Archives pour la catégorie Tome 7 : Un symbole capturé

Chapitre 29 : Une idée absurde

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 29 : Une idée absurde

« Pourquoi est-ce qu’il a fallut que j’en parle ? Mais pourquoi ?! »

Il était en train de faire les cent pas dans sa chambre. C’est vrai. Maintenant qu’il avait évoqué cette idée à Elise, celle-ci cherchait absolument à savoir de quoi il parlait. Le problème, c’est que cette idée était risquée … très risquée.

« Elle comprend pas que je joue ma vie hein ? »

Elle n’a aucune idée des embrouilles dans lesquelles ils risquent de plonger en agissant de la sorte. Pour autant, en un sens, il veut lui faire plaisir. Il veut la rendre heureuse … et pour ça, il n’y a pas cinquante six solutions.

« Si l’empereur apprend que je suis responsable de tout ça … »

Et puis, il n’a pas encore donné les détails à Elise. Il lui a simplement dit qu’il y avait une chance qu’elle puisse retrouver Royan définitivement. D’un côté, ça lui facilitait aussi la vie à lui. Il n’aura pas penser à cette imbécillité de mariage.

« Pas qu’Elise ne soit pas une jolie fille … mais non. Ca ne se fait pas et je ne veux pas. »

C’était aussi simple que ça ! Elise était en couple avec Royan. Et voilà le fin mot de l’histoire. Plus besoin de tergiverser à ce sujet ! Il eut un petit rictus de dépit, se disant que ça ne serait pas une bonne chose dans le fond. S’il présentait son idée d’une mauvaise façon, à Elise, en privé, bien entendu, elle risquait de refuser, déclarant que ça serait trop dangereux et tout le reste. Bref, il ne voulait pas l’entendre, c’était tout.

Enfin ! Maintenant, il est l’heure de sortir et prendre un peu l’air. Et le voilà qui décide de quitter le château. Hmm … Bien entendu, il s’était promis de ne pas abandonner Elise mais … il avait besoin aussi de souffler un peu. Se préparant à quitter le château, voilà que deux mains vinrent empoigner son bras.

« Et bien, et bien … Où est-ce que tu comptais aller, Tery, tu peux me le dire ? »

« Elise … J’avais envie de me balader un peu hors du château. Je ne te l’ai pas proposé pour justement éviter les soucis. Tu as l’air d’avoir une bien meilleure mine par rapport à hier. »

« Roh … Vil flatteur que tu es ! Tu sais parler aux démones, toi, n’est-ce pas ? Plus sérieusement, j’ai réussi à dormir paisiblement maintenant que je vais mieux. Rien que la petite marche des derniers jours suffit à me fatiguer. »

« Alors, pourquoi tu ne vas pas te reposer ? Si je t’emmène en ville, je ne suis pas certain que ça va être très bon pour les rumeurs … mais aussi pour ton corps. »

« Il faut que je me forces et puis, tu as sûrement quelque chose à me dire, non ? »

Non. Pas en pleine ville, pas dans les ruelles ! Elle est complètement folle ou quoi ? Il la regarde en clignant des yeux. Le pire est quand elle est sérieuse comme maintenant ! Ca rend le tout complètement … aberrant. Pour autant, il fait un petit mouvement de la tête.

« Suis moi alors … et s’il te plaît, ne prends pas mon bras. Les démons vont vraiment se poser des questions. Surtout si des servantes ou soldats ont entendu nos conversations avec l’empereur. J’espère que non … en vue de ce qui a été dit. »

« Hahaha, pour ça, tu peux être sûr et certaine que personne n’a entendu. Mon père m’a déjà avoué qu’en fait, il est capable de créer une zone de silence autour de nous. Ainsi, personne ne peut entendre ce que l’on se dit mais par contre, l’inverse est possible. »

« C’est un pouvoir excellent ! Il a vraiment … de ces sorts qui sont utiles. »

« Héhéhé ! Je le sais, je le sais. Je trouve ça génial aussi mais bon … Disons qu’il y a tellement eut de soucis qu’il faut avoir recours à ce genre de stratagème malheureusement. »

« Pas besoin de plus de détails, Elise. Je crois que j’ai parfaitement compris ce que tu voulais dire. Hmm … j’espère que je pourrais retourner à la surface bientôt. »

Il n’avait aucune idée de quand la prochaine expédition aura lieu. A partir de là, il devait juste patienter … et surtout, est-ce qu’il sera pris ? Car ça ne s’était jamais réellement bien passé les précédentes fois hein ? Il préférait ne pas se faire trop d’illusions.

« Si ça pouvait tarder un petit peu … car j’aimerai bien y participer. »

« Je ne sais pas si c’est vraiment recommandé dans ton état, Elise. Mais bon, j’imagine que je parle dans le vent, n’est-ce pas ? »

« Hmm … Oui ? Qu’est-ce que tu disais ? Tu peux répéter ? » murmura t-elle tout en faisant un grand sourire en sa direction. C’était exactement ça.

« Fais donc la fière. Ah … Bon ben … Tu veux que l’on ailles voir Héraisty ? Ca fait assez longtemps … j’aimerai bien la tenir au courant … sans rentrer dans les détails. »

« Hmm, tu ne peux pas te passer d’elle, hein ? Bon … Allons-y alors. »

C’était tout simplement pour la tenir au courant, rien de plus, rien de moins. Il ne fallait pas s’imaginer des choses saugrenues, comme … il ne savait pas quoi exactement mais voilà, comme des choses comme ça, quoi !

Heureusement, Héraisty était plutôt contente de le voir, même si elle était étonnée de le voir accompagné avec Elise. La démone aux cheveux auburn fit un petit sourire accompagné d’une salutation, Héraisty venant les rejoindre, prenant sa pause.

« Tu peux te mettre absente quand tu le désires ? C’est pas mal du tout ça ! »

« Et encore, c’est juste parce que c’est Tery et vous, princesse Elise. Normalement, je ne peux pas quitter mon poste aussi aisément que ça. »

« Hahaha … Comme quoi, y a du bon à être une princesse dans le fond, non, Tery ? »

« Hmm … Disons que si c’est que pour ce genre d’avantages, je ne sais pas trop quoi penser. »

« Vous vous entendez bien … comme les rumeurs le signalent. Pour autant, Tery m’a toujours déclaré qu’il n’y avait rien entre vous. C’est vrai, n’est-ce pas ? »

« Oh ? Et pourquoi cela t’intéresses t-il, Héraisty ? » demanda aussitôt Elise avec un petit sourire mauvais, comme si elle s’amusait aux dépends de la démone.

« Simplement pour me renseigner. Cela reste une rumeur persistante … et en plus, d’autres évoquent le fait que le roi voudrait marier sa fille le plus tôt possible. J’ai cru entendre des rumeurs évoquer de nombreux nobles qui voudraient tenter leur chance. »

« Et bien, qu’ils continuent de tenter car je suis pas du tout intéressé par leurs petits jeux. J’ai beaucoup mieux à faire de mon côté ! »

Et voilà ! Elle se renfrognait sur place tandis que le jeune homme lui passait une main sur le sommet du crâne comme pour lui signaler que ce n’était pas bien grave. Bon ben, ils se mettaient en route ? Et s’ils s’éloignaient un peu de la ville.

« Si y a un petit souci, vous en faites pas, je pense que je tenterais de vous protéger. »

« Tu penses que tu tenteras ? Tu n’as pas plus rassurant dans le fond ? »

« Pas le moins du monde, Elise ! Mais bon, vous en pensez quoi ? Héraisty, tu es repartie en mission depuis que tu es venue nous chercher ? »


Il remarqua aussitôt le petit voile dans les yeux de la démone. Ah … Sujet peut-être un peu déplacé. Pourtant, il ne pensait pas à mal, comme d’habitude mais bon … Ce n’était sûrement pas suffisant. Il vint pourtant se rapprocher d’elle, léger sourire aux lèvres, lui tapotant à elle aussi le sommet du crâne en disant :

« Je m’excuse, ma question était sûrement déplacée … pour ne pas changer. »

« Non, non ! Ce n’est pas toi, Tery ! Simplement ,je sais parfaitement que … comme souvent, dès que j’ai fait un truc qui est bien, les autres n’apprécient que moyennement. Si tu veux tout savoir, je suis juste enfermée jour et nuit dans les bureaux, remplissant des dossiers sans en jamais voir réellement la fin. On sait parfaitement que c’est mon flair qui a réussi à vous retrouver mais cela ne plait pas du tout et voilà tout … »

« Ils devaient s’imaginer sûrement que c’était encore une bêtise et ils ont envoyé une « débutante prometteuse » pour qu’elle se plante. » complèta Tery comme s’il trouvait tout cela évident. « Dommage pour eux, ça s’est retourné contre leur personne et ton nom doit être sur toutes les lèvres depuis tout ce temps hein ? »

« Disons que j’ai ma part de célébrité mais que j’aimerai bien m’en passer. »

« Hahaha ! Je vois, je vois … Bref, mesdemoiselles, je vous promets de vous protéger si nous sortons un peu de la ville. De toute façon, on sait parfaitement que certains vont nous attendre, n’est-ce pas, Elise ? »

« AH ! Euh … Oui … C’est … vrai. Tu es certain, Tery ? »

Elle posait la question mais elle n’était clairement pas rassurée par tout cela maintenant qu’il en parlait. Pour autant, le jeune homme était là, en face des deux femmes à cornes. Il tapa du poing contre sa poitrine, déclarant :

« Si je vous dis que personne ne vous fera de mal, vous pouvez me faire confiance. »

« Je ne sais pas pourquoi tu veux absolument aller hors de la capitale … mais bon, d’accord. »

« Il en est de même pour moi, Tery. » compléta Héraisty. Il tapa dans ses mains avant de dire d’une voix enjouée :

« Alors, c’est parfait ! Ne perdons pas plus de temps que nous n’en avons. On va faire quelques petits achats si on a faim sur la route et zou ! »

S’il était motivé ? Bien entendu … Mais ses motivations étaient bien différentes de ce qu’il montrait aux deux femmes. Il avait envie de faire une petite purge et il comptait bien sur cet événement pour y arriver. Il savait que certains en voulaient à Héraisty pour son « ascension » et il avait même entendu l’empereur parler de récompenser la renifleuse responsable de cette découverte. Il avait alors évoqué l’idée de patienter un petit peu.

Quant à Elise, il n’était pas stupide. Il sentait parfaitement le regard de certains démons dans les rues. Et pas forcément des bons. Oui … Même parmi la populace de « base », certains avaient tout simplement envie que la princesse disparaisse une bonne fois pour toutes. Autant dire que ce n’était pas très appréciable comme nouvelle mais qu’il fallait pour autant s’y faire sans trop se poser de questions hein ?

Pour sortir, ce ne fut pas bien difficile mais plutôt long. Cela se voyait que ça commençait à dater le fait qu’il n’ait pas quitté la capitale depuis quelques temps. A la sortie, les soldats haussèrent un sourcil en voyant la princesse mais celle-ci fit un petit geste de la main pour signaler qu’il n’y avait aucun problème.

« Au moins, tout le monde ne veut pas te tuer dans les environs. »

« Tu peux arrêter avec tes paroles morbides, s’il te plaît ? C’est pas rassurant du tout quand tu t’exprimes comme ça, tu le sais pourtant, hein ? »

Il le savait mais cela ne le dérangeait pas le moins du monde. Un petit sourire aux lèvres et voilà qu’il prenait les devants par rapport aux deux femmes cornues. BON ! Mais en même temps, il restait sur ses gardes. Bien entendu, il avait pris ses armes et même si elle mettait un peu de distance avec eux … Clari, ou du moins la femme-golem, était dans les environs. C’est pourquoi il se sentait quand même un peu en confiance.

« C’est … toujours aussi différent … de sortir en y allant à pied qu’en utilisant un véhicule de locomotion. » murmura faiblement Héraisty sans pour autant se plaindre.

« Comme on dit chez nous : « La marche, c’est la santé ! » Ca ne peut faire que du bien à tes petits pieds que de faire quelques pas pour muscler tout ça. »

« Hey, ne me fais pas passer pour quelqu’un qui reste assis toute la journée sur un siège. »

« Tu sais parfaitement que ce n’est pas mon genre. »

Par contre, quelques minutes à marcher dans les environs et il s’arrêta tout simplement avant de pousser un léger soupir. Plaçant ses mains sur le sol, il murmura :

« Si vous voulez bien éviter de bouger, mesdemoiselles. Nous sommes arrivés à l’endroit que j’avais prévu. Bon bon bon … Clari … »

« Clari ? » questionna Elise en lui demandant ce qui se passait. Plusieurs cris fusèrent de tous les côtés en même temps qu’une bourrasque vint les entourer, faisant lever les chevelures d’Héraisty et Elise qui poussèrent des cris de surprise.

Plusieurs corps décolèrent dans les airs en même temps que Tery faisait sortir de nombreuses pointes de pierre, celles-ci quittant le sol pour venir se loger dans les corps sauf deux qui réussirèrent à éviter au dernier instant les attaques.

« Visiblement, y en a deux qui sont plus doués que les autres … mais vouloir absolument terminer votre boulot commencé … en ne faisant même pas attention aux alentours, je crois que vous me jugez vraiment très mal … Donc une leçon va s’imposer. »

« Sal … Salopard ! Depuis quand est-ce que tu le savais ?! »

« Qu’est-ce que vous pensiez que je faisais depuis le début ? Depuis que vous avez tenté de tuer Elise ?! Que je me tournais les pouces ?! Que j’allais vous laisser essayer une nouvelle fois ?! Je me suis renseigné, j’ai tendu l’oreille, j’ai écouté les rumeurs. Je ne sais pas quel membre de sa famille est responsable de cette attaque mais je finirais bien par le trouver … et vous allez m’y aider. »

« Tery … Tu commences un peu à me faire peur … tu sais ? »

« Elise … Je te promets que je vais te ramener à la surface. Ce monde ne te mérite pas et il vaut mieux que tu restes aux côtés de Royan. On te fera passer pour morte … ou capturée … mais il vaut mieux un mensonge que la réalité. »

Craquement d’os. Il a penché la tête sur le côté et il a le sourire mauvais … celui des jours où il valait mieux ne pas se lever. Il n’entend aucune voix mais cette rage que Manelena lui avait dit, il y a de cela des années, de focaliser sur une seule personne, cette rage était maintenant animée envers les deux assassins démoniaques qui se présentaient à eux trois.

« Je ne vais pas vous laisser échapper. Vous ne pourrez pas vous enfuir. »

« Nous enfuir ? HAHAHA ! Tu as été incapable de faire quelque chose de correct et c’est bien parce que tu n’étais pas là qu’elle a faillit y passer. On va juste réparer cette erreur et terminer le travail. Dommage pour la renifleuse, elle s’est entourée de mauvaises personnes. »

« Tery … Je voulais te demander … Est-ce que j’étais vraiment prévue pour ce piège ou non ? Fais attention à ce que tu vas dire. »

« Vu que c’est Elise qui voulait te rencontrer, la réponse est non … et désolé pour tout ça. »

« Tu n’as pas à l’être. Bon … Je ne crois pas être capable de me battre correctement, Tery. Je ne suis pas … vraiment faite pour ça … mais je devrais pouvoir me défendre. »

« Et je ne comptes pas attendre qu’ils viennent m’agresser, Tery. Tu peux compter sur moi. »

Pas besoin d’elles. Héhéhé. Il en était hors de question. Il venait de dire ouvertement son projet en ce qui concernait Elise. Même si le roi risquait de le haïr pour ça … même si l’empereur Malark allait sûrement chercher à le tuer ensuite, Elise allait retourner à la surface. Il s’en était fait une promesse … mais pour ça … MAIS POUR CA … Il fallait absolument briser cette envie de l’assassiner, même si ce n’était que temporaire.

Il poussa un grognement de mécontentement avant de se mettre à courir à toute allure vers son premier adversaire. Il ne devait pas attendre plus longtemps ! Ses mains étaient devenues des griffes de pierre alors qu’il cherchait aussitôt une ouverture sur son adversaire.

« Tsss ! Dire que ça devait se passer autrement ! Comme d’habitude, c’est moi qui va devoir tout arranger ! Je vous jure, ils sont incapables de se débrouiller seuls. »

Hum ? Le jeune démon aux cheveux bruns fit un mouvement sur le côté, esquivant au dernier instant ce qui semblait être un fil argenté … avec au bout une pointe ? C’était comme ça qu’ils se battaient ? C’est vrai … rapide et efficace si ça ciblait bien.

Sauf que ce n’était pas le cas actuellement qu’ils allaient se planter lourdement ! Il n’allait pas se laisser faire, loin de là ! Il était juste en train d’observer qu’Elise et Héraisty n’étaient pas en danger pas sa faute. Une erreur de sa part et ça pouvait très vite dégénérer … ce qu’il ne voulait pas du tout, loin de là.

« Finissons en dès maintenant. »

En fait, il n’avait pas à réfléchir. Il voulait juste exterminer ces types, non ? Alors, la question ne se posait pas. Il s’arrêta subitement avant qu’un pieux de pierre ne sorte du sol, imposant et énorme, le faisant grimper en direction du plafond de pierre.

« Tu crois vraiment que tes singeries vont pouvoir me stopper ?! »

« Pas le moins du monde … mais ça devrait permettre aisément de faire un peu de nettoyage de tout ça. Bye bye. »

Il avait posé une main sur le pieu de pierre sur lequel il se trouvait, celui-ci se fissurant avant que Tery ne fasse un saut pour se diriger vers le second assassin qui s’était déjà élancé en direction des deux démones.

Lorsque le pieu de pierre s’était brisé après le saut de Tery, voilà qu’une pluie d’aiguillons tombait du plafond, venant se planter de toutes parts dans le corps du démon qui ne put esquiver cela, mettant un terme à sa courte vie sans même qu’il ne puisse réagir et s’enfuir.

« NE BOUGES PAS DE LA, TOI ! CLARI ! »

« D’accord … Tery. » déclara une voix féminine, le jeune homme secouant la tête.

Il n’avait pas le temps de se demander s’il venait de rêver ou non. Alors qu’il remarquait que l’assassin cherchait à l’éviter avant qu’il ne tombe au sol, une lame d’air vint le trancher en deux. Et devant ses yeux grands ouverts, la pointe d’une griffe de Tery se logea dans son crâne, en terminant encore plus avec son existence.

« Merci … Clari. » chuchota simplement Tery, comprenant qu’en ayant agit de la sorte, elle l’avait tout simplement aidé. Mais il avait donné un ordre … et elle y avait répondu. Le truc, c’est que c’était exactement ce qu’il voulait.

Le problème … C’est qu’il avait bel et bien entendu une voix féminine lui adresser la parole. Pour autant, il se redressa, se tournant vers Elise et Héraisty. Dommage pour elle mais elles n’auront pas à se battre … que ça leur plaise ou non.

« Vous allez bien les filles ?! » cria Tery avant de se positionner face au cadavre tranché en deux du démon le plus proche de lui.

Fichu assassin, il n’avait eut que ce qu’il méritait de toute façon. Mais l’heure n’était pas venu au crachat sur ce cadavre. La femme golem … Clari … Il n’avait pas rêvé. Elle avait pris la parole, n’est-ce pas ? Pour autant, en venant vers elle, il murmura :

« J’imagine que tu ne va pas m’adresser la parole … hein ? Tu peux juste me signaler où sont ceux qui ont été attaqué par surprise ? Il y en a peut-être un encore en vie. »

Et voilà que la femme golem désigna un endroit d’un doigt de pierre. Sans se préoccuper plus d’Elise et Héraisty, le jeune homme cornu se dirigea vers la zone pointée du doigt, poussant un léger marmonnement en regardant les corps au sol.

« Ca sert à rien, ils sont complètement morts. Pff … Bien entendu ! Il fallait s’en douter dans le fond … Tsss …Bon … Pas grave. »

Il valait mieux retourner auprès des deux démones même si en voyant le regard d’Elise, il comprenait qu’elle n’appréciait pas du tout ce qui venait de se passer. Pour autant, il balaya l’argument non-dit d’un mouvement de la main :

« Tu pourras m’en vouloir … mais ces assassins ne te poseront plus de soucis. Entre ceux-là et les précédents qui ont tenté de te faire du mal, ils éviteront de te chercher des noises dorénavant. Comme ça, c’est fait et ils vont très vite se calmer. »

« Ce n’est pas ça … J’aime pas être utilisée de la sorte, Tery. Je pensais que tu voulais te détendre un peu. Au final, tu m’as emmené directement dans un piège ! »

« Non … Je t’ai utilisée comme appât et j’en suis désolé … mais tant que je n’avais pas leurs morts, je n’aurai pas réussi à me calmer. Pardon. »

Il n’était pas réellement désolé … mais un peu soulagé. Il avait réussi à éliminer ces enfoirés. Cela ne voulait pas dire que c’était terminé … mais à côté, cela allait calmer le jeu pour quelques instants. Et puis, Elise n’avait pas évoqué encore ce qu’elle pensait de son plan. Il n’allait pas s’en plaindre. Et Héraisty dans tout ça ? Il n’en savait trop rien … mais il était maintenant d’une humeur de chien et elles aussi. Ah … Mauvaise journée que voilà.

Chapitre 28 : IL

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 28 : IL

« Ah … Bon … Ce n’est pas tout ça mais ça fait du bien. »

Il était couché dans son lit. Il regardait le plafond. Elise n’avait plus besoin de sa présence. Elle avait reçu l’autorisation de s’en aller. Enfin, de pouvoir bouger. Mais maintenant, il fallait un peu de temps pour qu’elle puisse être rééduquée. Même si ça ne faisait qu’une dizaine, quinzaine de jours, ça ne changeait en rien ce qu’il pensait.

Cette histoire était vraiment absurde … et les comportements d’Elise et de l’empereur n’étaient pas franchement mieux. Pour autant, il cherchait à cerner le fond de cette histoire … pour essayer d’y trouver une part de faux et de vrai. Il n’avait pas envie que ça continue ainsi. Il n’avait pas envie … que ça se passe de la sorte. Il y avait un problème, il en était sûr et certain. Le truc, c’était juste … de trouver les solutions.

« Et la solution de me forcer à épouser Elise, ce n’est pas vraiment la meilleure qui soit. »

Bon, ce n’était pas tout ça mais il valait mieux se lever, faire sa toilette et aller retrouver Elise dans sa chambre. Comme d’habitude même si exceptionnellement, ce qui sonnait ironique dans sa tête, il avait juste laisser Clari avec elle. Une mesure de sécurité plus si exceptionnelle maintenant. Des précautions, voilà tout.

« Ah … J’espère que tout va bien de ce côté. »

Mais il refusait dorénavant de la laisser seule … sauf que dormir avec elle, cela risquait de déboucher sur des événements qu’il préférait éviter, tout simplement. Toquant doucement à la porte, il demanda à Elise si elle était réveillée. La voix de cette dernière de l’autre côté de la porte lui signala que oui et il pénétra à l’intérieur avant de s’arrêter puis de se retourner pour fixer le bois de la porte.

« Je vais finir par croire que tu le fais exprès sur le coup, j’espère me tromper. »

« Tu te trompes lourdement. Je voulais juste … voir si je peux me débrouiller seule … mais ça tire un peu sur les muscles et c’est assez épuisant, je dois avouer. »

Hmmm … Il pouvait la comprendre légèrement. Ce n’était pas une raison pour avoir la poitrine à l’air pour se laver. Généralement, les servantes étaient là pour ça non ? Encore qu’en vue de la situation, on ne pouvait même plus faire confiance aux servantes.

« Tu as besoin d’aide pour te rhabiller ou non ? »

« Hmmm … Et tu disais ne pas être intéressé par mon corps, est-ce que cette vue te plaisait plus que tu ne le veux l’avouer ? »

« S’il te plaît ! Ne raconte donc pas de bêtises … C’est assez déplaisant en soi. »

« Pourquoi est-ce que tu penses que je parle d’une bêtise ? Maintenant, tu vas presque croire que j’ai fait exprès de me trouver dans cette position pour t’attendre. »

« Si c’était le cas, ça serait franchement stupide si quelqu’un d’autre rentrait à ma place. »

« C’est exact même si normalement … personne n’est autorisé à me voir ou presque. Tu as bien vu que je n’ai même pas de garde du corps, non ? »

« Hmm … Tu risquerais de vexer Clari en parlant de la sorte, tu le sais hein ? »

« Oups ! C’est pas faux. Désolée, Clari. Ce n’était pas voulu. » dit Elise tout en rigolant, Tery finissant par se retourner … puis refaire demi-tour sur lui-même.

« Au lieu de proférer des bêtises, tu ne crois pas que tu pourrais faire quelque chose … pour tes vêtements ? Genre, je ne sais pas … t’habiller ? »

« Hmmm … Pourquoi ? Est-ce que la vue te dérange tant que ça ? J’en suis plutôt fière et … qu’est-ce que je racontes ? Ah … »

Elle avait plutôt honte de son corps là. Elle n’avait pas besoin de faire ça, loin de là ! Enfilant rapidement ses vêtements, elle poussa un petit gémissement de douleur avant de s’exclamer d’une voix enjouée :

« Ca pique un petit peu mais ça devrait aller ! Je suis prête, Tery ! On peut y aller ! »

« Tant mieux alors. Ne perdons pas plus de temps que ça donc. »

Et le voilà quand même à la hauteur de la demoiselle. Il lui prend le bras, l’invitant à rester près de lui tout en regardant Clari. Il fait un petit mouvement de la tête, amusé avant de dire d’une voix plus enjouée qu’auparavant :

« Clari, tu veux bien nous accompagner ? On va faire les premiers pas avec Elise. J’imagine que tu ne veux pas rater ça, n’est-ce pas ? »

« Comme si elle allait te répondre, Tery. Ah … Et ne te moque pas d’une infirme ! »

Elle lui tapota doucement le bras de sa main libre mais poussa un petit gémissement plaintif. Elle était pas assez en forme pour ça alors qu’elle évite, non ? Mais bon, il faisait quand même attention, il se préoccupait réellement d’elle.

« Je n’ai pas envie que tu te fasses mal, d’accord ? Et si nous aillons voir ton père ? »

« Hmm. Il sera ravi de voir que je peux marcher donc pourquoi pas ! »

Elle avait prononcé cela sur un ton enjoué qui ne laissait pas de place au doute sur ses sentiments. Elle était vraiment heureuse de pouvoir enfin quitter cette chambre. Même s’il y avait des fenêtres, ça n’empêchait pas que prendre l’air par soi-même, non enfermée entre quatre murs, c’était vraiment une sensation grisante.

« Ca ne t’embête pas si on s’installe sur un banc pour quelques minutes ? Mon père a toute la vie devant lui et moi … j’ai envie de profiter du soleil artificiel … C’est beau comme invention mais sincèrement, ça me rend un peu triste. »

« C’est sûr que ça n’a rien à voir avec celui de la surface … qui peut être étouffant. »

« Hahaha ! Tu marques un point, Tery. Mais bon … Même si artificiel, ça fait du bien. »

Et autant en profiter longuement et pleinement. Ca ne pouvait qu’être appréciable. Ils restèrent ainsi pendant plusieurs minutes, Tery empêchant Elise de s’étirer plus que nécessaire. En vue de l’état de son corps, on allait éviter de trop tirer dessus hein ?

« Messire Tery ! Messire Tery ! L’empereur veut vous parler ! »

C’est étrange. Il n’avait pas déjà entendu cela dans le passé ? Il releva son regard vers le soldat qui semblait toujours aussi effrayé. A croire que c’était toujours le même et que le fait que l’empereur parle ou quémande quelque chose le mette dans tous ses états. Enfin bon, ce n’était pas l’heure de trop s’interroger sur ça.

« Est-ce que la princesse peut m’accompagner ? Ou il a demandé uniquement moi ? »

« Euh … Euh … Je n’en sais rien exactement. Je suis vraiment désolé … »

« Bon ben … Elise ? Allons voir ton père alors … Il sera sûrement heureux de te voir marcher et aller le rencontrer. Prends ma main ? »

Hmmm ? Elle le regarda avec un petit sourire amusé. Ce n’était pas lui qui voulait éviter que les gens se fassent des idées ? Alors qu’en demandant cela devant un soldat qui semblait du genre à lancer quelques phrases avec des sous-entendus sans s’en rendre compte, ils n’allaient pas vraiment arranger leurs affaires ? Hahaha !

« Puisque c’est proposé si gentiment, je ne vois pas pourquoi je refuserais cela. »

Et la voilà en train de s’aider de sa main pour se remettre debout. Par « inadvertance », elle tomba dans ses bras, Tery la réceptionnant en haussant un sourcil. Il demanda si elle allait bien, Elise murmurant qu’elle avait eut un léger vertige mais que ça venait de passer.

« Tant mieux alors … je ne veux pas que tu aies plus de problèmes, hein ? Nous pouvons y aller dès maintenant. Allons voir ce que ton père nous veut. »

Et les voilà tous les deux partis, suivant le soldat qui avait pris l’habitude de guider Tery jusqu’à la salle du trône. Encore qu’à force d’être convoqué, lui-même pouvait se repérer dans les couloirs du château sans aucun problème. Mais là n’était pas la question et il valait mieux ne pas faire trop traîner tout cela.

« Si … Si vous voulez bien rentrer, merci. »

Rah. Ce soldat avait vraiment besoin de se sentir plus rassuré. Le roi n’allait pas le foudroyer sur place s’il n’avait rien faire de mal. Pénétrant dans la salle du trône, accompagné par Elise, Tery vint tout simplement avancer en même temps que la voix de Malark se faisait entendre dans l’imposante salle où encore une fois, les gardes n’étaient pas présents :

« Vous voilà … Je m’attendais exactement à ce que ma fille t’accompagne, Tery. »

« Hahaha, empereur Malark, je voulais qu’elle se montre à vous pour prouver sa santé. »

« C’est une bonne idée. Je l’approuve … et je suis heureux de voir que tu vas bien, ma fille. Cela a été assez rude et je sais … pertinemment que ces assassins sont partis avec l’idée de vouloir te ôter la vie. Mais je tiens à te rassurer, mes enquêtes avancent vite et bien. Nous allons trouver le responsable de tout ça … et sa punition sera publique. »

« Euh … D’accord, père. Mais vous savez, était-ce pour cela que vous vouliez parler à Tery une nouvelle fois ? Enfin, ça me semblerait étrange. »

« Non, ce n’est pas cela. Je veux … savoir sa réponse par rapport à ma proposition. Je lui ait laissé un peu de temps pour y réfléchir. »

« Et ma réponse sera la même, empereur Malark. Je ne peux pas faire cela avec votre fille que je considère comme ma sœur après tout ce temps passé ensemble. »

« Hum … C’est vraiment … ennuyeux, tu sais ? »

Et même s’il appuyait sur le ennuyeux, ça ne changerait pas sa réponse. Même s’il ressentait un certain effroi en voyant l’empereur se lever de son trône, il tiendrait bon. C’était tout simplement inconcevable.

« Je le sais parfaitement mais bon … Je vous ait expliqué hier qu’à la surface, un jeune prince de Traslord attend Elise. Ils sont amoureux tous les deux. »

« Elise … Je veux la vérité à ce sujet. Est-ce que tu penses à ce dénommé Royan dont nous avons parlé, toi et moi ? »

Un ton neutre, peut-être trop … et un regard froid … Pourtant, comme lui, Elise le soutient sans broncher. Elle n’est pas le genre de demoiselle à se laisser marcher sur les pieds.

« Il est vrai qu’avoir un enfant avec Tery ne me dérangerait pas … mais … mes sentiments envers Royan se sont renforcés lorsque nous nous sommes rencontrés à nouveau sur le champ de bataille. Il en est de même pour Tery de son côté. Et … Tery m’a appris au sujet de mes frères et sœurs … et ce que vous comptiez faire des deux derniers. Vous aviez omis ce petit détail, père. Pourquoi cela ? »

« J’ai remarqué aisément que tu étais attaché à eux. Te parler de Wandy et Zalek me semblait parfaitement inutile dans une telle situation. »

« Pourtant, vous parliez … de leur retirer la vie. Ce n’est pas inutile. Je ne peux pas accepter cela. Zalek et Wandy sont encore jeunes. Ils peuvent devenir des démons très respectables. Il suffit juste d’un bon entourage. »

« Il n’y a pas de bon entourage. Ces deux enfants sont parasités par leurs aînés. D’ici quelques années, ils seront comme eux et ne penseront qu’au trône, n’hésitant pas à poignarder quiconque se mettra en travers de leur chemin. »

« Ca, c’est si je ne m’en mêle pas … et si Tery non plus. D’ailleurs, si vous voulez un membre de la famille royale qui semble avoir des sentiments pour Tery, ce n’est pas de mon côté qu’il faut aller voir mais de celui de Wandy, n’est-ce pas, Tery ? »

« Elise ! Tu … Tu n’es pas obligé de parler de ça d’accord ? »

« Wandy … et Tery ? Mais elle est un peu jeune pour cela. Mais surtout … est-ce vrai, Tery ? Que la plus jeune de mes filles porte des sentiments à ton encontre ? »

Et comment est-il sensé répondre à cela ?! Oui bien sûr ? C’était complètement stupide ! Pour autant, comme souvent, il vaut mieux ne pas détourner la vérité et la tête lorsque le monarque du royaume s’adressait à vous.

« J’ai bien remarqué cela aussi de mon côté … mais après, elle est très jeune et je pense plutôt qu’elle ne s’attendait pas à rencontrer un demi-démon comme moi, c’est tout. Je suis sûr et certain que ça lui passera. »

« Il faut que jeunesse se fasse. Quant à Zalek, qu’est-ce qu’il pense de toi exactement ? » demanda une nouvelle fois le monarque. Mais zut ! C’était un interrogatoire ou quoi ?!

« Pas grand-chose, je dirais. Le fait que j’ai perdu contre son grand frère l’a sûrement déçu donc bon … ça se comprend en un sens aussi. »

« Tu te trompes complètement, Tery. J’ai discuté avec Zalek et il a trouvé ça génial que quelqu’un puisse tenir aussi longtemps contre Haiktos. C’est pour ça qu’il te soutient complètement en espérant que tu arriveras à le battre la prochaine fois. »

« Je comprendrais jamais les enfants … après, je n’étais pas très social quand j’étais plus jeune, je suis pas vraiment le mieux placé, il faut avouer. »

Il eut un petit sourire triste. C’était pas vraiment la période la plus reluisante de son existence … encore que le reste, à base de combats et autres, ce n’était pas réellement mieux. Qu’est-ce qu’il avait fait concrètement pour ce monde ?

« Ce prince … ou roi de la surface, d’après la description de ma fille, il est très sérieux, est-ce que tu confirmes cela, Tery ? »

« C’est exact … Je dirais même peut-être un peu trop. Il faut comprendre qu’il a perdu ses parents il y a très longtemps et qu’il régnait sur une partie du royaume de Traslord il y a encore quelques années. Malheureusement, ses frères se sont faits assassinés et en tant qu’unique survivant de la famille royale, il a été obligé de se replier sur lui-même. Pour tout vous dire, lorsque nous l’avons rencontré à la surface, il était comme fou à lier … et vouait une haine sans merci envers les démons. »

« Tery ! Tu ne m’aides pas vra … » commença à dire Elise, choquée par les propos du jeune homme aux cheveux bruns. Pour autant, elle fût arrêtée d’un mouvement de la main par son père, Tery reprenant la parole :

« Il m’en voulait car j’avais enlevé Elise indirectement. Je dois vous avouer que j’ai l’impression parfois de perdre la tête et d’entendre une voix. Mais bref, pour retourner sur le sujet, lorsqu’il a revu Elise, je crois qu’il est redevenu comme avant … et je suis sûr et certain que si nous prenions le temps de discuter avec le royaume de Traslors et de Shunter, il serait possible de trouver un arrangement. Sincèrement … ça serait une bonne chose. »

« Il faut que j’y réfléchisses … La pureté de la lignée … est en jeu. »

« Empereur Malark, je vous rappelle que c’est vous qui avez désiré que … vous préfériez éviter que cette lignée reste trop pure … en vue des dégâts qu’elle a causé. »

« C’est exact … mais en même temps … je pensais plus à une relation entre deux demi-démons qu’avec … un étranger. Et en même temps, prince ou non, cette personne provient de la surface. Pourquoi devrais-je ternir mon sang avec lui ? »

« Royan est un jeune homme bien sous tous les rapports. Alors que bon nombre de nobles, rois et autres, préféreraient rester chez eux, à l’abri, bien au chaud, il n’a pas hésité un seul instant à voyager avec nous et à se mettre en danger. Il en est de même pour la reine de Shunter. Sincèrement … Il … »

« Assez, Tery. Je sais que cela te déplaît grandement d’épouser ma fille mais tu deviens très voire trop pressant, cela en est exaspérant. »

« Pardonnez-moi, ce n’était pas désiré … simplement … »

« Ah … Cela me fait penser qu’IL ne serait pas heureux de la tournure des évènements. IL n’accepterait pas que ça se passe ainsi. »

Tery haussa un sourcil, remarquant que le monarque appuyait bien sur le IL dans ses propos. De qui parlait-il ? Enfin, qui était ce fameux IL ? Surtout que le roi Malark le regardait précisément lorsqu’il prenait la parole :

« IL est notre raison … et SES paroles nous ont permis de tenir le coup. »

« Pardonnez-moi, empereur Malark mais de qui parlez-vous exactement ? » questionna doucement le jeune homme, cherchant à obtenir une réponse précise.

« Pour l’heure, tu n’as pas besoin d’en savoir plus. J’en ait eut la confirmation ces derniers mois, lorsque tu es arrivé aux côtés de ma fille. Et de ce que je comprends et conçois, il semblerait que ça soit bien ce que j’imaginais. »

« Et … quand est-ce que je pourrais en connaître plus sur ce fameux IL ? »

« Sache simplement une chose, tout est relié. Le fait que tu sois capable de donner vie aux golems d’une telle qualité est l’une des preuves les plus concrètes qui existe. »

« D’accord, d’accord. Je ne peux pas poser plus de questions … mais est-ce que vous allez réfléchir à ma proposition ? Je suis certain … que cela mérite de s’interroger. Peut-être devriez-vous en discuter avec quelques nobles pour savoir ce que les familles en pensent ? »

« Tery Vanian, évites donc de me dicter ma conduite. Cela pourrait mener à ta perte. » murmura le monarque, Tery s’immobilisant en déglutissant. Dire qu’il ne pensait pas à mal ! « De toute façon, pour l’heure, il me faut régler un premier problème … d’importance majeure. J’ai évoqué qu’il fallait un exemple … et je vais avoir besoin de toi, Elise. Tery, tu l’accompagneras à ce moment précis. Ca ne devrait plus être très long. »

Hochement de tête de la part de Tery et Elise. De toute façon, ils ne pouvaient pas refuser les propos de l’empereur. En vue de la situation actuelle, ça serait un peu trop risqué et dangereux que de chercher à le contredire. D’ailleurs, le ton utilisé par l’empereur était vraiment sombre … et assez sinistre en même temps.

« Père ? Est-ce que je peux parler avec Tery seule à seul maintenant ? Si cela ne vous dérange pas, bien entendu. Nous nous sommes tout dit, non ? »

« C’est exact. Je vous libère. Vous pouvez disposer maintenant. »

Nouvel hochement de tête et Elise prit la main de Tery pour l’emmener à part. Dès qu’ils furent assez éloignés, elle poussa un profond soupir de soulagement, le regardant droit dans les yeux avant de dire d’une petite voix :

« Ca m’a vraiment mise mal à l’aise la situation, pas toi, Tery ? Et puis, vu comment il était en train de réagir, j’ai préféré assurer le coup, je pense que tu l’as remarqué, n’est-ce pas ? »

« Oh que oui … Mais pourtant, ce n’était pas avec de mauvaises intentions, tu le sais, non ? »

« Je le sais … Je le sais … et j’ai vraiment envie de revoir Royan mais … je préfère me faire une raison. Tu as bien vu ses réactions, non ? »

« C’est sûr que j’ai connu bien plus enthousiaste entre nous, si tu veux tout savoir. » répond le jeune homme aux cheveux bruns, passant une main dans ces derniers d’un air embarrassé.

« Je ne sais pas le fin mot de l’histoire mais si c’est comme on le pense, il n’apprécie guère la surface à cause de cette histoire vieille de plusieurs millénaires, comme les nombreuses familles nobles qui se terrent au plus profond sous la surface, dans la capitale, ça va être très difficile de le faire changer d’opinion à ce sujet. »

C’est bien pour ça qu’il tentait dès maintenant de résoudre ce conflit. Plus tôt on s’y prenait, mieux ça sera … et surtout, plus vite ils trouveront des solutions correctes. Ah … Dans le pire des cas, il a une idée … mais il valait mieux la travailler.

« Tu as l’air songeur, Tery. A quoi est-ce que tu penses ? »

« Hmm … A un moyen pour retrouver Royan et les autres à la surface. Mais pour ça, autant dire que ça ne va pas être aisé. Je vais devoir te laisser aussi, Elise. »

« Euh … Bon ben, d’accord ? Si y a un problème, tu sais … où me trouver. Est-ce que tu peux me raccompagner quand même ? Dans ma chambre ? »

Il la regarda, remarquant qu’elle restait non-loin de lui. Ah oui … Bien entendu, elle était pas forcément prête à se balader toute seule, sans aucune surveillance. Doucement mais sûrement, il lui prit le bras, l’invitant à le suivre pour qu’ils puissent retourner dans la chambre de la demoiselle.

« Ne t’en fait pas … comme promis, je vais te protéger. » lui chuchota Tery, Elise lui faisant un petit sourire, les joues rougies par la gêne. Tant mieux. C’est ce qu’elle voulait entendre.

Chapitre 27 : Refus envers la royauté

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 27 : Refus envers la royauté

« Ah … Je ne peux pas rester là sans rien faire, je suis désolé, Elise. »

« Hmm ? Tu es désolé de quoi ? Tu as quelque chose à t’excuser à mon encontre ? Déjà que tu passes toutes tes journées après moi depuis presque une semaine … est-ce que tu as prévenu Héraisty ? Que tu ne pouvais pas la voir ? »

« C’est déjà fait, ne t’en fait pas. Je me suis excusé bien entendu mais la priorité restait sur ta personne. Et puis, ça s’est bien passé avec ton père ? »

« Je ne … sais pas trop. » dit-il d’une voix un peu distante, détournant la tête. C’était peut-être du domaine du privé et royal. Il haussa les épaules, ne cherchant pas à en savoir plus. Il posa juste une main sur le crâne d’Elise, disant :

« Ne n’en fait pas, je ne vais pas te forcer, loin de là. »

« Non, non ! Je pense plutôt que l’empereur viendra te voir personnellement à ce sujet, dès qu’il aura le temps. Nous avons évoqué diverses choses … et en un sens, cela te concerne. »

Il ne savait pas s’il devait avoir confiance en son instinct à ce moment précis ou non … mais quelque chose l’alertait. Il ne savait pas trop quoi mais … ce n’était vraiment pas bon. Il poussa un léger grognement de mécontentement.

« Ne t’en fait pas hein ? C’est juste que … enfin, c’est compliqué ! Tu verras par toi-même. »

Elle disait cela mais ce n’est pas pour autant qu’il est plus rassuré. Son instinct continue de lui dire de se méfier car il ne sait pas du tout ce qui risque de l’attendre. C’est juste une mesure de précaution, rien de plus … Ah …

« Tu ne me fais pas confiance, Tery ? C’est un peu vexant hein ? »

« Sinon, Clari ne te dérange pas trop ? Je veux dire, comme gardienne, elle est vraiment géniale mais peut-être que sa présence t’embête. Comme je ne peux pas dormir avec toi, le fait de te la laisser chaque soir … j’espère que ça ne t’embête pas. »

« Non, non … Sa présence est même rassurante … mais j’ai peur pour toi. Tu es sans protection et … tu as un peu mauvaise mine. Je n’osais pas t’en parler mais ton visage est un peu effrayant. Est-ce que tu dors correctement ? »

« Ne t’inquiète pas à ce sujet. Je passes mes soirées dans quelques bouquins, rien de plus, rien de moins. Ils sont plutôt intéressants. »

« Oh ? Des livres ? Sur quoi exactement ? » dit calmement la jeune femme aux cheveux auburn, comme subitement intéressée par les propos de Tery.

« Les golems, je voulais juste terminer ceux que je n’avais pas encore fini. Disons que … ça me permettait de me concentrer sur ça et non autre chose. »

« D’accord, je vois. Ce n’était pas vraiment une bonne idée que je pose la question. »

Hahaha. Il eut pourtant un petit rire. Ce n’était pas de sa faute. Il ne pouvait pas lui signaler qu’il recherchait un moyen de devenir non pas plus fort … mais avoir plus de titres. Un titre de noblesse mais pas seulement … Il voulait obtenir différents titres, devenir un grand du monde souterrain. Sa raison était très simple …

En arrivant au sommet, plusieurs branches s’ouvriront à lui. Il pourra alors mettre la main sur la personne derrière cette tentative d’assassinat. Mais bon … ce n’était pas pour tout de suite. Il n’avait aucun réel titre dans le fond. Et donc, sans aucune base, difficile de pouvoir faire quelque chose de correct.

« Tu as l’air un peu pensif, Tery, qu’est-ce qu’il y a ? »

« Hmm … Je ne sais pas. Dis … Peut-être que toi, tu connais un peu ? Est-ce que les titres de noblesse et autres, c’est possible de les obtenir d’une façon ou une autre ? Ou alors, c’est à la naissance et on ne peut rien changer à ça. »

« Euh … Je n’en sais trop rien … mais tu es déjà un peu noble non ? Enfin, tes grands-parents, tu as oublié ? Mais pourquoi est-ce que tu me poses la question ? »

« Hmm … Pour pas grand-chose, rien de bien important. Puis le souci, c’est que c’est un titre de noblesse à la surface. Je parlais d’un titre de noblesse démoniaque, ce n’est pas pareil, tu vois ce que je veux dire hein ? »

« Oui, oui, bien entendu, je vois parfaitement où tu veux en venir. Mais … Pourquoi est-ce que tu te poses la question ? »

« Non, pour rien du tout. Merci, j’ai eut les réponses que je voulais de ta part. Est-ce que tu veux que j’aille te chercher à manger ? »

« Tu sais aussi bien que moi qu’on vient me ramener de quoi me « sustenter ». »

Elle avait appuyé sur le dernier mot, bougeant légèrement sa main comme pour bien expliquer qu’elle se moquait grandement du terme utilisé. Pour autant, il n’avait pas le coeur à sourire, disant calmement :

« Je vois, je vois … Enfin bon ! Je vais aller prendre un peu l’air. D’ailleurs, tu ne peux pas sortir encore ? Car ça te ferait du bien. »

« De ce que j’ai cru comprendre, c’est justement aujourd’hui que tout est décidé. Mais merci de veiller sur moi, Tery. Tu peux t’en aller. »

« Merc bien, chère princesse Elise, vous êtes ma foi très agréable avec moi. » dit-il en se mettant debout, faisant quelques courbettes tout en exagérant.

« Blablabla. Ne jouez donc pas avec ma gentillesse, sieur Tery. Vous risqueriez de vous en mordre les doigts, sachez-le. Déjà que vous passez beaucoup trop de temps avec ma personne, n’en profitez-vous donc pas trop ? »

« Oh ! Vous savez aussi bien que moi que ce n’est pas le cas ! » s’exclama t-il avant de partir.

Et maintenant, il se promenait dans les couloirs. Clari était restée avec Elise, comme convenu. Mais ça ne voulait pas dire qu’il allait se tourner les pouces, loin de là. Le jeune homme avait beaucoup d’idées en tête et …

« Messire Tery ! Messire Tery ! L’empereur Malark souhaite vous voir de toute urgence ! »

Un soldat affolé … encore un. A croire que dès qu’il s’agissait de l’empereur, l’effroi et la terreur envahissaient le corps de chaque démon. Il regarda le soldat droit dans les yeux avant de dire d’une voix calme et lente :

« Pas de soucis. Je viens tout de suite alors. »

Et il valait mieux obéir de toute façon, s’il tenait à la vie hein ? Il suivit le soldat qui vint le guider jusqu’à la salle du trône. Dernièrement, ce n’était pas comme s’il ne connaissait le chemin. Qu’est-ce que l’empereur avait à lui dire de si important ? Il ne tarda pas à le découvrir … lorsque l’empereur était debout, comme prêt à bouger.

« Suis-moi, Tery. Nous avons à discuter … et je pense qu’il vaut mieux que nous fassions une longue marche pour cela. Il s’avère que cela concerne Elise. »

Il avait retrouvé un semblant de calme, ce qui voulait dire que la situation était moins alarmante que précédemment. Bon, ça ne changeait pas une chose : la situation restait franchement très déplaisante ou presque. Car oui, il avait l’impression que ce dont allait lui parler le roi allait être guère réjouissant.

« J’ai pris des nouvelles de ma fille. Je ne peux pas la voir autant que je le voudrais mais … je préfère la laisser se reposer tout en étant surveillée par toi, Tery. »

« Elle devrai pouvoir sortir de la chambre d’ici aujourd’hui ou demain, empereur Malark. C’est ce que j’ai cru comprendre d’après ses propos. »

« Excellent … Ah … Les plus jeunes de sa fratrie m’ont envoyé des messages alarmés quand ils ont appris à son sujet. Est-ce qu’elle a eut le temps de leur répondre ? »

« Euh … Je ne me suis pas posé la question mais il est vrai que je l’ai vue écrire une ou deux lettres. J’imagine qu’elle l’a fait. Comment est-ce qu’ils se portent ? »

« Wandy et Zalek sont encore très jeunes. Ils sont tous les deux ensemble. Mais ils se portent bien même s’ils désirent revenir au château le plus tôt possible. Pour autant, ce n’est pas de ça dont je voudrais te parler, Tery Vanian. »

« Je vous écoutes … Vous pouvez me dire tout ce que vous voulez. » murmura Tery. Ils allaient donc passer aux choses sérieuses tout de suite.

Cela ne faisait que cinq bonnes minutes qu’ils marchaient tous les deux dans les couloirs. Il remarquait que l’empereur se déplaçait toujours dans des zones où aucun garde ne se trouvait. Est-ce qu’il … non. C’était ridicule de croire qu’il allait le tuer. Il n’avait rien fait pour mériter un tel sort et l’empereur, sauf s’il cachait bien son jeu, ne donnait pas cette impression de vouloir le tuer. Enfin, tant mieux en un sens hein ?

« Tery Vanian … Je veux que tu donnes un enfant à ma fille Elise. »

« Hum … Euh … Ramener un enfant à Elise ? Mais pourquoi faire ? »

« Non, tu m’as très mal compris. Je te demandais … de féconder ma fille et de lui faire porter le fruit de votre union. »

Non ! C’est pas qu’il avait mal compris ! C’est surtout qu’il avait espéré avoir mal entendu ! Qu’est-ce que ça voulait dire ? Etait-ce une mauvaise blague de la part du monarque ? Non, ce n’était vraiment pas son genre mais … qu’est-ce que … enfin une explication crédible !

« Mais mais mais … Attendez. Pourquoi cela ? Qu’est-ce que … Enfin pourquoi ? Mais comment est-ce que … »

« Je veux que cet enfant devienne le futur monarque de ce royaume. »

Là, il était vraiment obligé de s’arrêter. Il avait l’impression que sa tête allait exploser avec l’information qu’il venait d’obtenir. Le monarque du royaume des félémons lui demandait d’engendrer une progéniture avec Elise. Elise, la démone qu’il connaissait maintenant depuis pas mal de temps. C’était une blague, n’est-ce pas ?

« Mais pourquoi moi ? Pourquoi cela ? Je … Enfin, je voudrais bien comprendre, vous savez. Je ne peux pas dire oui comme ça … et puis même … enfin ! Voilà ! »

« J’y ait longuement réfléchit et je pense que c’est la meilleure solution possible. »

« Mais mais mais … Et Elise dans tout ça ? Qu’est-ce qu’elle en pense ? On ne peut pas forcer ça et … même si je l’apprécie énormément, ce n’est pas possible pour moi de … »

« J’imagine qu’il t’en faut plus que ça pour te convaincre. C’est pourquoi nous marchons tous les deux. Quant à ma fille, elle est au courant et elle a accepté. »

« Elle a accepté ? Malgré tout … Malgré Ro … Ah … Désolé, empereur Malark, il me faut un peu de temps pour assimiler tout ça. Ce n’est pas vraiment ce à quoi je m’attendais. J’espère que vous comprendrez que j’ai … un peu de mal. »

« Peut-être devrais-je te donner plus d’arguments pour te convaincre ? Tout d’abord, comme signalé, Elise est au courant et a accepté. Elle m’a même signalé que tu serais l’unique démon avec lequel elle serait d’accord. Cela ne sert à rien de chercher des prétendants. »

« Mais mais mais … Est-ce qu’elle vous parlé de la personne à la surface ? Du nom de Royan ? Je pensais que c’était le cas … et pareil pour moi. J’ai … une femme … Enfin, j’avais … du nom d’Elen. Je ne peux pas, vous comprenez. »

« La surface n’est pas faite pour les démons comme nous. Que les portes démoniaques soient ouvertes ne doivent pas interférer avec mes projets. Pour autant, ce n’est que le premier argument. Est-ce que tu te sens prêt à écouter les autres ou non ? » demanda l’empereur alors qu’il reprenait la marche. Ils étaient non-loin des jardins royaux, un endroit qu’il appréciait assez particulièrement.

« Je voudrais juste savoir pourquoi vous voulez que je fasses ça ? Pourquoi ! »

« Car mon sang est vicié … Depuis des siècles, la famille royale n’a donné que des êtres qui recherchent le pouvoir, quitte à utiliser les plus bas stratagèmes pour arriver à leur fin. »

« J’imagine que vous voulez parler de … ce qui s’est passé avec Elise. Si c’est si récurent, pourquoi le faire que maintenant ? »

Sa question était légitime. Qu’est-ce qui poussait l’empereur à n’agir qu’à cause de l’agression sur Elise ? Alors que de ce qu’il comprenait, il avait déjà emmené plusieurs de ses enfants à la mort … donc bon … pourquoi Elise ?

« Car Elise n’est pas seulement issue des … démons … mais aussi de la surface. Dans le royaume des démons, la pureté des lignées doit être préservée. Malheureusement … Tu connais les résultats comme j’ai réussi à te l’expliquer. »

« On va dire que … je ne m’attendais pas tellement à ça. Après, la noblesse à la surface, c’est un peu pareil de ce côté. Ca veut absolument obtenir un rang plus haut dans la hiérarchie et à partir de là … et bien, disons que voilà. »

Il avait du mal à s’expliquer. En même temps, tout ce qui était noblesse et autre, ce n’était pas du tout son genre. Même si bien entendu, il était au final issu d’une famille de nobles d’Omnosmos, ce qui n’était franchement pas rien, il n’avait jamais été éduqué comme ces derniers, grâce à sa mère. Ah … Elle lui manquait, elle aussi.

« Néanmoins, nous ne sommes pas là pour parler de la pureté de la lignée. Je veux savoir ce que tu penses d’Elise plus exactement, Tery. »

« Je la considères comme une petite sœur et pas autrement. Il est vrai que … parfois … elle pourrait être plus mais non, je ne veux pas. »

« Pourquoi est-ce que tu ne le désires guère ? Qu’est-ce qui t’en empêche ? »

« Simplement que c’est ainsi et pas autrement. Elise aime quelqu’un d’autre, un prince … non, un roi de la surface. Le roi de Traslord, il se nomme Royan, et malgré son caractère, il est vraiment quelqu’un de très appréciable. Moi-même, j’ai une femme nommée Elen. Disons que … C’est assez compliqué mais normalement, tout devait bien se passer. »

Il s’embrouillait. Ses propos n’avaient aucun sens et n’étaient pas cohérents. Pour autant, il cherchait à s’exprimer correctement. Sauf que voilà, les mots qui sortaient de sa bouche, c’était juste n’importe quoi. S’imaginer … avoir un enfant avec Elise ? C’était tout simplement impossible. Il se le refusait. Avoir du désir envers Elise était une chose, sauter le pas en était une autre et ça, il ne voulait pas que ça se fasses.

« Mais ça, c’était le passé. Il faut maintenant se tourner vers l’avenir, Tery Vanian. »

« Je ne peux pas … Malgré toute l’affection que j’ai envers Elise, je ne peux pas. Et … Puis, je penses à vos deux enfants, les derniers. Zalek et Wandy. Est-ce que vous comptez leur faire subir la même chose ? Ils ne méritent pas un tel sort. »

« Zalek est gangrené par son grand frère. Bientôt, il suivra sa voie. Pour Wandy, c’est dommage mais certains sacrifices sont nécessaires. »

Il eut un léger tic nerveux. Il parlait d’une vie comme si de rien n’était. Il savait pertinemment que l’empereur était amer par rapport à la situation … mais de là à vouloir la mort de ses plus jeunes enfants. Il allait marcher sur des œufs mais …

« Je ne peux pas accepter, raison de plus. Zalek et Wandy, je suis sûr que si on discute avec eux, si on les élève différemment, on peut empêcher ça. »

« Est-ce que tu refuserais un ordre impérial, Tery Vanian ? »

« Ce n’est pas un ordre de votre part … mais un désir. Je suis heureux de savoir que vous voulez qu’Elise soit à votre place sur le trône, surtout lorsque l’on a une petite idée de qui sont ses aînés mais … pas de cette manière. Vous avez encore de longues années devant vous mais … en plus, Elise, cela ne fait même pas une année. N’est-ce pas un peu trop précipité ? »

« Ses aînés n’apprécient guère son arrivée … et cette tentative d’assassinat est la preuve même qu’ils la prennent plus qu’au sérieux dans son rôle. Ils savent qu’avec son arrivée, elle a fait une chose que nul n’aurait imaginé auparavant. »

« Et cette chose, c’est l’ouverture des portes démoniaques ? Et si je vous disais qu’il ne s’agit pas d’elle … mais de moi ? Sauf votre respect, vous comprenez que je ne veux pas mentir à ce sujet … même si Elise était à mes côtés pendant l’ouverture. »

« Hmmm … Mais où veux-tu en venir ? Cherches-tu des arguments pour contrer ma demande ? » dit l’empereur d’une voix lente et caverneuse.

« Ce n’est pas mon but bien que j’essaie de vous expliquer exactement ce qui se passe. »

Ah … C’était une sacrée journée. Entre Elise et maintenant le monarque, il ne savait plus du tout où aller. Pour autant, l’empereur ne semblait pas vouloir abandonner cette idée, reprenant la parole en posant une main sur l’épaule de Tery. Bon sang, qu’est-ce qu’il était grand ! Même Manelena devait paraître petite par rapport à lui.

« J’imagine que te signaler que tu deviendrais le futur empereur de ce de monde, aux côtés de ma fille, cela ne t’intéresse pas ? Savoir que tous et toutes devront t’obéir aussi ? »

« Sincèrement, entre nous, empereur Malark, j’aspire à quelque chose de plus calme et se reine. Votre proposition est très intéressante mais … ce n’est pas ce que je désire. »

« Humpf … Ce n’est pas si pressant que ça … vu que je vais faire une déclaration devant mon peuple d’ici quelques jours ou semaine. Néanmoins, j’aimerai que tu réfléchisses à ma proposition, et plus calmement. »

Ce n’était pas une question de réfléchir ou non. Le jeune homme aux cheveux bruns n’était juste pas motivé à cette idée. Bien entendu, Elise était une démone vraiment ravissante mais … non … Cette idée qu’il devait la « servir » de cette façon, ce n’était vraiment pas son genre. Ce n’était pas comme ça qu’il concevait le futur dans le royaume démoniaque.

« Je ne peux pas promettre d’y réfléchir … car ce n’est pas ce que je veux. Néanmoins, je veux aussi pouvoir en parler avec Elise. »

« Comme tu le désires. J’imagine qu’il va falloir que vous en discutiez tous les deux. »

« C’est exact. C’est pour cela que je préfère d’abord voir avec elle … et la convaincre que ce n’est pas une bonne idée. De même, j’aimerai … vraiment que vous pensiez à l’idée de ne pas tuer vos deux derniers enfants. Ils ne méritent pas ce sort. »

« Tu n’es pas en mesure de me conseiller, Tery. » dit-il avec un air calme bien que cela sonnait faux. Il était sûrement en train de bouillir de l’intérieur, comme enragé, n’est-ce pas ?

Pour autant, le jeune homme aux cheveux bruns cherchait lui aussi à calmer son coeur. Il savait pertinemment que s’il le désirait, l’empereur pouvait aisément le tuer. Pour autant, ce n’était pas bien grave car s’il montrait de l’anxiété maintenant, l’empereur pourrait faire ce qu’il voulait de lui … et ça … il en était hors de question.

« Pardonnez-moi, empereur Malark, je vais de ce pas retourner auprès d’Elise. »

« Tu n’es pas obligé de te répéter … mais soit, je te libère. Tu peux y aller. »

Ah … Tant mieux, car il se sentait vraiment oppressé et surtout en train d’étouffer à moitié. Ce n’était pas une sensation plaisante. Lorsqu’il retrouva la chambre d’Elise, celle-ci était assise dans son lit, semblant l’attendre avec un peu d’anxiété.

« Coucou Tery. Ca a été … plus rapide que je le pensais. Mais tu es en vie, c’est le plus important, n’est-ce pas ? »

« Non, le plus important, c’est la conversation que l’on va avoir, toi et moi, n’est-ce pas ? »

« Visiblement, c’était bien ce que je pensais, n’est-ce pas ? »

Elle aussi appuie sur les derniers mots tandis qu’il poussait un soupir. Il s’installa à côté d’elle, venant s’asseoir tout en observant uniquement son visage. Hmm … Non, il n’y avait pas besoin de regarder plus bas, loin de là. C’était inutile.

« Bon … Par où est-ce que je dois commencer, Elise ? Dis-le moi … »

« Par le début … Et finir par la fin, non ? »

Est-ce qu’il avait une tête à s’amuser ? Ou à rire ? Elle n’avait pas l’air de saisir ce dont ils avaient réellement discuté avec son père hein ? Le sujet était beaucoup trop important pour que ça soit dit sur le ton de la plaisanterie.

« Toi et moi … Il faut vraiment que l’on parle. Tu as Royan, j’ai Elen, tu ne dois pas l’oublier. J’ai l’impression que tu as mis ça de côté. »

Et ce n’était pas qu’une impression, c’était la réalité. Il avait aussi la sensation … qu’avec cette tentative d’assassinat, elle était … plus perturbée qu’elle ne laissait le penser.

Chapitre 26 : Un trône souillé

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 26 : Un trône souillé

« Ah … Ah … Ah … Elise. »

Il ne voulait pas perdre Elise. Il ne devait pas perdre Elise ! Il ne devait pas … C’était l’unique personne qui lui restait sous la surface ! Tout ça parce qu’il avait décidé de converser avec Héraisty ! Tout ça pour juste le plaisir d’en découvrir plus.

« Ah … Ah … Ah … Il faut que je reste avec elle. Il le faut absolument. »

Il devait se rassurer. Non, il devait se convaincre de la sorte alors que les guérisseurs étaient au chevet de la jeune demoiselle aux cheveux auburn. Non, qu’importe ce qu’ils désiraient, il était hors de question qu’il quitte la chambre. Et qu’ils tentent ne serait-ce que de le forcer, ils allaient avoir une mauvaise surprise.

« Nous allons devoir la déshabiller pour les soins et … »

« Ne vous en faites pas, je l’ai déjà vue complètement nue. Faites ce que vous avez à faire et dépêchez-vous avant que je ne m’énerve réellement. »

Même si c’était déjà le cas et que c’était beaucoup trop tard pour ça. Même s’il mentait par rapport à ça et qu’il ne l’avait jamais vue, ce n’était pas important. Le plus important, c’était la santé de la jeune demoiselle et le plus vite possible.

Une trentaine de minutes plus tard, il était juste assis à côté du lit, ayant la main d’Elise dans la sienne. Hors de question. Il ne la quittera plus d’une semelle maintenant. Elle était … Il était … C’était de sa faute, il le reconnaissait.

« Ne t’en fait pas, je ne te quittes plus d’une semelle maintenant. »

Il répétait simplement sa pensée à voix haute. Le jeune homme aux cheveux bruns s’en voulait. Il … Il n’avait pas envie que ça se reproduise. Il se l’interdisait… C’était juste ridicule. Il était ridicule, complètement ridicule.

« Désolé … Je suis vraiment désolé, tellement désolé. Je voulais … juste en apprendre plus … mais je t’ai complètement oubliée. »

Il ne devait pas pleurer. C’est juste que … s’il devait perdre Elise après Clari, il était certain de ne pas s’en remettre. Elle était sa bouée de sauvetage dans ce monde démoniaque. Même s’il commençait à avoir ses repères, ça ne changeait pas du tout … à ce qu’il ressentait. Il avait mal … tellement mal.

« Qu’est-ce que les soldats diraient ? Et les servantes ? Et les autres ? Si je faisais ça ? Mais … il en est hors de question. »

Il avait envie de dormir à ses côtés, pour qu’elle comprenne qu’elle a du soutien. Qu’il est de retour et qu’il ne compte pas l’abandonner. Mais … mais … non. Ce n’était pas une bonne chose. La situation ne permettait pas cela.

« Je vais me montrer raisonnable … Il le faut. Je ne peux pas venir comme ça dans ton lit. »

Et puis bon, ils faisaient cela à l’époque où ils ne savaient pas qu’Elise était la princesse du royaume démoniaque. Quand ils n’avaient pas à se préoccuper de ce que les gens disaient, quand ils étaient considérés comme frère et sœur.

« Je trouverai le ou la responsable de tout ça. Je lui ferais payer amèrement tout ceci. »

Il se le promettait. C’était une promesse qu’il ne comptait pas rompre. Il était certain que c’était l’un des aînés de la royauté. Il n’y avait qu’eux pour commettre une telle horreur. Elise en avait rien à faire des titres et autres, elle se fichait pas mal du trône. Et pourtant, ils n’hésitaient pas ! Ils n’avaient pas hésiter un seul instant ! Ils le regretteront. Ils regretteront d’être nés après son passage.

« Je ne suis peut-être pas encore assez fort pour les combattre … mais puisqu’ils veulent salir les mains de leurs larbins, je ferais de même. »

Il s’était promis de ne pas reperdre le contrôle de son être … pour ne pas faire peur à Elise. Mais pas seulement. Il ne voulait vraiment pas que ça se reproduise. Il avait l’impression aussi … de déplaire à Clari. La femme-golem était l’unique être qui était avec lui dans la pièce pour veiller sur eux deux … quand il devait fermer les yeux pour se reposer.

« Ah … Ah … Demain, ça ira mieux. Il faut juste que je me calmes. »

Lentement, il sentit une main de pierre se poser sur son crâne. Rouvrant les yeux, il observa simplement la femme-golem qui avait eut ce geste. Il ne lui avait rien demandé, rien du tout … et pourtant, elle semblait dotée d’une vie propre.

« Si seulement si tu savais parler … je crois que j’en aurais bien besoin. »

Pour autant, il se laissa caresser la chevelure. C’était étrange comme sensation. Oui, comment pouvait-on réellement expliquer le fait qu’une main de pierre était capable de douceur ? Et pourtant, c’était le cas en ce moment précis.

« Je vais fermer les yeux, Clari. S’il y a du bruit ou autre, tu pourras me réveiller, d’accord ? »

Il disait cela tout simplement, comme pour chercher du réconfort, encore une fois. Il voulait simplement qu’elle parle … et qu’à son réveil, Elise ait ouvert les yeux. Il avait vérifié et surveillé les guérisseurs, pour être sûr qu’ils ne commettent aucun acte malveillant. Il n’avait confiance en rien, ni personne à ce moment précis.

Pour autant, le sommeil ne fut pas très long à arriver. La raison à cela ? Simplement la fatigue et le corps qui s’abandonne après cette violente rage qui l’avait animé pendant des heures. Ah … Sa tête se posa sur le lit, juste à côté de la main d’Elise. Il était … stupide, tellement stupide. Comment est-ce qu’il avait put se laisser aller de la sorte ?

Comment est-ce qu’ils en étaient arrivé ainsi ? Un simple moment d’inattention et voilà le résultat. Il était ridicule, parfaitement ridicule … et rien n’allait pouvoir arranger cela. Il voulait juste … Il espérait juste qu’Elise allait ouvrir les yeux, pour qu’elle lui pardonne tout ceci mais surtout … pour qu’il soit soulagé. Il n’allait pas trouver de vrai repos jusqu’à son réveil, il n’allait pas retrouver son calme intérieur … jusqu’à ce qu’elle lui parle.

« Hmmm … Tery … Tery … Faut te réveiller … Tu m’écrases … la poitrine. »

Il entendait une petite voix, douce et faible … mais chaleureuse. Il bougea légèrement la tête avant d’ouvrir ses yeux. C’était la voix … de … il la reconnaissait … hein ? Oh ! Elise ! Elle était réveillée ! Elle était réveillée et …

« Non ! Tu ne cherches même pas à t’approcher de moi, Tery, d’accord ? Je suis blessée. »

« Tu refuserais un câlin de ma part, c’est bien ça ? Je suis vraiment triste de l’apprendre. »

« Oh … Tu peux arrêter ton char hein ? Je sais bien que … »

« Tu n’as aucune idée de l’état émotionnel dans lequel je suis, Elise. »

Il avait coupé la parole de la jeune femme aux cheveux auburn, celle-ci s’arrêtant dans ses propos pour le regarder. C’est … vrai. Elle le voyait réellement en fin de compte. Le jeune homme aux cheveux bruns … semblait presque comme dévasté. Elle chuchota :

« Pardon de t’avoir mal jugé et …. le reste. »

« Tu n’as pas à t’excuser. On peut alors ? » dit-il en se redressant un peu. Elise se regarda brièvement, observant sa tenue qui consistait juste en une robe de chambre faite de toile. Puis doucement mais sûrement, elle tendit ses bras vers lui :

« Viens donc par là … J’en ait autant besoin que toi, je crois bien. »

« Je promets de faire attention … en vue de tes nombreuses blessures. »

Elle n’en a aucun doute à ce sujet. Lentement mais sûrement, le voilà qui l’enlace, la jeune femme se nichant dans ses bras. Il lui caressa doucement le dos, murmurant quelques mots comme pour chercher à la rassurer mais surtout SE rassurer :

« Pardon … Pardon … Je suis tellement désolé, Elen. Je ne voulais pas que ça se passe ainsi. Je ne voulais vraiment pas … je suis … si désolé … »

« Tu n’as pas à t’excuser, je ne pouvais pas prévoir ça. Ni toi, ni moi, ni personne … »

« Si, on pouvait le prévoir ! Ta famille est tordue ! Ce ne sont que des tordus ! Sauf ton petit frère et ta petite sœur ! Et encore, ton père, ça dépend … C’est ses pouvoirs, ils sont si effrayants, je ne sais pas trop quoi en penser. »

« Hahaha … Hahaha … Ah … J’avoue … que ça fait du bien … de te sentir contre moi. Tu as passé tellement de temps … avec cette démone … J’avais l’impression d’être délaissée. »

« Mais on va corriger ça. Jusqu’à ce que tu ailles mieux, je vais veiller sur toi, d’accord ? »

« Hihihi ! Attention, je risque de te prendre au mot, tu le sais hein ? Et surtout si tu me le promets, tu ne pourras pas revenir en arrière ! Tu es sûr de toi ? Hmmm … Si tu me le promets, je veux bien alors accepter que tu veilles sur moi et que tu t’occupes de moi. »

« Tu ne chercherais pas à en profiter un peu ? »

« Tu es mon « grand frère », j’ai le droit en tant que « petite soeur » d’abuser de ta gentillesse. C’est marqué dans le code de la petite sœur. »

« Faudra me montrer la ligne qui évoque cela hein ? Je sais pas, bizarrement, je n’ai pas confiance en ça et … oh ! Fais attention à toi ! »

Elle s’appuya plus contre le coeur du jeune homme et avec juste un tissu pour la recouvrir, il peut sentir la féminité d’Elise. Il se doutait qu’elle faisait cela à dessein mais en même temps, il comprenait … que pour elle aussi, il lui avait terriblement manqué.

« Bon ben, je te fais la promesse d’être là jusqu’au bout … jusqu’à ce que tu puisses remarcher et tout le reste. Par contre, tu te doutes que pour ta toilette … »

« Tu as peur de me voir nue ou de me frotter le dos, c’est bien ça ? »

« Hmm … Tu sais, je t’ai déjà vue nue hein ? » dit-il en rougissant légèrement, Elise clignant des yeux, se demandant de quoi il parlait.

« Co … Comment ça ? Je sais bien que nous étions proches mais … euh … de là … »

« Hier, j’étais si énervé … que lorsqu’ils ont commencé à te déshabiller pour bander tes blessures, je leur ait dit qu’il était hors de question que je quitte la chambre pour être sûr qu’ils ne t’achèvent pas. J’étais vraiment pas bien hier … je suis désolé de … »

« Oh … Euh … Tu n’as pas fait ça à dessein, juste pour t’imaginer des choses. C’était dans le feu de l’action … ou plutôt de la rage. Alors, ce n’est pas bien grave, Tery. Mais est-ce que j’étais à ton goût au moins ? »

AHEM ! Il ne répondra pas à ça. Elise, c’était Elise. Il ne se permettrait pas de la toucher, qu’importe ce qui devrait se passer entre eux. C’est sûr qu’elle était capable de lui provoquer un certain émoi mais ça devait s’arrêter là. Pas besoin de plus, pas besoin de moins.

« Tu es bien silencieux maintenant. Est-ce que tu cherches une réplique pour ne pas me blesser ? Je savais bien que … je n’étais pas intéressante pour toi mais bon … »

« Ne racontes pas n’importe quoi s’il te plaît. Ce n’est pas ce que jai voulu dire, tu le sais aussi bien que moi, n’est-ce pas ? »

« Hum hum … Non, je ne sais pas du tout, justement. Je veux bien que tu m’en dises plus, je t’écoute donc, Tery. »

« Rah … Je dirais simplement que tu es une charmante démone et qu’hier, j’en ait eut la confirmation. Est-ce que ça te suffit comme réponse de ma part ? » dit-il sur un ton qui se voulait agacé sauf qu’il était plus confus qu’autre chose. Quel idiot mais quel idiot ! Il poussa un petit soupir alors qu’elle-même faisait un sourire ravissant :

« Faudra me rendre la pareille alors un jour ! »

QUOI ?! Qu’est-ce qu’elle voulait dire par là ?! A la voir poser ses yeux sur lui et à le détailler de haut en bas, il comprenait donc bien ce qu’il avait compris au départ ! Non non mais non ! Ils avaient été pourtant clairs à ce sujet non ?

« Elise, tu dois être encore bien fatiguée, j’imagine. »

« Un petit peu, je dois avouer mais tu sembles un peu éluder ma phrase, n’est-ce pas ? »

Pas le moins du monde. C’est juste que ce qu’elle demande, il n’est pas vraiment certain de pouvoir apprécier la tournure des événements. Après, en même temps, comment peut-il vraiment apprécier ça ? Non, Elise … doit se sentir seule. Il finit par soupirer :

« On verra quand tu iras mieux, d’accord ? Qu’est-ce que tu en dis ? »

« C’est une promesse, n’est-ce pas ? »

Pas vraiment une promesse. Il ne fait que marmonner car il ne veut pas confirmer cela. Ca ne se fait pas de promettre une telle chose. Ah … Pour autant, il veut passer aux choses sérieuses et finit par demander d’une voix lente :

« Ces assassins … Tu as une idée de qui ils étaient ? A part des démons. Tu as réussi à te défendre donc … ça allait mais … à part ça ? »

« Qu’est-ce que tu voudrais que je te dises exactement, Tery ? Je n’en ait aucune idée malheureusement. Je ne sais pas du tout quoi penser. »

« Même pas une idée de qui serait le commanditaire de tout ça ? Car … je comptes bien lui faire payer, tu t’en doutes. »

« Les assassins étaient blessés et ont été obligé »s de fuir, c’est déjà pas mal non ? »

« Ne t’en fait pas pour eux, ils ne poseront pas de soucis. Mais ils n’ont rien dévoilés sur la personne qui était à l’origine de tout ça. Et c’est elle que je veux attraper. »

« Ne t’en fait pas … Chaque chose en son temps. Savoir que tu es à mes côtés, cela me suffit amplement, tu sais, Tery ? »

« Hahaha … Pareil … J’ai juste … vraiment eut peur, tu sais ? » dit-il à son tour, répétant les derniers mots de la jeune démone. « Sans toi, je ne tiendrais pas le coup. Sans toi, je ne sais pas si j’arriverai à survivre ici. »

« Tu y arriveras pleinement. Tu as réussi à mieux t’intégrer que moi. Moi … Je passe mes journées au palais … et lorsque je quitte ce dernier, je subis une tentative d’assassinat. Autant dire que ce n’est pas le plus plaisant possible hein ? »

« Je suis … vraiment désolé, Elise. Vraiment … Vraiment … Vraiment désolé. »

« Roh, arrêtes donc de l’être, ce n’est rien de dramatique non plus. Je ne suis pas au seuil de … enfin si mais bon … J’imagine que tu as compris où je voulais en venir non ? »

Elle disait cela avec un petit sourire mutin, signe qu’elle voulait juste titiller le jeune homme aux cheveux bruns. Celui-ci se rapprocha d’elle à nouveau et revint l’enlacer. Voilà … Il se sentait mieux quand il la sentait dans ses bras.

« Promis … Je te ramènerai à la surface, Elise. Cet endroit n’est vraiment pas pour toi. »

« C’est … moche d’attaquer sur ça … alors que l’on sait aussi bien l’un que l’autre que ça ne sera pas vraiment possible, hein ? »

« Il ne faut jamais dire jamais, Elise. Tu as put retrouver Royan, tu ne veux pas rester auprès de lui ? Moi, j’ai revu Manelena, c’était suffisant. »

« C’est très moche ce que tu dis, Tery. Alors que tu sais … parfaitement ce que j’espère maintenant entre nous deux, tu utilises leurs noms. Tu veux me donner du remord hein ? »

Et oui. Il en a aucune honte. Il veut lui donner du remord car il estime que ce n’est pas une bonne chose ce qu’elle tente d’espérer entre lui et elle. C’est pourquoi il ne veut pas qu’elle se fasse d’illusions réellement. C’est mieux.

« Tant que tu comprends et approuves ma démarche … »

« Ah … Oui, bien entendu. Mais on devrait se fixer une date limite où on comprendra qu’il n’y a rien qui nous attendra, hein ? »

Hmmm ? Il la regarda, cherchant à comprendre où elle voulait réellement en venir. Lorsqu’elle lui expliqua tout simplement que c’était sa vision des choses, qu’elle pensait qu’il fallait alors espérer … ceci, c’était bien mieux.

« Bien mieux, bien mieux, je ne sais pas trop. Mais je remarque que tu es très tenace sur le sujet, n’est-ce pas ? Hahaha. »

« Disons que j’ai remarqué à quel point je tenais à toi et inversement, en quelque sorte … Si nous nous retrouvons vraiment seuls au monde, je me dis que ça ne serait pas déplaisant que ça soit avec toi que je termine ma vie ici. »

« Hmm … D’accord, je vois où tu veux en venir et si tu veux être rassurée, saches que c’est réciproque hein ? Je pense pareil de mon côté. »

« C’est rassurant. Au moins, je n’aurai pas cette sensation de rejet. » dit-elle dans un sourire alors qu’il l’invitait à se coucher correctement dans le lit.

« Maintenant, tu vas te reposer à nouveau. Il va falloir que je quitte le chambre pour aller me laver mais surtout prévenir de ton réveil. Je laisse Clari à tes côtés, d’accord ? »

« Pas de soucis ! Et puis, c’est une sacrée gardienne. Je sais que je n’ai pas vraiment à m’en faire pour ma sécurité avec elle à mes côtés. »

C’est exact. Il l’embrassa sur le front avant de s’éloigner. Il était temps de retrouver le monarque pour le prévenir de l’état de santé d’Elise C’était le premier qui devait savoir.

Demandant une audience à l’empereur, il remarqua aussitôt le regard inquiet des soldats posés sur lui, comme s’ils n’osaient pas lui répondre. Le jeune homme cligna doucement des yeux, reprenant la parole :

« J’aimerai voir l’empereur … je ne voudrais pas avoir à me répéter, vous savez ? »

« Oui … Oui … Pas de soucis. Je … Tu y vas, toi ! »

« Euh, non, non, t’as l’air motivé, tu y vas de ton côté ! » s’exclama le second soldat, refusant complètement les propos du premier.

« Et si j’y allais sans que vous ayez à me présenter ? » soupira Tery avant de forcer le passage, les soldats se laissant étrangement faire alors qu’il pénétrait dans la salle du trône. L’ambiance était étrange, il n’y avait aucun soldat, rien du tout, puis une unique voix résonna à ses oreilles, une voix sombre, sinistre :

« J’avais demandé à ne pas être dérangé. »

« Empereur Malark … C’est Tery Vanian. Je venais … vous informer du réveil de votre fille Elise. Je ne peux pas dire … qu’elle va bien … mais elle a le moral et … elle est réveillée. Si vous voulez aller la voir, c’est possible. Ma femme-golem la protège et la surveille. »

« Ah … Elle est donc réveillée … mais pas en bonne santé. Je passerais la voir. Tu peux disposer, Tery Vanian. Merci de m’avoir prévenu. »

Ca ne servait à rien de dialoguer. Il avait parfaitement compris que le monarque n’était pas dans son état normal. Avec sa fille qui avait été agressée lâchement, il comprenait parfaitement que le monarque n’avait pas sa tête à ça.

Mais c’était étrange. De ce qu’il avait compris, le roi était habitué aux tentatives d’assassinat et il avait déjà perdu quelques enfants. Alors pourquoi avec Elise, c’était différent ? Ce n’était pas logique, pas du tout. Mais il y avait sûrement autre chose mais quoi ? Il n’en avait strictement aucune idée, malheureusement.

« Oh, déjà de retour, Tery ? Je pensais que ça prendrait plus de temps. »

« L’empereur n’est pas vraiment en forme pour parler, je dois t’avouer. Il semblait très maussade, j’ai l’impression qu’il pouvait me tuer à distance s’il le désirait. Heureusement, ce n’était pas vraiment ce qu’il voulait donc bon … »

« Est-ce que tu crois que c’est à cause … de moi ? Enfin, l’attaque ? »

« Je ne crois pas, j’en suis sûr et certain si tu veux tout savoir. »

« Oh … Il faudra que j’aille le voir alors. Ou du moins, qu’il vienne me voir. Pour qu’il soit rassuré et qu’il comprenne que j’aille bien. »

Aller bien, aller bien. C’était plutôt difficile à croire hein ? Enfin bon … Il voyait ce qu’elle voulait dire. Même si elle était réveillée, tout n’était pas réellement arrangé dans le fond.

Chapitre 25 : De tous les côtés

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 25 : De tous les côtés

« Humpf … Plus les heures passent, plus je suis de moins en moins sûre que ça soit une bonne idée. Une bien mauvaise idée. »

« C’est trop tard pour revenir en arrière, Manelena. Les rumeurs vont bon train. Et puis, il ne faut pas regretter nos actes s’ils ne sont pas mauvais. Nous avons offert une chance à ces démons … et c’est une bonne chose, non ? »

« Oui, oui … Je le sais parfaitement. On ne me l’a fait pas à moi hein ? »

Elle disait cela avec une petite pointe d’ironie avant de pousser un soupir. Le seul bruit que l’on entendait dans cette salle de repos était les gazouillis du bébé d’Elen, celle-ci s’amusant avec son enfant tout en disant :

« Les démons méritent … de vivre aussi. Je ne veux pas avoir à regarder Tery dans les yeux en me disant que l’on mutile et maltraite son peuple. Je suis certaine que là où il est, Tery fait de même de son côté, voilà tout. »

« C’est aberrant une telle confiance en quelqu’un … qui a fait ça. »

Même si c’est bien loin d’elle, elle savait parfaitement qu’Elen lui souriait car elle … savait qu’elle pensait exactement la même chose de son côté. Sauf que Manelena ne voulait pas le dire à voix haute et il en était tout simplement hors de question.

« Hmm … Dites, qu’est-ce que vous diriez d’aller rendre visite à ces démons d’ici deux ou trois jours ? Ils sont vraiment sous bonne garde, n’est-ce pas ? »

« C’est exact, Elen. Tu n’as pas à t’en faire à ce sujet. Mais pourquoi est-ce que tu poses cette question ? Tu peux me le dire ? »

« Et bien … Je te l’ai déjà dit, pourtant, non ? J’aimerai bien aller discuter avec ces démons pour comprendre ce qui se passe. D’ailleurs, le couple d’honoriens est parti ? »

Petit hochement de la tête de la part de Royan une nouvelle fois. Le couple devait retourner à Honoros. Ils avaient un peu trop tardé même s’ils allaient évoquer, après avoir bien entendu demander à Royan et Manelena l’autorisation, les démons capturés et l’idée que les deux royaumes avaient en tête.

« C’est une bonne idée. J’attendais une lettre de la part d’Ernold mais il semblerait qu’il soit très occupé ces derniers temps. Attendons demain, après avoir préparé de quoi être bien protégé et nous pourrons nous y rendre. »

Humpf. En ayant parlé de lettres, Manelena s’était légèrement renfrognée. Royan la regarda, sachant de quoi elle parlait. Des lettres, ils en avaient tous reçus, c’était d’ailleurs pourquoi le couple avait décidé de retourner voir leurs clans tout de suite.

« Manelena, de ton côté, tu avais donné les mêmes consignes, c’est bien ça ? »

« C’est exact … Je ne m’attendais pas à ce que les démons sortent de partout. »

« Mon ambassadeur à Claudiska m’avait aussi envoyé une lettre. J’ai préféré lui dire ce que nous comptions faire exactement. Je me dis que c’est mieux dans ce genre précis. »

« Et donc, tu ne peux qu’attendre une lettre en réponse à la tienne ? C’est de même de mon côté. Hémurion m’a demandé quelques consignes. Les démons sont partout … même dans Mékalarma mais cela ne nous regarde pas. Nous avons déjà beaucoup à faire. »

Elle ne s’était pas vraiment attendue à ce que ça se passe de la sorte. Déjà que les gnomolds réagissent ainsi, sans même les prévenir, c’était ennuyeux. Mais ensuite, que des groupes de démons non-belliqueux décident de sortir de tous les côtés, sans armes, ni aucune menace, est-ce que ça voulait dire que la vie sous terre était horrible pour eux ?

Oui, l’idée de visiter le quartier emménagé par Royan était une bonne idée. Interroger les démons, savoir la raison de leur présence, et surtout trouver diverses autres explications. Avec une petite parcelle de chance, des démons en sauraient plus sur Tery ? Vu que ce nom avait été voqué … avec la « princesse » Elise. Elise une princesse ? Tery avait vraiment le don de s’entourer de personnes pas banales.

BAH ! En même temps, elle-même ne l’était pas hein ? La reine de Shunter se préparait maintenant à aller à la rencontre des démons et elle devait aussi réfléchir aux questions qu’elle allait poser. Si elle s’intéressait trop à Tery, Elen allait se poser des questions. D’ailleurs, elle-même se disait qu’elle était sûrement au courant … à cause de la discussion avec Royan il y a quelques temps.


Au courant … du baiser entre elle et Tery. Un baiser qu’elle avait amorcé. Elle ne regrettait pas son geste. Elle était parfaitement consciente de ce qu’elle avait accompli. Elle ne s’en voulait pas et même si on devait la détester, elle exprimait un parfait désintérêt à tout ça. Enfin … elle aimerait penser ainsi … mais se mettre Elen sur le dos, elle n’était pas motivée à ça, pas du tout même.

Le lendemain, après les diverses préparations de Royan et alors qu’ils étaient accompagnés par quelques soldats mais aussi deux ambassadeurs de Claudiska et quelques autres personnes qui serviront à dialoguer, elle était finalement prête. Elen avait laissé son enfant aux bons soins de la mère de Tery et des gouvernantes de Royan.

« Il fallait s’en douter, nous attirons tous les regards, pour ne pas changer. »

« Un jour, il n’y aura plus à s’inquiéter de tout cela. Ce jour est peut-être lointain mais … »

« S’il te plaît, je n’ai pas envie de parler philosophie. Allons voir ces démons et espérons qu’ils soient plus coopératifs qu’enfermés dans une cage. Pour les bâtiments, j’imagine qu’ils sont insalubres et pas vraiment très solides, non ? »

« Je n’ai pas prévu de rénovation pour le moment. Ca sera l’un des sujets de discussion avec leur chef, s’ils en ont un. »

Elle avait du mal à se dire que le jeune roi qui se trouvait devant elle était celui encore plus que belliqueux il y a de cela plusieurs mois. Comme quoi, retrouver Elise, même un bref instant, cela lui avait totalement changé les idées. Ah ! L’amour !

« Comment s’est passé cette journée ? » questionna Royan devant les soldats qui formaient un barrage pour empêcher quiconque de sortir et rentrer.

« Et bien … roi Royan, sauf votre respect, c’est plutôt du côté des traslordiens que ça a été ennuyeux. Beaucoup ont essayé de nous acheter pour rentrer dans le quartier. Par contre, les démons ont été assez sages. Quelques enfants nous ont posé des questions mais à part ça, aucun n’a essayé de s’enfuir. »

« Ouais … Je veux pas dire … mais ils avaient l’air sacrément épuisés et fatigués. Je sais pas ce qu’ont fait les gnomolds ou alors si ça date d’avant, mais … c’était pas la joie jusqu’à la livraison de nourriture. »

« Ils n’avaient jamais rien mangé d’aussi bon ? »

« C’était exactement ça, mademoiselle ! Ils ont ouvert de grands yeux ! »

Elen fit un petit sourire amusé aux propos du soldat alors qu’ils pouvaient aller dans ce fameux quartier réservé aux démons. Alors, qu’est-ce qu’elle devait faire comme première approche ? D’ailleurs, les soldats qui accompagnaient les deux personnes royales et elle-même, elle remarquait qu’ils avaient des sacs sur les épaules.

« Des victuailles et autres ? Tu sais que ton peuple n’appréciera que moyennement, Royan ? Si tu commences à donner plus qu’il n’en faut aux démons. »

« Je veux simplement qu’ils comprennent que nous ne leur voulons pas de mal … et cela nous permettra peut-être d’amorcer une conversation avec eux. »

« Fais quand même attention à toi. Ca serait stupide que tout dégénère pour une action que tu pensais bienveillante mais qui ne l’est pas aux yeux de tous. »

Il hocha la tête positivement. Le message était très bien passé mais il sentait qu’en agissant ainsi, cela sera pour le mieux. Lorsqu’ils arrivèrent au beau milieu du quartier des démons, quelques enfants cornus étaient déjà en train de courir dans les bras de leurs mères et pères.

« Est-ce que nous pourrions parler à votre chef ? Ou du moins, la personne qui fait figure d’autorité parmi vos membres ? »

Royan avait pris la parole, Manelena, Elen et les soldats restant silencieux. Les démons se regardèrent entre eux, comme pour chercher à savoir qui allait faire le premier pas. C’est finalement après deux minutes que l’un d’entre eux décida de s’avancer. Il semblait avoir déjà de nombreuses rides, des cheveux blancs et pourtant, en vue des muscles saillants sur son corps et surtout de sa taille, il restait impressionnant.

« Je … suis celui que l’on peut considérer comme le chef de ce groupe. Êtes-vous le chef de cette ville ? Nous tenons à nous remercier … bien que nous savons pertinemment que cela est à dessein. Vous nous offrez une chance … même si nous attendions votre visite. »

« Je tiens juste à corriger une chose avant tout le reste : je ne suis pas le chef de cette ville mais je suis le monarque du royaume de Traslord, royaume où vous vous trouvez. »

L’homme cornu sembla étonné, réellement étonné, comme s’il ne s’attendait pas à une telle révélation en ce qui concernait le jeune homme en face de lui. Paraissant un peu confus et gêné, il commença à bredouiller :

« Par… Pardonnez mon abus de langage, je ne voulais vraiment pas … Ne me tuez pas, je vous en prie, je ne … »

« Euh … Il n’est pas question que je vous tue. Vous ne pouviez pas savoir, je ne suis que le roi depuis un peu moins d’année. J’ai pris le trône, il y a peu. Et pourquoi devrais-je vous tuer ? »

« Car vous êtes le monarque de ce royaume, c’est bien simple ! Nous … Nous ne sommes que de simples démons, sans sang noble ou autre. »

Royan se tourna vers Manelena, celle-ci fronçant les sourcils. Qu’es-ce qu’il espérait exactement de sa sa part pour qu’il la regarde ainsi ? Il semblait attendre quelque chose de sa part mais quoi ? Ce fût Elen qui prit la parole, déclarant :

« Euh le sang noble, et tout, ça marche aussi chez nous mais vous en faites pas, Royan et Manenela sont loin d’être aussi concerné que certains prétentieux de la haute noblesse. Je dis pas que vous pouvez leur parler comme à de vieux amis mais hey. »

« Je … Qui … Qui êtes-vous, mademoiselle ? Vous êtes aussi … une reine ? »

« OOOOOH ! Oh que non ! Mais c’est gentil comme compliment, c’est même très flatteur. Non, je suis juste une jeune mère qui attend le retour de son mari depuis quelques mois. Il devrait revenir bien assez tôt. » dit-elle sur un ton un peu énigmatique bien qu’elle gardait un sourire resplendissant, visiblement très amusée par la situation.


Le démon ne semblait pas avoir compris où elle voulait en venir exactement et Elen ne faisait rien pour arranger cela. Tout sourire, pour ne pas changer, elle laissa la place à Manelena qui se rapprocha du démon pour lui faire face. Elle était bien grande et cela n’était pas à oublier tandis qu’elle déclarait :

« Vous semblez plutôt inquiets par rapport à la noblesse et la royauté du monde souterrain, non ? Est-ce que votre roi est un tyran ? »

« N… Non … C’est … vraiment plus compliqué que ça. Nous venons de villages qui sont proches de la surface. A cette hauteur, nous n’avons … aucun sang noble, nous ne valons pas mieux que des outils. »

« Je crois qu’on va avoir besoin de sacrées explications sur votre monde. Ca m’a l’air fameux … et pas forcément dans le bon sens. »

« Je … Je veux bien mais … vous savez, nous ne connaissons pas grand-chose et … »

« Vous semblez être un vieillard qui a de l’expérience et qui a beaucoup vécu. Je suis certaine que vous nous en apprendrez bien plus que vous ne le prétendez. »

« Co… Comme vous voulez, si vous voulez bien me suivre, je vais vous guider. »

Royan signala aux soldats de bien commencer à faire la distribution de vivres, vêtements et autres tandis que lui-même allait accompagner Manelena et Elen. Bien entendu, tout n’allait pas pouvoir se passer aussi aisément que prévu, il ne se faisait pas d’illusions.

« Ah. Je tiens à m’excuser. Vu que cela ne fait qu’un jour, cet endroit ne peut pas sied à votre royauté mais … merci. »

« Ce n’est pas un problème, comme je vous l’ai déjà dit. Nous n’allons pas nous asseoir. Nous voulons juste en apprendre bien plus sur les démons. »

« Je ne peux pas … trahir ma race, si vous cherchez les points faibles … »

« Nous savons que vous êtes très faibles face à la magie sainte de Zélisia. Ne vous inquiétez pas, nous sommes déjà au courant à ce sujet. Non, nous aimerions comprendre un peu votre royaume démoniaque, comment vous y vivez et toutes ces choses. »

« Oh ! Euh … bien entendu … Euh, par quoi est-ce que je pourrais commencer ? Ah. Peut-être la longévité des démons, ça serait une bonne chose. Je vais sur mes 147 années. »

Ah. Royan regarda le vieux démon, la bouche bée tandis que Manelena clignait des yeux, plutôt étonnée par ce qu’elle venait d’apprendre. Visiblement heureux de son effet, il reprit d’une voix plus assurée :

« Nous vivons jusqu’à 170 années environ en moyenne, je suis donc plutôt proche de la fin. Les plus vieux d’entre nous peuvent aller jusqu’à 200 ans. »

« Oh … Pour tout vous dire, chez nous, c’est généralement 70 années, rares sont ceux à dépasser les 80 et on compte peut-être sur les doigts d’une main ceux qui ont réussi à atteindre la centaine d’années. »

« Les gens de la surface sont presque éphémères. C’est étrange … mais en même temps, c’est peut-être cela qui vous rend si uniques ? Je ne peux pas le savoir à votre place, je dois avouer. Outre cela, nous … nous avons … quelque chose qui nous différencie beaucoup des races de la surface/ C’est même sûrement pour cela que nous avons été bannis. »

Bannis ? Ah oui … Les portes démoniaques. Ils avaient changé de sujet pour quelque chose de bien plus sérieux et le regard du démon s’était légèrement durci.

« Vous n’êtes peut-être pas au courant … mais les démons peuvent se dévorer entre eux, ce qui leur permet d’acquérir plus de pouvoirs … au prix de quelques modifications physiques et mentales, des fois … »

« Tous les démons sont ainsi ? A chercher le pouvoir de la sorte ? » questionna Manelena, visiblement le sujet l’intéressait bien plus que le reste.

« Pas tous … Ceux proches de la surface ne sont pas souvent concernés. Nous sommes trop faibles pour cela … et nous vivons plus souvent cachés dans nos villages qu’autre chose. Il existe certains villageois capables de lutter contre les créatures qui vivent sous terre ou les démons qui ont perdu la raison. »

« Et si vous avez décidé de venir à la surface, c’est pour ne plus jamais avoir peur, c’est cela ? Ou alors, je me trompes peut-être ? »

« C’est … exact. Nous ne voulons plus craindre pour nos familles car nous sommes incapables de les protéger. Nous savons qu’à la surface, la vie n’est pas tout rose non plus mais ce n’est pas un souci, loin de là. Nous saurons nous débrouiller … si nous ne sommes pas rejetés. »

« Je ne peux rien promettre. Les démons ont une mauvaise réputation à la surface et nombreux sont ceux qui vous considèrent comme des ennemis. Mais après, nous connaissons deux démons et nous savons que vous n’êtes pas tous belliqueux. »

« Peut-être que ces noms vous diront quelque chose une nouvelle fois, non ? Tery Vanian et Elise. Je crois que l’un d’entre vous en avait parlé. »

« Elise ? La … La nouvelle princesse du royaume démoniaque ? Vous … Vous la connaissez donc ? Mais … mais … Attendez un peu, il est dit qu’elle est responsable de l’ouverture des portes démoniaques et que c’est grâce à elle que tout ceci est possible. »

« Oh … Je ne sais pas si elle a vraiment fait tout ça, c’est plutôt l’autre personne qui l’accompagne qui est responsable de tout ça. Tery Vanian, ça ne vous dit rien ? » demanda une nouvelle fois Manelena, lvieux démon paraissant songeur.

« Hmmm … Je crois qu’il y a bien un démon qui l’accompagnait. Même si c’est au plus profond du royaume démoniaque, à plusieurs kilomètres voire dizaines de kilomètres, les rumeurs vont vite. Est-ce ce Tery Vanian dont vous parlez ? »

« C’est exact … bref … Il semblerait qu’il n’ait pas fait trop d’émules même si cela me paraît assez étrange. Il n’y a rien de spécial à dire à son sujet ? »

« Euh … à part qu’il logerait dans le palais impérial comme le désirait la princesse mais sinon, beaucoup de rumeurs parlent d’une relation entre eux. Des rumeurs qu’ils contestent tous les deux et cela assez vivement. »

« Et bien … Pour quelqu’un qui est proche de la surface, vous semblez en savoir énormément ou alors, est-ce juste une illusion de ma part ? »

« Hahaha … vous ne vous trompez pas, reine … Manelena, c’est ça ? Les démons qui sont de passage colportent des rumeurs. Il suffit juste de tendre l’oreille. Les vieux démons comme moi sont soient très puissants, preuve de leur longévité, soit inutiles et juste bons à ignorer. Je suis dans ce second cas. »

« Ca, c’est à moi d’en décider plus tard, compris ? Bref … J’ai eut en partie ce que je voulais comme réponse. Ah … Bon … Une autre question, ça sera ma dernière. Après, je laisserais Royan ou Elen vous interroger s’ils le veulent. »

« Oui ? Que … Que désirez-vous donc savoir ? Si je peux y répondre, je le ferais. »

« Est-ce que vous vous êtes concertés avec d’autres villages ou groupes de démons pour venir à la surface à divers endroits dans les différents royaumes ? »

« Euh … C’est plutôt étrange comme question mais … non ? Cela serait extrêmement difficile d’y arriver, surtout sans avoir le temps nécessaire pour ça. »

« Je ne me suis pas posée la question plus que cela. Nous avons des moyens de communication assez développés avec des lettres ailées. »

« Oh ? Vous aussi ? Le problème, c’est que vu que nous sommes dans un monde souterrain, les lettres se font en partie attraper et déchirer par les créatures vivant dans les alentours. »

Hum hum. Elle hocha la tête sans répondre cette fois-ci. Elle se tourna vers Royan et Elen. Ils pouvaient maintenant poser des questions à leur tour. Elle n’avait plus à se mêler de tout ça. En un sens, elle avait obtenu tout ce qu’elle désirait de son côté.

Ah … Et elle pouvait réfléchir à tout ça. Les démons, du moins, en partie, voulaient venir à la surface pour espérer retrouver un calme et une serénité. C’était tout à faire normal et logique, en vue de certaines situations dans lesquelles ils pouvaient être plongés. Après, ce n’était pas tout ça et il y avait encore sûrement d’autres informations à prendre en considération. Néanmoins, c’était un excellent début, et ce n’était pas à ignorer.

Le démon semblait vraiment étonné par Elen et c’était compréhensible. Heureusement, elle cachait sa parenté divine … et elle-même avait du mal à y croire. Comment s’imaginer réellement que … c’était possible de toute façon ?

Hmm … Doucement mais sûrement. La femme aux cheveux argentés était adossée à un mur. Elle était plus que satisfaite de la tournure des événements. Mais rien ne lui permettait de savoir ce qui risquait de l’attendre bien assez tôt.

Ailleurs, à des dizaines de kilomètres sous terre, un jeune homme cornu aux cheveux bruns avait des lignes noires sur le visage. Serrant les poings au point de se faire saigner l’intérieur des mains, il était comme enragé.

« Qui ? Qui a osé faire ça ?! JE VEUX UN NOM ! JE VEUX LE COUPABLE ! »

« Mes … Messire Tery, calmez… Calmez-vous, je vous en prie ! »

« ME CALMER ?! ALORS QU’ELLE EST DANS CET ETAT ?! Vous voulez que je me calmes alors qu’Elise a été lâchement agressée ?! »

« Les coupables ont été retrouvé et … »

« Je me suis chargé personnellement des coupables qui ont fait ça ! Je veux la personne qui les as payés ! Ils n’ont pas fait ça pour le plaisir ! Quelqu’un voulait la mort d’Elise ! »

« Nous mettons tout en œuvre pour trouver des indices et … »

Qu’ils disparaissent ! Il ne voulait plus rien avoir affaire avec eux ! Ces types … Ces types méritaient tout simplement de disparaître. Il était au chevet d’Elise, elle était couverte de bandages et dormait paisiblement … mais rien n’avait été paisible. Il était responsable de son état. Tout ça … Tout ça parce qu’il avait passé du temps à cette bibliothèque.

Chapitre 24 : De partout

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 24 : De partout

« Qu’est-ce que les gnomolds ont en tête ?! »

Manelena avait poussé un grognement, allant tout de suite suivre le soldat qui venait de leur annoncer la nouvelle. Bien entendu, elle n’était pas seule et rapidement, voilà que Royan et les autres l’accompagnaient jusqu’à l’entrée du palais.

« Où est-ce qu’ils sont ? Je ne les vois pas ! »

« Ils sont hors de la capitale mais mais mais … Les rumeurs parlent déjà des démons et ça commence à se propager un peu partout ! »

Bien entendu ! Si des marchands ou citoyens quittaient la capitale, ne serait-ce que pour se distraire ou pour aller vers une autre ville, ils ne pouvaient pas louper les gnomolds … mais aussi les démons. Grrr ! Elle devait rester calme et ne pas s’emporter.

« Ceci explique pourquoi tu semblais aussi épuisé. Qu’importe ! Emmènes-nous jusque là-bas et tu n’as pas intérêt à t’arrêter ! »

Ce n’était même pas un soldat de sa nation mais qu’importe, il s’exécuta, trop effrayé et apeuré par Manelena. En un sens, il fallait le comprendre. Manelena n’était pas vraiment très facile à vivre suivant les situations hein ?

« Des démons ! Il y a des démons à nos portes ! Les Gnomolds ont capturé ces derniers ! »

« Comment ça ?! Des démons ?! Mais que font les gardes ? HEY ! Mais c’est le roi ! »

« Il est pas seul … Y a aussi la reine de Shunter et … qui est cette femme ? »

Bien entendu, pendant qu’ils couraient à travers la capitale, et autant dire que ce n’était pas facile, facile. Pour autant, la femme aux cheveux argentés commença à marmonner, se tournant vers Elen qui poussa un léger soupir avant de dire :

« Bon bon bon … J’ai compris. Je ne pensais pas que j’allais faire ça … mais bon … »

Et voilà que des lignes blanches commencèrent à apparaître sur les bras et le visage de la demoiselle à la chevelure blonde, une bourrasque venant faire s’emporter le petit groupe pour les faire se retrouver au-dessus des toits. Le soldat poussa un cri de surprise mais Elen lui dit d’une voix rassurante :

« Ne vous en faites pas, donc … c’est pas où qu’il faut se rendre ? »

« J’arrive pas à savoir comment tu peux faire ça … ça donne l’impression de voler … ca reste très dangereux, est-ce que tu le sais ? »

« Parfaitement, Manelena ! Bon, laisses donc le soldat nous guider. Ou alors Royan ? Tu connais le chemin, Royan ? Tu peux me dire par où je dois me rendre ? »

« Euh … Oui, oui ! Euh, c’est tout droit mais c’est vous qui … »

« TOUT DROIT ALORS ! » s’écria alors Elen en faisant quelques mouvements de la main, tout le petit groupe ignorant complètement les personnes qui les pointaient du doigt plus bas.

Finalement, après une dizaine de minutes où Elen eut quelques gouttes de sueur sur le front, ils vinrent atterrir devant les portes de la capitale, Royan demandant aux gardes de bien ouvrir, signalant à celui qui les guidait qu’il pouvait disposer maintenant.

« Bon … Où est-ce que les gnomolds se trouvent ? »

« On leur a demandé de laisser tout cela à deux kilomètres environ. Désolé, roi Royan mais nous ne pouvions les tolérer trop près de nous alors qu’il y avait des démons avec eux. En plus, certains citoyens tentent de sortir malgré les restrictions. La situation risque de devenir vraiment apocalyptique si vous ne faites rien. »

« Nous allons arranger cela … donc encore deux kilomètres. Donc une vingtaine de minutes. Manelena ? Ou plutôt Elen ? »

« Encore utiliser mes pouvoirs ? Ah … Vraiment … J’ai l’impression que vous en profitez. Vous profitez de la faible femme que je suis. Sans aucune honte ou remord à mon égard. »

« Ce n’est pas très crédible venant de toi, Elen. Tu peux accélérer ? »

Même pas un peu d’humour de la part de Manelena ? C’était vraiment une mauvaise journée, hein ? Pour autant, la demoiselle se met en action, recommençant à utiliser ses pouvoirs aériens. Ce n’était pas grand-chose mais la manipulation du vent, elle s’était entraînée pour une seule et bonne raison.

Cette raison ? Elle était futile et assez risible à bien y réfléchir. Elle savait à quel point Clari était douée dans cet élément … et elle avait considéré que Tery … pensait encore à elle. Ce n’était pas forcément lui rappeler Clari … enfin si un peu … Mais disons qu’elle voulait faire qu’il pense que Clari était toujours avec eux. C’était aussi simple que ça.

« Hey ! Elen ? Tu rêves ou quoi ? Je t’ai demandé un petit truc et nous sommes plutôt pressés. C’est pas l’heure de dormir sur place hein ? »

« Oups ! Euh, je sais, Manelena. Je réfléchissais juste à quelque chose … Bon, ce que je vais faire, c’est pas utiliser encore le vent pour nous envoyer dans les airs, juste nous pousser en avant, vous aurez encore pied mais attention aux obstacles, d’accord ? Car je ne peux pas trop m’épuiser non plus, vous comprenez ? »

« FAIS-LE MAINTENANT ! On parle, on parle mais rien n’arrive ! »

Roh ! Vraiment, c’était une sacré rabat-joie quand elle voulait hein ? Elen poussa un léger soupir de dépit, comme si tout cela n’était vraiment pas à son goût. Pourtant, pourtant … Les lignes étaient déjà là et voilà qu’un nouveau souffle balaya le dos de chacun, Royan comme Malenela et Elise se mettant à courir avec une vélocité qui aurait posé quelques problèmes dans une épreuve de marathon inter-nations si celle-ci était régulée pour que la magie soit interdite. Mais à l’heure actuelle, c’était le moindre des soucis pour le trio qui se déplaçait à toute allure pour rejoindre les gnomolds et comprendre la situation actuelle.

« Des explications, maintenant. Où est-il ?! »

Rézar ! Elle voulait simplement Rézar et personne d’autre ! Le gnomold avait certainement une bonne raison pour tout ce foutoir ! Surtout qu’elle jetait un regard aux démons qui étaient dans des cages, certains étant visiblement serrés. Des femmes, des enfants, des personnes âgées, c’était … franchement déplaisant.

« Héhéhé. Je savais que vous alliez venir. J’attendais plus que votre apparition. »

« Si tu l’attendais, tu vas donc nous dire ce que c’est que ça ?! D’où viennent ces démons ? »

« Ah ben … Ils sortaient des environs et comme tu as dit que tu voulais éviter qu’on les tue, on a juste fait de la capture. T’es jamais contente, on dirait ? »

Rester calme. Elle devait rester calme vu que le gnomold se foutait ouvertement de sa gueule. Pour autant, son poing la démangeait et elle avait vraiment envie de le cogner. Le truc, c’est qu’elle devait se retenir si elle ne voulait pas créer plus de problèmes.

« D’accord. Ils sont combien environ ? Il y a des soldats parmi eux ou non ? »

« Tsss … C’est bien parce qu’il n’y en a pas que tous ces foutus démons sont en vie. Mais visiblement, on leur fait trop peur. Vous en faites ce que vous voulez mais pas sûr qu’ils vont vous écouter si vous êtes que trois. »

« Vraiment … Vous êtes antipathiques jusqu’au bout. Je ne vois pas ce que ça vous emmène de chercher à me provoquer mais sachez que je réponds aisément à tout ça. »

Elle avait juste peint un air froid et dénué d’émotions sur son visage. Ca ne servait à rien de dévoiler plus pour ces gnomolds. Elle avait eut un moment de faiblesse en pensant que ces créatures avaient souffert dans le passé mais encore une fois, elles prouvaient que ce n’était que des êtres entre l’homme et la bête.

« Vous regretterez de laisser une chance à ces créatures du cauchemar. »

« On a bien réussi à vous laisser une chance et on va le résultat grâce à Ernold. »

Rézar émit un rictus de mécontentement. Ce n’était même pas une pique mais simplement la vérité. Pour autant, si ce trio ne se dépêchait pas, ils allaient faire un petit massacre de démons devant leurs yeux.

« Vous les récupérez alors ou non ? Ou faut qu’on fasse un peu de ménage parmi les membres ? Genre, on peut tuer tous les adultes et on vous laisse les enfants. »

« Il vaut mieux que tu arrêtes de dire des conneries maintenant. Laissez les cages ici. On va s’en occuper … et saches que tu m’es clairement antipathique. »

« HAHAHA ! On rend service et voilà le résultat. On est considéré comme un malpropre. C’est bien dans le caractère des humains de se comporter de la sorte. Bon bon bon … On va continuer la chasse aux démons alors, c’est un bon sport aussi. »

Il valait mieux qu’elle ne réponde pas. Royan et Elen n’avaient pas pris la parole, comprenant que la situation était vraiment tendue. Rézar la regarda avant d’émettre un petit grognement, se tournant vers les autres gnomolds pour leur dire d’évacuer. Quelques minutes plus tard, ils étaient devant une dizaine de cage, chacune contenant deux à cinq démons au grand maximum. Manelena se tourna vers les autres :

« Essayez voir de compter le nombre de démons au cas où. Je dirais une quarantaine au grand maximum mais nous ne sommes jamais trop sûr. Royan, Elen ? Vous pourrez ensuite retourner à la capitale et ramener des soldats avec vous ? Et aussi de quoi cacher ces cages ? Si nous emmenons les démons à découvert, cela risque de faire beaucoup de grabuges. »

« Pas de souci ! Je pars tout de suite ! Enfin … euh … Avec Royan ? S’il est d’accord. »

« C’est assez saugrenu de savoir que même dans mon propre royaume, je dois t’écouter, Manelena. Enfin bon … C’est pour un avenir meilleur. Allons-y, Elen. »

Et les voilà tous les deux partis. Elle était seule maintenant face aux nombreux démons. Elle remarquait certains qui étaient belliqueux, malgré qu’ils n’étaient pas armés. Ah oui, certains étaient blessés, sûrement ceux qui avaient chercher à défendre leurs compagnons. Pour autant ,cela ne vient pas l’apitoyer,

« Il vaut mieux pour vous que vous évitiez les conneries, d’accord ? Je parle de toi à droite. Tu ne voudrais pas être le seul à mourir salement, non ? Vous avez une chance de survivre, il vaut mieux pour vous que vous évitiez de la gâcher. »

Et pour bien montrer qu’elle ne plaisantait pas, voilà qu’elle fit apparaître son armure noire sur l’intégralité de son corps, tenant fermement son épée dans la main avant de la planter dans le sol, laissant voir quelques arcs électriques en sortir. Aussitôt, quelques démons commencèrent à bafouiller, apeurés :

« C’est … c’est… C’est elle dans les rumeurs ! »

« Celle qui … celle qui a terrassé les soldats de notre armée ! On dit qu’elle massacrait sans aucune difficulté même nos plus grands soldats ! »

Hmm ? C’était quoi ces rumeurs ? Pas qu’elle trouvait ça déplaisant, non. C’était même le contraire. C’en était presque amusant. Au moins, dans le monde souterrain, elle était déjà connue. Et puis, autant jouer sur ça.

« J’imagine que le nom de Tery Vanian ne vous dit rien du tout, n’est-ce pas ? C’était mon compagnon avant qu’il n’ouvre les portes démoniaques. »

« Te … Tery ? C’est … Dis … C’est pas le nom du démon qui accompagne la princesse Elise ? Je crois que si, non ? »

Et bien, les démons avaient envie de parler, n’est-ce pas ? Pour autant, elle ne fit aucune réelle remarque à ce sujet. Ils étaient déjà assez effrayés .. mais en même temps, ils parlaient pour ne plus avoir peur de la femme en armure noire. C’était compréhensible et … amusant aussi en un sens … mais en même temps, c’était assez … perturbant, non ?

« Qu’est-ce qui … Qu’est-ce qui va nous arriver, maman ? »

« Je ne sais pas. J’ai entendu des rumeurs … comme quoi, certaines personnes de la surface dévoraient les démons mais … mais … »

Hey hey hey ! C’était peut-être l’heure d’arrêter là non ? C’était quoi ça ? Dévorer les démons ? Encore qu’à Mékalarma, ce n’était pas impossible que ça soit pas le cas. Bon, de toute façon, elle toussa légèrement avant de crier :

« BOUCLEZ LA DES MAINTENANT ! SINON VOUS AUREZ PEUT-ÊTRE LA CONFIRMATION QU’ON VA VOUS BOUFFER ! »

Bon … D’accord, le rôle de reine de Shunter, en utilisant un tel langage, elle n’est pas sûre que ça soit sa meilleure représentation mais bon … Qu’importe, elle était pas là pour faire dans le social ou se faire aimer de toute façon hein ?

Mais au moins, le silence était arrivé … et ils s’étaient tous calmés. Bien bien bien ! Ils allaient pouvoir faire de grandes choses tous ensemble hein ? Enfin bon … Fallait juste que les autres arrivent et cela ne tarda pas, enfin une trentaine de minutes.

Il y avait bien une centaine de soldats et tous étaient aussi étonnés les uns que les autres de voir ces différentes cages. Ils se regardèrent avant de se tourner vers le roi Royan, semblant attendre le reste des consignes. Avec lenteur, Royan leva la main.

« Sortez les cordes, attachez les aux bêtes et emmenons ces cages dans la capitale mais par un autre endroit que les portes principales. »

Des bêtes ? Ah oui … Trop concentrée sur l’armée, elle n’avait pas remarqué que oui, il y avait aussi une dizaine de bêtes cornues quadrupèdes qui accompagnaient les soldats. Hmm … et il y avait aussi des charrettes. Elle se tourna vers Elen qui était revenue à sa hauteur, lui demandant en désignant le tout :

« C’est ça donc qu’il a prévu ? Hum … Et c’est quel endroit où il veut que l’on passe ? De toute façon, avec ce nombre de personnes, la discrétion est fichue. »

« Je n’en sais trop rien, je dois t’avouer malheureusement. Juste que tout fût assez rapide. Les démons n’ont pas été problématiques de ton côté ? »

« Disons qu’ils sont juste effrayés que je tente de les dévorer. Rien de plus, rien de moins. »

« Euh … C’est à ce moment que je dois te demander de quoi tu parles ou … »

« Tu fais comme tu tu veux, Elen. Bon, je vais aller aider les soldats et Royan. Je suis sûre qu’ils vont faire du mauvais travail sans moi. »

« Euh, je vais venir les aider aussi. Mais bon, je veux juste d’abord regarder un peu les démons. A part Elise et Tery, j’en ait jamais vraiment vu. »

« Pas faux, tu n’étais pas présente pendant les différents combats contre eux. Pas de bêtises. »

Des bêtises ? Est-ce qu’elle la prenait pour une enfant ? Elle valait mieux que ça hein ? Mais après, c’était peut-être la façon à Manelena de lui dire de faire attention au cas où. On ne savait jamais trop comment les démons pouvaient réagir en sa présence. Elle s’approcha des cages, passant à côté d’elles, jetant un œil aux personnes à l’intérieur.

« Les pauvres … J’espère vraiment que cette idée sera bonne. »

Car oui, ce n’était pas tout. Ils ne pouvaient pas forcer les différents peuples à accepter les démons comme ça. Et il fallait aussi que les démons acceptent de faire des efforts. Mais ces démons ? Ils ressemblaient ni plus, ni moins, aux autres races habitant à la surface de cette planète. Par contre, ils possédaient tous des lignes d’Alzar, cela ne faisait aucun doute à ce sujet. Etait-ce une mauvaise chose ? Elle en savait trop rien.

Mais bon … maintenant qu’elle avait fini, elle retourna auprès des autres. Mettre les cages sur ces charrettes et zou. Ca donnait vraiment l’impression qu’ils étaient de futurs esclaves. Elle n’était pas certaine que ça soit très bon à montrer au public. Mais bon, ah oui, c’est vrai que Royan avait pensé à tout.

« Restez calmes et rien de mal ne se passera, d’accord ? »


Royan s’était adressé aux démons enfermés dans la première cage, demandant ensuite aux soldats de poser un long tissu pour cacher à la vue de tous l’intérieur de la cage. Avec ça, impossible de savoir, sauf si les démons faisaient du bruit, mais bon, il venait de leur expliquer qu’il valait mieux ne pas trop en faire s’ils ne voulaient pas d’ennuis.

« Bon, au moins, ils sont réceptifs, c’est déjà ça. »

« En un sens, ils ont pas trop le choix s’ils veulent pas avoir d’ennuis hein ? Ils sont emprisonnés, affaiblis et les gnomolds sont pas vraiment ce que l’on peut appeler des êtres « sympathiques », Royan. »

« Je le sais bien … mais peut-être que nous allons assister à un événement historique ! »

« Si seulement, Royan, si seulement. Mais gardes donc cette motivation, c’est vraiment très important dans ces moments-là, je t’assure. »

Elle disait cela avec un peu de nonchalance. Royan avait retrouvé le sourire et surtout l’entrain. Bien entendu, on parlait d’un adolescent amorphe qui était devenu un jeune adulte revanchard. Bref, ce n’était pas comme s’il allait réagir comme Elen hein ?

« Ah … Bon … C’est quoi le chemin secret que tu veux prendre ? »

« Oh ? Le chemin secret ? Non non … C’est juste que nous n’allons pas prendre la même entrée par laquelle nous sommes passés pour sortir, Manelena. Il y a sûrement bon nombre de personnes qui nous attendent. Nous allons prendre un autre chemin. »

Moui ! C’était tout autant risqué que le reste. Est-ce qu’il s’en rendait compte ? Pas certaine que ça soit le cas. Bon … Et Elen dans tout ça ? Elle est un peu soucieuse en vue de sa nature divine … mais bon, tout semble bien se passer. Tant mieux en un sens.

Le voyage fut plus aisé que prévu. Elle ne chercha pas à dialoguer avec les démons, préférant les ignorer complètement tandis qu’elle regardait juste ce qui se passait autour d’elle. Moui … Les soldats étaient un peu nerveux et parlaient entre eux. Finalement, elle s’adressa à Royan après une bonne dizaine de minutes :

« Tu as prévenu tes soldats ? De ce que tu comptais faire ? »

« Le moins possible … mais ils sont au courant des grandes lignes. Que je ne compte plus lancer un assaut contre les démons sans raison valable. »

« Hmm … Ouais, c’est vraiment le moins possible. Tu risques des soucis plus tard, enfin, je dis ça, je préfère rien dire. »

« Oui car de ton côté, ils ne sont même pas au courant, c’est bien ça ? »

Elle ne fit qu’hausser les épaules. Ce n »était pas à elle d’en dire plus à ce sujet. Le jeune homme aux cheveux bleus ne chercha pas à dialoguer plus qu’il n’en fallait, la capitale de Traslord se faisant maintenant voir non-loin d’eux. Heureusement, comme l’avait bien imaginé Royan, il y avait beaucoup moins de citoyens par l’entrée qu’ils prirent. En même temps, il semblerait que les rues étaient dégagées.

« J’imagine que c’est de ton fait, tout ça, Royan ? »

« J’ai demandé cela, oui … Bon, j’imagine que certains vont quand même essayer de découvrir ce qui se passe mais qu’importe, je ne peux pas emprisonner mes citoyens simplement parce qu’ils désirent se renseigner. »

« Oui, enfin bon, si ça commence à se propager … et puis, tes soldats ne seront pas parfaits, ils vont donc parler. J’espère que t’as prévu un sacré bon discours. »

« Je verrais en temps et en heure. Il faut déjà que j’emmène ces … cages dans une section de la ville qui est désertée depuis des années. »

Ah. Des quartiers abandonnés, elle connaissait ça dans Midès. Hum … Et elle voyait parfaitement ce qu’il avait en tête. Elle soupira avant de dire :

« Tu fais des choses dangereuses, Royan. Tu vois peut-être trop grand. »

« Ils seront sous bonne garde et ne pourront pas quitter ce quartier, tu n’as pas à t’inquiéter, je sais ce que je fais, Manelena. »

« Oui … Peut-être. C’est chez toi qu’ils vont habiter, ce n’est pas à moi de te donner les consignes. Et puis, ça ne change pas qu’il reste les gnomolds à gérer. »

« Chaque chose en son temps. Nous avons dit que nous allions parler avec Ernold, non ? »

Oui. Qu’ils mettent toute cette histoire au clair avec les gnomolds et les démons. Le vieux archimage avait intérêt à délier sa langue car c’était lui qui tenait les clés de bon nombres de secrets dans ce monde … dont cette relation entre ces deux races.

Chapitre 23 : Pour eux

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 23 : Pour eux

« Quelle galère … mais quelle galère. »

« Ca n’a pas l’air d’aller fort, Manelena. La discussion avec Royan n’était pas si chouette que ça ? Je vous aie vus tous les deux dans les jardins. »

Manelena s’immobilisa. Vus ? Est-ce qu’elle avait aussi entendu la conversation ? Ses yeux rubis étudièrent le visage de la demoiselle à la chevelure blonde, cherchant à voir une réaction chez elle. De ce qu’elle remarquait, rien de rien.

« Disons que … nous avons eut fort à faire avec tout ce qui s’est passé. Mais bon, la solution finale n’est pas encore trouvée pour ne pas changer. »

« Ca a l’air franchement compliqué. Je n’ai pas eut tous les détails mais … de quoi parliez-vous tous les deux, je peux savoir ? »

« Hum … Rien de bien im… qu’est-ce que je racontes là ? » murmura Manelena en poussant un profond soupir. Même elle ne croyait pas ses propres paroles.

« Je ne sais pas ? Je ne suis pas dans ta tête, hein ? Mais vas-y, je veux bien t’écouter. Tu as l’air de vouloir te confesser, hein ? »

Se confesser ? Elle fronça les sourcils. Pourquoi utiliser ce terme en particulier et pas un autre ? Elle … n’aime pas ça. Elle a l’impression qu’Elen a tout entendu et veut se jouer d’elle. Est-ce que ça lui fait tellement plaisir ?

« Ce n’est pas une confession car je n’ai rien à me reprocher, Elen. Non, simplement, je réfléchissais par rapport à Elise et Tery, tout simplement. »

« Hum hum … Est-ce que tu veux … en parler ? Vu que ça concerne Tery, je suis quand même intéressée, tu sais ? »

Bien entendu qu’elle est intéressée. Pas besoin d’être une surdouée pour comprendre que dès que ça parle de Tery, elle voulait en savoir plus hein ? Manelena poussa un léger soupir de dépit avant de reprendre d’une voix calme :

« Qu’est-ce que tu veux savoir exactement ? On réfléchissait juste … à l’idée de pouvoir communiquer calmement et en paix avec les démons, c’est tout. »

« Et donc, permettre à Tery de revenir à la surface sans qu’il y ait un risque de se faire lyncher par les soldats et autres, non ? Mais … tu n’oublies pas une petite chose ? »

« Hmm ? Laquelle ? Tu sembles certaine de ce que tu vas avancer mais fais attention à ne pas raconter de bêtises. Je ne suis pas vraiment d’humeur pour cela. »

« Ca ne sera pas une bêtise puisque ça parle de Tery. Simplement, il ne faut pas oublier que c’est lui qui a ouvert les portes démoniaques. Et que les rumeurs partent vite, très vite, et se propagent à une vitesse folle. Avec Royan, pas de soucis, mais les autres nations ? Lorsqu’elles vont apprendre qui est le responsable de tout ça ? »

« Je vois où tu veux en venir mais en même temps, tu te tracasses pour pas grand-chose. J’ai déjà pris mes dispositions à ce sujet. »

« Ah bon ? » demanda Elen, visiblement surprise par les propos de la reine de Shunter. Celle-ci eut un petit sourire, comme si elle venait de gagner une bataille par rapport à la femme en face d’elle. Elle déclara doucement :

« Si Tery ne peut plus vivre dans une ville, il n’aura qu’à habiter isolé du reste du monde. Il n’aura pas besoin forcément d’être entouré par de nombreuses personnes mais quelques êtres pourront aller le retrouver et ainsi de suite. »

« Euh … Et donc, tu voudrais qu’il vive sans personne comme un paria ? Est-ce que tu réfléchis un peu à ce que tu dis ? C’est quand même monstrueux hein ! Tery ne mérite pas un tel sort ! Même s’il est vrai qu’il a eut quelques soucis dans le passé à cause de cette fichue voix dans sa tête, il n’a pas à être ainsi ! »

« Et tu as une meilleure idée donc ? Je t’écoute, vu que tu sembles si intéressée par ça. »

Oui, elle avait répondu avec ironie, n’appréciant guère le ton employé par Elen. Sincèrement, si elle avait une meilleure idée, elle n’attendait que ça ! Qu’elle la présente ! On ne pouvait pas faire toujours comme on voulait hein ? Qu’elle comprenne ça ! La vie n’était jamais rose ! Ce n’était pas aussi facile que dans les contes pour enfants !

« Il faut que Tery soit reconnu comme un symbole de paix entre les démons et le monde de la surface. Déjà qu’il était pas très apprécié à cause de ses actions pour te sauver. »

« Je le sais bien mais c’est ça ton idée de génie ? J’espère que tu plaisantes car ça n’a rien de bien fameux, tu le sais ? Car c’est ce que nous avions déjà prévus même s’il n’est pas possible pour nous d’interagir sur le choix des ambassadeurs. Il faut juste espérer que Tery soit assez malin pour envisager ça avec Elise. »

« Tery n’est pas plus bête qu’un autre. Je te rappelle qu’il y a quelques années, il habitait dans un village perdu non-loin d’une montagne de Shunter. Aujourd’hui, je crois que son nom est assez connu dans le monde entier … et je suis certaine que même sous la surface, dans le royaume démoniaque, il doit être très connu. De ce que tu m’as dit, il dirigeait une armée non ? Donc à partir de là … »

Ce n’est pas une discussion de sourdes mais elle a l’impression que c’est toujours la même chose, qu’importe la personne en face ou le sujet final. Pour autant, elle ne cherche plus à être exaspérée, ça ne mènerait à rien de bon.

« Ce n’est pas parce qu’il est connu que les gens vont lui pardonner. C’est bien ce que je pensais, tu ne vois qu’avec des yeux candides. Tu n’as aucune idée de tout ce qui s’est passé pendant ces mois où tu étais isolée du reste du monde. »

« Je dirais bien « la faute à qui » mais vu que c’était pour mon enfant avec Tery, je ne peux pas t’en vouloir. Pour autant, ce n’est pas une raison pour m’insulter comme ça. J’essaie aussi de trouver des solutions pour ramener le père de mon enfant, tu es priée de ne pas l’oublier, Manelena. La petite fille qui dort paisiblement est celle de mon union avec Tery. »

C’était elle ou alors, elle n’arrêtait pas d’appuyer sur la relation entre elle et Tery ? Elle donnait … vraiment … l’impression d’avoir entendu la discussion avec Royan. Si tel était le cas, elle arrivait à se contrôler bien mieux qu’auparavant, ce qui était tout à son honneur. Par contre, le sien, celle de la reine de Shunter, difficile d’en dire grand-chose.

« Sinon, pour les démons, si on veut quand même faire attention à ce que l’on risque de faire, y a peut-être une autre solution mais … je ne sais pas trop quoi en penser. »

« Dis toujours ? Je ne sais pas trop ce qui nous attends donc bon … Il vaut mieux pour toi que tu poses la question, non ? »

« Au lieu de laisser les démons s’installer en liberté, pourquoi ne pas les mettre dans un environnement fermé ? Ca fait … un peu cruel … comme ça mais en même temps, ça ne veut pas dire qu’on ira les maltraiter hein ? Simplement, on installera quelques barrières et autres, on leur dire qu’ils peuvent vivre ici mais qu’ils ne doivent pas sortir de cet endroit. »

« Il n’y a que peu de chances qu’ils écoutent et obéissent, tu t’en rends compte ? »

« Je … le sais bien mais bon, on ne peut pas faire comme si de rien n’était hein ? Je faisais que proposer une idée, moi. Et puis, je sais bien que ça va les embêter pas mal car ils auront l’impression d’avoir quitté ce monde souterrain pour se retrouver à nouveau enfermés mais il vaut mieux faire par étape que tout d’un coup, surtout quand on ne sait pas du tout ce qui risque de nous attendre en face, tu ne trouves pas ça logique et normal ? »

« Hum hum … Si … Si … Je suis d’accord avec toi. C’est juste étrange que ça soit toi qui ait imaginé ça, c’est tout. Je suis plutôt surprise. »

« Tu peux éviter d’être aussi insultante en me le disant en face comme ça ? C’est vraiment vexant, tu sais hein ? Enfin bon … Qu’est-ce que tu en dis ? »

« Ce n’est pas une mauvaise idée. Contrôler les flux de démons, leur permettre un endroit où vivre mais sous surveillance, c’est une bonne chose. Et puis, cela évitera les débordements. En même temps, il va falloir établir quelques règles. »

« Ah bon ? Quelles règles ? » demanda Elen qui n’avait peut-être pas imaginé tout ça plus loin qu’il ne le fallait en fin de compte.

« Pour éviter un drame ou autre. Je ne veux pas qu’on nous compare à ce que les mékarlarmiens font ou même certains clans d’Honoros d’après ce que les ambassadeurs ont dit à ce sujet. Nous les acceptons, nous les tolérons, mais nous ne devons pas commencer à les réprimer ou à les considérer plus bas que terre. »

« Oh ! Tu veux dire, les considérer comme nous autres, des êtres normaux ? Après tout, Tery, à part ses cornes, pareil pour Elise, ils sont pas différents, hein ? »

« C’est exact … mais tu as plus ou moins compris ce que je voulais dire. Ah … Qu’est-ce qu’on ferait pas pour essayer de retrouver ces deux imbéciles. D’ailleurs, Elen, je me suis toujours posé une question. A toi de voir si tu veux y répondre franchement ou non, je ne t’empêcherais pas de ne pas vouloir me donner de réponses. »

« Ne fait donc pas durer le suspens. Si tu as une idée en tête, il vaut mieux que tu me le dises tout de suite non ? Plutôt que de tourner autour du pot. »

« Et bien, j’ai l’impression de me répéter mais … tu n’en veux pas à Tery pour ce qu’il a fait ? Son but était vraiment de te tuer, tu sais ? Et je ne crois pas qu’il était au courant pour l’enfant … mais en même temps, il l’a mis en danger elle aussi. »

« Bien entendu que je lui en veux … et même terriblement mais en même temps, qu’est-ce que je peux penser d’autres ? Tery a été un imbécile qui a encore écouté une voix plutôt que ses amis. J’aimerai surtout pouvoir le soigner … et trouver une solution par rapport à cette voix mais je ne sais pas si c’est possible de régler ça. »

Ah non ! Pas de regard triste de la sorte. Pas que cela l’affectait … mais elle n’aimait pas ça. Surtout qu’elle savait pertinemment qu’Elen avait bien changé depuis le jour où justement Tery l’avait attaquée … comme si elle comprenait qu’elle aussi avait dépassé les bornes depuis longtemps. La femme aux cheveux blonds baissa les yeux, murmurant :

« Mais après … Tery est l’unique homme que j’ai aimé, c’est mon premier amour et n’importe quelle femme un peu sensée aurait été voir ailleurs après une attaque de la sorte mais … je ne peux pas m’empêcher de me dire que … je veux qu’il s’explique, je veux qu’il se fasses pardonner, je veux qu’il se mette à genoux et déclare qu’il ne recommencera plus. »

« Je vais finir par avoir de la peine pour Tery si c’est vraiment tout ce que tu veux, tu sais ? Le pauvre ne mérite peut-être pas un tel sort, non ? »

« Oh que si … Mais après, je ne comptes pas le martyriser. Juste le forcer à exprimer ouvertement ses erreurs et à ne plus jamais recommencer, c’est tout. »

« Hmm … Tu es plutôt dominatrice comme femme, Tery le sait ? »

Pour toute réponse, Elen ne fit qu’un petit sourire. C’était juste … sa façon à elle d’exprimer son amour envers Tery. Elle n’allait plus l’étouffer comme auparavant, simplement, il fallait mettre les points sur les i et pour cela, il fallait que le jeune homme revienne.

« Bref, Manelena, je veux que dorénavant, si y a un projet par rapport aux démons, je veux en être, d’accord ? C’est possible ? »

« Tu sais que « vouloir » quelque chose et l’exprimer face à la reine de Shunter, on pourrait en pendre ou guillotiner pour moins que ça, hein ? »

« On pourrait, on pourrait mais on ne le fera pas, n’est-ce pas ? Tu n’as aucune réelle raison pour cela et puis, je crois que quelques personnes t’en voudraient. »

Humpf ! Elle ne répliqua pas à cette remarque car … elle était véridique, tout simplement. Pour autant, cela ferait du bien de rappeler à Elen leurs positions sociales … mais … après tout, elle n’avait jamais chercher à profiter de son statut de reine auparavant, ce n’était pas pour que ça soit le cas maintenant.

« Si tu veux, tu n’as qu’à m’accompagner, je dois expliquer ton idée à Royan. »

Et pas uniquement à ce dernier. Il fallait aussi que sur le chemin, elle évoque le cas des gnomolds à Elen. Celle-ci les connaissait un peu, non ? Qu’est-ce qu’elle penserait de leurs réactions et de tout le reste. C’était plutôt important à savoir et à ne pas oublier.

Quelques minutes s’écoulèrent et elles étaient toutes les deux dans la salle du trône. Inna et Hérik étaient déjà présents. Par contre, pas de traces de Rézar, est-ce qu’il était vraiment parti ? Après la scène d’hier, c’était compréhensible … mais c’était tout autant dommage.

« Oh Elen ! Comment vas-tu ? Les lieux te conviennent ? Et ta fille ? » demanda Royan en venant l’apercevoir. « Désolé de ne pas pouvoir discuter avec vous plus souvent, que ça soit ou la mère de Tery mais … des obligations font que je n’ai pas tellement le choix malheureusement. J’espère que tu comprendras. »

« Pas de soucis, pas de soucis, Manelena m’a mise un peu au courant de votre projet et … bon … comme toi avec Elise, tu comprends que moi … avec Tery, je voulais me sentir concernée par tout ça. J’espère que ça ne te dérange pas donc que je viennes vous voir pour pouvoir discuter tous ensemble à ce sujet hein ? »

« Pas de soucis, c’est normal. Il s’agit de Tery … et c’est autant pour lui que pour Elise que l’on fait ça. Avant, est-ce ta fille se porte bien ? Enfin, mes nourrices ne causent aucun tort à cette dernière hein ? Car … Elles ont été très présentes pour moi après la mort de mes parents et je sais que mes frères les adoraient. Leurs familles s’occupent de celle royale depuis des générations, je ne voudrais pas qu’elles te rendent mécontentes. »

« Hahaha ! Oh que non, pas de souci. Elles sont parfaites et moi comme madame Vanian, on en apprend toujours un peu plus en les regardant faire. Ne t’en fait pas ! »

« D’accord, d’accord. Ce sont des femmes vraiment exceptionnelles, je tiens à te le dire. Elles savent comment s’en occuper … à la traslordienne. Mais comme chaque nation a aussi ses propres façons de s’occuper des enfants … »

« Je crois que tu te compliques la vie pour pas grand-chose, Royan. Tant que mon enfant dort paisiblement et est heureux, je le suis tout autant. »

« Pas de soucis alors … Je n’étais pas sûr et je préfère toujours demander au cas où. Disons que la dernière fois qu’elles se sont occupées de moi remonte à très longtemps. »

« Oh … Et tu penses que cela leur manque beaucoup ? »

« J’ai plus l’impression qu’elles pourraient faire du zèle et je ne veux pas que cela te porte préjudice. Enfin bon, passons à autre chose. Tu voulais discuter avec nous au sujet des démons, c’est bien ça ? J’imagine que Manelena t’a mise au courant. »

« C’est exact, c’est même pour cela que je suis ici actuellement. »

« Alors, tu peux t’installer. Vu que cela te concerne directement, c’est nécessaire que tu sois là. Nous étions en train de discuter par rapport aux Gnomolds. Nous avons quelques difficultés à essayer de trouver un terrain d’entente avec eux … par rapport aux démons. Il semblerait qu’ils aient une histoire assez compliquée avec eux. »

C’est ce qu’elle avait compris. D’ailleurs, les gnomolds n’étaient plus dans les environs. Ces derniers temps, elle avait bien remarqué, d’ailleurs, en arrivant dans la capitale de Traslord, du moins, l’une des trois, elle avait bien vu la présence de ces créatures.

« Qu’est-ce que l’on peut dire exactement à leur sujet ? Manelena m’a un peu raconté mais y a t-il plus de détails à savoir ? »

« Malheureusement, on en sait rien du tout. Les Gnomolds haïssent les démons encore plus que les humains et il semblerait que cette histoire date depuis très très longtemps. Pour autant, s’ils ne veulent pas parler, nous ne pouvons pas les aider. »

« Si on m’avait dit qu’un jour, on essayerait de faire une relation amicale avec les gnomolds. » marmonna Manelena, passant une main sur son visage. Elle était un peu exaspérée par la situation, surtout qu’elle ne pouvait rien y faire pour tenter d’arranger tout ça.

« Vu que nous avons rencontré Ernold, on sait parfaitement qu’ils ne sont pas tous inamicaux hein ? On va quand même pas leur en vouloir pour ça, n’est-ce pas ? »

« Disons que s’ils nous mettent des bâtons dans les roues, faudra réagir en conséquence, c’est tout, Royan. Notre idée n’est pas mauvaise et je ne veux pas l’abandonner à cause des gnomolds. Est-ce que les lettres sont parties ? »

« Pour Rokar et Ernold ? C’est fait, c’est fait. Même si je ne sais pas pourquoi tu voulais contacter Rokar, est-ce qu’il va vraiment être si utile que ça ? »

« Il a une très forte influence dans son clan et parmi de nombreux gnomolds. J’imagine qu’il doit en exister d’autres, des gnomolds comme lui, dans le monde mais vu que je ne les connais pas, je ne vais pas m’intéresser à eux. »

« C’est vrai … Enfin bon … On va juste patienter et on verra ce que ça donnera donc d’ici quelques jours. J’espère qu’ils ne vont pas créer trop de problèmes. »

« Si cela doit arriver, ils entendront parler de moi, Manelena. Il y a des règles à respecter et les gnomolds ne font pas exception à la règle. »

« Si seulement … on a aucune nouvelle des autres hein ? C’est confirmé ? »

Il hocha la tête positivement pour signaler que oui, il n’y avait rien du tout. C’était triste mais bon … Ils ne pouvaient rien y faire pour le moment, il ne fallait pas que Manelena l’oublie. Pendant ce temps, Elen s’était rapprochée du couple d’honoriens, les regardant avec un petit sourire amusé avant de dire :

« Vous allez bien tous les deux ? Royan et Manelena ne vous embêtent pas trop ? »

Comme un peu étonné qu’elle parle aussi familièrement de deux personnalités royales comme si de rien n’était, Herik resta perplexe pendant quelques secondes avant de se prendre un coup dans la hanche de la part d’Inna :

« Tu pourrais répondre à la demoiselle hein ? Elle ne va pas te manger non plus. »

« Non mais enfin bon … Tu n’es pas obligée de me forcer de la sorte non plus hein ? »

« Il le faut bien, tu es toujours autant intimidé devant les autres. Dire qu’au combat et ailleurs, c’est tout le contraire, une vraie bête ! »

« Inna ! Ca ne se dit pas à voix haute ces choses là ! »

« Oh … Tu parles par rapport au combat ? C’est pas faux. » déclara la demoiselle en éclatant de rire, Elen ne faisant que sourire doucement, attendant qu’ils lui répondent. « Enfin bon, vous en faites pas, mademoiselle … Elen. Je le taquine un peu mais sinon, nous sommes très bien accueillis par le roi de Traslord. Nous nous attendions pas d’ailleurs à ce qu’il nous accepte aussi vite, on a été plus étonnés qu’autre chose. »

« Hahaha, je vois, je vois. C’est vrai que d’après ce que Manelena m’a dit, Royan a été assez … « difficile » ces derniers mois mais ça va beaucoup mieux maintenant. »

Petit sourire encore de la demoiselle aux cheveux blonds. Elle était visiblement très amusée par le couple … et jalouse un peu. Oh bien entendu, elle évitait de le montrer directement car ça ne se faisait pas. Ils étaient tous les deux agréables.

« Mais bientôt, nous allons devoir retourner dans nos clans respectifs, enfin notre clan maintenant vu qu’ils ont fusionnés. La seule inquiétude réside dans leurs réactions par rapport aux démons. Nous étions plutôt opposés à tout contact pacifique avec eux mais je pense que l’on pourra faire entendre nos voix par rapport à ce qui se passe. Nous voudrions juste avoir quelques nouvelles par rapport aux gnomolds avant de partir. »

« D’ici une grande semaine, je pense que vous aurez vos réponses. Ca fait déjà une semaine non ? Vous pouvez reporter votre départ d’une semaine encore, non ? »

« Je pense que c’est un peu plus compliqué que ça mais je laisses Hérik gérer tout ceci. Ce qui est plus ou moins intellectuel, c’est son domaine. »

Et voilà qu’elle repartait dans un rire de sa part. L’honorien passa une main derrière son crâne, se grattant le derrière de l’oreille droite d’un air gêné. Ah … Il finit par murmurer :

« Je m’excuse de la conduite de ma femme. Elle est vraiment … unique, dira t-on. AIE ! »

« Tu veux voir qui finira unique et seul s’il continue à parler de moi comme ça hein ? »

Ah … Oui, elle était vraiment jalouse en fin de compte. Une telle complicité dans ce couple, c’était un peu rageant mais bon … Ah ! Elle s’excusa, signalant qu’elle allait revoir sa fille. De toute façon, ce n’était pas comme s’ils avaient des choses à faire non ? Elle se dirigea vers la sortie de la salle du trône mais les double portes s’ouvrirent, un soldat alarmé s’écriant :

« ROI ROYAN ! ROI ROYAN ! Les gnomolds sont de retour ! »

« Excellente nouvelle mais … pourquoi cette peur dans la voix ? »

« Ils … Ils … Ils ont ramené des démons avec eux ! » termina de dire le soldat. Des démons !

Chapitre 22 : Un refus catégorique

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 22 : Un refus catégorique

« Bon … Il y a un autre souci auquel nous n’avons pas pensé tout de suite et … cela risque d’être assez problématique à vrai dire. »

« Lequel, Manelena ? Ca a l’air de beaucoup te contrarier à première vue. De quoi est-ce qu’il s’agit exactement ? » demanda Royan, les têtes se tournant vers elle.

« Les Gnomolds. On ne doit pas les oublier. Ils ont été vraiment très utiles mais … ils haïssent les démons. Il va falloir que l’on discute avec Ernold ou alors … le membre de la famille de ce gnomold que Tery déteste. Je ne sais plus son nom. »

« Rokar, Manelena, Rokar. Je ne devrais même pas acceptée que vous lui parliez en ma présence … surtout en vue de ce qu’il a fait à mon mari mais … vu que le sort du monde en dépend, je dois prendre sur moi-même. »

« Vous êtes une grande femme et vous le savez. J’espère que le cousin ou le frère ou je ne sais quelle affiliation il a ce gnomold par rapport à Rokar, j’espère juste qu’il acceptera la discussion car sinon, nous serons dans une impasse. »

« C’es pas faux. Tu préfères que l’on voie avec Ernold ? Mais je ne sais pas s’il a vraiment une figure d’autorité par rapport aux autres gnomolds. »

« L’autre est assez excité en un sens … et je ne suis pas certaine qu’il nous laissera lui adresser la parole dès qu’il apprendra le sujet mais bon … Ernold, ça ne serait pas avant quelques semaines pour que nous puissions le voir. »

« Et nous ne nous pouvons pas nous permettre de perdre trop de temps, c’est exact. » compléta Royan tandis qu’Irna et Hérik restaient silencieux. Elen sembla songeuse, bordant son enfant malgré le sérieux de la situation.

« Pourquoi ne pas voir quand même avec ce gnomold ? Peut-être qu’il pourrait vous en dire plus sur la haine et la rage des gnomolds envers les démons, non ? »

« C’est bizarre que cette idée vienne de toi, Elen, tu sais ? »

Pour toute réponse à Manelena, la femme aux cheveux blonds ne fit que sourire comme si les paroles de Manelena ne la dérangeaient guère. Celle-ci soupira doucement. Elle avait l’impression de s’en prendre à une personne bien trop gentille et honnête, ce qui ne collait pas du tout avec comment Elen se comportait auparavant. Mais voilà, tout avait changé avec la naissance de sa fille et ce n’était pas à ignorer.

« Bon … Allons voir le membre de la famille de Rokar. Rézar si je ne me trompes pas. »

« Il vaut mieux que l’on se rappelle de son prénom si on veut espérer pouvoir discuter avec lui. Pas certain qu’il apprécierait qu’on l’appelle « Le gnomold », Manelena. »

« Ne fait donc pas d’esprit maintenant, Royan. Faut déjà voir s’il est encore dans les environs. Que je sache, tu les as autorisé à se disperser non ? Il y a peu de chances qu’il soit en ville, j’imagine. Ah … Je viens d’y penser maintenant.3

« Y a peu de chances car oui, ils ont eut mon autorisation pour pouvoir se promener librement dans le royaume tant qu’ils n’agressent pas des citoyens. Et ils ont une récompense s’ils retrouvent des démons et qu’ils nous les ramènent. J’imagine que l’on peut attendre sa future arrivée. Cela ne devrait trop tarder. »

Et pourtant, il fallut bien attendre deux semaines pour qu’on lui signale que des Gnomolds arrivaient depuis les environs. Royan fit la remarque à Manelena, celle-ci étant à ses côtés lorsque Rézar et sa troupe se présentèrent à eux, des bourses déjà dans les mains.

« On a fait notre petite livraison habituelle. On a réussi à trouver quelques démons qui ne se sont pas laissés faire. Tant pis pour eux, ils savaient se battre, ils sont morts. Bref ! J’ai entendu que vous vouliez nous voir ? »

« Plutôt toi … Pas que tes compagnons sont inintéressants mais vu que tu es le chef de la troupe, il faudrait que tu nous accompagnes. Nous avons à te parler en privé. »

Le gnomold haussa un sourcil, visiblement peu convaincu par les propos de Royan. Pour autant, il fit un geste à ses compagnons pour signaler qu’ils ont quartier libre. Depuis que l’armée des gnomolds coopérait avec celles de Traslord et Shunter, il n’était plus si rare que ça de voir quelques gnomolds écumer les bars et autres.

« Bon … Qu’est-ce que vous me voulez ? A voir vos mines, c’est pas vraiment pour prendre de mes nouvelles, j’imagine hein ? »

« On voudrait savoir … quelque chose par rapport aux démons. Certains sont naturellement mauvais, de par leur nature profonde, nous sommes d’accord ? »

« Ouais et … ? Vous voulez en venir où avec tout ça ? Les trucs philosophiques, je préfère prévenir que c’est clairement pas mon genre, d’accord ? »

« On voudrait savoir ce que les gnomolds pensent des démons … en général. »

« Des trucs qu’il faut buter. Si on commence à faire la différence, on va pas s’en sortir. Y a une autre question ou pas ? Savoir si on perd notre temps. »

« D’accord. Peut-être qu’il faudrait que je sois plus précis. Par rapport aux citoyens démoniaques, qui n’ont aucune influence sur la guerre, les combats contre les gens de la surface et autres, quelles sont vos actions à leurs présences ? »

« On les crève. C’est la guerre et on a pas le temps de réfléchir à tout ça. Ils sont là au mauvais endroit, au mauvais moment. C’est comme ça pour toutes les guerres. Et comme y a pas de vrai roi ou autre des gnomolds, chaque gnomold agit comme il le faut. Et puis, ce sont des démons, qu’ils crèvent, ça ne pose pas de problème. »

Ah … Vraiment, la discussion allait être très difficile. Un bref regard en direction de Royan et Manelena comprenait parfaitement que même le roi de Traslord était un peu désemparé par rapport à cette franchise de la part du gnomold.

« Et si nous vous disions d’arrêter d’attaquer ces démons innocents ? »

« On vous dira d’aller vous faire voir, royauté ou non. »

Déjà deux gardes se préparaient à réagir. Une telle insulte en leur présence, c’était plus qu’un crime de lèse-majesté ! Ca cherchait les ennuis ! Pour autant, Royan leur signala de ne rien faire du tout, observant comment Manelena allait réagir.

« Ah … Cela veut dire que la relation entre les gnomolds et les nations n’aura pas duré très longtemps. J’imagine qu’Ernold risque d’être grandement déçu à ce sujet mais bon, on ne peut pas lui en vouloir. Il fait son maximum dans tous les cas. »

« Le foutez pas dans cette histoire. C’est quoi cette blague avec les démons ?! Vous avez maintenant une morale par rapport à ces derniers ?! »

Il suffisait juste de prononcer le nom d’Ernold pour que le gnomold s’emporte, ce qui voulait dire que même s’il n’était pas le chef de ces derniers, l’archimage devait être quand même une figure d’autorité ou presque. Intéressant à savoir ou presque …

« Simplement, on veut laisser une chance aux démons non-belliqueux … comme on en laisse une par rapport aux gnomolds. Mais bon, on veut comprendre aussi d’où vient cette haine viscérale par rapport aux démons que les gnomolds portent. »

« Tsss ! Vous avez pas à le savoir ! C’est pourtant pas compliqué comme ça ! Quand je vais devoir expliquer ça à Rokar et les autres, ça va être un putain de bordel. Ca vous amuse de rendre tout ça bien plus difficile hein ?! »

« Non, ça ne nous amuse pas et on ne voit pas pourquoi ça le serait. Simplement, on ne peut pas tout résoudre par la guerre et la et violence. »

« AH ! Quelle blague ! Surtout de la part de la femme qui a participé à toutes ces guerres pendant des années ! Maintenant qu’on devient reine, on se sent poussé des responsabilités qu’on avait pas envie d’avoir auparavant hein ?! »

Cela commençait à devenir critique, bien trop critique et Royan allait devoir intervenir. Pour autant, Manelena gardait un certain calme, presque olympien tandis qu’elle serrait simplement les poings en observant le gnomold.

« C’est exact … et c’est pourquoi je dois changer et vous aussi. Sans une bonne raison pour continuer à agresser tous les démons, je ne vois pas pourquoi nous devrions faire une telle chose. Alors … Donnez-nous des raisons et nous verrons en conséquence. »

« Depuis des siècles voire des millénaires, c’est comme ça. Ca changera pas ! C’est pourtant pas compliqué à comprendre ! C’est pourtant pas difficile à cerner non ?! »

« Ca l’est justement. On a bien vu que malgré les millénaires, certains démons ne sont pas naturellement mauvais. Et il en est de même pour les gnomolds lorsque nous avons appris qu’Ernold était l’entité liée à la magie la plus respectée dans le monde. C’est pourquoi nous devons apprendre et comprendre ce qui vous lie aux démons. »

« Vous avez qu’à lui demander à Ernold puisque c’est comme ça ! Il vous dira rien ! »

« C’est bien ce que nous comptons faire … mais le temps que nous nous rendions jusqu’à lui, cela va prendre un peu de temps. Ca serait beaucoup plus simple et nous faciliterait l’existence si vous décidiez d’emprisonner les démons que vous trouvez et que vous nous les ramenez. »

« Tsss ! Vous faites une effroyable erreur ! Ces démons sont des putains d’aberrations ! Ils ne reculeront devant rien pour arriver à leurs fins ! »

« Tu n’as sûrement pas tort, je suis même certaine qu’il y a une part de vérité dans tout ça mais … qu’importe, les démons ne sont pas tous néfastes et en tant que … »

« Pour un bon démon, combien y en qui serons prêts à tout ravager ?! »

« Tant qu’il y a une part qui est bonne, cela veut dire que des innocents risquent de mourir pour les actions de leurs congénères. Que pensez-vous de la réaction des citoyens des différentes nations lorsque nous avons autorisé les armées gnomolds à rejoindre les nôtres ? Ils ont exactement eut la même réaction. »

« CE N’EST PAS PAREIL ! ON EN A RIEN A FAIRE DES HUMAINS ! »

« Alors ce que l’on va faire des démons ne devrait pas vous concerner non ? Pourtant, moi-même, le roi Royan, ses deux ambassadeurs de deux clans importants d’Honoros et bientôt le gouvernement de Claudiska, nos quatre nations vont oeuvrer à ce qu’une partie des démons puisse venir à la surface sans se sentir en danger. »

« Putain, putain, putain ! » commença à hurler le gnomold, sortant ses cimeterres, Manelena posant une main sur la garde de sa lame. Même si elle gagnait contre lui, elle ne s’en sortirait pas indemne, elle le savait parfaitement.

Mais c’est le sol qu’il commença à taillader comme un fou, créant des entailles dans celui-ci sans même s’arrêter pendant cinq bonnes minutes. C’est simplement lorsque ses mains, à force de frapper, relâchèrent les armes qui tombèrent au sol, qu’il s’arrêta, essoufflé.

« Fais chier … Fais tellement chier ! C’est tellement … n’importe quoi ! Ce sont des putains de monstres ! C’est à cause d’eux que … C’est à cause d’eux … »

« C’est à cause d’eux quoi ? » demanda Manelena, gardant toujours une main sur la poignée de son arme. C’était étrange … mais Rézar … semblait presque en larmes ? C’était ignoble de voir un gnomold dans cet état, surtout un comme Rézar.

« J’ai pas à le dire ! Ca ne devrait même pas sortir … Fais chier … On leur pardonnera jamais ! Comme on ne peut pas pardonner que vous nous remplaciez ! Je vais aller prévenir les autres gnomolds, on va se barrer de là, c’est tout. »

« Hey ! Attendez un peu quand même. Vous n’êtes pas renvoyés de Traslord ! » déclara enfin Royan alors qu’il n’avait pas pris la parole depuis le début. « Vous pouvez toujours séjourner ici … et si … nous en savions plus à votre sujet, peut-être que … »

« Y a rien à savoir. C’est tout … Vous avez pas à savoir à notre sujet … Pas une question de mérite ou autre. C’est gravé dans nos mémoires, c’est tout. On leur pardonnera pas. »

« Il n’y a aucune chance pour cela ? Malgré si on fait quelques efforts ? »

« Les efforts, ça ne sert à rien dans cette situation. Y a peut-être de bons démons … mais ça ne changera rien, c’est tout. Je m’en vais. On verra comment réagir … Peut-être qu’Ernold vous en dira plus mais y a peu de chances. »

« Si vous ne cherchez pas à vous expliquer, on ne peut pas comprendre. »

Pourtant, le gnomold fit comme s’il n’avait rien entendu. Tous le regardèrent partir, attendant qu’il ne soit plus dans la pièce pour s’observer entre eux. Les réactions … du gnomold étaient étranges, plus qu’étranges mais pourtant …

« Il faut bien que l’on trouve une solution, n’est-ce pas ? Que faisons-nous exactement ? »

« On va faire ce qui était prévu, rien de plus, rien de moins. Vu qu’on ne sait pas pourquoi les gnomolds se comportent ainsi, on ne peut pas vraiment trouver une solution. »

« Je sais bien, Manelena … Mais c’était la première fois que … »

« Je ne veux pas de détails. J’ai vu aussi bien que toi et c’était vraiment laid. C’était pas prévu qu’il réagisse de la sorte. Je sais pas ce que les démons ont fait aux gnomolds mais une chose est certaine, ce n’était vraiment pas sympathique. »

« Je crois que le terme est très mal choisi mais oui … »

Ernold avait toutes les réponses qu’ils désiraient. Mais maintenant, est-ce que malgré tout, ils reportaient leurs actes par rapport aux démons ? C’était une réflexion à ne plus ignorer … et cela malgré leur motivation à résoudre ce problème ensemble.

« Il y a des chances qu’en agissant bien plus rapidement que prévu, nous allions peut-être au devant de nombreux gros ennuis. »

« Cela reste pourtant une idée viable mais avant d’agir dans la précipitation, il vaut mieux attendre que nous ayons obtenu des informations de la part d’Ernold. »

« Il vaut mieux pour lui qu’il parle surtout. Quitte à lui tirer les vers du nez. » termina de déclarer Manelena après les propos d’Hérik et Royan.


Dire qu’elle était mécontente était faible comme remarque. Elle pensait que tout cela allait dans le bon sens, que peut-être, qui sait, une part d’elle-même osait croire à l’idée que Tery allait revenir parmi eux dès qu’il apprendra à ce sujet. Oh bien entendu, Elise aussi hein ? Ce n’était pas comme si elle, personnellement, espérait que Tery revienne. Mais Tery, il y avait sa mère, ses grands-parents, Elen et sa fille qui l’attendaient.

Oui … C’est mieux comme ça. Tery ne devait pas oublier que des personnes espéraient son retour et cela le plus tôt possible. Manelena poussa un léger soupir. C’était dommage … mais la discussion était maintenant terminée. Chacun pouvait retourner à ses petites obligations et Manelena était partie la première, visiblement un peu agacée par la tournure des événements. Ca ne devait pas se passer ainsi et pourtant, c’était le cas ! Quelle imbécillité !

Une heure plus tard, elle avait décidé de s’asseoir sur un banc des jardins royaux du château de Royan. Les plantes et arbres de ce royaume étaient vraiment étranges, hein ? Maintenant qu’elle avait besoin de souffler et penser à autre chose, elle se faisait la remarque. Elle ne trouvait pas cela … laid … mais ça restait étrange ?

« Ah … Tu étais donc ici, Manelena ? » déclara une voix masculine. Facile de la reconnaître, il n’y avait que Royan dans son entourage masculin.

« Où voulais-tu que je sois ? En train de galoper sur mon cheval en direction d’Omnosmos pour tenter de retrouver Ernold et tirer tout ça au clair ? »

« Hum … Je n’y avais pas pensé mais bizarrement, l’idée ne me semble pas déplacée si elle te concerne directement. »

« Arrêtons la les blagues vaseuses. Qu’est-ce qu’il y a ? » lui demanda calmement la femme aux cheveux argentés. « Tu n’es pas là pour me faire un brin de causette, n’est-ce pas ? Ou alors, le roi de Traslord a vraiment peu de choses à faire de son temps. »

« Je ne sais pas trop quoi dire par rapport à la reine de Shunter qui délègue tout son travail à l’un de ces généraux. Tu n’as pas peur qu’il se rebelle ? »

« J’ai été très claire à ce sujet : si je lui permets de diriger pendant que je ne suis pas là, ce n’est pas par refus d’assumer mon rôle mais tout simplement car je l’estime de confiance. Je veux aussi que le peuple de Shunter, qui a beaucoup souffert depuis quelques années, puisse comprendre que l’un des leurs est là au sommet. »

« Ca reste un procédé assez dangereux, tu le conçois quand même ? »

« Je ne suis pas une idéaliste … donc oui, je le sais parfaitement. Comme je sais que … »

« Comme tu sais que si Tery se représente à la surface, dans le royaume de Shunter, il y a de fortes chances qu’il soit reconnu. »

Et donc que cela crée d’énormes problèmes. Elle n’était pas stupide, elle n’était pas idéaliste. Proposer une telle chose, cela se voyait comme le nez sur le visage qu’elle faisait cela à dessein … et pourtant, elle n’en éprouvait aucune honte.

« Comme si c’était simplement pour les démons que l’on faisait ça . C’est tellement peu crédible, n’est-ce pas ? »

« Tellement peu … comme tu le dis si bien, Royan. Je suis ridicule. »

« Si tu l’es, je suis alors encore moins bien placé pour te faire la remarque, tu t’en doutes, n’est-ce pas ? Je dirais pas que nous sommes ridicules. Simplement, nous avons des objectifs personnels qui ne sient pas à notre rang. »

« De base, je ne pensais pas devenir reine de Shunter un jour, tu sais ? »

« Et moi-même, mon statut de … prince me suffisait simplement mais bon … »

« Ah … Enfin bon, c’est la merde, pour ne pas changer. »

« C’est quoi ce langage, d’ailleurs ? Ca ne fait pas très reine de Shunter, tu sais ? »

« Cela fait très maréchale de l’armée donc ça devrait passer. » rétorqua aussitôt la femme aux yeux rubis, haussant les épaules, l’air de rien.

« Ah … D’ailleurs, est-ce qu’Elen est au courant pour toi et … Tery ? »

« Non, elle ne l’est pas. De toute façon, à part la bibliothèque, il n’y a rien eut d’autre donc à partir de là, je n’ai pas à m’en vouloir. »

« Je n’ai pas à juger sur ça de toute façon. Ce n’est pas à moi de te faire la morale ou autre. Enfin bref … Quand partons-nous vers Omnosmos ? »

« Pour aller voir Ernold ? Hum … J’imagine d’ici deux ou trois jours. Penses-tu que nous devrions emmener les deux honoriens avec nous ? »

Hmm … Cela méritait réflexion. Non pas qu’ils poseraient quelques ennuis mais en même temps, Ernold n’apprécierait peut-être pas la présence de personnes qu’il ne connaissait pas ? Surtout que s’ils se rendaient là-bas, c’était bel et bien pour une unique raison.

« On le prends avec nous, Royan. Ca sera mieux. Plus nous serons des membres de différentes nations, plus il comprendre l’importance de notre demande. »

« J’espère surtout qu’il ne nous jettera pas. C’est vraiment la dernière chose dont on aurait besoin en cette situation, tu te rends compte ? »

« Disons qu’avec les démons qui traînent un peu partout, si on peut régler cette situation … et j’aimerai éviter une guerre ouverte avec les gnomolds. »

« Ca serait vraiment la pire chose qui pourrait nous arriver. » soupira Royan après les paroles de Manelena. C’était … C’était … « Avoir des responsabilités avec le poids du monde sur les épaules, c’est vraiment si épuisant et éreintant. »

« Je ne te le fais pas dire. Pourtant, lorsque tu as été maréchale comme moi, tu as le poids de toutes ses vies qui t’entourent sur tes épaules. Ces hommes et femmes qui comptent sur toi pour les emmener à la victoire. Ici, c’est la même chose mais à un niveau plus global, c’est ainsi que je vois les choses. »

« Je vois, je vois … J’ai jamais regardé tout cela … de cette façon. »

« Il faut avoir avoir dirigé une armée pendant longtemps pour avoir une telle vision. Mais bon … Même en étant reine de Shunter, il semblerait que je sois bien trop faible. »

Elle avait fini par se relever, sans plus de paroles par rapport à ce qu’elle venait de prononcer. Royan la regarda lentement mais sûrement. C’est vrai … Il savait pertinemment de quoi elle parlait. Pour elle, montrer ses sentiments ou même les évoquer, c’était une preuve de faiblesse. A partir de là, cette petite discussion entre eux deux … était malvenue.

Chapitre 21 : L’innocence des démons

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 21 : L’innocence des démons

« Normalement, mes éclaireurs devraient être bientôt là. »

« Ah ? C’est vrai que tu as communiqué avec un groupe d’hommes, il y a de cela une semaine. C’était pour cette raison alors ? Mais enfin, parti éclairer quoi ? »

« Et bien … Disons que je voulais juste obtenir quelques informations sur les démons, rien de plus, rien de moins. Après, ce n’est pas un souci hein ? Enfin, par rapport à ton royaume ? »

« Je ne vais pas dire que mon royaume est le tien mais vu que tes soldats ne causent aucun tort à mes citoyens, vous pouvez aisément vous déplacer sans que cela ne me cause de problème. Enfin, c’est pour quelle raison spécifique par rapport aux démons ? »

«J’ai … entendu quelques rumeurs. Je ne dirais pas qu’elles sont déplaisantes mais elles me font me poser quelques questions et c’est pourquoi je voudrais voir pour y mettre un peu d’ordre. Je pense que tu es au courant au sujet des … démons amicaux, non ? »

« Disons que nous avions Elise et Tery pour cela auparavant donc oui, je sais que ça existe … mais tu veux parler de ces démons qui sont sortis des grottes un peu partout et qui proclament qu’ils ne veulent pas se battre ? »

Manelena hocha la tête positivement. Vu qu’il en avait entendu parler, cela allait tout simplement faciliter leur conversation à tous les deux. Craquant son cou en le faisant pencher sur le côté droit, elle reprit la parole après quelques secondes :

« J’aimerai … savoir ce qu’ils veulent exactement. Auparavant, les démons, nous les enfermions dans nos prisons et nous … usions de différentes méthodes pour les faire parler. Vu qu’il s’agissait souvent de démons soldats entraînés, ce n’était pas trop grave … mais si maintenant, certains démons neutres, de simples citoyens, arrivent à la surface … »

« A ce sujet, ça ne serait pas mieux d’interroger le couple venu d’Honoros ? Ils n’avaient pas parlé de ça à un moment ? Ou peut-être que je me trompes, tout simplement. » dit Royan comme pour corriger un peu les propos de Manelena.

« Tu parles des deux là ? Maintenant que tu le dis … c’est vrai. »

« Différents clans faisaient du marchandage avec les démons, non ? Peut-être qu’ils pourraient en parler même s’ils ne sont pas concernés personnellement. Je vais demander aux gardes d’aller les chercher. »

Elle hocha la tête positivement, le jeune homme aux cheveux bleus se levant de son siège avant de se tourner vers l’un des rares qui surveillaient la salle du trône. Elen et la mère de Tery n’étaient pas présentes, la première veillant sur sa fille, la seconde veillant sur la première. C’était assez classique.


Le soldat vint obéir aux ordres de Royan, quittant la salle tandis que Royan observait Manelena. Devaient-ils attendre ici vu qu’il avait donné l’ordre ? Ou se promener dans les couloirs et les rencontrer sur le chemin ? Car inutile de chercher à en faire trop non plus … et que les oreilles indiscrètes obtiennent trop d’informations.

A raison, Manelena indiqua qu’il valait mieux ne pas trop lésiner sur la discrétion et ils se dirigèrent vers la sortie de la salle du trône. D’après ce qu’ils savaient, le couple d’honoriens était autorisé à se promener dans le château. Qui aurait crû qu’un jour, autant de nationalités différentes se retrouvaient en un même endroit, pour des raisons autres que la guerre entre les différentes nations ?

« Vos éclaireurs sont de retour, reine Manelena ! Et ils veulent vous voir absolument ! C’est vraiment important et urgent ! »

« Hmm ? Qu’est-ce que … Ce ne sont pas ceux des démons mais … Mékalarma ? »

C’est vrai. Elle avait envoyé d’autres troupes en direction de Mékalarma, non pas des éclaireurs mais des espions. Seulement, le soldat de Traslord ne pouvait pas vraiment faire la différence et elle ne pouvait pas lui en vouloir à ce sujet. Intimant Royan de la suivre car cela avait une certaine importance, elle se dirigea vers une petite salle pour s’y engouffrer. Il n’y avait bien qu’un bureau, quelques meubles contenant de nombreux livres et une chaise. Dans la pièce, trois personnes encapuchonnées étaient présentes.

« Désolé de vous avoir appeler ainsi, reine Manelena mais les informations sont d’ordre vital et nous devions vous en parler tout de suite. »

« Ce n’est pas bien grave. Calmez-vous et expliquez moi la situation. Vous avez été à Mékalarma, n’est-ce pas ? Hmm … D’ailleurs … Vous n’étiez pas cinq ? »

« C’est … exact … Deux de nos membres sont morts pendant une embuscade. Comme il était convenu, ils ont usé de nombreux sorts et artifices pour nous permettre de gagner du temps. Les Mékalarmiens sont vraiment dérangés et vos craintes se sont avéré fondées … »

« Sur ce point, rien de nouveau à l’horizon malheureusement. Et ensuite ? Qu’est-ce que tu peux me dire d’autre ? Je t’écoute. Par rapport aux démons … »

« Il y a bien eut des captures de démons de tous les côtés. Ces derniers sont enchaînés et torturés dans des cages, un traitement pire que des animaux. Les Mékalarmiens font des tests sur eux … mais aussi leur propre peuple. »

« Leurs propres citoyens ? Comment cela ? Qu’est-ce que tu veux dire par là ? »

« Et bien … De ce nous avons remarqué, il semblerait qu’ils arrachent des parties de leurs citoyens qui ont les lignes de Zélisia. »

Les lignes de Zélisia ? Qu’est-ce qu’ils pourraient faire avec ça ? Pendant un court instant, elle se met à réfléchir avant de finalement dire d’une voix lente :

« Est-ce que ça serait en relation avec ces fameuses armes anti-démons dont les Mékarlarmiens sont si fiers et arrogants ? »

« Il y a de très fortes chances que ça soit le cas. Nous avons d’ailleurs vu ces armes à l’oeuvre. Elles sont vraiment effroyables et pas seulement par rapport aux démons. Nous sommes certains que des dégâts considérables seraient aussi commis sur n’importe qui d’autre. »

« D’accord, d’accord … et ces mékalarmiens blessés ? »

« Ils sont simplement morts. Visiblement, ils n’ont pas une existence très longue après avoir été privé d’une partie de leurs corps. Il semblerait que les personnes hautes placées dans le pays utilisent ces parties de mékalarmiens adeptes de Zélisia pour façonner leurs armes. Et plus ou moins suivant la qualité de la partie, l’arme se brise ou non. Pareil pour la puissance, je dois vous avouer que ce spectacle n’incitait guère à le regarder plus en détail. »

« Compréhensible, parfaitement compréhensible. Ne vous en faites pas, je ne vous en veux pas. Je pense avoir obtenu ce que je désirais. Par rapport aux démons … »

« Là aussi, vous avez demandé des détails sur ces démons et on peut vous certifier qu’il n’y avait pas que des soldats ou des démons aptes à se battre. »

« Hey, tu n’aurais pas oublié un petit détail ? Les quelques honoriens de passage qui traînaient des cages remplies de démons ? » vint dire un second être encapuchonné en donnant un petit coup de coude dans la hanche du premier.

« Des honoriens ? » demanda maintenant Manelena en haussant un sourcil. C’était le genre de nouvelles dont elle préférait ne pas être occultée.

« Oui ! Il semblerait que ces honoriens faisaient du trafic de démons. Dans des cages, entassés les uns sur les autres, même à cette distance, on pouvait voir des enfants, des vieillards et autres. Même si ce sont des démons, c’était juste … horrible à regarder. »

« D’accord, d’accord … Cela risque donc de confirmer ce que le couple d’honoriens va nous dévoiler. Merci pour tout. Notez tout cela sur papier, si vous avez oublié quelques détails. Ensuite, vous pourrez vous reposer. »

« Merci à vous, reine Manelena. » dit le premier être encapuchonné, le troisième n’ayant pas pris la parole au final bien que cela ne dérangeait pas la femme aux cheveux argentés.


Et maintenant ? Et bien … Retour au trône sûrement. Car oui, pendant qu’ils discutaient, le duo d’honoriens avait sûrement été convié par le soldat à venir se rendre dans la salle du trône. Et cela ne loupa pas. Ce fût Royan qui s’adressa tout de suite aux deux personnes :

« Excusez notre absence, nous avons reçu un message urgent pour la reine Manelena et nous ne pouvions attendre. »

« Oh, vous n’avez pas à vous excuser, nous sommes vos invités, nous patienterons autant qu’il le faudra, bien entendu ! »

« Et si vous vouliez nous voir, c’est que cela devait être assez important aussi non ? »

« C’est exact mais ne vous inquiétez pas, rien ne presse. Tout d’abord, est-ce que le séjour chez nous se passe bien ? Etant bien différent d’Honoros, le territoire de Traslord, surtout la zone glaciale où se trouve mon trône, n’est sûrement pas des plus aisés. »

« Hahaha ! Si vous voulez tout savoir … c’est vraiment pas simple mais on tient bon. »

« Néanmoins, si vous avez besoin de confort, vous pouvez me le dire et mes servants feront tout en œuvre pour cela. Vous êtes mes invités, oui. »

« Ca devrait aller, roi Royan. Néanmoins, voulez-vous parler du sujet qui requiert notre présence auprès de vous ? »

« Ah … Nous voulions en apprendre un peu plus sur les démons qui parcourent vos terres. Nous avons reçu quelques informations que … Manelena, est-ce que nous pouvons leur en parler ? Vu que ça concerne les clans d’Honoros ? »

« Nous n’avons rien à y perdre, tout à y gagner … et ils ont montré leur bonne foi depuis déjà quelques temps à mon encontre, donc … aucun souci. » déclara la reine de Shunter, ses yeux posés sur le couple d’êtres aux oreilles pointues, bras croisés à hauteur de poitrine.

« Alors … Les espions de la reine Manelena ont trouver des informations sur les Mékalarmiens. Est-ce que vous étiez au courant que certains de vos clans faisaient du trafic d’esclaves démoniaques avec les mékalarmiens ? »

« HEIN ?! COMMENT CA ?! » s’écria Inna avec rage, Hérik cherchant à la calmer aussitôt tandis que Royan comme Manelena haussaient un sourcil. D’un rapide mouvement de la main, le jeune roi signala aux gardes que ce n’était rien.

« Il semblerait que certains clans n’hésitent pas à faire de la vente d’esclaves démoniaques. Même si ce sont nos ennemis, il y a certaines limites … et elles sont aisément franchies en agissant de la sorte. Vous comprenez ce que je veux dire, non ? » déclara Manelena, ayant pris la parole après les cris d’Inna tout en gardant son calme.

« Pardonnez-là … Même devant les rois et reines, ou même les chefs de clan, elle se comporte assez sauvagement. Elle ne voulait pas vous insulter mais … l’Honneur est un concept qui vraiment la concerne beaucoup et apprendre à ce sujet … que certains qui étaient déjà prompts à faire preuve des plus grandes bassesses … ont décidé de récidiver et montrer qu’ils pouvaient encore tomber plus bas, cela l’enrage et … »

« Hey ! Je suis capable de parler toute seule comme une grande, Hérik ! »

« Est-ce que je peux donc te relâcher tout en espérant que ma main ne se fasse pas mordre ? » demanda t-il d’une voix lente bien que soucieuse. Il semblerait que la morsure ne soit pas une blague de sa part, Inna étant stoïque pendant quelques secondes.

« Oui … C’est bon, je suis calme. Et pardonnez-moi. Comme l’a si bien dit Hérik, je n’ai … je n’aime pas ce genre de réflexions sur un citoyen d’Honoros. Malheureusement, tous ne considèrent pas certaines vertus comme importantes … et n’hésitent pas à ternir notre race. Est-ce que vous pouvez nous en dire plus à ce sujet, je vous prie ? »

Malgré la colère qui était visible en vue de ses poings serrés, elle semblait réussir à garder à peu près son calme, ce qui était plutôt important. Manelena ne fit aucune remarque à ce sujet, se disant que des fois, elle réagissait pareil .. donc qu’elle n’était pas franchement mieux. Elle commença à raconter ce que les espions avaient signalé, que cela soit autant sur les honoriens que sur les mékalarmiens et leurs projets diaboliques.

« Je n’avais déjà pas Mékalarma dans mon coeur mais là … »

« Qu’est-ce que nous devons décider à ce sujet au final ? »

« Par rapport aux démons ? C’est assez compliqué. Ce n’est pas … seulement nous … » commença à dire Royan. « J’aimerais trouver une solution plus ou moins pacifique pour régler tout cela sans qu’il y ait une effusion de sang. Les différentes nations se sont livrées la guerre de nombreuses fois, et cela avec nos différences raciales et autres. Pour autant, cela ne veut pas dire que nous avons capturé et torturé les citoyens des autres nations pour notre bon plaisir. Oh, il y a sûrement eut quelques personnes qui ont agit de la sorte mais ce n’était pas sous les ordres directs de ceux qui régissaient ce monde. »

« Nous ne voulons pas communiquer avec les démons. Nos deux clans n’accepteront pas cela. » commença à dire Hérik d’une voix lente.

« Mais à côté, si on leur explique ce que … nos clans ennemis font comme marchandages avec Mékalarma, la traite des esclaves … Nous pourrions peut-être… »

« J’ai l’impression que nous avons tous la même idée en tête, n’est-ce pas ? » finit par murmure Manelena d’une voix lente.

Elle s’était mise à faire les cent pas. Comme plongée dans ses pensées, on voyait aisément qu’à l’heure actuelle, il n’y en avait qu’une seule qui trottait dans sa tête, une qui était partagée avec tous les autres présents en ce moment précis.

« Vous savez ce que cela veut dire, n’est-ce pas ? Nous avons … très mal accueillis ces démons dès qu’ils ont été capables d’atteindre la surface. »

« De même, ils sont venus avec des armées … ou plutôt des éclaireurs. Cela veut dire qu’ils partaient pour découvrir la surface, sans forcément chercher des actes belliqueux. » reprit Royan à la suite de Manelena.

« Pour autant, définir tout un peuple à cause de l’action de quelques particuliers, ce n’est pas ainsi que devrait régir une reine. Ce n’est pas comme cela que je veux paraître devant les citoyens de Shunter. »

« Il est vrai qu’au … moment de mon couronnement, j’ai eut quelques pensées mauvaises à l’encontre des démons mais il m’a fallut mettre de l’eau dans mon vin … et cela va mieux. »

« Et de notre côté, nous avons simplement vu comment les démons étaient accueillis par les autres clans. Nous n’avons même pas essayer de juger les démons en eux-mêmes et cela a été notre erreur. Nous savions que des citoyens démoniaques venaient à Honoros, espérant y commencer une nouvelle vie, et non celle d’une servitude. »

« A partir de là, j’imagine que cela va être très difficile de faire accepter une telle demande aux membres de nos clans … et à vos citoyens. Cela va prendre beaucoup de temps … mais … pensez-vous que c’est pour le mieux ? »

« Après des millénaires à être enfermés sous terre, nous n’avons qu’à essayer. »

« On peut bien voir … même si cela serait dans un coin … avec quelques ambassadeurs. Par contre, je ne sais pas trop comment faire pour amorcer tout ça. »

« Est-ce que l’on peut compter sur vous, Hérik ? Inna ? Je me disais qu’en vue de l’apparition assez importante des démons dans votre royaume, peut-être que vous seriez les mieux placés par rapport à tout ça. »

« Nous pourrions leur indiquer le royaume de Shunter celui de Traslord, c’est exact. »

« Comme ça, ils sauront où ils doivent se rendre s’il y a un souci, oui. On peut commencer ainsi. » compléta Inna après les propos d’Hérik à la suggestion de Manelena.

Alors c’était tout simplement parfait ! Puisque tout était fait, les personnes pouvaient donc se préparer à tout ça. Pour l’heure, maintenant qu’ils avaient réglé ceci, ils pouvaient discuter d’autre chose et c’est en entendant les servantes parler de Royan que Manelena eut un petit soupir amusé. La raison était très simple.

Les servantes parlaient du fait que depuis que Manelena revenait le voir, mais aussi avec l’apparition de ces différents invités, le roi semblait avoir retrouver son caractère d’antan, ce qui était bien plus plaisant. Et encore, il était juste … plus chaleureux, moins vindicatif, bref, tout était bon dans le meilleur des mondes et cela convenait à beaucoup de monde.

« Je me demandes si Elise et Tery savent tout ce que nous préparons pour eux … »

Elle se posait la question à voix basse mais elle n’était pas stupide. Il ne fallait pas se faire trop d’illusions à ce sujet. Tery était occupé dans le monde souterrain et Elise aussi . Si on rajoutait cette étrange femme golem ressemblant à Clari, il fallait juste espérer une chose.

Il fallait espérer que le message comme quoi les royaumes de Shunter et Traslord acceptaient les ressortissants démoniaques. Il en était de même pour les clans d’Honoros, enfin les bons clans, et ensuite … Hmm … Il faudra parler à Royan par rapport à Claudiska. Peut-être que ces derniers pouvaient aussi mettre la main à la patte dans toute cette histoire ?

Néanmoins, Elen était enfin revenue pour voir où tout ça en était, portant son enfant dans ses bras, Inna et Herik le regardant avec tendresse. Ils demandèrent où était le père, Elen étant la plus rapide à répondre, déclarant :

« Il est en voyage mais il devrait revenir bientôt. Si ce n’est pas le cas, je viendrais le récupérer en le tirant par la peau des fesses. »

« C’est comme ça que ça fonctionne avec les garçons, je confirme ! Y a pas d’autres méthodes pour qu’ils comprennent ! D’ailleurs, Hérik … »

« Oui Inna ? Qu’est-ce qu’il y a ? Je n’aime pas le regard que tu as, tu sais ? » dit-il d’une voix légèrement inquiète, le corps se mettant à trembler alors qu’Inna le regardait avec un sourire un peu mauvais aux lèvres.

« Je te rappelles une chose. J’en veux cinq hein ? Alors, vas peut-être falloir que tu commences à te bouger car ça va pas attendre toute la vie ! »

Il toussota violemment, comprenant parfaitement l’allusion de la jeune femme aux oreilles pointues, Royan restant imperturbable, Manelena détournant la tête en soupirant. Seule Elen avait le même sourire qu’Inna, reprenant la parole :

« C’est bien. C’est comme ça qu’il faut leur expliquer. C’est comme ça qu’ils comprennent la chose. Des fois, sinon, ça ne veut pas rentrer ! »

« Héhéhé … On dirait que ton homme aussi a besoin de comprendre un peu sa place. Je ne dis pas que c’est fréquent en Honoros mais parfois, certains hommes pensent qu’ils sont « naturellement » plus forts que les femmes. Pour ce type précisément, je me charges d’un bon coup de pied et ils retournent voir leurs mères. Heureusement pour Hérik, il n’est pas du tout comme ça … même s’il lui arrive d’avoir un petit côté « animal » pas déplaisant du tout. »

« Ooooh … Je vois, je vois ! Enfin bon, ça me fait plaisir de parler avec d’autres personnes à part Manelena, Royan et la mère de Tery. »

« Enchantée, on va dire ! Et elle a donc quel âge ? Elle me semble ne même pas avoir un an. Ce n’est pas trop épuisant ? De devoir s’en occuper ? »

« Tous les jours, c’est épuisant ! Puis après, je la regarde et zou, la fatigue disparaît complètement. On n’a pas le temps d’être épuisée quand on a un enfant. Puis surtout quand c’est le premier. Ils sont si mignons et si beaux. Et puis, c’est la preuve que Tery et moi, nous nous sommes aimés. »

« Hum hum … Et quelle sera l’arme qu’elle utilisera lorsqu’elle sera en âge d’en porter une ? »

… … … Tous se tournèrent vers Inna, Hérik plaçant une main sur son visage comme pour se demander s’il ne venait pas de rêver en entendant Inna. Pour autant, il finit par soupirer et dire d’une voix lente et fatiguée :

« Inna, la culture de l’entraînement à la sauce honorienne … se fait en Honoros, pas dans les autres nations. Je ne crois pas qu’à … Shunter, c’est bien ça ? Je ne crois pas qu’à Shunter, ils apprennent aux enfants à se battre dès qu’ils sont en âge. »

« Disons que cela dépend de la famille. »

Manelena avait pris la parole, les regards se posant sur elle. Elen eut un petit toussotement, voyant parfaitement pourquoi elle disait une telle chose. En vue de son histoire avec son père, c’est vrai qu’elle avait commencé assez tôt.

« D’accord, d’accord. Et puis, après tout, le monde n’est pas régit que par les armes ! » finit par déclarer Inna en haussant les épaules le plus naturellement possible.

« C’est exact, j’espère en faire une intellectuelle car que ça soit du côté de sa mère ou de son père, j’aspire à lui permettre une vie plus calme que la nôtre. »

Et là encore, les paroles avaient été dites avec un tel naturel que cela pouvait choquer. Pour autant, pour retrouver Tery, il fallait que ce projet discuté entre les deux monarques et les deux ambassadeurs d’Honoros porte ses fruits. Et pour ça … Ils ne pouvaient que patienter.

Chapitre 20 : Juste à la surface

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 20 : Juste à la surface

« Tu peux me raconter alors tout ce que tu sais de la surface ? »

« Tu es intéressée à ce point à ce sujet ? Pourtant, je veux dire, tu dois être déjà un peu au courant de tout ce qui s’y trouve, non ? »

« Euh … Pas vraiment, Tery. Déjà, les démons qui reviennent de la surface, on peut les compter sur les doigts d’une main. D’ailleurs, il y a des chances que ton groupe, d’après ce que tu m’as dit, ait été le premier à avoir été confronté aux personnes de la surface et à en être revenu. C’est pour te dire à quel point c’est rare. Et puis, les livres ne m’aident pas trop. »

« C’est vrai que leurs informations … datent un petit peu. » compléta le jeune homme aux cheveux bruns, observant juste la démone. Ils marchaient tous les deux dans les rues, côte à côte. Après le repas, il était normal de digérer et surtout, au moins, cela leur faisait une petite balade. Il poussa un petit soupir avant de dire : « Je vais tout d’abord parler de Shunter alors. Tu te rappelles de ce que j’avais dit ? »

« Qu’il s’agit du royaume où tu es né et connu principalement pour sa manipulation de l’élément terrestre, c’est bien ça, non ? »

« C’est exact ! Tu as vraiment une excellente mémoire, Héraisty. »

« Arrêtons là les compliments, d’accord ? Nous n’obtiendrons rien en agissant de la sorte, vous ne croyez pas ? Et si tu continuais ? Alors, avec Shunter ? »

« Et bien, c’est une royauté qui … »

Et le voilà maintenant parti pour parler de tout ce qu’il savait sur Shunter. Dès le départ, il s’excusa car comme il lui avait signalé, il n’était pas vraiment un intellectuel et que de base, il ne savait pas tellement comment en parler hein ? D’un mouvement de la main elle réfuta ses excuses, disant à la suite :

« Ne t’en fait donc pas. Même si ce sont que quelques parcelles, rien qu’en apprendre un peu plus sur tout ce qui nous entoure à la surface, ça me convient parfaitement. »

« Alors, pour Shunter, je peux aussi te parler de sa capitale, Midès. Mais aussi du précédent roi … enfin, je peux t’en dire plus. »

« Et bien, je t’écoute. Je n’attends que ça depuis le début. Tu te perds dans tes paroles. »

Hahaha ! C’est vrai ! Il le savait parfaitement ! Enfin bon, Midès, il pouvait expliquer au sujet de la guilde, puis aussi l’auberge où … AH ! Pourquoi ne pas raconter comment il avait rencontré Elen avant toute chose ?


A force de parler de tout et n’importe quoi, il s’était complètement perdu dans ses explications, Héraisty s’arrêtant dans sa marche pour se placer en face de lui. D’une pichenette du doigt sut le front, il stoppa net ses propos pour crier un petit peu.

« Hey ! Mais ça fait mal ! Pourquoi est-ce que tu as fait ça ? »

« Car tu pars dans tous les sens. Fais comme moi. Prends une profonde inspiration. »

Il s’exécuta, ne sachant guère où elle voulait en venir. Voilà, une profonde inspiration et ensuite ? Il devait expirer ? Bon ben, même lui pouvait y arriver hein ! Il recommença deux fois, comme elle le désirait avant qu’elle ne dise :

« Tu ne vas pas beaucoup mieux maintenant ? Tu ne te sens pas plus calme ? »

« Si … Mais pourquoi m’inciter à faire ça ? Je veux dire, qu’est-ce que cela rapporte exactement ? Enfin … Je n’arrive pas à savoir pourquoi. »

« Et bien, maintenant, tu vas pouvoir reprendre là où tu en étais. Tu me racontais une histoire avec cette personne masquée. C’est elle qui t’a donné envie de partir à l’aventure hein ? Tu sais ce qui est bien avec toi, Tery ? C’est que tu racontes avec tellement de passion qu’on ne doute pas un seul instant que tout ce que tu dis est vrai. Je suis sûre et certaine que tout s’est vraiment passé comme tu l’as dit, surtout que tu n’omets aucun détail. »

« Ah ben, si je suis nul et fautif, je préfère le signaler pour que les gens comprennent que je ne suis pas parfait mais que je cherche à m’améliorer, tout simplement. »

« C’est honnête comme sentiment mais … je ne sais pas trop. Tu veux bien reprendre ? »

« Oui, oui, il n’y a pas de soucis à ce sujet. Alors, j’en étais où. Tu es prête ? »

Car cette fois-ci, ils ont réussi à trouver un banc et surtout, il ne comptait pas s’arrêter en si bon chemin. Assis à côté d’elle, voilà qu’il lui racontait tout ce qu’il avait vécu, dans les moindres détails, sauf les plus intimes. Il ne savait plus s’il en avait déjà parlé avec elle lorsqu’ils avaient été emmené à la capitale du royaume démoniaque mais qu’importe s’il se répétait, ce n’était pas bien grave.


Et visiblement, il en avait des choses à dire. Lorsqu’il se rappelait de tout ce qu’il avait vécu, il devait s’avouer que cela avait été une sacrée aventure. Comment était-ce possible d’avoir survécu à autant de dangers et autres événements importants ? Pour autant, il n’oublia pas de signaler … la mort de Clari. A cet instant précis, il avait décidé de faire une pause et elle ne chercha pas à l’inciter à continuer.

Après la mort de Clari, il expliquait au sujet d’Omnosmos, sans rentrer plus dans les détails. Oui, il ne voulait pas, il ne savait pas pourquoi, il voulait éviter à tout prix que ça se passe de la sorte, du moins, qu’elle puisse apprendre une quelconque information qui mettrait la surface en danger parce qu’il n’avait pas fait attention à ses dires.

« Et si on se focalisait maintenant sur les golems ? C’est un tout autre sujet mais peut-être que nous pourrions trouver une piste, non ? »

« Ah bon ? Tu penses vraiment, Héraisty ? Et bien … Je peux te parler de mon premier livre, puis de tout le reste et de ce que cela a donné ensuite. »

« Oui, ça me semble être un excellent sujet. » dit-elle avec un certain entrain alors qu’il lui souriait doucement. Il se sentait plutôt bien en ce moment. Une personne l’écoutait.

« Alors, je vais tout d’abord te parler de mon premier golem puisque c’est décidé. »

« C’est avec le premier livre que tu as obtenu, non ? Est-ce qu’un livre suffit à invoquer un golem ? C’est aussi simple que ça ? »

« Simple, simple, je ne sais pas trop. Je pense aussi qu’il faut savoir un peu maîtriser l’élément de la terre. Après, il est vrai que les démons peuvent maîtriser tous les éléments. »

« Je ne pensais que ce n’était que des rumeurs mais … c’est donc vrai ? Vous ne pouvez pas utiliser tous les éléments à la surface ? »

« Sauf ceux qui possèdent les lignes d’Alzar ou de Zélisia. Ces personnes sont un peu comme des élues et peuvent alors maîtriser les différents éléments bien qu’ils ont quelques prédispositions dans un élément plutôt qu’un autre. Ainsi, même deux adeptes de Zélisia ou Alzar ne seront pas forcément égaux sur un même élément. »

« Est-ce que la région ou la race influencent sur l’élément dominant dans tout ça ? Et sur le seul élément que les gens de la surface peuvent utiliser ? »

« Hmm … Je ne me suis jamais posé la question dont je ne peux pas te répondre exactement. Je sais juste que j’ai de la chance mais sinon, si tu veux dire que si je viens de Shunter, je serais obligatoirement lié à l’élément de la terre, non, ce n’est pas le cas. Manelena maîtrise l’élément de la foudre et … j’avais une très … enfin, quelqu’un, qui était plus que douée avec l’élément du vent. C’est .. pas lié au royaume, j’imagine que c’est le destin. »

« Oh … D’accord. Reprenons au sujet du golem. Tu disais qu’une prédisposition à la terre serait une bonne chose pour appeler un golem, c’est ça ? »

« A mes yeux, ça me semble nécessaire même si, au fur et à mesure, on peut faire d’autres golems. Certains sont même vraiment glauques. Pour te dire, j’en ait crée un via … les cadavres des ennemis en plein combat entre deux armées. C’était un golem fait de chair et de sang. Une véritable horreur à laquelle je n’aimerai pas redonner vie. »

« Euh … C’est vrai ce que tu me dis, là ? Je crois pas avoir lu de livres à ce sujet. »

« Ce n’est pas le genre de golems avec lesquels on parade dans les rues, si tu veux tout savoir. Je pouvais aussi en créer une bonne dizaine ou quinzaine de taille humaine et de force à peu près équivalente au lieu d’un plus grand. J’en ai aussi à en créer un géant et … »

« Ah ! Celui géant, je crois que j’en ai entendu parler, c’est récent non ? C’est avec les démons que tu as fait ce golem, n’est-ce pas ? »

« C’est exact. Comme quoi, les rumeurs partent vraiment trop vite à mon goût, ah … »

Il disait cela dans un petit soupir mais elle pouvait aisément comprendre que de base, ça ne le dérangeait guère. Le jeune homme aux cheveux bruns craqua son cou, jetant juste un petit regard à la femme golem non loin derrière lui.

« Quant à elle … Je dois avouer ma complète incompréhension à ce sujet. »

« C’est vrai qu’elle semble vraiment unique en son genre. Aucun livre ne l’évoque. »

« Après, comme tu l’as si bien dit auparavant, même tes livres ne parlaient pas du golem de chair, qui, bien qu’il soit monstrueux, ne doit pas être si rare. »

« Ahem … Les golems sont déjà une rareté en soi. On en parle comme si on racontait une histoire à un enfant, tu sais ? »

« A ce point ? Tu ne vas quand même pas me dire que … Clari, c’est … »

« Et bien si, c’est la première golem que je rencontre et ça doit être le cas pour la grosse majorité de la population démoniaque. »

Hmm … Vraiment ? Elle n’aurait aucune raison de se moquer de lui, c’est juste que ça le perturbe un peu plus que nécessaire, c’est ça qui le dérange légèrement, il doit avouer. Le jeune homme aux cheveux bruns s’étire un peu, reprenant la parole :

« Bon enfin bref, par rapport aux golems, je t’ai dit un peu tout ce que je savais. »

« Je vois, je vois … Il n’y a rien d’autre à savoir alors ? D’ailleurs, nous n’avons pas dérivé un peu du sujet principal ? A la base, nous devions … »

« Parler des golems puis nous sommes partis sur le sujet des royaumes et nous sommes revenus sur celui des golems. Comme une sorte de boucle, hahaha. »

Il disait cela dans un grand sourire, comme si c’était l’évidence même mais autre chose venait de passer dans son esprit. Cela faisait combien de temps qu’il était avec Héraisty ? Comme il était … plutôt difficile de se rapporter au Soleil pour deviner l’heure, quand on se trouvait dans un espace souterrain, il n’avait aucune indication temporelle.

« Est-ce que tu t’ennuies à mes côtés, Tery ? Je te vois regarder autour de toi. »

« Hein ? Euh non, pas du tout, qu’est-ce qui te fait dire ça ? Tu te trompes complètement … Ce n’est pas du tout ça. Je me dis juste que je recommence à avoir un petit creux et un peu soif, rien de plus. »

« D’accord, d’accord. Je sais que je ne suis pas vraiment … exubérante comme démone, que je ne suis pas du genre à vouloir m’amuser ou autre. On peut me trouver très facilement lassante … mais promis, je tentes de faire des efforts à chaque fois, tu sais ? »

« Oh mais tu n’as pas à t’excuser. C’est moi, tu as un peu raison. Je cherchais à savoir quelle heure il était car j’ai l’impression que nous avons passé toute l’après-midi ensemble. Je crois qu’Elise va me passer un sacré savon. »

« Mais je pensais que vous n’étiez pas ensemble ? Tu m’aurais menti sur ce point ? »

« Ah non, je ne te mens pas. Simplement, j’ai comme une relation frère sœur avec elle. Nous nous entendons tous les deux très bien et puis … Nous avons passé beaucoup de temps ensemble donc voilà, faire comme si de rien n’était, ce n’est pas possible. »

« Je vois, je vois … mais … c’est peut-être indiscret mais … jamais rien eut ? »

« Rien de rien ! » dit-il avec affirmation sans même réfléchir. Heureusement, il cherchait à éviter de rougir trop violemment à cette question. Pas besoin de se rappeler les propos d’Elise de la dernière fois devant l’empereur Malark.

« D’accord, c’est tout à ton honneur, en vue de la relation que tu as normalement avec cette femme nommée Elise, n’est-ce pas ? »

« Tout n’est pas aussi beau que ça malheureusement. Je ne dis pas que c’est une erreur mais d’autres évènements … et l’ouverture des portes démoniaques. Ah ! Tu n’as pas vu l’heure ? On parle, on parle, le compteur tourne et on en oublie complètement tout ce qui nous entoure. Tu ne veux pas que je te raccompagnes jusqu’à la guilde ? »

« Comme tu le dis si bien, vue l’heure, c’est même plutôt chez moi qu’il faut m’emmener. Cela ne te dérange pas ? C’est assez loin mais bon, la marche, c’est la santé. »

« Pourquoi pas ! Il est du devoir de tout démon que d’être sûr qu’une démone soit emmenée en sécurité jusqu’à chez elle, n’est-ce pas ? »

« Je dirais bien que c’est un concept ridicule vu qu’ici, tout le monde se fiche de tout le monde. Les forts écrasent les faibles … et certaines démones sont bien plus fortes que des démons. Enfin bon … J’aime bien ce concept néanmoins. »

« Alors, allons-y ! Par contre, c’est à toi de me guider, tu dois t’en douter, non ? »

Elle ne répondit pas, se mettant tout simplement en marche tandis que Tery la suivait, étant à ses côtés. C’est vrai, même s’il n’y avait pas tellement d’indice temporelle pour savoir l’heure, il avait appris depuis déjà pas mal de temps que les cristaux de lumière qui illuminaient la ville étaient plus ou moins radieux suivant les heures de la journée. Il n’avait juste pas vérifié si c’était les mêmes heures qu’à la surface ou pas. Difficile à connaître de toute façon. Il faudrait percer un trou en direction du ciel pour qu’un rayon de soleil n’apparaisse ici. Autant dire que c’était relativement difficile.

« Tu parles beaucoup moins depuis que nous marchons. Est-ce que j’ai réussi à épuiser tes différents sujets, Tery ? »

« Non, non ! Pas du tout, loin de là. » déclara Tery un peu confus. Pourquoi est-ce qu’elle lui posait une telle question ? « Je réfléchissais simplement à savoir quand est-ce que je pourrais vous revoir une prochaine fois. »

« Ce n’est pas trop difficile à savoir … MAIS … On va éviter demain ou les prochains jours, d’accord ? Sinon, on va croire que je fais tout pour éviter de travailler. »

Elle accompagna ses paroles d’un petit rire qui lui allait plutôt bien, surtout qu’elle n’avait pas l’habitude de pouvoir sourire et sortir aussi aisément. Sans qu’il ne comprenne pourquoi il fit ceci, voilà qu’il posa une main sur le sommet du crâne de la démone, lui tapotant doucement dessus avant de dire sur un ton enjoué :

« Soit ! C’est donc noté pour la prochaine fois ! Si je ne suis pas reparti à la surface, je tenterais de passer d’ici deux semaines, d’accord ? »

« Est-ce une promesse ? J’aime bien … les promesses, tu sais ? Car il faut éviter absolument de les briser. Et euh … Depuis quand est-ce que tu es aussi familier avec moi ? Une journée à parler ensemble et aussitôt, on est dans le contact ? »

« Tu veux que je retire ma main, Héraisty ? Ca n’incite en rien hein ? C’est juste ce que je ferais à une personne que je considère comme une amie. »

« De bien belles paroles que voilà … mais bon … je ne dis pas non. Ca me fait quand même une sensation bizarre que de sentir une main dans mes cheveux. Je ne suis pas vraiment habituée, je dois avouer … et je t’interdis de te moquer. »

« Je ne comptais pas me moquer. Je ne suis pas comme ça. Je ne sais pas pourquoi tu penses ça de moi, c’est plutôt … mesquin et triste. Je ferais mieux de retirer ma main. » dit-il en amorçant le mouvement pour cela, la main d’Héraisty l’arrêtant dans son geste.

« J’ai pourtant dit que tu n’avais pas besoin de la retirer. Pourquoi est-ce que tu n’as pas compris ça ? Ah … On a encore un peu de chemin à faire. »

« C’est exact, Héraisty. D’ailleurs, on s’éloigne de plus en plus du palais et même de la guilde des renifleux royaux, tu habites si loin que ça ? Ce n’est pas trop épuisant ? »

« Tous les jours ? De marcher pendant une demie-heure ou presque ? Et bien, il faut faire avec. Nous n’avons pas toujours le choix dans notre vie. »

C’est vrai. Il en savait quelque chose … sauf que de son côté, il avait décidé de briser cette loi qui cherchait à le restreindre. Résultat ? Et bien, il était ici et pas ailleurs. C’est pourquoi il ne se préoccupait pas le moins du monde de tout ça. La marche était plus tranquille que prévue et il avait quand même fini par retirer sa main du crâne de la demoiselle démone. Et oui, il ne pouvait pas rester ainsi pendant des heures non plus hein ?

Par contre, elle l’emmenait dans ce qui semblait être un quartier des classes moyennes, ce qui voulait dire relativement pauvre dans la capitale. Ca ne payait pas tant que ça les renifleurs ? Enfin, ce n’était pas à lui de faire la remarque mais ils arrivèrent après quelques minutes encore devant une porte en bois. Ouais, c’était plutôt modeste comme endroit. Disons que ça ressemblait plus à ce qu’il pensait d’une demeure d’une démone seule … un peu dans le même genre quand il habitait à Leskar, bien qu’il n’y avait pas de démon là bas.

« Et bien, nous y voilà, Tery ! Merci d’avoir accompagné la frêle démone que je suis. »

« Il n’y a pas de quoi, Héraisty. C’était avec un grand plaisir. Maintenant, le plus important, ça va être de refaire le chemin inverse pour me diriger vers le palais. Je vais subir sûrement un interrogatoire comme j’en ait jamais connu. »

« J’imagine que c’est à ce moment que je dois m’excuser de t’avoir gardé aussi longtemps ? » dit-elle alors qu’il balayait l’argument d’un geste de la main.

« C’est exact ! Enfin bon … Passes une bonne soirée, Héraisty. »

Il n’allait pas attendre qu’elle l’invite chez elle. Ca ne se faisait pas hein ? Il lui fit un petit geste de la main pour la saluer, se demandant s’il devait prendre la sienne … hmm ! Pourquoi pas, tiens ! Sans prévenir, il prit la main d’Héraisty et vint la baiser. Elle retira aussitôt sa main, surprise, bredouillant :

« Mais qu’est-ce … Qu’est-ce qui te prend, Tery ?! »

« Et bien, j’honore simplement une belle démone pour lui souhaiter une bonne soirée. Ce n’est pas comme cela que l’on fait ? »

« Je n’ai pas de sang noble en moi. Je ne suis qu’une démone de basse constitution et … Désolée, je dois vraiment rentrer chez moi et … Euh bonne nuit à toi. »

« Bonne nuit, je ne voulais pas te vexer ou autre, si tu veux tout savoir. Ce n’était pas mon but, je trouvais juste … cela amusant, pardon. »

« Ce … Ce n’est pas grave, ce n’est pas voulu mais si tu veux te faire pardonner, il y a bien une chose que tu pourras faire … mais tu peux refuser. »

« Dis toujours, Héraisty ? » demanda le jeune homme, remarquant que la gêne chez la félémon n’était toujours pas partie, loin de là.

« Et bien, la prochaine fois que tu partiras à la surface, tu pourras m’emmener ? J’ai … vraiment envie de découvrir cet endroit. »

Oh. Euh … Ah … Ce n’était pas vraiment ce à quoi il s’attendait, il fallait avouer. Pour autant, il aurait du mal à lui refuser ça en un sens. Mais il avait besoin de clarifier la situation avant que ça ne soit trop tard.

« Pas de soucis … mais pas quand j’irais avec l’armée. Lorsqu’il sera possible d’aller à la surface, même avec des restrictions, tu seras la première personne que je viendrais voir. »

« … … … Et c’est tout ? Tu ne me fais pas du chantage ? Tu ne me demandes rien en échange ? Rien de rien ? Tu sais … J’ai passé une excellente journée et il se pourrait que … enfin … Ce n’était pas déplaisant en un sens mais voilà … »

« Je ne vois pas pourquoi je ferais ça. Allez, je vais me répéter mais bonne soirée, Héraisty. Et merci encore pour les informations sur les golems mais surtout le Dévoreur. Dès que j’en aurai plus, je t’en donnerais. Bye bye. »

« Bonne soirée à toi aussi, Tery. J’espère que les explications ne seront pas trop difficiles à donner à Elise ! Enfin, la princesse Elise ! »

« Ah ça … Je préfère ne rien promettre. Si tu ne me revois plus, c’est que je suis mort ! »

Elle fait une mine effarée, comme si elle le prenait au sérieux mais l’homme aux cheveux bruns lui sourit doucement. Elle n’a pas à s’en faire, va ! Par contre, c’est vrai qu’il risque de subir un véritable interrogatoire. Et d’ailleurs, comme à son habitude, la femme golem a continué de le suivre en silence. Elle est vraiment très discrète … et muette !