. Car oui, la majorité perdait le contrôle de leurs êtres et devenaient fous. Sauf qu’ici, ce n’était pas du tout le cas, loin de là.

Ils étaient normaux. Il pouvait voir une démone avec ce qui semblait être un appendice … de scorpion géant. Oui … Une sorte de grosse queue avec le dard au bout. Et le dard avait au moins la tête d’un bras en terme d’épaisseur. Gloups ! On voyait ça d’un côté … Mais ce n’était pas uniquement ça, loin de là.

Il voyait aussi un démon dont la tête cornue était parcourue par les écailles, comme ses bras … Une sorte de mékalarmien mélangé à un démon … sauf que ce n’était pas un membre de la race des premiers. D’ailleurs, c’était une bonne réflexion que voilà … Ce n’était peut-être pas le bon moment pour ça.

« Hey … C’est donc vrai que tu es du genre, le chevalier personnel de la nouvelle princesse ? C’est pas trop dur ? Généralement, les membres de la royauté, ils ont toujours une cohorte de types avec eux, donc je me disais … » lui demanda d’ailleurs ce démon … lézard.

« C’est pas le plus aisé … mais bon … En même temps, je n’ai pas à me plaindre quoi. »

« Ah non, je disais pas ça comme ça hein ? Enfin, pas de cette façon, c’était pas une critique. D’ailleurs, t’es plutôt chanceux. De ce que j’ai compris, y en a d’autres qui protègent les deux plus jeunes membres de la famille royale mais ils sont sous tes ordres. Et semblerait que les deux plus jeunes soient très proches de toi, eux aussi. Tu serais pas un fils caché du monarque ? Je dis pas ça pour me moquer hein ? »

« Je le sais bien, je le sais bien, tu peux te calmer. Je ne vais pas te tuer pour tes propos. »

« Pfiou, tant mieux … Je sais que si je m’étais exprimé comme ça devant la garde des aînés de la famille royale, je n’aurai déjà plus le temps de dire ouf. »

« Oui … N’en parlons plus, d’eux. Tu es au service de qui ? »

« Vois-tu le couple de marchands de pierres précieuses ? Je suis un mercenaire mais ils m’ont engagé. Ils disaient qu’ils payeraient rubis sur ongle pour que je les accompagne. Comme j’ai toujours aimé les petits traits d’humour, j’ai accepté. »

Sur le coup, il n’avait pas compris la blague mais en faisant une rapide réflexion, il eut un léger sourire. Oui … Rubis sur ongle par rapport aux pierres précieuses. Malin, très malin … et très amusant aussi, d’ailleurs.

« Je vois parfaitement où tu veux en venir. Je connais la princesse Clari depuis longtemps. »

« C’est ce que disent les rumeurs qui sont vraies. Vous êtes tous les deux de la surface. Pour autant, vous avez l’air aussi démoniaques que nous … sauf les cornes, bien entendu. »

« Disons que c’est dans notre sang directement que l’on sait si on est un démon ou non. A partir de là, ce n’est pas trop difficile. Et de ton côté, ça fait combien de temps … que tu as ça ? Car c’est pas commun. »

« Hum, une trentaine d’années, je dirais. C’était quand j’étais adolescent. Dévorer ou être dévoré, c’est habituellement comme ça. Je me suis fait encerclé par trois lézards d’une taille colossale pendant que j’étais perdu dans une grotte. Ca a été tellement violent qu’il y a eut un éboulement … et que je n’ai pas eut le choix. »

« Pour survivre, tu as été obligé de dévorer les lézards géants qui étaient coincés avec toi et qui étaient morts, c’est ça ? »

« C’est exact. Mais il semblerait qu’à cause du fait que c’était pour ma survie, j’ai réussi à garder le contrôle de mon corps. Depuis, et bien, je possède quelques protections grâce à mes écailles. Disons que je ne risque plus de me couper par accident avec une lame, sauf si je le fais exprès et violemment, hahaha ! »

« Ca a son utilité … et je ne savais pas pour cela pour les démons. Comme quoi … »

« Et toi, tu as déjà mangé quelque chose ou non ? C’était quoi ? »

« Euh … De mon côté, comme la princesse Elise et je crois la princesse Wandy et le prince Zalek, nous n’avons pas dévoré des créatures comme ça. »

« C’est vrai … que si ce ne sont que des créatures mineures, il n’y a pas à avoir peur du changement … Mais même ainsi, il paraîtrait que les aînés de la famille royale ont aussi des attributs qu’ils cachent… Ils sont tellement forts et puissants. »

Hmm … Cela voulait dire qu’il y avait de fortes chances que ça soit la même pour l’empereur Malark ? Pourtant, il semblait totalement normal. Mais d’après les dires de ce démon-lézard, cela était normal. Il avait tant encore à apprendre.

« J’allais oublier un truc important. Comment est-ce que tu t’appelles ? Moi, c’est Tery. Enchanté de te connaître. » finit par dire le démon aux cheveux bruns, tendant sa main en direction de son compagnon d’infortune pour la patrouille nocturne.

« C’est pas faux qu’on en oublierait presque les bonnes manières, hahaha ! »

Un grand sourire accompagné d’un rire et voilà que le démon-lézard vint serrer la main tendue de Tery. Celui-ci remarqua que celle de son comparse était écailleuse mais pas griffue. Ce dernier reprit la parole :

« Tu peux m’appeler Nauha. C’est plutôt banal comme nom, je sais bien mais ça s’écrit pas pareil que les autres. »

« Pareil mais différent, c’est un concept plutôt accrocheur, hahaha ! Bon ben … »

Maintenant, ils allaient pouvoir passer la soirée à discuter de tout et de rien. Mais surtout, est-ce qu’il devait prévenir Nauha au sujet de ce qu’il savait ? Non … Même s’ils venaient de faire connaissance, rien ne disait que ce type n’était pas un assassin envoyé pour tuer Wandy et Zalek … et aussi Elise, bien entendu.

« Tu penses que l’on va avoir quelques nuits tranquilles ou non ? »

« Y a de fortes chances. Généralement, sauf si on tombe sur les gnomolds, on n’a pas trop à craindre les bêtes sauvages dans Shunter. »

« Tu as l’air si sûr de toi quand même … »

« La force de l’habitude, que veux-tu que je te dise d’autre ? Je sais à peu près ce qui nous tombe dessus. A partir de là, je n’ai pas trop à m’inquiéter, hahaha. »

Oui les gnomolds étaient un souci mais les créatures sauvages ne l’étaient pas. De toute façon, si un enfant démon était élevé à la dure comme le reste de ses pairs, il n’y avait pas d’inquiétude à avoir sur la sécurité de Zalek. Ce dernier ne devrait pas avoir de soucis, non ? Enfi n… aux yeux de Tery.

Ouais, la seule inquiétude ne résidait pas dans les Gnomold ou la faune et la flore … mais sur son entourage. Il n’avait aucune idée de qui pouvait être utilisé pour tenter d’assassiner les membres de la famille royale mais il ne laissera pas cela se faire, loin de là. Il allait trouver ces personnes et les arrêter définitivement … une bonne fois pour toutes.

Enfin bon, ce n’était pas l’heure d’y réfléchir et il valait mieux continuer à discuter comme si de rien n’était avec son nouvel ami. Contrairement à ses prévisions, la soirée se passa tranquillement. En même temps, il n’était pas loin de la tente royale donc bon … il était tout simplement hors de question et impossible que quelqu’un tente quelque chose tout de suite … surtout dès le premeir soir. Ou alors, il avait un excès de confiance qui allait l’emmener à la ruine. Hmm …

Le lendemain matin, il avait quelques petites cernes aux yeux et il était aisé de voir qu’il avait besoin de se reposer correctement. Pour autant, il fallait faire avec et ils n’avaient pas à rester trop longtemps au même endroit, c’était bien trop dangereux, d’après le jeune homme. Quelques heures de marche suffirent à les faire quitter la forêt où ils se trouvaient, Tery regardant autour de lui, d’un air songeur.

« Nous devrions être pas trop trop loin d’un village. Là-bas, je partirais avec les membres de la famille royale pour aller prendre des nouvelles et savoir où nous sommes exactement. »

« Euh … Est-ce vraiment conseillé ? Nous ne passons pas inaperçus et les membres de la famille royale encore moins. » signala un ambassadeur, Tery faisant un petit sourire.

« Pas le moindre problème à ce sujet. Je me suis renseigné hier pour une bonne raison. Nous avons ici, des démons capables de camoufler nos attributs comme les cornes. Et je pense qu’en terme de vêtements, nous avons aussi des étoffes qui nous permettront de nous faufiler sans que nous passions pour des êtres différents des autres. Voilà tout ! Enfin bon … Le plus important est déjà de trouver un village, ensuite, j’aviserai. »

Et il savait pertinemment qu’il y avait de grosses réticences à ce sujet mais qu’importe. Normal qu’en incitant les membres royaux à ne suivre que lui, les autres ne pourraient pas les blesser … ou presque. Il suffirait de voir qui sera parti pendant son absence.

« Tery … Est-ce que … c’est vraiment conseillé … d’y aller que nous quatre ? »

Normal que Wandy soit inquiète et soucieuse à ce sujet. Pour autant, Elise posa une main sur l’épaule de l’adolescente, lui disant d’une voix qui se voulait rassurante :

« Tu n’as pas à t’en faire. Je te protégerais comme Tery. Et il en est de même pour le petit Zalek que voilà, n’est-ce pas, hein ? »

« Ah ben, si ma grande sœur et Tery sont à mes côtés, j’ai pas à m’inquiéter ! »

Heureux soit l’esprit d’un enfant, même démoniaque. Et avec un tel sourire, n’était-il pas l’incarnation même d’un petit ange ? Ryusuke fit un petit sourire sous cette réflexion. Sérieusement, c’était assez ironique de sa part de penser ça. Enfin bon, ce n’était pas tellement le moment de pousser plus loin cette réflexion.

« Alors, qu’est-ce que vous en pensez, mademoiselle Wandy ? »

« Si … tu m’appelles encore mademoiselle Wandy, je crois que je vais bouder. Mais si c’est par rapport à ta proposition, je pense que je peux accepter puisque ma grande sœur nous accompagnera et … euh … pourquoi cette tête ? »

« Et bien, je suis assez triste d’entendre que vous n’avez pas assez confiance en mes capacités pour vous protéger et me défendre. »

L’adolescente piqua aussitôt un fard, bredouillant en rougissant que ce n’était pas du tout ça et qu’elle n’avait jamais voulu le vexe ou autre. Tery eut un nouveau sourire avant de se prendre un coup de coude dans les hanches de la part d’Elise.

« Arrêtes donc de la manipuler comme ça, Tery. S’il te plaît … »

« Je veux juste qu’elle soit rassurée, rien de plus. Je ne pensais pas à mal. »

« Quelles sont ses messes basses, tous les deux ? » demanda Wandy en haussant un sourcil inquisiteur en leur direction.

« Oh, rien du tout, Wandy. Ne t’en fait donc pas. Mais tu es donc d’accord pour la visite en ville ? Et tu ne lâcheras pas ma main s’il le faut. »

« Tery … s’il te plaît, tu peux arrêter ? Elle ne sait plus où se placer. »

Hey ! Il … Enfin, sur le coup, ce n’était pas fait exprès, loin de là. Il remarqua que Wandy était encore plus gênée qu’auparavant. AH ! Bon sang ! Comme il la considérait comme une enfant, il n’avait pas envisagé que lui donner la main aurait une autre signification pour elle. C’était vraiment … peut-être usant ? Il ne savait pas … Il ne préméditait pas tout à chaque fois qu’il ouvrait la bouche hein ? Fallait pas le faire passer pour ce qu’il n’était pas.

« Bon alors, avec tout ça, on va devoir préparer le terrain, ça veut dire. »

Il avait tapé tout simplement dans ses mains pour signaler qu’il était donc l’heure de préparer tout ça. Se tournant vers la démone qui lui avait soufflé l’idée hier, il était temps de passer au relooking des deux enfants démoniaques royaux.

« Hmm … Niveau vêtements, si on peut éviter les parures royales, ça serait mieux. Pareil pour les bijoux et autres. »

« Mais mais mais … Mess … Tery ! Comment peut-on prétendre être des … »

« On va justement prétendre le contraire cette fois-ci. Vous n’êtes plus des membres royaux mais de simples adolescents. On dira qu’Elise et moi, nous sommes mariés et que vous êtes tout simplement le petit frère et la petite sœur d’Elise. »

« Et pourquoi ça ne serait pas moi, ta femme, Tery ? On peut faire ça aussi, non ? » demanda Wandy sur un ton un peu vexé. Il se gratta la joue avec confusion avant de répondre d’une voix lente et calme :

« Je ne suis pas vraiment certain que ça passera … ou alors, on va me jeter de grands yeux furibonds. On va dire que les gens risquent de me juger. »

« Mais justement, personne ne se doutera jamais du fait que nous sommes des enfants royaux si une jeune demoiselle comme moi est mariée à quelqu’un qui a juste quelques années de plus que moi. C’est pourtant bien, non ? »

Bien ne serait pas vraiment le terme qu’il se donnerait. Wandy avait quel âge ? Une quinzaine d’années ? Lui-même devait se rapprocher des vingt-deux ans voire vingt-trois. La différence d’âge était trop grande pour être ignorée.

« Tu peux laisser tomber, Tery. Tu n’arriveras pas à la faire changer d’avis. Mais pour la peine, je serais sa grande sœur que le mari de Wandy vient voir chaque soir. »

« … … … Vous êtes aussi tordues l’une que l’autre, vous le savez ? »


Et ce n’était clairement pas un compliment donc elle pouvait éviter de sourire comme ça ? Car là, c’était vraiment glauque de leur part. Pourtant, Elise gardait son sourire alors que Wandy faisait une mine offusquée avant de s’exclamer :

« Tery n’es pas le genre d’hommes à avoir des maîtresses ! »

« Sinon, peut-être, on peut arrêter de parler de moi aussi ? Ca serait pas mal, vous ne croyez pas ? Enfin, si ça ne vous dérange pas trop hein ? »

Il dit cela avec une petite pointe d’ironie bien qu’il ne cherche pas à vexer les deux femmes. Surtout que Wandy le regardait avec de grands yeux, finissant par dire :

« N’est-ce pas … Tery ? Messire Tery ? Que vous n’êtes pas du genre à vouloir des maîtresses ou alors, peut-être que je me trompes depuis le début ? »

« Je ne suis pas du genre à aimer me partager, c’est ça. Mais nous ne sommes pas là pour converser de ce genre de choses, hein ? »

Surtout que bon, ils parlaient, ils parlaient … mais ils parlaient et au final, ils étaient au beau milieu des autres démons. Et à voir les visages effarés des démons, il comprenait aisément qu’une telle conversation avec des membres royaux, c’était impossible pour le commun des démons. Sauf une qui était concentrée à sa tâche.

« Si vous voulez bien ne pas trop bouger, je vous en serais gré. Je voudrais éviter qu’il ne vous arrive des soucis, surtout si vous devez passer pour de simples roturiers. »

Roturiers. Cela faisait très longtemps qu’il n’avait pas entendu ce terme. Pas qu’il le trouvait déplaisant, il fallait de tout pour faire un monde mais bon… Au moins, la démone semblait apprécier l’idée de maquiller les deux enfants royaux.

« Voilà … Vos cornes ne devraient plus paraître. Je ne dis pas que c’est parfait mais je pense que ça devrait aisément faire l’affaire pour ce que vous comptez faire. »

Ah oui, quand même ! Il n’y avait pas que le visage mais aussi le reste qui avait été refait ! Le jeune homme aux cheveux bruns était surpris de voir à quel point l’habit faisait le moine … ou plutôt la robe délavée faisait la paysanne dans le cas de Wandy. D’ailleurs, simplement pour rire, il vint lui signaler qu’elle était très charmante.

« Tery … Tu es prié de ne pas te moquer de moi, c’est mesquin de ta part. »

« Je ne me moques pas, loin de là. Et puis, en même temps, si on veut faire plus réaliste, on devrait tacher un peu vos vêtements avec de la boue. Ca sera alors parfait mais bon … Ce n’est peut-être pas trop le moment de penser de la sorte. Ah … Vraiment … »

Il poussa un petit soupir désemparé. Ils avaient fini non ? Ils étaient méconnaissables et le pire dans tout ça, c’est que même en passant une main sur le sommet du crâne de Wandy et Zalek, il n’était pas possible de sentir les cornes. Il se tourna vers la démone à l’origine de tout ça, s’exclamant avec entrain :

« C’est vraiment parfait comme travail ! Je ne pensais pas ça possible ! »

« Et bien, maintenant, vous le savez. Bonne chance, vous êtes sûrs que personne ne peut vous accompagner ? Il suffirait juste de se cacher les cornes, non ? Mais d’ailleurs, pourquoi devrions-nous cacher nos cornes à la base ? »

« L’acceptation des démons n’est pas … vraiment à l’ordre du jour pour le moment. Vous devez comprendre qu’en vue des nombreux conflits avec les autres nations, ce n’est pas réellement possible d’y aller, la fleur à la main. »

Et pourtant, il n’était pas diplomate. C’était juste de la pure logique à ses yeux. Mais voilà, par fois, la logique ne voulait pas s’immiscer dans les problèmes des gens de ce monde. La démone le regarda, un peu étonnée avant de dire :

« Vous cachez bien votre jeu. Vous avez vraiment réfléchit sur le sujet. »

« Je vais prendre cela comme un compliment si vous le voulez bien. »

« Ca l’était … Disons que de base, sauf votre respect … » commença à dire la démone tout en se rapprochant de lui, continuant en lui chuchotant dans l’oreille : « Les … gardes personnels ne sont pas forcément les plus intelligents mais les plus obéissants. »

« De base, je ne suis pas un garde … enfin un chevalier personnel … et vu que je connaissais Elise depuis longtemps, j’ai appris à me débrouiller seul. Enfin, je ne vais pas vous faire un cours à ce sujet. Merci encore. Les enfants ! Nous y allons ! »

Il n’y avait bien que lui pour appeler les deux membres de la famille royale de « simples enfants. » Pour autant, Wandy et Zalek arrivent à ses côtés, prêts à partir. Elise fait de même … Un petit village, c’est parfait, non ? C’est ce qu’il fallait trouver. Car oui, dans tout ça, il avait complètement oublié qu’ils s’étaient grimés alors qu’ils n’avaient pas encore un village à l’horizon. Ah … Vraiment.

« Je suis une personne du peuple ! Hahaha ! »

Au moins, Zalek, de ce qu’il voyait, semblait très bien prendre sa nouvelle « condition ». Wandy, quant à elle, s’amusait aussi de son côté, à tournoyer un peu sur elle-même pendant qu’ils reprenaient la route. Heureusement pour Tery, comme il l’avait imaginé, un village était visible à l’horizon.

« Parfait ! Bon, tout le monde, on va faire comme convenu. D’ailleurs, si tout se passe bien dans ce village, il y a des chances que vous ayez du pain sur la planche, mademoiselle. » s’exclama Tery en s’adressant à la démone maquilleuse.

« Je ne sais pas si je vais être capable de camoufler tout le monde. Certains démons sont à un stade avancé d’hybridation. »

« C’est pas faux … mais je vois que vous avez compris mon idée première. »

« Ce n’est pas difficile à imaginer … mais bon, espérons alors que votre première session dans un village de … Shunter, c’est ça ? Dans un village se passera bien. »

Tout va bien se passer. Il en est certain. Gardant Zalek et Wandy auprès de lui, le jeune homme aux cheveux bruns observa les environs pour savoir où ils devaient revenir avant de signaler à Elise qu’il fallait y aller.

« Alors, les enfants, quelques règles à vous rappeler. Vous vous tenez correctement, vous ne courez pas partout et surtout, vous restez dans un rayon de deux mètres. »

« Grande sœur, nous ne sommes pas des gamins ! Enfin, Zalek, si … mais il a eut une éducation et moi aussi ! »

Et alors ? Qu’est-ce que ça changeait ? De toute façon, Tery tapota dans ses mains. La première visite royale démoniaque allait avoir lieu … et le pire dans tout ça, c’est que personne de Shunter ne sera au courant. Dommage que ça ne soit qu’un simple village et pas Midès, il n’aurait pas dit non à retourner là-bas.

Chapitre 40 : Les premiers pas

Chapitre 40 : Les premiers pas

«  … … … »

« Et bien, Wandy ? Zalek ? Vous n’avez donc rien à prononcer en ce moment précis ? » dit le jeune homme aux cheveux bruns, grand sourire aux lèvres. « Et vous autres, c’est la même ? »


Comme auparavant, il se doutait de la réaction de tous. Il avait déjà vu ces dernières avec tous les autres démons qui découvraient la surface pour la première fois. Ce qu’il ne fallait pas oublier, c’est que pour la majorité, c’était la première fois qu’ils voyaient la lumière du soleil. D’ailleurs, ce fût la première chose que déclara Wandy, se cachant les yeux en regardant vers le ciel :

« C’est … assez aveuglant. Est-ce normal ? Et il fait … si chaud. »

Vrai qu’ils étaient visiblement au printemps ou en automne. Il n’avait aucune réelle indication temporelle sous la surface, surtout que visuellement, rien ne changeait. Mais ici, vu qu’ils étaient à Shunter, les saisons passaient sans aucun souci.

« C’est normal. C’est d’ailleurs déconseillé de regarder trop longtemps l’astre solaire … donc vous évitez, d’accord ? D’ailleurs, à ce sujet, si vous avez quelque chose pour vous cacher le crâne, ça serait parfait. »

« Comme une capuche ? Car c’est ce que nous avons pris avec nous par mesure de précaution pour pouvoir nous déplacer librement. J’ai signalé ça à ma grande sœur et elle m’a dit que c’était une excellente idée. Ca l’est ? »

« Grandement ! En plus de vous protéger du soleil, cela vous protègera aussi des regards indiscrets. Si nous devons voyager dans un village, il vous faudra cacher vos cornes. Par contre, en même temps … Hum ? Oui ? Un souci ? »

« Je me demandais … justement, par rapport aux cornes. Il y a un moyen de les cacher ? Comme toi et ma grande sœur ? »

« J’avoue que je ne sais pas du tout. Tu veux les faire disparaître, c’est ça ? Je ne sais pas si c’est possible. Avec Elise, c’est simplement quand … notre sang démoniaque prend le dessus, j’ai l’impression, qu’elles apparaissent. Mais pour vous qui êtes des démons complètement, je ne sais pas … Peut-être qu’avec une magie d’illusion ? »

« S’il s’agit de faire une illusion, ce n’est pas un problème ! On peut arranger ça facilement ! » s’exclama la voix d’une démone derrière eux, se mêlant de la conversation comme si de rien n’était. Tery la regarda, ne la connaissant guère. « Pour mener à bien quelques conversations, il faut parfois ne pas hésiter à camoufler quelques « imperfections » aux yeux des autres, vous n’êtes pas d’accord ? »

« Ce n’est pas faux … mais … euh … qui êtes-vous ? Si ce n’est pas indiscret ? »

« Oh, j’en oublie les politesses, surtout envers la famille impériale. Je me nomme Xany, enchantée de vous rencontrer pour la première fois. J’ai été chargée de servir d’ambassadrice parmi tant d’autres. Mes talents de discrétion et de déguisement nous seront utiles. »

« Discrétion et déguisement. Enfin … Je vois ce que vous dites mais expliquez-vous mieux, je vous prie, ça sera beaucoup plus aisé pour moi. »

« Et bien, disons que je peux faire disparaître les cornes démoniaques, changer notre couleur de peau, rajouter des écailles, de la fourrure et autres. »

« Je ne sais pas trop l’utilité de rajouter des écailles. Les mékalarmiens ne sont vraiment pas très appréciés dans les environs, vous savez ? »

« Je me suis un peu renseignée mais oui, c’était simplement pour vous donner des exemples à ce sujet, voilà tout. Bref, vous n’avez pas à vous en faire. Il suffit juste de me le demander auparavant et je le ferais sans aucun problème ! »

Elle était visiblement très motivée. C’était une bonne chose … mais comme tout ce qui était bon, il ne fallait pas en abuser. Pour autant, il lui répondit :

« C’est noté, mademoiselle Xany. Vos talents nous seront utiles en temps et en heure. Pour le moment, j’imagine que vous pouvez tous profiter du climat pour une dizaine voire une quinzaine de minutes. Pendant ce temps, je vais essayer de nous repérer. »

Une chose était certaine : Ils étaient à Shunter. Il en était sûr. La végétation, la faune et la flore, tout semblait relier cet endroit à Shunter. Bon par contre, un petit point qui n’était pas vraiment plaisant … il ne savait pas où dans Shunter.

« Messire Tery, est-ce que je pourrais t’accompagner ? »

Ah … Le petit Zalek qui semblait vraiment intrigué par cet endroit. Il ne pouvait pas lui en vouloir sur le coup. Pour autant, il était pas certain que ça soit une bonne chose. Mais d’un autre côté, l’enfant le regardait avec tellement d’espoir dans les yeux.

« Bon, d’accord. Tu peux … mais tu me suis, hein ? Et tu ne fais pas de bêtises. »

« Monsieur Tery, vous parlez quand même à un prince ! Je sais me tenir ! »

Ah oui ? Un prince avec ce petit air boudeur ? Difficile à croire hein ? Pour autant, Tery lui sourit et rigole légèrement avant de se mettre en route. Il décida pour autant de prévenir Wandy et Elise, la première maugréant qu’elle pourrait aussi l’accompagner mais il signala qu’il préférait la savoir aux côtés d’Elise au cas où.

« Elise, tu es certaine de pouvoir gérer la situation si elle dégénère ? »

« Tous ne veulent pas notre mort, Tery. La majorité sont de notre côté. Ils attendront le bon moment pour agir … Et ce n’est pas le cas actuellement. »

« Oui, je sais bien … mais bon … enfin bref … nous sommes d’accord, quoi. Wandy, tu peux faire attention toi aussi ? »

« Moui … Je vais prendre mes précautions. Mais la prochaine fois, j’espère que tu me choisiras pour explorer les environs hein ? »

« Bien entendu ! Zalek, nous y allons. »

L’enfant poussa un petit cri de joie avant de signaler que oui, ils pouvaient y aller. Et en vue de la motivation qu’il montrait, autant dire que c’en était presque maladif ! Si tous les enfants pouvaient lui ressembler … mais bon … lui-même n’était pas un exemple d’enfant adorable, il avait mené la vie dure à sa mère et il ne pouvait que la remercier intérieurement pour tout ce qu’elle avait fait pour lui. Sans elle, il ne serait rien.

Bon, maintenant avec l’exploration en elle-même, il était temps de commencer à regarder les environs. Comme il le pensait, Shunter, c’était bien Shunter. Rien besoin de savoir de plus … enfin ou presque. L’autre chose sur laquelle il se sentait concerné, c’était … problématique.

« Si tu vois des traces de pas étranges, tu me le dis, d’accord ? »

« Pas de soucis, Tery ! Mais ça ressemble à quoi des traces de pas étranges ? »

« Hmm … Ce n’est pas faux. Vu que tu ne connais pas la race, rien d’anormal à ce que tu poses la question. Je vais te la faire sur le sol, attends un peu. »

Et voilà qu’il se mettait à dessiner tout simplement sur le sol, cherchant à représenter un pas de gnomold. Bon, c’était assez grossier mais à force d’en rencontrer, il arrivait plus ou moins à représenter une patte gnomold.

« Voilà, ça devrait être convenable. Si tu vois cela, Zalek, tu me préviens aussitôt, d’accord ? Et je suis sérieux, tu n’hésites pas un instant ! »

« Euh … D’accord ! C’est bien compris, Tery ! C’est quoi ? Une grosse bête de la surface ? Très dangereuse et tout ça ? Mais tu es fort, non ? »

« Je le suis mais les gnomolds sont vraiment une race très dangereuse, il faut que tu saches ça. C’est pourquoi je préfère prendre mes précautions. »

L’enfant hocha la tête encore une fois, pour bien lui signaler qu’il avait compris le message. Bon avec tout ça, il était alors temps de reprendre la route. Tery eut un léger sourire en regardant l’enfant qui observait le sol avec attention. Bien entendu, ce n’était pas forcément très conseillé de ne pas regarder devant soi mais vu qu’il était là, il surveillait tout ça.

« Dites … Les gnomolds, c’est quoi exactement, Tery ? »

« Et bien, tu n’as peut-être pas écouté quand j’ai commencé à en parler pendant le voyage ? »

« Oups … Euh ben en fait … Si … Mais juste un peu … Je suis désolé, monsieur Tery. » murmura l’enfant en n’osant pas le regarder.

Mélange de tutoiement et vouvoiement. Hahaha ! Il connaissait ça … C’est un peu comme ça qu’il cherchait à s’exprimer avec Manelena au tout début … enfin à une lointaine époque. Dire que ça faisait depuis si longtemps … plusieurs années.

« Manelena me manque … autant qu’Elen et ma mère … et mes grands-parents … »

Et Royan … et tous les autres. Que ça soit le royaume de Shunter, Omnosmos et tout le reste. D’ailleurs, la femme-golem l’accompagnait malgré qu’il lui avait demandé de rester aux côtés d’Elise et Wandy. Oui … Bon ben, ça servait à rien de parler dans le vent, hein ?

Voilà qu’il grimpait sur divers roches, signalant à Clari de bien vouloir aider l’enfant car bon, si on pouvait éviter les égratignures, ça serait encore bien mieux. Enfin, sur un enfant, quoi ! Même si d’après ce qu’il comprenait, Zalek n’était pas en sucre. L’enfant poussa un petit cri de surprise, la femme-golem l’ayant soulevé pour le déposer sur ses épaules.

Et bien ? Il n’avait pas précisé la façon mais il avait l’impression que la femme-golem prenait ses aises de son côté. Du moins, tant qu’elle ne lui faisait pas mal, il n’avait pas à s’en plaindre ! PFIOU ! Quelle belle vue de cette hauteur. Ils étaient au-dessus des arbres, ce qui n’était pas une mince affaire et Zalek poussa un « Waouh » d’étonnement.

« C’est … vraiment différent de chez nous, Tery ! »

« C’est beau hein ? Enfin, je ne veux pas dire que ça ne l’est pas sous la surface mais … c’est plaisant, non ? Et cette chaleur … En plus, on a le soleil aujourd’hui. »

« J’aime beaucoup le soleil, Tery ! Dis … Tu crois qu’on pourrait emmener mon père, mon grand frère et ma grande sœur ici ? »

« Hmm … Je ne sais pas trop. L’empereur, je pense qu’il n’y aura aucun problème. Par contre, tes aînés, ça sera plus difficile et tu sais pourquoi. »

« Je … sais … oui … Mais … je voulais juste croire que … enfin … »

« Désolé … C’est de ma faute. Je ne devrais pas parler comme ça de la famille royale. Simplement, depuis le début, ils ne m’ont jamais laissé une bonne impression. »

« Je le sais bien … ils sont … pas vraiment méchants … mais ils ont été … comme ça. »

« J’imagine que je suis arrivé trop tard … et qu’en un sens, on ne peut pas changer des siècles d’histoire juste par notre simple présence. Mais si on peut vous empêcher, toi et Wandy, de finir comme eux, j’estime que nous aurons réussi ce que je voulais. »

« Mais qu’est-ce que vous voulez exactement ? Je … J’aime mon grand frère et mes grandes sœurs ! Je ne sais pas ce que vous voulez faire. »

« La violence et le meurtre sont des solutions de facilité … et devoir avoir recours à ces dernières est une preuve de faiblesse. Néanmoins, ce n’est pas à moi de juger les autres. Je tente de faire simplement ce que j’estime être bon, voilà tout. »

« Je ne suis pas sûr de comprendre, messire Tery. Pardonnes-moi … »

« Tu es encore trop jeune pour ça. Trop jeune avec une pensée malléable. Il te faut avoir justement plusieurs points de vue pour que tu puisses te forger une idée. En étant resté auprès de ton grand frère pendant tellement de temps, tu t’es mis à penser comme lui et tu étais incapable de te dire si c’était vraiment une bonne chose ou non. »

« Oh … Euh … D’accord ! C’est bon ! Je crois avoir saisi ! Merci Tery ! Alors, maintenant, qu’est-ce qu’on fait ici, dis ? »

« J’essaie de trouver un village ou je ne sais quoi … Bref, des habitations ou autres, pour nous permettre de nous y rendre. Se rendre dans une grande ville tout de suite serait très dangereux, du moins, c’est fortement déconseillé. »

« Est-ce qu’ils … nous accepteront ? » demanda Zalek avec lenteur, commençant maintenant à être inquiet. Il pouvait aisément comprendre le trouble qui habitait l’enfant démoniaque.

« Je ne sais pas, je ne peux pas lire dans le coeur des gens, Zalek. Néanmoins, ce que je peux faire, c’est les convaincre que les démons ne sont pas tous mauvais. Mais pour ça, il va me falloir rencontrer les bonnes personnes … et utiliser les bons arguments avec elles. »

« Est-ce que c’est vraiment aussi … triste que tu le dis ? »

« Je ne sais pas. Les dernières rencontres avec elles ont été mouvementées. Je ne suis pas certain que ça sera facile … mais je tenterais de faire de mon mieux. »

« Je suis certain que tu y arriveras ! Tu as réussi à convaincre mon père de nous emmener à la surface pour résoudre les conflits autrement que par la guerre ! »

« Je ne suis pas le seul dans cette histoire. Ta grande sœur Elise y est grandement pour quelque chose aussi hein ? Il ne faudrait pas l’oublier. »

Et puis bon, le langage de l’enfant, avec ses tournures de phrase, des fois, ça lui donnait l’impression que ce dernier avait grandi trop vite, beaucoup trop vite. Il ne pouvait rien faire pour l’empêcher … mais il pouvait au moins lui laisser de bons souvenirs.

« On va aller retrouver les autres, Zalek. Tu fais attention à la descente ? »

« Je peux demander de l’aide de la femme-golem ? Enfin … mademoiselle Clari ? »

« J’imagine que ça ne la dérangera pas, n’est-ce pas, Clari ? » dit-il dans un petit sourire en direction de la femme-golem, celle-ci ne répondant pas bien qu’elle soulevait l’enfant comme auparavant, le prenant dans ses bras de pierre.

« C’est bizarre de se dire que c’est un golem qui fait ça ! En plus, j’ai demandé à mes grandes sœurs. Elles m’ont dit que les golems étaient très rares … et encore plus les golems qui avaient une apparence comme elle ! »

« De ce que j’ai appris, un golem avec une apparence parfaitement humaine, ce n’est jamais arrivé. Du moins, pas à ma connaissance, Zalek. »

« Wow … Elle est donc unique en fait, c’est bien ça ? »

« C’est exact, Zalek. C’est exact. Clari a toujours été unique … toujours. »

« A été ? » questionna Zalek, se demandant pourquoi il parlait au passé.

C’est vrai qu’il avait évité de raconter cette partie de l’histoire à Wandy, Zalek et à l’empereur auparavant. C’était … pas vraiment sympathique à entendre. Oui, c’était même plutôt triste en soi … mais bon, ce n’était pas le moment de faire dans le mélodramatique. Et puis, il avait autre chose à signaler au reste du groupe.

« Rien de rien, je n’ai pas vu d’habitations dans les environs. Je ne sais pas où cette grotte se trouvait, à part dans Shunter … malheureusement. »

« C’est donc vrai que vous connaissez déjà les lieux ? Enfin, ce royaume ? »

« Bien sûr que oui, je suis de la surface. Je suis un demi-démon, il semblerait. Père inconnu démoniaque mais mère tout ce qu’il y a de plus humaine. »

« Les rumeurs étaient donc vraies à ce sujet. Vous êtes bien un demi-démon. Cela explique pourquoi nous ne voyons pas vos cornes. »

« Elles apparaissent seulement quand j’utilise ma magie ou quand je suis en proie à des sentiments très forts comme la rage, la colère ou la haine. »

« Il en est de même pour la princesse Elise alors, c’est cela ? »

« C’est exact. J’ai aussi une mère humaine mais je ne la connais pas. Mes parents sont inconnus ou presque … vu qu’il semblerait que d’après mon sang et mon odeur, je suis la fille de l’empereur Malark. » répondit Elise tout en souriant.

« Oh, c’est donc l’inverse de messire Tery. Intéressant ! Bon ben, alors, que faisons-nous ? »

Tous regardaient le jeune homme aux cheveux bruns, attendant ses consignes. Même si indirectement, rien n’avait été dit à ce sujet, il semblerait qu’il était un peu le chef de la troupe. Sauf que voilà, ce n’était pas trop son genre.

« Eloignons-nous de cette grotte, trouvons un coin tranquille et installons-nous pour la journée. En faisant un campement, je pourrais alors vous apprendre quelques petits trucs dans les environs et je pense que ça nous sera très utile. »

« Bon ben … Montrez-nous la marche à suivre alors, non ? »

Exactement comme il le pensait. Il était si peu crédible en tant que chef qu’on lui parlait comme à un bon ami. Bon, après, ce n’était pas du tout gênant, il préférait ce genre de discussions à celle où ils étaient tellement effrayés par lui qu’ils n’osaient pas lui parler.

« D’accord, d’accord. Je vous expliquerais en chemin comme je l’ai fait pour Zalek par rapport aux gnomolds pour éviter que nous tombions sur ces derniers. »

« Les gnomolds … Ce sont ces créatures étranges, petites et poilues, non ? Comment est-ce qu’elles peuvent faire autant peur ? J’aimerai bien le comprendre, je dois l’avouer. »

« Et bien, il suffit de se trouver face à eux pour comprendre à quel point la logique est impossible à cerner avec eux. Ce ne sont pas des êtres comme nous. »


En un sens, il ne faisait pas un portrait très élogieux des gnomolds mais à part Ernold et ses comparses, il continuait toujours de se méfier des gnomolds. Question de principe … ou de survie. Cela dépendait du point de vue selon chacun.

« Alors, pour les gnomolds, ce n’est pas si difficile à comprendre mais en même temps, ils ont l’air d’être très doués pour la chasse au démon. J’ai donc l’impression qu’ils sont là depuis si longtemps qu’ils … savent comment se battre contre nous. »

« On peut donc dire que ce sont nos … némésis ? »

« Le terme est un peu fort mais en même temps, cela leur correspond plutôt bien. Le truc, c’est qu’ils sont les némésis d’un peu tout le monde. Il en existe différentes formes. Du genre, Honoros est une terre où vivent des êtres avec des oreilles pointues. Ils sont assez grands et costauds et surtout, ils sont généralement liés à la magie des flammes. Et bien, les gnomolds qui habitent là-bas, possèdent eux aussi des oreilles pointues et sont un peu plus grands que la moyenne des gnomolds. Du moins, de ce que j’ai remarqué. »

« Oh ! Ils ont dont une forme différente suivant la région dont ils proviennent. C’est assez intéressant à apprendre en fin de compte, non ? »

« Je ne sais pas si on peut dire … intéressant, mais c’est dans l’idée, oui. »

Bon, après ces dernières précautions, il n’y avait aucune raison de patienter plus longtemps. Une nouvelle marche commença mais elle ne dura bien qu’une heure voire deux au grand maximum. Ils avaient fini par trouver une clairière assez grande pour qu’ils puissent se déplacer avec leurs montures mais surtout s’installer.

« C’est votre première soirée à la surface ! Alors, on va utiliser la nourriture que nous avons actuellement. Je ne sais pas si vous seriez capables de supporter celle de Shunter ou alors des fruits des bois avoisinants. A côté, on va faire quelques tours de garde, dont moi. Normalement, sauf si nous faisons de grands feux, nous ne devrions pas être dérangés. De toute façon, les bêtes sauvages ne sont pas assez stupides pour nous attaquer. Elles ont un instinct de survie … contrairement aux gnomolds. »

Et voilà, pendant que les repas étaient en train de se préparer, que les tentes étaient montées et tout le tralala, il discutait avec les différents maîtres d’armes engagés pour cette mission diplomatique. Il signala qu’il pouvait prendre plusieurs tours de garde si nécessaire.

« On va éviter, vous êtes chargés de la protection personnelle des trois membres royaux. Si vous n’êtes pas en excellente santé, nous serons tous responsables s’il leur arrive quelque chose. Nous préférons éviter cela. »

« C’est tout à votre honneur mais vous comprenez que je veux faire quand même attention. Mais d’accord, je me cantonne à un seul tour de garde. »

Ce n’était pas qu’il était méfiant de tout le monde. La majorité des démons était sympathique … mais jusqu’à quel point ? Car parmi eux, certains jouaient double jeu … et clairement, ce n’était pas du tout à son goût. Est-ce que cette première nuit à la surface allait être la dernière ? Il allait tout faire pour éviter que ça soit le cas.